"Burning" : déclare ta flamme !

ECRANS | de Lee Chang-Dong (Cor, 2h28) avec Yoo Ah-In, Steven Yeun, Jeon Jong-seo…

Vincent Raymond | Mardi 21 août 2018

Photo : ©2018 Pinehouse Films


Jong-soo accepte de nourrir le chat d'Hae-mi, une amie d'enfance, pendant son voyage à l'étranger. Lorsqu'elle revient, elle est flanquée de l'étrange et fortuné Ben, dont elle semble éprise. Double problème : Jong-soo est épris d'elle et Ben révèle des penchants tordus…

« Qui entre pape au conclave, ressort évêque ». Sur la Croisette cannoise, la sentence vaut également pour les films adulés par la rumeur – découlant d'un phénomène d'autosuggestion massive lié à la promiscuité et à la surexcitation cannoises… ou à l'habileté des publicitaires. À l'issue de la proclamation du palmarès, leur palme putative envolée, des œuvres entament leur vie en salle auréolées d'une vapeur d'échec ou d'une réputation de victime biaisant leur découverte.

Burning aura donc été invisible aux yeux du jury. Singulière mise en abyme pour ce film où la suggestion de présence, l'absence et la disparition physique ont une importance considérable. Ainsi Jong-soo, écrivain en devenir à la production virtuelle, vivant dans une ferme fantôme à portée d'oreilles de la Corée du Nord, tombe-t-il amoureux de Hae-mi, laquelle étudie le mime et prétend posséder un félin qu'on ne voit jamais, quand la belle est hors d'atteinte. Ainsi Ben prétend-il (mais le fait-il réellement ?) user du feu pour satisfaire ses pulsions de destruction. Ainsi Hae-mi se volatilise-t-elle mystérieusement – mais a-t-elle seulement existé ailleurs que dans l'imaginaire de Jong-soo ?

Le feu couve en permanence dans cette histoire : il brûle les veines, embrase les sentiments comme les cieux du crépuscule, ravage les intérieurs. Autant que les doutes, les silences et les non-dits consumant Jong-soo. Si Burning tient de l'élégie amoureuse, il porte en son cœur une étourdissante séquence de séduction solaire rythmée par la BO d'Ascenseur pour l'échafaud et Miles Davis. Et Jong-seo Jeon. C'est elle le feu et l'apparition brûlante de ce film.


Burning

De Lee Chang-Dong (Sud-Cor, 2h28) avec Yoo Ah-In, Steven Yeun...

De Lee Chang-Dong (Sud-Cor, 2h28) avec Yoo Ah-In, Steven Yeun...

voir la fiche du film


Lors d'une livraison, Jongsu, un jeune coursier, tombe par hasard sur Haemi, une jeune fille qui habitait auparavant son quartier. Elle lui demande de s’occuper de son chat pendant un voyage en Afrique. À son retour, Haemi lui présente Ben, un garçon mystérieux qu’elle a rencontré là-bas. Un jour, Ben leur révèle un bien étrange passe-temps…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Tout feu tout flamme

CONNAITRE | Fascinant documentaire réalisé par Jennie Livingstone en 1990, Paris is burning (mardi 11 mars au 102) s’intéresse à la culture méconnue des « bals » (...)

Damien Grimbert | Mardi 25 février 2014

Tout feu tout flamme

Fascinant documentaire réalisé par Jennie Livingstone en 1990, Paris is burning (mardi 11 mars au 102) s’intéresse à la culture méconnue des « bals » new-yorkais, née au sein de la communauté homosexuelle et transgenre issue des quartiers défavorisés (et donc majoritairement composée de noirs et latinos). Répartis en différentes « familles » de substitution (les houses), les participants de ces évènements défilent et s’affrontent à tour de rôle dans une compétition féroce mais amicale subdivisée en différentes catégories thématiques, et sont jugés par leurs pairs en fonction d’une myriade de critères détaillés dans le documentaire (attitudes, danses, habillement et maquillages…). Une véritable culture underground basée sur des codes (et un vocabulaire) extrêmement élaborés, inspirés de l’univers du luxe, de la mode et de l’opulence auxquels tous aspirent sans pour autant y avoir accès. Alternant séquences filmées au sein même des bals et interviews avec plusieurs représentants illustres de la scène, Paris is burning dresse ainsi un portrait fascinant des difficultés, des rêves, et des combats de cette communauté unique en son genre, mais égalem

Continuer à lire

Des nouvelles de Cuizinier

MUSIQUES | Flashback : nous sommes en juillet 2005 et le nom de TTC est sur (presque) toutes les lèvres. Avec son iconoclaste deuxième album sorti quelques mois plus (...)

François Cau | Vendredi 6 janvier 2012

Des nouvelles de Cuizinier

Flashback : nous sommes en juillet 2005 et le nom de TTC est sur (presque) toutes les lèvres. Avec son iconoclaste deuxième album sorti quelques mois plus tôt, Bâtards Sensibles, le groupe de rap a jeté un pavé dans la mare. Auréolé de ce succès, Cuizinier, l’un des 3 MCs du trio, sort une mixtape solo qui va déchaîner les passions, Pour les filles, ébouriffant cocktail de rap sur fond musical de crunk, d’eurodance, de ghetto music et de pop 80’s. Flow tour à tour nonchalant et énervé, lyrics salaces et narcissiques débités avec arrogance, Cuizinier séduit ou horripile, mais ne laisse personne indifférent. Sept ans plus tard, le paysage musical a changé en profondeur, mais Cuizinier… pas vraiment. Il n’est pas devenue la star adulée espérée par ses fans, n’a pas sombré dans l’oubli comme le prédisaient ses haters, mais continue son petit bonhomme de chemin avec persévérance, toujours fidèle au style qu’il a créé. Une fois visionnés ses derniers clips (Gourmand, Dans le lit de mes parents) et écoutée sa dernière mixtape (en libre téléchargement sur la page Facebook de son nouveau label, La Pizza Chaude), venez donc le voir rapper ce ve

Continuer à lire