Carlos Saldanha : « En animation, la personnalité prend le pas sur l'aspect de l'animal »

ECRANS | Avec "Ferdinand", le sympathique créateur de "Rio" adapte pour la Fox un classique de la littérature enfantine ayant déjà inspiré les studios Disney… nouveaux patrons de la Fox. Un film familial qui reste dans la famille, en somme.

Vincent Raymond | Lundi 18 décembre 2017

Qu'est-ce qui vous convaincu de signer cette nouvelle adaptation animée de l'histoire de Ferdinand le taureau ? Votre lecture du livre ?

Carlos Saldanha : Au Brésil, le livre de 1936 était moins connu qu'aux États-Unis. La première fois que j'ai entendu parler de l'histoire de Ferdinand, c'est à travers le court-métrage de 1938. Je l'ai vu à la télévision, sur les chaînes pour enfants. Quand je suis arrivé aux États-Unis, mes enfants ont lu cette histoire à l'école. Leurs copains de classe l'avaient déjà lue avec leurs parents, lesquels l'avaient lue avec leurs propres parents quand ils étaient petits. Plusieurs générations connaissaient donc cette histoire. Alors le jour où la Fox m'a dit avoir acquis les droits du livre et m'a demandé si en faire un film d'animation m'intéressait, j'ai été emballé par l'idée – en mesurant le défi immense d'adapter un classique.

Comme c'était la première fois que j'adaptais un livre – mes films précédents, L'Âge de glace, Robots, Rio, étaient basés sur des idées originales –, j'étais un peu sceptique. J'ai donc voulu rencontrer les descendants de Munro Leaf, l'auteur, pour savoir ce qu'ils attendaient de moi. « Tant que l'histoire et le message sont respectés, m'ont-ils dit, faites ce que vous voulez avec les personnages et avec l'univers, si vous voulez l'agrandir. » Ça m'a donné la liberté d'aller plus loin et de découvrir ce qu'était l'essence même du livre – petit par la taille mais grand par le message.

J'ai interrogé des amis sur ce qu'ils en avaient retenu : certains mettaient avant la promotion du pacifisme, d'autres l'importance d'être soi-même. D'autres encore l'idée qu'il faut regarder non pas l'extérieur mais l'intérieur de chacun et ne pas se conformer à ce que les autres attendent de vous. Toutes ces options, parmi d'autres, m'intéressaient. Si je suis arrivé à les mettre en images, à travers tous les personnages, alors le film d'animation est intéressant.

Pourquoi avoir fait des chevaux ces personnages ridicules ?

Puisqu'on pouvait étendre l'univers du livre, je me suis demandé quels animaux pouvaient être des voisins plausibles de Ferdinand dans sa ferme. Les chevaux participant la corrida avec les picadors, ils sont donc des adversaires des taureaux dans l'arène. Je me souvenais avoir vu des lipizzans – une race d'origine autrichienne, qu'on trouve aussi en Andalousie – danser en étant flamboyants et élégants, et je leur ai donné un accent allemand parce que c'était amusant. Eux aussi sont très beaux de l'extérieur, mais vilains à l'intérieur.

Vos films mettent toujours en scène des personnages non humains. Vous serait-il impossible de raconter une histoire autrement ?

Je me suis demandé si c'était une coïncidence, mais en fait, il m'est plus facile d'avoir une connexion avec des animaux qu'avec des êtres humains. C'est l'essence même de l'animation : il y a une beauté dans le design, dans la conception des personnages, de ces mondes qui nous font voyager ailleurs. Et si l'on trouve l'émotion juste, on oublie que ce sont des animaux à l'écran ; ils deviennent des membres de votre famille ! Je connais d'ailleurs des gens qui m'ont dit "je connais un Sid" ou "mon oncle c'est Manny". En animation, la personnalité prend le pas sur l'aspect de l'animal.

D'un point de vue cinématographique, comment avez-vous créé la séquence de la corrida ?

Pour moi, c'était la plus importante et la plus difficile dans le processus créatif. Contrairement à mes précédents films, j'ai commencé par tourner le troisième acte de Ferdinand, puis le premier et le deuxième. Il me fallait capturer l'essence de l'histoire, définir ce qu'était Ferdinand et ce qu'il symbolisait. Autour de moi, on ne comprenait pas vraiment ce que je voulais montrer. Je devais expliquer en quoi cette séquence était aussi puissante.

C'est la première en effet où l'on a les deux antagonistes que sont le taureau et le matador face à face. Elle est d'autant plus délicate car il s'agit d'une corrida ; or le sujet est clivant partout dans le monde – surtout en Espagne et en France. Pour l'imaginer, j'ai dû m'inspirer de corridas fameuses, j'ai lu les règles qui s'y appliquent, je suis allé dans des fermes d'élevage de taureaux de combat. Je suis allé à une corrida, j'ai assisté à la préparation des chevaux, des costumes, mais honnêtement, je ne suis pas resté : c'était impossible pour moi, car j'étais trop dans la peau de Ferdinand.

Le non-combat de Ferdinand est-il un combat à la façon des samouraïs ?

Je ne me suis pas inspiré des samouraïs, mais des images du livre : celle où l'on voit le taureau assis face au matador. Pour ceux qui l'ont lu à l'époque, elle était très puissante. C'est d'ailleurs probablement pour cela qu'il a été interdit en Espagne, en Italie et en Allemagne. À cette période d'oppression, personne ne pouvait ne se permettre de résister au pouvoir, il fallait absolument suivre les lois du système. S'asseoir, c'était refuser le conformisme, donc un geste de révolution.

Il y a d'ailleurs un proverbe en portugais qui dit que dans un combat si l'un des deux adversaires refuse l'affrontement, le combat est annulé. En décidant d'être lui-même, Ferdinand désarme l'adversaire. La simplicité de ce geste fait la force du livre et du film. Et ces dix minutes sans dialogue ont été la plus puissante forme d'animation que j'ai pu imaginer sur ce film.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Grand bain musical à Musilac

Festival | Vieilles gloires, valeurs sûres, piliers de festoche, jeunes pousses, smoothies de genres et autres étrangetés à découvrir : le festival lacustre Musilac, prévu du jeudi 12 au dimanche 15 juillet à Aix-les-Bains (Savoie), va baigner l'été musical d'un éclectisme qui attire les foules comme les amateurs éclairés, jusqu'à les confondre. La preuve avec la programmation détaillée par jour.

Stéphane Duchêne | Mardi 19 juin 2018

Grand bain musical à Musilac

Old Wave le jeudi D'une certaine manière, s'il fallait un hymne en ouverture de cette édition 2018 de Musilac, il pourrait consister en trois bouts de refrains se répondant depuis le fin fond des âges 80 ; quand les uns martèleraient « I Just can't get enough », les autres répondraient « Don't you forget about me » ou « Always the sun ». Car, on l'aura compris, c'est une soirée très marquée "ressac de la new wave" que celle du jeudi, avec Depeche Mode, Simple Minds et The Stranglers – quand bien même les carrières de chacun de ces groupes britanniques n'auraient pas résisté d'égale manière au passage du temps. Pour le reste, on notera que J. Bernardt, transfuge des Belges de Balthazar, remplacera numériquement son collègue Warhaus, présent l'an dernier ce même soir ; que le rock indé répondra présent avec le Stroke Albert Hammond Jr. (le meilleur d'entre eux, sans doute), Findlay et The Mistery Lights ; que les amateurs de bizarrerie en auront pour leur compte avec le black metal-gospel-blues de Z

Continuer à lire

"Ferdinand" : les adieux à l’arène

ECRANS | de Carlos Saldanha (E.-U., 1h46) animation

Vincent Raymond | Lundi 18 décembre 2017

Depuis sa naissance, le taureau Ferdinand sait qu’il est destiné à combattre dans une arène. Mais à la différence de ses congénères, le jeune bovin préfère les fleurs à la violence. Alors il s’enfuit et grandit auprès d’une petite fille. Jusqu’au jour tragique où on le renvoie à son étable d’origine… Imaginé en 1936 par Munro Leaf, adapté par Dick Rickard en format court pour les studios Disney en 1938, ce petit conte a pris du volume entre les mains du réalisateur brésilien Carlos Saldanha (à qui l'on doit notamment les films Rio) qui, sans en changer l’esprit, l’a accommodé à l’air du temps. Il assume en effet d’y présenter la corrida comme un spectacle barbare ; quant au matador, il en prend davantage pour son grade que dans la chanson de Cabrel. Certes, cette version dilatée a recours à quelques facilités, notamment du côté des comparses du héros, tous déjà vus ailleurs sous des formes diverses : la gentille gamine qui l’adopte est d’un modèle standard, la vieille bique qui le coache évoque un mixte de Maître Yoda et d’Abraham Simpson ; enfin le trio de hérissons débrouillards ressemble, épines en sus, aux Pingouins de M

Continuer à lire

Le Palais idéal du Facteur Cheval : le rêve d'une vie gravé dans la roche

Plus loin | Dans un petit village de la Drôme que rien ne prédestinait à la renommée, Ferdinand Cheval, modeste facteur, a érigé pierre après pierre un palais devenu symbole précurseur de l’art brut. Chaque année, près de cent mille visiteurs viennent admirer l’œuvre d’une vie.

Corentin Fraisse | Mardi 4 juillet 2017

Le Palais idéal du Facteur Cheval : le rêve d'une vie gravé dans la roche

Le Palais idéal du facteur Cheval, c’est le récit d’un prolétaire qui devient précurseur involontaire de l’art brut du XXe siècle. Tout commence un jour d’avril 1879 quand Ferdinand Cheval, la quarantaine, trébuche sur une pierre lors d’une de ses tournées, comme il le raconte dans une lettre de 1897 écrite à l’archiviste André Lacroix. La pierre attire l’œil du le facteur d’Hauterives (Drôme) qui, jour après jour, va ramener chez lui des petits cailloux aux formes particulières et étonnantes. Il les empile d’abord dans son potager puis va construire un immense palais jailli de son imagination : 12 mètres de haut, 26 mètres de large, des milliers de pierres ramassées et quatre façades sculptées. Le fruit d’un travail de trente ans. Il n’a alors que peu de connaissances artistiques et surtout, aucune notion d’architecture. « Je n'étais pas maçon, je n'avais jamais touché une truelle ; sculpteur, je ne connaissais pas le ciseau ; pour de l'architecture, je n'en parle pas : je ne l'ai jamais étudiée. » Pour la partie visuelle, il s’inspire des cartes postales et des calendriers qu’il distribue. Cet édifice devient le r

Continuer à lire

"The Wall" : duel sous le soleil irakien

ECRANS | Un soldat étasunien derrière un mur, un sniper irakien de l’autre côté. Doug Liman revisite le duel au soleil cher au western dans ce huis clos en plein air aux accents beckettiens, qui n’hésite pas à renverser certains paradigmes ordinaires. Une tragédie, et un film politique.

Vincent Raymond | Mardi 6 juin 2017

2007, fin de la guerre en Irak. Deux sergents étasuniens appelés en renfort sur un chantier découvrent les corps des ouvriers abattus par un sniper, lequel les prend aussitôt pour cible. Si l’un des militaires est touché, l’autre, bien que blessé, s’abrite derrière un mur de fortune. Et se fait aborder, voire confesser via sa radio par son assaillant… Décidément, Doug Liman confirme qu’il ne peut s’attaquer à un genre sans essayer de l’hybrider avec un autre – souvenez-vous de son ludique Edge of Tomorrow (2014), et oubliez son Mr. & Mrs. Smith (2005). The Wall opère à présent la rencontre assez inouïe entre un film de guerre US traditionnel (impacts traversant l’écran, gros plan sur genou en bouillie, "continuez-sans-moi-les-gars"...) et une pièce de théâtre absurdo-métaphysique ; un mariage où le verbe et la station prennent le pas sur le bruit brut et l’action. Et cette inversion des perspectives n’est pas isolée. Sans brique, t’as plus rien L’ennemi désigné dès le départ se trouve rapidement

Continuer à lire

Louis-Ferdinand Céline

ECRANS | Emmanuel Bourdieu (fils du sociologue Pierre) intègre un nouveau spécimen de monstre dans sa galerie déjà pourtant très étoffée : rien moins que le plus urticant des sulfureux écrivains français. Et c’est le prodigieux Denis Lavant qui endosse sa funeste peau... Vincent Raymond

Vincent Raymond | Mercredi 9 mars 2016

Louis-Ferdinand Céline

Ne comptez pas sur Emmanuel Bourdieu pour se faire l’écho docile de la doxa et vanter les hautes sphères intellectuelles ou leurs mandarins ! Avant même d’être cinéaste, lorsqu’il œuvrait comme scénariste (Comment je me suis disputé… de Desplechin en 1996), c’est l’instabilité intime de ces élites, leur désordre structurel et leurs bassesses occasionnelles qu’il mettait au jour. Des traits de caractère à nouveau scrutés dans son moyen métrage Candidature (2001). Une plongée ironique dans le marigot sordide des recrutements universitaires, montrant qu’un degré élevé d’éducation n’empêchait pas un être humain de succomber à ses instincts primaires et de se livrer à des actes d’une prodigieuse médiocrité – voire à des monstruosités. Or le monstre, en tout cas l’individu divergeant de la norme, fascine Bourdieu : n’a-t-il pas consacré à son comédien fétiche Denis Podalydès le documentaire Les Trois Théâtres (2001), suivant ce “monstre” de la scène engagé par le Français sur trois productions simultanées ? Le docteur abuse Avec Céline, l’exception a un visage bien moins humain. S’intéresser à son cas relève de la transgressio

Continuer à lire

Piles électriques

MUSIQUES | Franz Ferdinand (photo) et Two Door Cinema Club sont deux groupes qui, chacun dans leur genre, arrivent transformer n’importe quelle foule un brin (...)

Aurélien Martinez | Mercredi 4 juillet 2012

Piles électriques

Franz Ferdinand (photo) et Two Door Cinema Club sont deux groupes qui, chacun dans leur genre, arrivent transformer n’importe quelle foule un brin éreintée en une armée de clubbers surexcités. Car Franz Ferdinand, c’est du rock écossais qui sonne comme du rock tout court, avec une certaine tendance à produire des tubes à la pelle. Et car Two Door Cinema Club, c’est du pop-rock nord-irlandais aux entournures électro, qui assume son côté terriblement jovial et bondissant. Deux machines de guerre en concert (avec une très nette avance pour les premiers, expérience oblige – ils ont trois albums au compteur, quand les jeunots en sont à leur premier), parfaites pour la configuration gigantesque de Musilac. Franz Ferdinand, le samedi à 22h   Two Door Cinema Club, le

Continuer à lire