Alexandre Astier : « J'avais peur du vieillissement parce qu'Astérix est un monde fixe »

ECRANS | Alexandre Astier revient sur la recette d'"Astérix - Le Secret de la Potion Magique", nouvel opus animé de la série Astérix dont il partage la réalisation avec Louis Clichy. Où il sera question de Uderzo, de "L’Île aux enfants", de Goldorak, de Marvel, de manga et d’une note de "Kaamelott"… Entretien exclusif.

Vincent Raymond | Mardi 4 décembre 2018

Avec cette histoire originale, vous vous êtes retrouvé en situation d'apprenti devant obtenir la bénédiction du vénérable druide Uderzo. Au-delà de la mise en abyme, comment s'est déroulée cette transmission ?

Alexandre Astier : La première fois que je lui ai présenté le pitch, il m'a dit qu'il ne pouvait pas rester un sujet fondamental qui n'aurait pas été traité en album – et ça se voyait que c'était sincère. J'avais peur du vieillissement parce qu'Astérix est un monde fixe : sans futur ni passé, ni vieillesse, ni mort, ni cheveux blancs, ni enfants pour remplacer les adultes. À chaque aventure, les personnages sont jetés dans une situation, s'en sortent et tout revient à la normale. Je crois qu'il a été touché par l'histoire. Est-ce qu'il l'a rapportée à lui ? Je n'en ai pas l'impression – je ne lui ai pas demandé.

Mais je crois qu'il a voulu voir ce que ça allait donner, cette difficulté de trouver un successeur et le risque que cela comportait. En plus, Uderzo est très amoureux et très impressionné par les images numériques. Il ne s'est jamais caché de vouloir faire Disney en France – il avait ouvert ses studios Idéfix. Le boulot de Louis Clichy et de ses équipes l'a époustouflé. Même s'il avait peur de la séquence en flash-back. Lui trouve que ce n'est pas fini alors que nous qui avons baigné dans les Pixar, on apprécie cette incursion du matériau (rires). Il a aussi accepté parce que le premier avait marché : s'il avait considéré que j'avais piétiné sa licence, que j'étais un p'tit con qui voulais apprendre la vie à tout le monde, je n'aurais pas replongé.

La devise de Panoramix, « c'est joli et ça ne sert à rien », qui lui permet de triompher, résonne avec la phrase de Cocteau : « Je sais que la poésie est indispensable, mais je ne sais pas à quoi. » Serait-ce la morale de votre film ?

Je ne sais pas à quoi sert la poésie exactement. Il me semble qu'elle se voit quand elle n'est plus là, quand on ne s'occupe plus d'elle. Dans notre métier c'est compliqué, parce que la poésie est la seule chose que l'on vend, finalement ; la seule pour laquelle tu peux avoir une valeur.

Et si l'industrie te fait entrer dans un cycle qui ne lui donne plus le loisir de s'exprimer, tu ne fais plus ton métier. Tu réitères. Et Panoramix réitère, en faisant la même chose – très bien, d'ailleurs, sans être surclassé depuis quarante ou cinquante ans. Mais pour prouver qu'il était encore le meilleur, je l'ai placé face à un antagoniste super doué qui n'a rien à perdre, qui improvise, qui a l'habitude de gruger, de contourner les choses. Il fallait que Panoramix fasse ici la preuve de son talent, avec ce qu'il avait sur lui et dans sa façon de gagner.

C'est une héroïne, la petite Pectine, qui lui permet de vaincre et donc de rassembler le village. Même si vous n'aimez pas les jeux de mots, l'avez-vous nommée ainsi parce qu'elle favorise la liaison par la cuisson (de la potion) ?

Ah, moi je trouvais ça vitaminé, pommesque et acide (rires) ! Quant à l'aspect "héroïne", j'ai un peu de mal avec le fait qu'on puisse le voir comme en écho à un discours actuel. Je fais gaffe de ne pas l'être, d'habitude. J'ai mis les druides de la forêt des Carnutes dans une situation d'immobilisme complet, avec leurs traditions, dans l'absence de femmes… Ils ont tous les pieds dans le plâtre, d'une certaine manière. C'est pour cela que leur antagoniste Sulfurix est si libre.

Pour moi, il y avait une manière de m'attendrir sur mes propres filles, comme tous les papas de filles dans un monde qui leur est inégal, où l'éducation vis-à-vis des filles n'est pas bien faite.

Du coup, ça te fait faire des films qui renversent un peu la vapeur. Ce n'est pas une fierté particulière, mais je ne suis pas les mouvements. Je reprends toujours la phrase de Desproges : « si on faisait une manif pour sauver mes gosses, j'irais pas ». Je le crois vraiment. Je soutiendrais, hein, mais dès qu'on est plus de quatre, je n'y arrive pas. C'est un truc qui me stresse.

Dans l'album Le Ciel lui tombe sur la tête, Uderzo avait achoppé en introduisant des robots qui semblent a contrario tout à fait à leur place dans votre univers. Est-ce une question de différence de générations ?

Il est clair qu'on écrit tous avec nos fantasmes d'enfant. Ils sont le réel matériau que l'on utilise. Les miens sont certainement piochés chez L'Ïle aux enfants et Récré A2. Et quand je parle de Goldorak, c'est un grand héros, qui a compté pour moi. Aujourd'hui je peux mettre des mots sur l'ésotérisme dans sa façon de se diriger vers sa machine avec sa trappe, sa crémaillère… Mais quand j'étais gamin, c'était un monde entier qui se passait même d'être logique et qui me transportait vraiment.

Du coup, si je veux écrire un truc bien, il faut que je mette dedans des choses auxquelles je tiens. Si je mets du Goldorak, c'est par affection, par amour. C'est un truc précieux que je donne ; je ne déconne pas avec ça. Pour moi, la scène de fin avec les robots est touchante ; elle marche sur moi – et j'espère sur d'autres.

On a certainement cette différence Uderzo et moi : il considère ce monde-là comme envahissant, c'est ce qu'il essaie de dire. Lui a tapé un peu dans Marvel et un peu dans les mangas si je ne m'abuse. C'est son opinion de très grand dessinateur d'une autre école, je la respecte. Mais j'ai plutôt l'impression qu'il parle d'un problème industriel.

Moi, j'adore naturellement le manga, que je trouve souvent plus créatif, à beaucoup d'égards. J'ai un peu largué les Marvel parce que pour moi, les super-héros sont toujours solitaires et un peu seuls face au monde.

En ce moment, on les met à des tables de réunion ; on mélange des dieux nordiques, des mecs en slibard et un mec qui a fait un robot (sourire), je ne comprends plus ce qu'ils foutent là ! Ce que j'aimais chez Hulk, c'est qu'il marchait le long de la rue et qu'il faisait du stop parce qu'il savait qu'avec son problème de mauvaise gestion de la colère, il était voué à une vie errante. Alors maintenant, s'il fait partie d'une équipe et qu'il se transforme à loisir… Donc je ne suis plus du tout là-dedans, je suis vraiment dans les manga et je ne suis pas super d'accord avec Le Ciel lui tombe sur la tête

Vous n'avez pas caché avoir eu des frictions d'ordre créatif durant la réalisation avec votre co-auteur Louis Clichy. Mais n'était-ce pas utile d'avoir un antagonisme de cette nature qui ressemble, en définitive, à celui entre Astérix et Obélix ?

À présent, j'aime beaucoup cet antagonisme. J'ai eu d'autres frites avec des gens qui voulaient présenter le film comme ci, dévoiler ça, sans parler de changer des choses sur le script. Là, ce sont des conflits, et je suis extrêmement teigneux avec ça – et ça ne s'arrange pas avec l'âge, je ne laisse absolument rien passer de ce côté-là ! Mais quand je respecte artistiquement la personne avec qui je fais le truc, voire que j'ai de l'admiration pour elle, quand les postes sont aussi clairement définis, toutes les frites sont acceptées.

Quand des parents s'engueulent pour l'avenir de leur gamin, finalement c'est sain : pendant ce temps, tout le monde s'inquiète de l'avenir du gamin.

L'un a tort, l'autre non ou pas, mais c'est sur fond de : qu'est-ce qu'on peut faire de bien pour lui ? Sur le film, à chaque fois que ça fritait, c'était parce qu'on était de deux écoles différentes, et qu'on les tenait fort, entre les grammaires animée, parlée, de jeu, de situation, d'action… J'ai beaucoup appris, et je crois que Louis aussi. Je suis sûr que je ne réaliserai pas d'autres choses de la même manière maintenant.

Ce genre de conflit fait naitre de la vraie complicité. Là, on est un peu fatigués parce qu'on vient de sortir un truc, mais Louis fait partie des très rares personnes avec lesquelles je pourrais retravailler. Parce que je sais que tout ce qu'il fait, il le fait pour ce qu'on fait. Et lui pareil dans l'autre sens. On mesure l'importance des choses qui sont dans le film à la dose d'énergie que l'autre met à faire en sorte qu'elles ne soient pas remises en question. À cause, souvent, de problématiques triviales de budget, de temps… La contrainte nous oblige à prendre des décisions. C'est sans arrêt une histoire de balance, c'est zarbi…

Contrairement aux Astérix produits il y a une quinzaine d'années, il ne fait pas fauché…

Il y a des possibilités, il y a le temps du film, pas très long… 80 minutes, c'est très dur à écrire. Parfois, on atteint des densités dramatiques, et l'on a besoin d'une petite pause, mais l'on ne peut pas trop la faire. Heureusement, on a des leviers. Par exemple, en créant un dessin animé 2D à l'intérieur du film. Au-delà du fait qu'on aime le faire, c'est une économie qui compte et permet de s'offrir plus de choses par la suite.

Et puis la contrainte, elle est longtemps créative : tu tranches, tu enlèves… Le problème que j'ai, c'est que j'aime les situations qui parlent pour ne rien dire, qui s'enlisent… C'est du temps, ça ! Au cinéma, ça ne coûte rien : les caméras tournent (sourire). Ici, c'est de l'image…

Il reste une séquence "astierisque" autour de la barbe des druides…

Elle est là (rires) ! Et ça marche bien, d'ailleurs…

Une note musicale pour finir. Dans Le Domaine des Dieux, les cornes des soldats trompétaient le jingle de RTL composé par Michel Legrand. Ici, il y a une auto-référence au générique de Kaamelott. Faut-il y entendre une réminiscence de la série ou le teasing d'un futur film ?

C'est Clichy qui a voulu les mettre. Je lui ai dit : « T'es sûr ? Les gens vont dire que c'est moi qui me parle à moi-même.Non, c'est sympa comme truc — OK. » Mais dans un fond de ma tête, je me suis dit, ouais, peut-être que des gens le prendront comme quelque chose à venir. Bah, très bien… (sourire qui en dit long)


Astérix - Le secret de la potion magique

De Louis Clichy et Alexandre Astier (Fr, 1h25) animation

De Louis Clichy et Alexandre Astier (Fr, 1h25) animation

voir la fiche du film


À la suite d’une chute lors de la cueillette du gui, le druide Panoramix décide qu’il est temps d’assurer l’avenir du village. Accompagné d’Astérix et Obélix, il entreprend de parcourir le monde gaulois à la recherche d’un jeune druide talentueux à qui transmettre le Secret de la Potion Magique…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu ?" : et nous donc…

ECRANS | De Philippe de Chauveron (Fr, 1h39) avec Christian Clavier, Chantal Lauby, Pascal NZonzi…

Vincent Raymond | Jeudi 24 janvier 2019

La suite d’un succès du box-office est au cinéma ce qu’une pub pour du parfum est à une star à la mode : inévitable, mais souvent dispensable. Sans surprise donc, Philippe de Chauveron prolonge ici les tribulations de sa famille surcomposée, les Verneuil, dont le patriarche survolté (Clavier, évidemment) doit à présent convaincre ses gendres de ne pas quitter le merveilleux Hexagone, où ceux-ci se sentent brimés et discriminés… Comment dire ? À part une pique à destination de cette kyrielle d’enfants gâtés (on leur suggère le smic, pour rigoler) moqués par papa-Verneuil parce qu’ils ont tous voté Macron (ce qui en dit finalement long sur leur sociologie), on reste dans une vraie-fausse dénonciation des racismes et communautarismes. Chauveron semble recaser au passage des "gags" invendus de son précédent À bras ouverts (2017), en intégrant (sans passeport) dans l’histoire un réfugié afghan, brave bouc émissaire sur lequel se défouler (pas de Rrom disponible ?), et ajoute un mariage lesbie

Continuer à lire

"Astérix - Le Secret de la Potion Magique" : transmission réussie

ECRANS | de Louis Clichy & Alexandre Astier (Fr, 1h25) animation avec les voix de Christian Clavier, Guillaume Briat, Alex Lutz…

Vincent Raymond | Mardi 4 décembre 2018

L’accident idiot : une branche qui rompt fait choir le druide Panoramix. Lequel y voit un signe des Dieux : penser à sa postérité et transmettre le secret de sa potion magique. Il part alors en quête d’un jeune successeur. Las ! Un confrère jaloux, le fourbe Sulfurix, a des vues sur la recette… Tombé dans la potion magique des mages Uderzo et Goscinny dès son plus jeune âge, Alexandre Astier en a gardé quelques séquelles — d’aucuns diront même que les effets en sont permanents sur lui. Aussi n’avait-il eu guère de peine à enfiler les braies de ses aînés pour signer l’adaptation du Domaine des Dieux, où déjà affleuraient quelques velléités d’émancipation : tout en respectant le principe d’une histoire "astérixienne", la langue et les attitudes évoluaient vers "l’astierisquien". Enti

Continuer à lire

Rentrée cinéma 2018 : et voici les films qui feront les prochains mois

ECRANS | Quels sont les cinéastes et, surtout, les films à ne pas louper avant la fin de l'année ? Réponses en presque vingt coups – dix-neuf pour être précis.

La rédaction | Mardi 4 septembre 2018

Rentrée cinéma 2018 : et voici les films qui feront les prochains mois

Les Frères Sisters de Jacques Audiard Sortie le 19 septembre Escorté par son inséparable partenaire et coscénariste Thomas Bidegain, Jacques Audiard traverse l’Atlantique pour conter l’histoire de deux frères chasseurs de primes contaminés par la fièvre de l’or. Porté par l’inattendue fratrie John C. Reilly/Joaquin Phoenix (à l’œil puant le vice et la perversité), ce néo-western-pépite empli de sang et de traumas ne vaut pas le coup, non, mais le six-coups ! Climax de Gaspar Noé Sortie le 19 septembre Une chorégraphe a réuni une équipe internationale de danseurs pour son nouveau projet qu’elle achève de répéter dans une salle isolée. Après un ultime filage, la troupe s’octroie un réveillon festif sur la piste, s’enivrant de musique et de sangria. Mais après quelques verres, les convives se mettent à vriller sérieusement. Qu’y avait-il donc dans cette satanée sangria ? Noé compose un cocktail de survival et de transe écarlate à déguster séance hurlante.

Continuer à lire

"À bras ouverts" : oh, un conte colonial moderne

ECRANS | de Philippe de Chauveron (Fr., 1h32) avec Christian Clavier, Ary Abittan, Elsa Zylberstein…

Vincent Raymond | Vendredi 31 mars 2017

Au cours d’un débat télévisé, un intellectuel de gôôche (Christian Clavier) prônant la générosité se targue d’être prêt à accueillir une famille rom si d’aventure elle venait à sonner à sa porte. Babik (Ary Abittan) et les siens acceptent l’invitation, au grand effarement de leur hôte, forcé d’aligner ses actes sur ses paroles… En sabrant le nauséabond titre initial (Sivouplééé !), le pire du pire a été évité de justesse. Il se peut fort, d’ailleurs, qu’après le tollé suscité par l’annonce d’un projet de film censé jouer sur les clichés et les caricatures, le scénario ait été expurgé de ses outrances – scénario est un bien grand mot : on anticipe jusqu’à 75 minutes chacun des rebondissements de cette trame préfabriquée. Finalement, si cette comédie d’immersion dans une communauté (comme Thomas Gilou en tournait il y a 20 ans), signée par Philippe de Chauveron, réalisateur du fameux Qu'est-ce qu'on a fait au Bon Dieu ?, n’exhorte pas à la haine des Roms, elle conforte l’image du bon sauvage laid et arriéré

Continuer à lire

Astérix – Le Domaine des Dieux

ECRANS | Vivifiée par la verve et la rigueur de l’écriture d’Alexandre Astier et par un beau travail graphique de Louis Clichy, cette version animée des aventures d’Astérix et Obélix fait oublier les faux pas des récentes adaptations live. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 25 novembre 2014

Astérix – Le Domaine des Dieux

C’est presque un effet de signature : discutant avec des sénateurs, Jules César se lance dans des métaphores animalières qu’aucun d’entre eux ne parvient à suivre. Les amateurs de Kaamelott apprécieront de retrouver dès la première séquence le goût d’Alexandre Astier pour les malentendus et les problèmes de communication qui ont fait sa marque. Le légionnaire à qui il prête sa voix doit d’ailleurs faire face à des frondes diverses où ses ordres sont constamment remis en question par la masse qui lui fait face, que ce soit ses propres troupes ou les esclaves et leur chef, très doué pour la rhétorique – géniale inversion des clichés. L’apport d’Astier – dont la quasi-acronymie avec le héros est troublante – à cette adaptation animée dont il est à la fois le scénariste et le co-réalisateur ne s’en tient pas là ; on sent chez lui un réel amour pour l’univers des irréductibles Gaulois, un plaisir enfantin à rester fidèle à l’esprit d’Uderzo et Goscinny. Cela suffit à faire la différence avec les deux derniers volets live qui couraient après un modèle de blockbuster hexagonal voué à la laideur et à la surenchère. Le Domaine des Dieux cherche à rendre justice

Continuer à lire

David et Madame Hansen

ECRANS | De la part du créateur de Kaamelott, rien ne pouvait laisser présager une entrée au cinéma aussi singulière que ce David et Madame Hansen. Loin d’exploiter un (...)

Aurélien Martinez | Mardi 28 août 2012

David et Madame Hansen

De la part du créateur de Kaamelott, rien ne pouvait laisser présager une entrée au cinéma aussi singulière que ce David et Madame Hansen. Loin d’exploiter un filon, Alexandre Astier le prend à rebrousse-poil avec cette œuvre aussi mélancolique que l’automne sur le lac du Bourget, où se déroule une partie de l’action. On y voit un ergothérapeute fraîchement investi dans une clinique en Suisse (Astier lui-même, tout en retenue et chuchotements), qui doit s’occuper d’une patiente souffrant d’amnésie post-traumatique, Madame Hansen-Bergmann, qui porte sur le monde un regard imprévisible et d’une mordante lucidité. C’est le thème du film : la norme bousculée par une pathologie qui devient une forme de santé face à des êtres coincés dans leur conformisme. Astier l’aborde avec son habituelle maîtrise d’écriture, et une mise en scène d’une belle simplicité, même si elle se laisse parfois aller à quelques inutiles ralentis et fondus enchaînés. Ce qui touche dans David et Madame Hansen, c’est la manière dont Astier redouble la quête de communication entre les deux protagonistes par son propre dialogue de comédien avec une Isabelle Adjani impressionnante. Comme

Continuer à lire

On ne choisit pas sa famille

ECRANS | De et avec Christian Clavier (Fr, 1h43) avec Muriel Robin, Jean Reno…

François Cau | Vendredi 4 novembre 2011

On ne choisit pas sa famille

Pire qu'un film avec Christian Clavier et Jean Reno, un film de Christian Clavier, avec Christian Clavier et Jean Reno. Si l'image ne suffit pas, le point de départ d'On ne choisit pas sa famille devrait calmer tout le monde : un gros beauf en manque de fric (Clavier, inégalable), accepte contre rémunération de partir avec la compagne de sa sœur pour adopter une jeune Thaïlandaise qu'elles ont rendu orpheline par accident. Le faux couple doit ainsi jouer aux mari et femme sans trahir leurs identités, devant un french doctor intégriste et accessoirement en rut (Reno, indescriptible). D'un cynisme hallucinant, à moitié volontaire et pas du tout assumé, le film commet à peu près tous les faux pas : racisme, néo-colonialisme, vulgarité absolue, bêtise permanente, gags qui puent des pieds ; un sans faute dans la comédie beauf et complaisante. Genre préféré du cinoche français qui revient ici à ses racines avec l'acteur qui l'a défini.

 Jérôme Dittmar

Continuer à lire