Clovis Cornillac : « Dans "Belle et Sébastien", la nature est un personnage »

ECRANS | Après Nicolas Vanier et Christian Duguay, Clovis Cornillac signe le troisième et dernier épisode de "Belle et Sébastien", adaptation grand écran de la série de Cécile Aubry. Le réalisateur y joue aussi le rôle du méchant. On l'a rencontré.

Aliénor Vinçotte | Mercredi 14 février 2018

Photo : Christophe Brachet - Radar Films – Epithète Films – Gaumont – M6 Films – W9


Pourquoi autant de temps entre vos deux longs-métrages comme réalisateur – Un peu, beaucoup, aveuglément en 2015 et Belle et Sébastien en 2018 ?

Clovis Cornillac : Entre les deux, j'ai aussi réalisé quatre épisodes de la saison 2 de Chefs, la série télévisée de France 2. Même si c'est passionnant, la réalisation demande beaucoup de temps. Belle et Sébastien 3 m'a pris un an et demi, tous les jours jusqu'à aujourd'hui. Mais quel bonheur de faire des films – c'est dément !

Qu'est-ce qui vous a amené à réaliser Belle et Sébastien 3 ?

Son producteur Clément Miserez. La proposition en elle-même m'a un peu déstabilisé au début – je ne voyais pas le lien avec moi. C'est à la lecture du scénario que je me suis fait avoir, car l'histoire m'a plongé dans la littérature d'aventures, type nord-américaine comme Conrad, Steinbeck… J'ai alors réalisé que ce genre de films d'aventures n'existe plus en France. On ne nous donne plus la possibilité d'en faire.

J'étais aussi très intéressé par les thématiques comme la nature, les animaux, l'enfant et la figure du grand-père. Ce qui m'amusait plus que tout, c'était l'idée de faire un conte, de pouvoir emmener ce film sur des références qui m'importent.

Aviez-vous la nostalgie de la série créée en 1965 ?

Sans être en un grand fan quand j'étais enfant, je me suis rendu compte à quel point cette histoire faisait partie de ma culture. J'ai été traversé par ces images. Cette distance par rapport à Belle et Sébastien m'a laissé une certaine liberté pour ne pas être dans une sorte de mimétisme et au contraire d'y amener un plus.

Quand je traversais la France pour présenter le film, beaucoup de fans absolus de la première heure m'ont dit qu'ils s'y retrouvaient vraiment. Cette série était extrêmement sincère, d'où sa popularité – même des années après.

Belle et Sébastien, c'est presque une "marque" que tout le monde connaît. Peut-on être libre dans la réalisation avec un tel cahier de charges ?

Ce n'est que lors de la promotion du film que j'ai compris que j'avais fait Belle et Sébastien 3. J'ai une forme de naïveté qui m'a protégé et m'a permis d'être totalement investi dans ce que je faisais.

Lorsque j'ai annoncé aux producteurs comment je voyais le film après avoir lu le scénario, ils étaient tous enthousiastes. Ils m'ont montré ensuite les deux premiers Belle et Sébastien, que j'ai trouvé totalement dissemblables. C'était alors dans leur projet initial : ils avaient prévu d'avoir trois réalisateurs différents et de faire trois visions hétérogènes du film.

Par rapport à votre premier film tourné en un seul lieu, c'était un pari pour vous de réaliser un film différent, ouvert sur les grands espaces…

Le fait que ce soit très différent ne me pose de problème : j'aime les choses hétéroclites. Cela me donne l'occasion de pouvoir faire tous les styles de films, que ce soit un polar, une comédie, une comédie de roman. Pour moi, la réalisation, c'est prendre un risque. Et j'aime en prendre : je préfère essayer d'assumer et d'avoir quelque chose à dire en le faisant.

Quel a été votre parti pris sur Belle et Sébastien ?

Déjà, ce n'est pas un film qui se raconte à l'épaule. Tout le travail que j'ai effectué, d'un point de vue graphique, est lié justement à ce cinéma aventureux des années 1960. Ce qui m'importait dans Belle et Sébastien, c'est la présence de cette confrontation au mal avec un méchant psychologique et cette dimension du conte avec ce personnage totalement néfaste.

L'acte héroïque suprême dans ce film est le moment où Sébastien refuse de blesser le méchant, en jetant son couteau. C'est un acte supposé de lâcheté de quelqu'un qui, face au mal, refuse de le blesser. Cette notion-là de grandeur m'interroge. On apprend aux enfants à distinguer le bien du mal. À travers ce film, ils apprennent cependant que la loi n'est pas toujours juste ou peut être impuissante face à l'injustice.

Vous faites des références à la collaboration qui s'adressent davantage aux adultes…

Les enfants de six ans qui voient le film ne vont pas en parler. Ils comprennent néanmoins qu'il y a un "vécu" de guerre, même s'ils ignorent tout de l'histoire liée à la collaboration. Plus que le collabo en soi, ce qui m'importe, c'est de montrer cette notion d'être un personnage prêt à aller chercher les chiens d'autrui pour pouvoir les vendre ensuite. Cette personne sans scrupule est impliquée dans tout ce qu'on déteste, comme la cupidité.

J'aime beaucoup l'idée du film familial, mais j'ai plus tendance à dire "grand public". Quand je réalise des films, je ne pense pas à un type de public en particulier. Je le fais parce que je souhaite le partager au plus grand nombre.

Était-ce prévu dès le départ que vous joueriez le méchant ?

Clément Miserez me l'a demandé alors que j'avais déjà commencé à préparer le film – le scénario a changé plusieurs fois de version. Je me suis dit que ce serait une bonne idée de l'incarner, car je voulais vraiment cette figure du mal. Cela ne me présentait pas de problème puisque j'ai joué dans tous les films que j'ai réalisés jusqu'à présent.

Y a-t-il quelque fascination à interpréter un méchant ?

Je suis mon personnage seulement au moment où je joue sur le plateau. À ce moment-là, plus rien n'existe, je suis dedans. Je ne suis jamais rentré chez moi avec un de mes personnages. L'intérêt pour moi est de savoir ce qui va sortir de la scène plutôt que ce que j'ai pu ressentir ou non. J'ai la chance d'avoir ce recul qui me permet d'être investi systématiquement.

Comment dirige-t-on des chiens ?

J'ai travaillé avec le dresseur, Andrew Simpson, trois mois avant le tournage. Il avait déjà travaillé pour les deux premiers Belle et Sébastien. C'est un homme extraordinaire, c'est un génie. Comme il ne parle pas français, tous les chiens sont dressés en anglais – même s'ils viennent de familles françaises. L'idée était de créer cette image de chien ayant un rapport intime – et non pas seulement d'un chien haletant, simplement assis à côté d'un enfant. Dans plusieurs scènes, on va arriver à capter ces moments essentiels où le chien va réellement exprimer quelque chose.

Au même titre que les animaux, pour la nature, je ne voulais pas d'une simple carte postale et qu'elle ait une vraie présence. La nature dans mon film est un vrai personnage secondaire, important et essentiel au récit.

Avez-vous eu des difficultés à maîtriser l'espace ?

Cela n'a pas été toujours évident, surtout en montagne. La neige, c'est le décor du film. Dès que quelqu'un marche dedans, il le casse. C'était un vrai cauchemar car il fallait penser en amont aux plans, aux trajectoires des équipes pour amener le matériel.

À cela s'ajoutaient aussi les problèmes liés au temps, au froid, à la neige qui fond. Lorsqu'on faisait des repérages de paysages, deux semaines après, ils pouvaient changer. Une vraie course contre le temps! C'est un film d'aventure mais c'est aussi l'aventure sur le tournage!

Comment avez-vous géré les choix musicaux et la présence de la musique dans le film ?

J'ai failli faire des choix prétentieux de musique car, au départ je ne voulais pas mettre le thème de Belle et Sébastien. Ce n'est qu'en travaillant avec le compositeur lors du montage que j'ai compris l'importance de la musique liée à ce film. Elle est en elle-même un personnage de l'histoire.

J'ai cependant voulu la réorchestrer pour ne pas la plaquer et pour y ajouter aussi le son du violoncelle que j'aime particulièrement. Armand Amar m'a donc fait des versions très pures et simples. C'est un long processus et important, mais cela aurait été finalement une grosse erreur de ne pas mettre ce thème.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"L’Aventure des Marguerite" : malle du transport

ECRANS | De Pierre Coré (Fr., 1h26) avec Alice Pol, Clovis Cornillac, Lila Gueneau…

Vincent Raymond | Mardi 7 juillet 2020

1942. Le père de Marguerite a disparu à la guerre et l’adolescente se languit de son retour. 2019. Margot, sosie de la précédente, doit passer trois jours avec le nouveau copain de sa mère qu’elle trouve lourd. À cause d’une malle magique, les deux jeunes filles vont se substituer l’une l’autre… Comme une étrange impression de se retrouver devant un J’aime Lire mis en images… Pas si loin, en fait, puisque cette comédie fantastique d’aventure est adaptée d’un roman jeunesse signé Vincent Cuvellier. Si le travail visuel est propre, rythmé par le va-et-vient permanent entre les deux époques, la partie 1942 se révèle beaucoup plus riche en rebondissements épiques que le segment contemporain, Marguerite s’adaptant très (trop) vite à l’univers de science-fiction XXIe siècle. Les scénaristes ne se sont pas non plus trop préoccupés des inévitables questions de paradoxes temporels, pourtant le sel de ces histoires ainsi que des ressorts dramatiques de premier choix. On ignore quel destin attend ce film d’ambiance automnale un 14 juillet en salles, il fera certainement un meilleur score une après-midi de n

Continuer à lire

Les Vétos : Seules les bêtes ?

ECRANS | De Julie Manoukian (Fr., 1h32) avec Noémie Schmidt, Clovis Cornillac, Lilou Fogli…

Vincent Raymond | Mardi 17 décembre 2019

Les Vétos : Seules les bêtes ?

Nico et son aîné Michel font tourner à deux un cabinet vétérinaire d’un petit village du Morvan. Partant subitement à la retraite, Michel fait venir à sa place sa nièce, chercheuse et entêtée mais qui n’a jamais pratiqué. Au contact de Nico, du village et des animaux, elle changera… Évidemment sympathique, terriblement dans l’air du temps, malheureusement téléphonée, l’intrigue des Vétos est au moins aussi lourde que cette phrase surchargée en adverbes. On s’étonne même de voir sur grand écran cette collection de clichés sur la ruralité hexagonale (hostile et obtuse à l’étrangère, mais révélant un cœur "gros comme ça" à la fin), d’habitude réservée au public captif de la télévision. Tout y passe : du paysan bourru au maire hobereau habillé façon militant LR à la Baule, de l’orpheline-cachant-un-lourd-secret au véto dévoré par son apostolat… Si aucun personnage n’échappe à sa caricature, le film aborde malgré tout un vrai sujet : celui de la désaffection rurale, de son abandon par l’État (raréfaction des services publics, mitage du maillage territorial…) au profit des zones plus urbanisées, créant de fait des insulari

Continuer à lire

"Les Chatouilles" : Andréa Bescond, touchée mais pas coulée

ECRANS | Portant le fardeau d’une enfance abusée, Odette craque et solde son passé, subissant en sus l’incrédulité hostile de sa mère. Une histoire vraie passée par la scène peinant à trouver sa pleine voix au cinéma mais heureusement relayée par des comédiens d’exception.

Vincent Raymond | Lundi 12 novembre 2018

Enfant, Odette a régulièrement été abusée par Gilbert, un ami de la famille masquant ses sévices en "chatouilles". À l’âge adulte, la danse ne suffisant plus pour exorciser son passé, Odette entreprend (à reculons) une psychanalyse. Et lutte en sus contre le déni maternel… Comme un écho douloureux. Un semaine après la sortie d’Un amour impossible de Catherine Corsini d'après un roman de Christine Angot, ce premier long-métrage coréalisé par Éric Métayer et Andréa Bescond, adaptation du spectacle autobio-cathartique de cette dernière, aborde à nouveau (et plus frontalement encore) l’abominable question des attouchements et des viols sur mineur·es. S’il a fallu à l’autrice-interprète principale une dose de courage à peine concevable pour se livrer aussi crûment et se reconstruire, on ne peut cependant pas taire sa perplexité face à

Continuer à lire

"Belle et Sébastien 3" : freudien ce dernier chapitre (et tant mieux)

ECRANS | de et avec Clovis Cornillac (Fr., 1h37) avec également Félix Bossuet, Tchéky Karyo…

Vincent Raymond | Mardi 6 février 2018

Comme si la montagne lui tombait sur la tête ! Sébastien, qui a désormais 12 ans, apprend que son père veut l’emmener au Canada, loin de ses alpages chéris. Pire que tout, Joseph, un odieux bonhomme débarqué de nulle part, revendique la propriété de Belle et de ses trois chiots… Après deux opus touristiques sentant le foin, le vieux poêle et les années cinquante, on n’attendait plus grand-chose de Belle et Sébastien, si ce n’est une nouvelle collection de chandails qui grattent et de guêtres en flanelle. Pur objet de producteurs, confié de surcroît à un réalisateur différent, chaque épisode de ce "reboot" du feuilleton de l’ORTF a déjà l’air d’être la rediffusion de Heidi contre Totoro. Alors, quelle heureuse surprise que ce volet qui, en plus d’annoncer clairement la fin de la série, le propulse dans une direction inattendue. Comme dans Harry Potter, gagnant en noirceur au fur et à mesure que le héros-titre prend de l’âge, Sébastien s’approche de l’adolescence en se confrontant à l’arrachement et à la perte de ses référents d’enfant. Ici, la privation de son maousse objet transitionnel, en l’occurrence la chienne p

Continuer à lire

"L’Indomptée" : tensions à la villa Médicis

ECRANS | de Caroline Deruas (Fr, 1h38) avec Clotilde Hesme, Jenna Thiam, Tchéky Karyo…

Julien Homère | Mardi 14 février 2017

Coscénariste de Philippe Garrel sur Un été brûlant et La Jalousie, Caroline Deruas signe avec L’Indomptée son premier long-métrage. Rome, la Villa Médicis : les destins de Camille et son mari Marc Landré, tous deux écrivains, et d’Axèle, une photographe, s’entrechoquent. Dans le couple comme dans la résidence, les tensions vont monter jusqu’à l’explosion finale. Volontairement elliptique, cet essai tient plus du cinéma abstrait de Lynch que du film de chambre d’Eustache. Sans compromis dans son traitement expérimental, L’Indomptée est un beau brouillon, un exercice de style prometteur plus qu’un travail accompli. Si la réalisatrice reste encore prisonnière de ses influences, le trio d’acteurs (Hesme, Thiam, Karyo) donne corps et vie à ce qui aurait pu ressembler à un étalage de références un peu guindé.

Continuer à lire

Mes héros

ECRANS | D’Eric Besnard (Fr, 1h27) avec Josiane Balasko, Gérard Jugnot, Clovis Cornillac…

Jerôme Dittmar | Lundi 10 décembre 2012

Mes héros

Exemple effarant d'un cinéma post-sarkozy qu'on n'aurait jamais voulu voir naître, Mes héros confirme l'état alarmant de la production française en 2012. Pire que tout, cette comédie d'occupation où la tendresse neuneu côtoie le militantisme débile a des airs de Mamie fait de la résistance chez Jardiland. Dans un décor digne d'un shooting pour magazine déco, Josiane Balasko cache un jeune sans-papiers (le juif de l'an 2000) qui, séparé un temps de sa mère, trouve refuge à la campagne où il découvre les joies des tartines au beurre et de la 2CV vintage. Venue d'un autre temps, cette fable morale qui lave plus blanc que la Mère Denis veut tout réconcilier : la famille, le pays, les années Hortefeu et ses gendarmes. Mené tambour battant par un duo Jugnot/Balasko ayant enfanté de Clovis Cornillac (pire casting de l'année), Mes héros laboure l'humanisme blotti dans le petit cœur de chacun. L'enfant, qui n'a rien demandé à personne, enfonçant le clou de ce cauchemar hygiénique. Jérôme Dittmar

Continuer à lire

Radiostars

ECRANS | De Romain Lévy (Fr, 1h40) avec Manu Payet, Clovis Cornillac, Douglas Attal…

Christophe Chabert | Vendredi 6 avril 2012

Radiostars

Une bande d’animateurs exerçant leur art de la grossièreté et de la vanne sur une radio FM le matin sont punis de leurs excès par leur directeur d’antenne et doivent aller faire le tour de la France profonde pendant l’été s’ils veulent garder leur place sur la grille de rentrée. En voilà un bon argument pour faire sauter les stéréotypes, ramener les personnages à la réalité, les changer en profondeur tout en tricotant une comédie douce-amère sur les aléas de la célébrité. Mais Radiostars n’est pas Intouchables, au contraire. Radiostars n’aime que le conflit, la dispute, l’engueulade, le couteau tiré, portrait d’un monde qui ne cherche pas la réconciliation, mais la conservation de son esprit de clan pour garder, en fin de compte, le succès et l’argent. La France d’en bas ? Des cons, des racistes, des bouseux, des passionnés de trucs pourris dont on se moque parce que ça fait de l’audience — parce que c’est l’audience ! La comédie elle-même se fout d’être parfois d’une lourdeur incroyable (Cornillac et les chambres pour handicapés, ce n’est DÉFINITIVEMENT pas Intouchables), et quand elle tire un bon numéro (excellent

Continuer à lire

Une folle envie

ECRANS | De Bernard Jeanjean (Fr, 1h20) avec Clovis Cornillac, Olivia Bonamy…

François Cau | Vendredi 13 mai 2011

Une folle envie

Sous couvert d’une approche dédramatisée de son sujet (un couple de trentenaires essaie d’avoir un enfant), Une folle envie ne fait qu’accumuler les clichés comiques liés de près ou de loin à la situation, avec une constance qui forcerait le respect si l’on n’avait pas vu / entendu l’intégralité des gags au bas mot plus d’une centaine de fois. Franchement douloureux dans son étirement forcené de la moindre scène, réalisé et monté en dépit du bon sens, même pas porté par un casting démissionnaire (Clovis Cornillac n’a jamais été aussi mauvais – c’est dire), Une folle envie détient pour l’instant le titre de pire film de l’année. Et il va falloir aller très, très loin pour le détrôner. FC

Continuer à lire