Christa Théret : « C'est une grande joie pour moi que "LOL" perdure »

ECRANS | Déjà une petite quinzaine d’années de carrière pour la comédienne découverte dans "Le Couperet" de Costa-Gavras et révélée par "LOL" de Lisa Azuelos. Dans "Gaspard va au mariage", elle ne voit pas l’ours : elle revêt sa peau. Interview.

Vincent Raymond | Mercredi 31 janvier 2018

Photo : AGAT FILMS / Jeannick Gravelines


Est-ce le ton comique ou mélancolique du scénario de Gaspard va au mariage qui vous a le plus touchée à la première lecture ?

Christa Théret : Sa mélancolie – je suis très mélancolique. Il y a des envolées, de la légèreté, plein de métaphores. Et l'on ressent aussi du spleen, même si on n'est pas dans Baudelaire ! (rires)

Trouvez-vous cette famille "normale" ?

Aucune famille ne l'est. Mais celle-ci est en train de se libérer : les choses ne sont pas tues et il n'y a pas d'hypocrisie. Souvent, dans les repas de famille, on dit que chacun doit avoir une place, être bien sous tout rapport… Ici, la folie peut se libérer et il y a une honnêteté dans les rapports.

Vous endossez une peau d'ours durant quasiment tout le film. En quoi un costume de cette nature vous a-t-il aidée à composer votre personnage ?

Ça aide toujours, un costume. Avec une peau d'ours, on se sent un peu exclue, et en même temps il y a un côté très familier : c'est un peu comme un cocon, une cabane dont elle n'aurait jamais voulu descendre. Ça fait penser aussi à un déguisement d'enfance. Je ne me sentais pas déguisée quand je l'avais, c'était assez naturel – d'autant qu'il faisait un peu froid lorsqu'on tournait à l'extérieur. C'était comme un truc de super-héros : je me disais que Coline avait des super-pouvoirs, et que la nuit elle partait… Qu'elle était un peu princesse Mononoke, un peu guerrière…

Pensez-vous que votre jeu a été "contaminé" par l'animalité de l'ours ?

Un petit peu, oui. Quand je répétais avec le coach, les mouvements que l'on faisait, le fait d'être à quatre pattes, de grogner, se gratter, faisait écho à des choses de l'enfance qui ne sont pas si éloignées. En grandissant, on doit gommer tout cela parce que l'on vit ensemble et que l'on ne peut plus faire cela. Mais finalement, si on se laisse un peut aller…

Est-il possible de donner son avis sur les costumes ?

Quand on se sent mal à l'aise, on peut réfléchir. Je sais je ne suis pas très à l'aise avec des talons : j'ai besoin de sentir le centre de la terre. Déjà, on est un peu fébrile quand on joue, on est anxieux, donc ça me déstabiliserait. Si ça sert le personnage, c'est bien. Mais de moi-même, je n'en mettrais pas.

Comment se sont passées vos retrouvailles avec Félix Moati, avez qui vous avez tourné plus jeune dans LOL ?

Ça a aidé que l'on se connaisse d'avant : il y avait cet esprit un peu fraternel. Félix m'a vu un peu grandir, évoluer. Entre nous, il n'y avait n'avait pas de "manières" et un côté enfantin qui revenait assez vite.

Depuis LOL (2009), vos choix vous ont davantage conduit vers le cinéma d'art et d'essai…

J'ai adoré faire LOL ! Tourner avec Lisa Azuelos, c'était vraiment génial. Le film se passe de générations en génération : les gamines de 13 ans aujourd'hui me disent qu'elles le regardent tous les jours, et j'en suis super fière. C'est une grande joie pour moi que ce film perdure. Mais après, j'ai fait des choix : je ne suis pas entré dans le cinéma populaire, je me sentais moins proche de cette famille de cinéma-là. Donc j'ai opté pour des rôles dans des films plus marqués socialement, humainement, expérimentalement – et peut-être aussi qui m'intéressaient plus.

Je vois moins le cinéma comme un divertissement. Pour moi, ce n'en est pas un. Quand je vais au cinéma, je ne me dis pas : je vais me marrer ; j'aime regarder un beau cadre, que ce soit lent. Tout ça me touche, et j'aime de plus en plus de m'orienter dans cette direction. Bon ensuite, on choisit dans le choix qu'on a : je n'ai pas été prise pour certains films que je voulais faire. Mais j'en ai fait d'autres.


Gaspard va au mariage

De Antony Cordier (Fr, 1h45) avec Félix Moati, Laetitia Dosch...

De Antony Cordier (Fr, 1h45) avec Félix Moati, Laetitia Dosch...

voir la fiche du film


Après s'être tenu prudemment à l'écart pendant des années, Gaspard, 25 ans, doit renouer avec sa famille à l'annonce du remariage de son père. Accompagné de Laura, une fille fantasque qui accepte de jouer sa petite amie le temps du mariage, il se sent enfin prêt à remettre les pieds dans le zoo de ses parents et y retrouver les singes et les fauves qui l'ont vu grandir... Mais entre un père trop cavaleur, un frère trop raisonnable et une sœur bien trop belle, il n'a pas conscience qu'il s'apprête à vivre les derniers jours de son enfance.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Tout en haut du monde

ECRANS | De Rémi Chayé (Fr, 1h20) animation

Vincent Raymond | Mardi 26 janvier 2016

Tout en haut du monde

Le renouveau de l’animation viendrait-il de la diversité européenne ? Car même si l'on trouve mille qualités à Vice-Versa, Dragons voire à L’Âge de glace, ces films souffrent tout de même d’un regrettable conformisme esthétique – quand ils ne succombent pas à certains tics et gimmicks narratifs. Comme si la créativité de leurs auteurs n’avait le droit de s’exprimer qu’à l’intérieur d’un champ clos produisant des fruits ronds, colorés et sucrés, à la saveur prévisible. De notre côté de l’Atlantique, les cinésates ont une autre approche. Parce qu’ils ne cherchent pas à rivaliser dans la restitution de la réalité (cette course à l’échalote technique servant d’argument aux films ayant les scénarios les plus pauvres), ils investissent l’écriture en traitant de sujets plus segmentants et moins glamour, tout en réfléchissant à la dimension plastique de leurs œuvres. Découvrir Tout en haut du monde, c’est avoir le regard ébloui par une bourrasque de pureté et de clarté. R

Continuer à lire

La Fille du patron

ECRANS | De et avec Olivier Loustau (Fr, 1h38) avec Christa Théret, Florence Thomassin…

Vincent Raymond | Mardi 5 janvier 2016

La Fille du patron

Premier long-métrage de fiction d’un fidèle de Kechiche formé de surcroît au documentaire, La Fille du patron ne surprendra donc pas par son réalisme social, à la tonalité presque anglaise : un courant affectif et solidaire lie entre eux les protagonistes, mais aussi les attache à leur usine, qui est comme un prolongement organique de leur être. Ce qui étonnera en revanche, c’est la détermination sans faille du personnage Vital campé par le réalisateur : chacun de ses choix (dans la sphère professionnelle ou privée) est irrévocable – remords et regrets lui étant étrangers. Un caractère entier et droit, couplé à un profil plutôt taciturne, conférant à ce héros prolo le mixte de mystère et de charisme expliquant la fascination qu’il exerce sur la fameuse “fille du patron”, au-delà des clichés relatifs aux différences d’âges, de milieux sociaux... S’écartant des insupportables standards réclamant de la happy end, La Fille du patron s’achève tout en nuances, confirmant si besoin était l’ineptie du manichéisme simpliste…

Continuer à lire

Renoir

ECRANS | De Gilles Bourdos (Fr, 1h51) avec Michel Bouquet, Vincent Rottiers, Christa Theret…

Christophe Chabert | Jeudi 20 décembre 2012

Renoir

Quel est l’angle de ce Renoir signé Gilles Bourdos ? Ni biopic du père Auguste, saisi au crépuscule de sa vie, ni regard sur la jeunesse du fils Jean, soldat au front et pas encore cinéaste, le film s’intéresse surtout à ce qui va temporairement les unir : la belle Andrée Heuschling, modèle d’Auguste puis amante de Jean, avant de devenir son actrice sous le pseudonyme de Catherine Hessling. Le film ne va pas jusque-là et c’est comme un aveu de la part de Bourdos : le cinéma ne l’intéresse pas, ni comme sujet, ni comme matière. Tout au plus aime-t-il faire des images où il retrouve la lumière des tableaux de Renoir ; par contre, diriger les acteurs ou trouver un point de vue pour sa mise en scène est le cadet de ses soucis. Les scènes se déroulent dans la neurasthénie la plus complète, Christa Theret est ramenée à une pure présence charnelle, et même Michel Bouquet en fait trop (il faut le voir bredouiller des « Mon Jeannot ! » dans sa fausse barbe pour mesurer le désastre). Un gâchis monumental. Christophe Chabert

Continuer à lire

L’Homme qui rit

ECRANS | De Jean-Pierre Améris (Fr, 1h33) avec Gérard Depardieu, Marc-André Grondin, Christa Theret…

Christophe Chabert | Jeudi 20 décembre 2012

L’Homme qui rit

Il y a quelque chose d’involontairement comique à voir sortir, deux semaines après Le Hobbit, cet Homme qui rit signé Jean-Pierre Améris. Là où Jackson étire chaque ligne de Tolkien jusqu’à la nausée, Améris compresse façon César le roman de Victor Hugo ; là où Le Hobbit surjoue l’épique, L’Homme qui rit ramène tout le grandiose hugolien à une platitude de téléfilm tourné dans les pays de l’Est. De la tempête initiale au grand discours de Gwynplaine devant le Parlement, la mise en scène est d’une pauvreté désarmante, incapable de donner du souffle aux images sinon en les inondant d’une musique pompière ou en creusant les fonds verts de décors numériques laids à pleurer. C’est simple, on se croirait dans un plagiat de Tim Burton filmé par Josée Dayan ! Si Depardieu reste digne au milieu du naufrage, Marc-André Grondin ne sait visiblement pas dans quel film il est embarqué, et Christa Theret, qu’on aime beaucoup pourtant, joue les aveugles comme au temps du muet, les yeux écarquillés et les bras tendus en avant. Grotesque, et c’est rie

Continuer à lire

Voie rapide

ECRANS | De Christophe Sahr (Fr, 1h30) avec Johan Libéreau, Christa Théret…

Aurélien Martinez | Mardi 17 juillet 2012

Voie rapide

Rencontre improbable entre Fast and furious et le cinéma des frères Dardenne, ce premier film raconte la culpabilité d’Alex, un amateur de tuning (Libéreau) qui, un soir, tue un jeune garçon sur la voie rapide qui le ramenait à son domicile et décide de cacher l’accident à sa copine Rachel (Christa Théret, actrice définitivement épatante). Contre toute attente, Christophe Sahr trouve systématiquement la bonne distance entre réalisme social et envie de spectacle pour raconter l’errance morale de son héros. La peinture du milieu est crédible sans sombrer dans la caricature, et le film choisit de retranscrire le tourment qui s’empare d’Alex en faisant de sa passion un reflet de sa psyché. Plus Alex s’enfonce dans le remords, plus sa voiture se déglingue, comme si sa culpabilité atteignait l’ensemble de son environnement. Parfois démonstrative, la mise en scène n’hésite pourtant pas à aller fouiller dans des zones dérangeantes, comme lorsqu’Alex se rapproche, y compris physiquement, de la mère de la victime (Isabelle Candelier, inattendue). Tourné vite et pour un budget ridicule, Voie rapide est un objet fragile, mais évidemment sincère, avec des défauts mais aussi un appétit de cin

Continuer à lire