"L'Empereur de Paris" : Vidocq, retour gagnant

ECRANS | De Jean-François Richet (Fr, 1h50) avec Vincent Cassel, Freya Mavor, Denis Ménochet…

Vincent Raymond | Mardi 18 décembre 2018

Photo : Roger Arpajou / Mandarin Production / Gaumont


Galérien évadé reconverti en marchand, Vidocq (Vincent Cassel) veut prouver au chef de la sûreté non seulement qu'il est innocent des crimes dont on l'accuse, mais aussi que les méthodes de la police sont dépassées. Alors il recrute son équipe de repentis et emplit les prisons à sa façon… Quand le cinéma historique télescope ironiquement l'actualité… Non pas en présentant l'ascension d'un ancien truand vers les sommets du pouvoir, mais en montrant comment l'État sait parfois sinueusement manœuvrer pour garantir son intégrité.

Qui mieux que Vidocq peut incarner ce mélange de duplicité talleyrandesque et de méritocratie à la française ? Cette légende dorée du proscrit devenu superflic, usant de la langue et du surin de la canaille pour mieux protéger le bourgeois. Un "bon" voyou, en somme, et donc un parfait personnage pour le réalisateur Jean-François Richet qui s'offre ici une reconstitution épique et soignée remplaçant avantageusement la blague ésotérico-fantastique de Pitoff avec Depardieu (2001), et rappelant la série avec Brasseur. Son film souscrit aux exigences du divertissement, mais magnifie les côtés sombres, les alcôves et les caves. C'est la puissance tirée des paradoxes et la gloire de l'ombre qui en sont le vrai sujet.

Si chez Richet, la trame politique est primordiale, et l'élévation sociale du peuple une obsession, son sens du cinéma passe par l'esthétique de l'image et son goût pour les acteurs. Grâce à des interprètes aux trognes puissantes tels que Denis Lavant (gargouille grimaçante) ou Denis Ménochet (sorte de Javert acharné), il instille du Daumier et du Hugo dans son œuvre. À sa place en Fouché matois, Fabrice Lucchini surprend moins que James Thierrée en noble explosif. Quant à August Diehl, ici en opposant et qui fut il y a peu Karl Marx ou sous-marinier dans Kursk, il confirme tranquillement qu'il est bien le nouveau comédien polyvalent du cinéma européen.


L'Empereur de Paris

De Jean-François Richet (Fr, 1h50) avec Vincent Cassel, Freya Mavor... Sous le règne de Napoléon, François Vidocq, le seul homme à s'être échappé des plus grands bagnes du pays, est une légende des bas-fonds parisiens. Laissé pour mort après sa dernière évasion spectaculaire, l'ex-bagnard essaye de se faire oublier sous les traits d'un simple commerçant. Son passé le rattrape pourtant, et, après avoir été accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis, il propose un marché au chef de la sûreté : il rejoint la police pour combattre la pègre, en échange de sa liberté. Malgré des résultats exceptionnels, il provoque l'hostilité de ses confrères policiers et la fureur de la pègre qui a mis sa tête à prix...
Pathé Chavant 21 boulevard Maréchal Liautey Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter