"Katie Says Goodbye" : demande à la poussière

ECRANS | Dans son premier film, volet inaugural d’une trilogie à venir, le réalisateur Wayne Roberts plonge la comédienne Olivia Cooke dans le cœur profond des États-Unis. Une réussite sans une once de misérabilisme.

Vincent Raymond | Lundi 16 avril 2018

Photo : Bodega Films


Fleur pure éclose au milieu d'un trou désertique perdu dans le sud ouest états-unien, Katie vit avec sa mère immature, dispense chaque jour son sourire dans le diner où elle bosse et fait des passes avec quasi tout le monde afin de partir à Frisco pour devenir esthéticienne. Un ange de bonté, qui va pourtant subir le pire…

Bien malin qui parvient dès les premières images à dater ce film renvoyant une image atemporelle ou, à tout le moins, figée dans le rose-bonbon années 1950 des États-Unis : aucun des marqueurs coutumiers de la "contemporanéité" que sont les écrans ou les smartphones ne vient perturber ce microcosme figé dans une époque idéalisée, bien que totalement révolue. Des enclaves bien réelles, rappelant ces patelins aperçus récemment dans le film Lucky de John Carroll Lynch ou le documentaire America de Claus Drexel où le sentiment d'isolement n'a rien d'une vue de l'esprit.

Soudain, Olivia Cooke

Dans ce cadre ayant tout d'un cloaque putride, il aurait été très (trop) facile de savonner la planche : en sacrifiant Katie, en chargeant les ordures qui l'agressent ou qui l'enfoncent quand elle est au plus bas. Mais le réalisateur Wayne Roberts s'écarte de la ligne toute tracée de ces mélos se délectant avec une jouissance suspecte du malheur de leur protagoniste : plutôt que de s'acharner sur Katie et de la traiter en victime, le réalisateur lui rend justice, dresse d'elle le portrait d'une jeune femme lumineuse, dépourvue de haine et de rancune – la beauté de son âme n'est jamais entachée par les souillures de son corps. Il achève même ce conte déviant sur un plan sublime résumant son héroïne : un éclat de larmes aussitôt balayé par un sourire lumineux.

Katie Says Goodbye doit enfin énormément à sa jeune interprète, Olivia Cooke (à l'affiche du Ready Player One de Steven Spielberg), dont le physique et la spontanéité rappellent Sara Forestier. On lui souhaite le même courage et la même trajectoire.

Katie Says Goodbye
de Wayne Roberts (ÉU-Fr, int.-12 ans, 1h29) avec Olivia Cooke, Christopher Abbott, Mireille Enos…


Katie Says Goodbye

De Wayne Roberts (ÉU, 1h26) avec Olivia Cooke, Christopher Abbott...

De Wayne Roberts (ÉU, 1h26) avec Olivia Cooke, Christopher Abbott...

voir la fiche du film


Katie, jeune femme du sud ouest américain rêve d'une nouvelle vie à San Francisco. Elle vit ses premiers amours et se révèle d’une honnêteté désarmante. Son empathie compulsive envers les autres fait d’elle une proie facile. Sa ténacité et sa jeunesse seront mis à l'épreuve par ceux qu'elle aime le plus au monde


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Possessor" : de la mort des marionnettes

ECRANS | Possessor aurait pu constituer l’Easter Egg idéal du festival Hallucinations Collectives, si… Mais avec des si, les cinémas seraient ouverts et on ne serait pas obligé de voir le Grand Prix de Gérardmer en direct to DVD en espérant qu’il sorte enfin sur grand écran…

Vincent Raymond | Mercredi 14 avril 2021

Dans un monde parallèle, une firme hi-tech vend à ses très fortunés clients ses "talents" consistant à téléguider neurologiquement des individus afin qu’ils commettent des meurtres ciblés. Tasya Vos, l’une de ces marionnettistes du subconscient, éprouve de plus en plus de difficultés à sortir de ses missions. Et la dernière qu’elle accepte pourrait bien lui être également fatale… En d’autres circonstances, on aurait été embarrassé d’évoquer le père à travers le fils. Mais ici, tout, du thème au style organique choisis par Brandon, renvoie au cinéma de David Cronenberg et tend à démontrer par l’exemple (et l’hémoglobine) la maxime « Bon sang ne saurait mentir ». Non qu’il s’agisse d’un film par procuration, plutôt de la perpétuation logique d’un esprit, de la manifestation d’un atavisme cinématographique. Avant que le concept soit énoncé et surtout banalisé dans toutes les gazettes, l’idée de l’Humain augmenté, quel que soit le moyen choisi (hybridation vidéo, amélioration psychique, branchement neuronal, mutation, duplication…) mais toujours à ses risques et périls, a t

Continuer à lire