Isère Gérontologie nous invite pour deux soirées prometteuses au Club

Vincent Raymond | Mardi 4 décembre 2018

Des cheveux gris sur l'écran d'argent… Ne risque-t-on pas de ne rien voir – surtout avec la cataracte ajouteront les mauvaises langues ? Ces dernières feraient mieux de réserver leurs bons mots aux débats suivant les deux projections organisées par Isère Gérontologie au cinéma le Club : la première dédiée au tendre film de Pascal Rabaté, Les Petits Ruisseaux (adapté de sa propre BD avec Daniel Prévost), le mardi 11 décembre à 20h15 ; la seconde, calée le vendredi 14 à la même heure autour du chef-d'œuvre de Clint Eastwood, Gran Torino (photo). Et là, on ne plaisante plus avec les séniors.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Eastwood est Gran !

ECRANS | Cinéma / Avec Gran Torino, Clint Eastwood, devant et derrière la caméra, réalise un de ses meilleurs films, drôle et provocateur, émouvant et mélancolique. Christophe Chabert

François Cau | Jeudi 19 février 2009

Eastwood est Gran !

Walt Kowalski vient d’enterrer sa femme et s’apprête à retourner à une fin de vie routinière. Ancien de la guerre de Corée, le voilà entouré de ses «ennemis» d’hier dans un ghetto dont il ne veut pas bouger, peinard avec ses bières, sa chienne et la Gran Torino 72 qu’il a contribuée à assembler lorsqu’il était ouvrier chez Ford. Kowalski est un bout d’Amérique échoué, qui marine dans son aigreur, ses préjugés raciaux et sa haine des générations suivantes en poussant des grognements de clebs à qui l’on tenterait de voler son os. Kowalski, c’est Clint Eastwood, de retour devant la caméra quatre ans après Million dollar baby, qu’il avait pourtant présenté comme son dernier rôle. Mais l’occasion était trop belle de remettre la défroque du comédien… Ce personnage est taillé sur mesure pour l’acteur devenu un mythe nourri de fulgurances et d’ambiguïtés. Kowalski synthétise sans tapage tout cela : les justiciers aux méthodes contestables, les éducateurs guerriers cherchant à transmettre leurs valeurs, les ratés vieillissants et torturés. Avec un seul objectif : être en paix avec lui-même au jugement dernier. John Wayne de proximité Depuis l’excellent

Continuer à lire