Éric Judor : « Aborder ce métier était jusqu'à présent toujours une joie ; là, j'étais le Schtroumpf triste »

ECRANS | Pour son premier long métrage "Roulez jeunesse" (en salle le mercredi 25 juillet), Julien Guetta a osé demandé à Éric Judor de changer de registre. Cela tombe bien : celui-ci voulait glisser vers un format plus dramatique. Rencontre en deux temps et à deux voix.

Vincent Raymond | Lundi 16 juillet 2018

Photo : Céline Nieszawer


Julien, votre film Roulez jeunesse​ flirte avec la comédie italienne et la comédie à l'anglaise…

Julien Guetta : C'était une des ambitions, clairement. Comme de choisir Éric, qui fait beaucoup de comédies, pour l'emmener vers quelque chose d'autre, dans quelque chose de plus singulier qu'on n'a pas forcément l'habitude de voir en France.

J'ai une très grande admiration pour Éric. C'est un acteur très technique, quelqu'un de très professionnel qui gère la comédie – c'est hyper agréable quand on est réalisateur – et même le drame. Et il est aussi réalisateur…

D'où vient ce personnage d'Alex, l'adulte un peu enfant qu'il interprète ?

JG : Je pense que j'étais comme ça quand j'ai commencé à écrire. Et que je n'aimais pas trop cette figure – c'est pour ça que je ne trouve pas le personnage complètement irresponsable non plus. C'est un bon gars maladroit, un mec trop gentil, qui sait quand même se démerder avec la vie. Et puis, j'ai eu un fils pendant l'écriture du film, ça a modifié aussi mon point de vue.

Avez-vous profité des capacités d'improvisation d'Éric Judor ?

JG : Mon idée était d'en profiter sans me faire dépasser par son personnage. Parfois, je me faisais plaisir : il est tellement drôle. Mais il en était conscient et me disait : ne me fais pas aller trop loin, soyons vigilants, essayons d'aller ailleurs.

À quel moment avez-vous eu la certitude qu'il incarnerait Alex ?

JG : Ça s'est fait en plusieurs étapes. Au début, je ne pensais pas à Éric, mais à d'autres quadragénaires français comme Romain Duris. J'aime beaucoup, hein, mais pour un premier film, ça manquait un peu d'originalité. Et un jour, je marchais en bas de chez moi place Clichy et je tombe sur Éric, je me retourne et me dis qu'il ne serait pas mal.

On lui a envoyé le scénario et il a tout de suite aimé, on s'est appelés, on s'est rencontrés. Vu qu'il était hyper occupé, il a fallu attendre qu'il soit dispo, mais le jour où on savait que c'était lui… Et d'ailleurs le voici qui arrive… le hasard…

Éric, c'est le côté sérieux ce personnage qui vous a séduit ?

Éric Judor : Disons que j'allais sur un terrain complètement nouveau. Je connais plutôt bien celui de la comédie, je sais plutôt bien cacher mes émotions et jouer sur l'immédiat. Mais j'avais envie d'inconnu ; j'attendais un scénario qui m'amène doucement vers la comédie. Et celui Julien était de la comédie qui se délite au fur et à mesure, qui dégénère par paliers en drame. Je n'aurais sûrement pas été capable d'y aller froidement.

On y est allés doucement, en lâchant les mains comme quand on apprend à marcher. Sans tout dévoiler, il y a une scène un peu costaud dont je n'ai pas l'habitude, où je montre quelque chose d'autre que la surface…

Comment arrive-t-on à se convaincre qu'on est capable d'un autre registre ?

EJ : Nous, les comédiens, avons tous un petit diapason qui nous dit si l'on est juste, mauvais ou très mauvais. Et là j'avais l'impression d'être au diapason car j'ai très peu fabriqué. Pour le reste… eh bien il faut demander aux autres.

Pourtant, cela fait un certain temps que vous vous essayez à d'autres registres…

EJ : Depuis Platane, j'essaye d'être dans la vraie vie. Moins absurde, jouer des situations plus réelles, détourner la comédie vers le réel. Ça m'apprend forcément à être vrai. Mais c'est une chose d'être vrai, c'en est une autre de montrer son intimité. Et d'être très intime. Là, j'ai montré des choses que je ne montre qu'à ma famille jusqu'à présent. Et encore, pas à tous.

Et qu'avez-vous ressenti ?

EJ : Oh, c'est un mini viol, hein (rires). Je ne comprends pas les acteurs et actrices qui vont à fond dans ce registre – à moins d'être extrêmement technique et de fabriquer de manière très performante au point que cela ne transparaisse pas, que ça paraisse très vrai et poignant. Moi, je ne sais pas faire ça. Si je dois y aller, j'y vais, et ça me perturbe pour longtemps. C'est une souffrance pour moi.

Cela vous gêne-t-il ?

EJ : Ah non enfin j'ai l'impression de l'avoir fait, mais ça m'a mis dans un endroit un peu dégueulasse. C'est dur. Pour moi, aborder ce métier était jusqu'à présent toujours une joie, et j'y allais la fleur au fusil en chantant. Là, j'étais le Schtroumpf triste.

Mais ça ne m'a pas vraiment surpris : les films qui m'ont touché, les séquences fortes que j'ai vues, je me dis que ces acteurs y ont laissé quelque chose. Pour avoir un petit peu effleuré ces moments là dans Platane où j'ai des moments mélancoliques, je me suis dit qu'y aller à fond risquait de me perturber à un moment.

Qu'est-ce qui fait que l'accident est aussi présent dans votre carrière ?

EJ : Très bonne question ! Le beau ne sort que d'accidents heureux ! Et je pense que ce ne sont que les sorties de route qui nous font découvrir d'autres trucs. Je vous citerai Cars : il ne se retrouve que quand il sort de la route et qu'il va dans ce petit village d'Arizona (rires).

Je pense que l'accident est important, à beaucoup de points de vue. Pour se connaître, pour être face à l'épreuve. Pour se retrouver seul. Pour pleins de choses. Pour se reconstruire, changer de voie...

Le scénario donne l'impression d'avoir été écrit pour vous aujourd'hui, ce qui est un luxe et un privilège. Pensez-vous avoir été particulièrement chanceux dans votre carrière ?

EJ : Euh… Ouais (rires). Sans hésiter, extrêmement. En vrai. Ça va être horrible ce que je vais raconter sur moi, mais ma mère m'a rappelé qu'une fois en rentrant de Roland-Garros, j'avais 14 ans, je lui avait dit que c'était fou que les gens à côté de moi dans le RER ne sachent même pas qu'ils étaient assis à côté d'Éric Judor ! Pour moi, c'était sûr que j'allais devenir quelqu'un, un tennisman – non mais whaou la grosse tête du gars, quoi, à 14 piges !

Sinon, j'ai eu énormément de chance et oui j'ai fait toujours ce que j'ai voulu. Même si des fois la carrière marchait moins bien j'ai quand même fait tous les projets que j'ai voulu faire.

Et comment avez-vous vécu cette popularité ?

EJ : Et d'une je ne suis pas Michael Jackson, et de deux on s'y fait. On apprend à vivre avec. Je vis bien avec depuis plus de 20 ans maintenant. Je suis pas malheureux quand je suis à l'étranger et que personne ne me connaît, je suis pas malheureux non plus quand je vais à Paris et que les gens me demandent des photos.

Ça me fait plaisir. Ça fait partie de ma vie. Avicci vivait ça très mal ! Mais je ne suis pas à ce niveau-là de notoriété. Je suis juste en dessous du radar, je pense. Je peux encore dire des conneries sans que ça parte dans des proportions énormes. Je le suis juste assez pour que les gens viennent avec des projets.

Cela peut en intéresser davantage puisque vous changez de registre …

EJ : Merde… Ça y est la carrière décolle ? (rires). Non mais je suis très curieux de voir ce qui va se passer avec ce film.

Ce crédit que vous avez vous permet-il de faire un nouveau film en tant que réalisateur ?

EJ : Là je suis en pleine écriture de la saison 3 de Platane, donc ça me prend beaucoup de temps et j'ai envie de faire un Late Show. Sur Canal.

Vous avez une garantie de liberté totale ?

EJ : Bah oui, c'est eux qui sont venus me chercher pour faire la saison 3 … Ils viennent me voir, ils savent le ton qu'il y aura. Il n'y a pas de tensions.

Comment faites-vous pour écrire ?

EJ : Oh, Il n'y a pas de secret. On peut écrire sur des terrasses de café… Mais si on veut vraiment avancer, faut s'y mettre : dans un bureau, avec un ordi et avoir un rythme de travail régulier. Les idées ne tombent pas du ciel.

À quand un nouveau film avec Ramzy ?

EJ : Déjà, il apparaît dans la saison 3. Et le Late Show c'est avec lui. C'est fou à quel point on est fusionnel. C'est horrible : j'ai un jumeau plus jeune. On ne se voit que dans le taf, ce qui fait que quand on se voit, ça explose direct.

Au fait, pourquoi Roulez jeunesse sort-il le 25 juillet ?

EJ : C'est mon anniversaire !


Roulez jeunesse

De Julien Guetta (Fr, 1h24) avec Eric Judor, Laure Calamy...

De Julien Guetta (Fr, 1h24) avec Eric Judor, Laure Calamy...

voir la fiche du film


Alex, 43 ans, est dépanneur automobile dans le garage que dirige d'une main de fer sa mère. Un jour, il dépanne une jeune femme et passe la nuit chez elle, mais au petit matin elle a disparu lui laissant sur les bras trois enfants.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Caroline à Grenoble

Avant-première | Si le festival de Cannes avait eu lieu en mai comme il se doit, on aurait vu Patrick, l’un des protagonistes du nouveau film de Caroline Vignal (...)

Vincent Raymond | Mardi 8 septembre 2020

Caroline à Grenoble

Si le festival de Cannes avait eu lieu en mai comme il se doit, on aurait vu Patrick, l’un des protagonistes du nouveau film de Caroline Vignal Antoinette dans les Cévennes, gravir les marches rouges du Palais des Festivals. Jusque là, rien d’étonnant. Sauf que si : Patrick est un âne. Certes, beaucoup d’ânes ont déjà arpenté la Croisette, mais celui-ci est un pur baudet à poil gris qui donne du fil à retordre à sa partenaire, interprétée par Laure Calamy, institutrice à la poursuite de son amant (une sorte de maîtresse au carré, si vous voulez). Caroline Vignal vous en dira davantage à l’occasion de l’avant-première qu’elle accompagne de sa présence. Mais sans âne. Ce sera jeudi 10 septembre, à 20h15, au cinéma Le Club.

Continuer à lire

"Seules Les Bêtes" : col de la Croix mourant

Cinema | De Dominik Moll (Fr.-All., 1h57) avec Denis Ménochet, Laure Calamy, Valeria Bruni Tedeschi…

Vincent Raymond | Mardi 3 décembre 2019

Une petite communauté montagnarde gelée par l’hiver. La disparition d’une femme provoque des réactions contrastées : indifférence du rude Michel, suspicion de son épouse Alice qui pense que son amant, le solitaire Joseph, n’est pas étranger à l’affaire. Elle n’a pas forcément tort… Retour gagnant pour l’efficace Dominik Moll, toujours à l’aise dans les ambiances psychologiquement glaçantes : le polar de Colin Niel semblait écrit pour qu’il s’empare de ses personnages tourmentés, emmitouflés sous plusieurs couches de peaux et de vêtements, et qu’il compose autour de chacun d’entre eux un chapitre (autant dire un fragment) de l’histoire globale, en variant les points de vue. Comme dans Rashōmon de Kurosawa, chaque protagoniste fabrique sa vérité à partir de faits objectifs, de conjectures et de sa propre part de ténèbres. Une situation donnée pour suspecte dans une séquence se révèlera ainsi totalement anodine dans l’autre… mais l’inverse se vérifiera encore plus souvent. Portrait d’une région rurale d’altitude standard (en proie à ses difficultés économiques ordinaires, à la saisonnalité touristique, à

Continuer à lire

"Nos batailles" : soudain, Romain Duris

ECRANS | de Guillaume Senez (Fr-Bel, 1h38) avec Romain Duris, Laetitia Dosch, Laure Calamy…

Vincent Raymond | Mardi 2 octobre 2018

Chef d’équipe dans un entrepôt 2.0, Olivier affronte chaque jour une direction tyrannique, avant de retrouver la paix des siens. Un jour, sa femme le quitte sans prévenir, le laissant seul avec ses deux enfants. C’est un autre combat qui s’engage alors : faire sans, avec l’angoisse en plus… Enfin un rôle consistant pour Romain Duris, ce qui nous rappelle que, s’il dilapide parfois ses qualités à la demande de certains cinéastes le poussant à cabotiner, le comédien sait aussi mettre son naturel et sa sauvagerie au service d’emplois du quotidien dans des films à fleur d’âme tels que Nos batailles. Tout est, ici, d’une justesse infinie, sans la moindre fausse note : l’injustice qui sourd, la descriptions du "lean management" cynique dans sa désincarnation ultime, le dialogue et les situations, jusqu’au sourire mouillé de sanglots d’une femme cherchant à ne pas perdre la face après une réplique maladroite de l’homme dont elle s’est éprise – Laure Calamy, parfaite dans la réserve, comme tous les personnages secondaires. Par son dédain du pathos et son sens aigu du détail signifiant, le réalisateur

Continuer à lire

"Roulez jeunesse" : (bon) père de dépannage

ECRANS | de Julien Guetta (Fr, 1h24) avec Éric Judor, Laure Calamy, Brigitte Roüan…

Vincent Raymond | Lundi 16 juillet 2018

Peu rongé par l’ambition, Alex s’épanouit au volant de la dépanneuse du garage administré par sa mère. Son bon cœur le conduit un soir à aider une jeune femme déboussolée, qui l’entraîne chez elle et le plaque le lendemain en lui laissant ses trois enfants en cadeau… Comment grandir quand on n’en éprouve pas le besoin impérieux ; comment accepter de couper le cordon quand on a toujours surprotégé son fils ; comment admettre que l’on a encore besoin de référents adultes lorsque l’on est adolescent ; est-il normal de ne pas éprouver d’instinct maternel ? Roulez jeunesse mesure chaque terme du syntagme "comédie familiale" en explorant avec finesse le lien et l’attachement sous toutes ses formes – voilà pour les lecteurs·trices de Françoise Dolto. Pour son premier long en tant que réalisateur, Julien Guetta approfondit donc des questionnements entamés dans ses courts-métrages Les Ventres vides et, surtout, Lana del Roy, où la famille en crise constituait à la fois le périmètre et la raison d’être du récit. Juste avant Roulez jeunesse, sa participation à l’écriture du

Continuer à lire

"Joueurs" : (petite) maîtresse-carte

ECRANS | de Marie Monge (Fr, 1h45) avec Tahar Rahim, Stacy Martin, Karim Leklou…

Vincent Raymond | Mardi 3 juillet 2018

Serveuse dans le restaurant familial, Ella (Stacy Martin) embauche Abel (Tahar Rahim) pour un extra. Celui-ci l’embobine et lui inocule aussitôt sa passion ravageuse pour le jeu pratiqué dans des bouges clandestins. Fascinée par cet univers interlope autant que par le charme maléfique d’Abel, Ella bascule… C’est presque un exercice de style ou un genre en soi. Wong Kar-Wai, entre autres cinéastes asiatiques, s’y est souvent frotté : décrire l’atmosphère nocturne badigeonnée de néons des cercles de jeu occultes et surtout, la fièvre de celles et ceux qui les fréquentent… À leurs risques et périls : la sanction de la déchéance et du musculeux recouvreur de dettes plane inéluctablement sur les poissards, sans qui il n’est pas d’histoire qui tienne. Pour son premier long-métrage, Marie Monge revisite à son tour cette ambiance et signe un film respectueux du cahier des charges, sans maladresse, mais sans étincelle particulière non plus. Disposer d’atouts forts dans son jeu (comme une distribution solide) ne suffit pas ; il en faut davantage pour faire sauter la banque. Le co-scénariste Julien Guetta ten

Continuer à lire

"Ava" : et Noée Abita creva l’écran

ECRANS | Dernier été pour les yeux d’Ava, ado condamnée à la cécité s’affranchissant des interdits ; et premiers regards sur le cinéma de Léa Mysius (coscénariste des "Fantômes d’Ismaël" d'Arnaud Desplechin) avec ce film troublant et troublé, ivre de la séduction solaire de la jeune Noée Abita.

Vincent Raymond | Mardi 20 juin 2017

Ava a treize ans, une mère célibataire fantasque, une petite sœur au biberon et une maladie qui va la rendre aveugle à la fin des grandes vacances. Loin de s’apitoyer sur son sort, l’ado profite de ce qui lui reste de vue pour longer les marges avec un jeune gitan qui la fascine… Bonne pioche pour la Semaine de la Critique du dernier Festival de Cannes que ce premier long-métrage de Léa Mysius, tout à la fois empli de la vitalité rebelle de la jeunesse et confronté à l’inéluctable d’une disparition précoce. Un poème sensoriel débarrassé d’un ancrage forcené au réalisme : Ava s’octroie ainsi des parenthèses de folie douce lorsqu’il s’agit d’évoquer le ressenti de la liberté, le frisson de l’incertain. Une révolte métaphorique dans une fuite à la poursuite de la beauté, où la suggestion discrète l’emporte sur la pataude monstration. Garde à vue On sait combien un film peut se trouver transfiguré par son acteur·trice grâce à l’accord intime entre l’interprète et son personnage. Ce que livre ici la débutante Noée Abita tient de la vibration : à l’âge des métamorphoses, avec son regard fixe et

Continuer à lire

La Tour 2 Contrôle Infernale

ECRANS | De et avec Éric Judor (Fr., 1h31) avec Ramzy Bedia, Marina Foïs, Serge Riaboukine...

Vincent Raymond | Mardi 9 février 2016

La Tour 2 Contrôle Infernale

Donner une suite à une comédie absurde n’est-il pas en soi absurde ? Éric et Ramzy semblent en convenir en tournant, quinze ans après, un prequel à La Tour Montparnasse infernale. Même distribution (augmentée de Philippe Katherine), même humour vernaculaire pareil à un match d’impro verbale sans fin entre les deux potes, même sentiment d’épuisement à la fin – un Quentin Dupieux aurait été parfait pour les canaliser et réaliser cette histoire de pilotes devenus, suite à un accident, bagagistes à Orly. Leur brillant compositeur semble lui aussi éreinté par sa contribution : alors qu’il avait signé pour Microbe et Gasoil de Michel Gondry une très plaisante bande originale, Jean-Claude Vannier marque ici le pas, au point d’emprunter à François de Roubaix un thème emblématique (La Vitesse, la Mort, dûment crédité au générique) pour le climax du film qu'est la séquence finale – Ludovic Bource avait eu recours à la même “facilité” dans The Artist, en reprenant la partiti

Continuer à lire

"Les Combattants" : les Beaux gosses font l’armée

ECRANS | Pour son premier long-métrage, Thomas Cailley a trouvé la formule magique d’une comédie adolescente parfaite, dont l’humour est en prise directe avec la réalité d’aujourd’hui. Il dispose d’un atout de choc : Adèle Haenel, actrice géniale révélant ici un incroyable potentiel comique.

Christophe Chabert | Mardi 19 août 2014

Présentant Les Combattants à la Quinzaine des Réalisateurs, Thomas Cailley parlait d’une « histoire d’amour et de survie » ; il omettait cependant de préciser que ce programme-là, a priori sérieux, était celui d’une comédie. Peut-être cherchait-il à ménager la surprise : il est donc possible en France aujourd’hui de faire une comédie qui ne soit pas un ramassis de clichés éventés et démagos, un film qui fasse rire tout en dessinant par d’adroites et discrètes notations une image du pays dans lequel il est tourné, mettant en scène une jeunesse déboussolée qui ne sait pas si elle doit vivre – donc aimer – ou survivre. En cela, Les Combattants, teen movie hexagonal affranchi, s’inscrit dans la droite ligne d’une autre réussite du genre, Les Beaux gosses de Riad Sattouf. Ils ont en commun de préférer les ados mal dans leur peau plutôt que des individus normés et formatés. Cailley met ainsi au cœur de son récit deux personnages qui ont quelque chose de minoritaire en eux. Arnaud reprend avec so

Continuer à lire

"Wrong cops" : surréalistement vôtre

ECRANS | Avoir une double vie, de nos jours, n’a rien d’extraordinaire. Et si, avant, on trompait sa femme / son mari, c’est surtout la routine que l’on (...)

Christophe Chabert | Mardi 18 mars 2014

Avoir une double vie, de nos jours, n’a rien d’extraordinaire. Et si, avant, on trompait sa femme / son mari, c’est surtout la routine que l’on cherche à tromper aujourd’hui. Faire de la musique électronique, poser pour des revues porno gays, trafiquer de la drogue cachée dans des rats crevés, creuser son jardin pour y déterrer un trésor : rien de bien méchant, dans le fond, que ces petits secrets-là. Chez Quentin Dupieux, cependant, ces hobbys sont ceux d’une bande de flics ripoux et dégénérés, dont la bêtise satisfaite va entraîner une cascade de quiproquos graduellement absurdes et tragiques. Duke, le plus tordu de tous, après avoir abattu sans le faire exprès son voisin, harcèle un adolescent en l’obligeant à écouter de la musique pendant qu’il se détend en slip sur son canapé ; Sunshine, pour éviter l’infamie familiale d’une révélation sur ses activités pornographiques, doit céder au chantage de sa collègue Holmes ; quant à De Luca, il laisse s’exprimer pleinement son penchant pour le harcèlement sexuel des femmes à forte poitrine…

Continuer à lire

Infinie solitude

ECRANS | Véritable rock-star du théâtre de ces dernières années, le metteur en scène Vincent Macaigne retrouve le cinéma en tant que simple comédien avec "Un monde sans femmes", de Guillaume Brac. Un premier film réussi, notamment grâce à ses acteurs, impeccables. Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Jeudi 16 août 2012

Infinie solitude

À Grenoble, on connaît surtout Vincent Macaigne comme metteur en scène survolté et trash, grâce à la MC2 qui a notamment programmé ses deux dernières mises en scène (Idiot !, et Au moins j’aurai laissé un beau cadavre), et grâce à la Cinémathèque qui a diffusé son court-métrage Ce qu'il restera de nous. Le retrouver comme simple acteur dans un film a priori aux antipodes de son monde ne pouvait qu’intriguer. Cette semaine, le cinéma Le Méliès programme donc Un monde en femmes, moyen-métrage de Guillaume Brac sorti en février dernier au niveau national, et précédé du court-métrage Le Naufragé. Un dytique sensible centré sur la fig

Continuer à lire