Mia Hansen-Løve : « "Maya" n'est pas un film sur le traumatisme au sens psychanalytique »

Maya | Retour aux sources ou parenthèse initiatique, le voyage en Inde du héros reporter de guerre de "Maya" est aussi, derrière son apparente quiétude, nourri des heurts vécus par cet ancien otage. Et une réponse aux tumultes du monde contemporain. Éclairages de la réalisatrice Mia Hansen-Løve.

Vincent Raymond | Mercredi 19 décembre 2018

Si l'histoire de Maya est posée et presque languide, sa "préhistoire" est, a contrario, très violente…

Mia Hansen-Løve​ : Je n'avais pas dans mes films précédents des situations aussi violentes, à part dans Le Père de mes enfants peut-être, même si la violence arrivait plus tard. Ici, c'était un point de départ. Mais pour mieux m'en détacher. J'ai du mal à l'expliquer rationnellement, cette violence. C'est aussi la violence dans laquelle on vit. Et quand on fait des films, que vous le vouliez ou non, elle trouve un chemin dans votre inspiration.

Voyez Michael Haneke : c'est quelqu'un de profondément non-violent, qui n'aime pas la violence, mais elle s'impose presque malgré lui dans son inspiration. Je ne suis pas imperméable non plus au monde qui m'entoure : quand j'écris, je suis influencée d'une façon moins directe mais jamais volontariste. Je ne me dirais jamais : il se passe quelque chose, il faut faire un film dessus ; ça ne correspond pas du tout à l'idée que je me fais de l'engagement, ni du cinéma politique.

Le politique au cinéma n'est pas dans ce volontarisme-là. Réciproquement, je ne vais pas refouler des thèmes qui s'imposent à moi. Pour Maya, est-ce la fréquence des libérations d'otages, la guerre en Syrie ; le fait d'avoir eu un grand-père reporter de guerre que je n'ai pas connu mais dont les récits ont nourri mon enfance ? Cette question de traumatisme s'est en tout cas imposée à moi.

Mais aviez-vous imaginé ce qui se passe "avant" le film pour le personnage de Gabriel ?

Il y avait une première version du scénario où l'on assistait à sa libération proprement dite. Quand j'ai écrit, il avait une ouverture de 15 ou 20 pages à la frontière de la Syrie et du Liban. Je m'étais inspirée de récits de libération d'otages que j'avais lus et réadaptés à la suite de la rencontre avec Jonathan Alpeyrie, un ancien otage. De ce point de vue-là, le film était encore plus romanesque et la violence encore plus présente.

Mais il a fallu faire des choix car on avait d'énormes problèmes de financement. Mes producteurs m'ont laissée libre de couper ceci ou cela, et j'ai fait le choix de préserver la partie indienne dans son intégrité : le plus important était ce vers quoi le film allait, la direction davantage que le point de départ. J'ai donc fait le choix de couper tout le début, alors même qu'on avait commencé les repérages au Liban.

On a tourné une scène en Jordanie, qui était essentielle : c'est le premier geste, le moment où Gabriel se retrouve seul et retrouve son corps. Rétrospectivement, je n'ai pas trop regretté ces 15 premières pages : même si je perdais une forme de romanesque, pour ce qui est du sens, je pouvais le dire en une seule scène, et l'essentiel était de partir le plus vite possible en Inde où allait se jouer la quête du personnage.

Cette quête est-elle une parenthèse dans le chaos de sa vie ?

Ça finit par être une parenthèse parce qu'il retourne dans le chaos. Mais quand il va en Inde, il est perdu, il cherche à retrouver le contact avec le présent ; à échapper à la mélancolie, à se perdre pour se retrouver…

Comment qualifier cette démarche ? De réparation ? De reconstruction ? De résilience ? De consolation ?

On a tous un rapport différent avec les mots ; ils pèsent lourd (rires). Certains verront une thérapie ; j'essaie de ne pas le réduire à quelque chose de médical : Gabriel insiste sur le fait qu'il veut se détourner de la psychanalyse, il croit plus à l'action qu'aux mots. Les deux reporters que j'ai rencontrés y ont été sensibles : les journalistes sont souvent des gens d'action, pas moins sensibles pour autant, mais qui peuvent avoir une grande pudeur à exprimer leur souffrance.

Je n'ai pas voulu faire un film sur le traumatisme au sens psychanalytique. Pour Gabriel, s'il y a un traumatisme – et il y en a sans doute un – c'est un point de départ ; ensuite, le film regarde les personnages et non pas un cas ou un journaliste au sens du stéréotype. J'ai toujours fait des films en ayant la foi que plus on était spécifique, moins on avait peur de la singularité de son personnage et de ce qui le différencie, plus on pouvait atteindre quelque chose d'universel.

Il y a deux façons d'atteindre à l'universalité : en cherchant à gommer les différences et en créant des formes de stéréotypes – le cinéma américain le fait beaucoup. Ou au contraire en assumant la singularité, les spécificités d'un personnage, son histoire, sans essayer de gommer les aspérités. Le héros n'est pas un journaliste, c'est Gabriel qui a sa vie qui le relie à l'Inde et à un certain passé et qui ne peut être réduite à son passé d'otage.

Gabriel a-t-il quelque chose de votre grand-père ?

Rien, à part l'interrogation qui est la mienne sur la force obscure qui peut pousser des journalistes à faire ce métier envers et contre tout. Et ce ambivalence dans le courage : on peut voir une forme d'engagement et un goût du risque, une attirance pour la mort. Une ambivalence pour le monde qu'ils voient et les gens qui souffrent, qui les touchent mais dont ils ont besoin pour ce qu'ils sont.

Plus que son histoire, c'est l'interrogation liée à ce métier. Comme il est mort très jeune, je ne l'ai pas connu et je suis resté avec une espèce de mythe. À chaque fois que des reporters de guerre sont sur le devant de la scène, ça me ramène à des question de famille plus personnelles.

Son métier est un sacerdoce, une drogue…

Ce film parle beaucoup de la vocation. Ce n'est pas qu'une question de volonté, cela vous dépasse, vous submerge, et détermine vos actions malgré vous. Cette forme de dépendance au métier, on la retrouve beaucoup chez les reporters de guerre ; une forme d'addiction – un thème qui parcourt mes films de façon différente. Dans Le Père de mes enfants, il y a aussi cette question de la vocation.

Même si je suis très différente de Gabriel, cette dépendance et cette question de l'équilibre entre la vie et la vocation – est-ce autodestructeur, faut-il s'en défaire à un moment pour pouvoir se reconstruire, apprendre à aimer une vie qui ne tienne pas seulement à l'aspect trépidant d'un métier ou se résigner à cette force là qui vous dépasse ? –, je vis avec depuis que je fais ce métier, et c'est en cela que je me trouve dans le personnage.

Quel était votre rapport personnel avec l'Inde ?

Je suis allée fréquemment à Goa dès l'âge de 23-24 ans – j'y ai écrit une partie du Père de mes enfants. J'ai aimé y passer du temps. Un de mes amis écrivains, Frédéric Galante, y va deux mois chaque année – peut-être que le film n'existerait pas sans lui.

Si je voulais faire le film, c'est que j'avais besoin de rompre avec mes habitudes et un monde trop familier. J'ai quand même écrit coup sur coup un film en Inde et un en Suède, c'est pas complètement un hasard ! Pour moi, c'est une façon de reformuler les choses, d'avancer et de me confronter à un territoire inconnu. S'il y avait un pays lointain qui m'attirait depuis longtemps par son mystère, sa poésie et sa sensualité, c'était l'Inde. Du coup, j'ai pensé que faire le film là-bas me donnait une chance de me rapprocher davantage de sa culture, de le comprendre mieux et d'aller au-delà d'une relation plus touristique.

Le film-vous a-t-il permis de la concrétiser pleinement ?

Oui, quand même… J'ai passé des mois à travailler avec des Indiens et ma relation n'a plus rien à voir avec celle que j'avais avant. Pour la première fois, j'ai tenu un journal durant toute la durée du tournage. Je n'étais pas sûre de le faire et du premier jour où je suis arrivée, j'ai commencé et je l'ai tenu jusqu'à la fin. C'est même devenu nécessaire parce que l'expérience que je faisais était tellement riche que je voulais la consigner par peur que cela disparaisse, même si je ne faisais rien après, pour ma fille.

L'Inde vous change. Si je devais résumer à une personne, ce serait la rencontre avec la comédienne Aarshi Banerjee. C'est étonnant : le film s'appelle Maya, il raconte une quête en Inde, et c'est ce qui s'est passé pour moi aussi finalement. En allant là bas, je n'étais pas complètement sûre de ce que je cherchais, j'y allais un peu pour me perdre. Et à un moment, la rencontre avec Aarshi m'a permis d'accéder à l'Inde différemment, d'ouvrir une porte que je n'aurais pas pu ouvrir sinon.

Justement, comment avez-vous choisi vos deux comédiens ?

On a cherché Maya à la fois à Mumbai et Goa, et même Londres, où se trouve une grande communauté indienne. Et j'ai reçu beaucoup de vidéos. Celle d'Aarshi, qui s'était filmée elle-même, et où elle se présentait très simplement, contrastait grandement avec toutes celles des filles que j'avais vues auparavant : beaucoup des jeunes femmes non-professionnelles envoyaient des vidéos où elles étaient très apprêtées, très sophistiquées. Quand j'ai vu celle d'Aarshi, sa beauté, son côté brut, sa simplicité m'ont touchée. Elle n'était pas perdue dans ses rêves, elle avait les pieds sur terre. Ça a immédiatement beaucoup influencé le personnage. Et j'ai adapté le personnage à ce qu'elle était.

Roman Kolinka était là depuis le début. J'ai fait deux films avec lui mais je voulais l'avoir cette fois dans un premier rôle. J'ai écrit celui-ci pour lui dans, dans le même état esprit que L'Avenir pour Isabelle Huppert. Quand j'ai fait mes premiers films, je ne pensais jamais à personne. Mais depuis j'ai rencontré Roman, et j'ai eu le sentiment que sa présence et l'émotion qu'il apporterait conviendrait aux films que je ferai, quels qu'ils soient.

Le film s'achève sur une image figée, alors que justement Gabriel reprend sa vie intranquille…

Il poursuit sa course et on s'arrête là… Cette figure de style a beaucoup été employée, et j'y suis toujours très sensible, sans savoir l'expliquer. Elle n'agit pas sur l'histoire : le film s'arrête mais l'histoire continue. Au cinéma, de façon générale, pour un film dans son ensemble ou dans ses scènes, j'essaie toujours d'écrire et de monter de telle sorte qu'on ait le sentiment que l'histoire ait commencé avant et qu'elle continue après. Au montage, cela peut se traduire par une coupe très légèrement en amont de la fin d'une scène. Je n'aime pas quand les choses sont bouclées, et qu'il n'y a pas d'"au-delà" au film.

Comme je cherche à transmettre un sentiment de vérité – qui ne prétend pas être "la" vérité – sur cette histoire et ces personnages, cela fait ressentir d'autres dimensions. Comme laisser des choses dans l'ombre, des non-dits ; entrouvrir des portes et les refermer après, ne pas donner le sentiment que tout a été dit et qu'il n'y a rien derrière la page.


Maya

De Mia Hansen-Løve (Fr 1h47), avec Roman Kolinka, Aarshi Banerjee, Alex Descas...

De Mia Hansen-Løve (Fr 1h47), avec Roman Kolinka, Aarshi Banerjee, Alex Descas...

voir la fiche du film


Décembre 2012, après quatre mois de captivité en Syrie, deux journalistes français sont libérés, dont Gabriel, trentenaire. Après une journée passée entre interrogatoires et examens, Gabriel peut revoir ses proches : son père, son ex-petite amie, Naomi. Sa mère, elle, vit en Inde, où Gabriel a grandi. Mais elle a coupé les ponts...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

John Mayall : blues father

Concert | C'est sur scène, dans une tournée au long cours, que le père du British Blues a choisi depuis l'an dernier de fêter son 85e printemps et la sortie, cette année, de son 67e (!) album. Il sera samedi 28 septembre sur la scène de la Belle électrique.

Stéphane Duchêne | Mardi 24 septembre 2019

John Mayall : blues father

Il y a deux ans, lors de sa dernière apparition grenobloise, on vous avait déjà présenté John Mayall comme un dinosaure du blues. Or, il semble bien que l'animal ne soit guère voué à l'extinction. S'il a été le mentor de tout ce que le blues anglais a compté de guitar heroes, d'Eric Clapton à Jeff Beck, de Mick Taylor à Peter Green et une ribambelle d'autres, il n'est pas improbable, comme c'est parti, qu'il les enterre tous. 85 et 67, ce sont les chiffres à retenir concernant le père du British Blues, émigré depuis belle lurette aux États-Unis. 85, comme son âge (les 86 sont pour dans deux mois), canonique, même pour un bluesman, et 67 comme le nombre d'albums qu'il a publiés dans sa carrière. Le dernier a pour titre Nobody Told Me et Mayall, accompagné de toute une kyrielle d'admirateurs premium (Larry McCray, Joe Bonamassa, Steven Van Zandt, Todd Rundgren...), y est plus sémillant que jamais. Et en dépit de quelques problèmes de santé à la sortie du disque, il s'est mis en tête d'effectuer un 85th anniversary tour (parce qu'on n'a pas tous les jo

Continuer à lire

Grenoble : 33 concerts pour un automne musicalement dense et varié

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Avec du rock, de la pop, de la chanson, du rap, du jazz, voire tout ça à la fois. Et à Grenoble comme dans l'agglo bien sûr.

La rédaction | Mercredi 18 septembre 2019

Grenoble : 33 concerts pour un automne musicalement dense et varié

Shake Shake Go C'est entre le live et l'infiltration d'internet que le groupe franco-gallois mené par Poppy Jones et Marc Le Goff s’est révélé, à force de tournées aux côtés de pointures comme James Blunt et Rodrigo y Gabriela et par la grâce d'un tube qui fit exploser leur notoriété à travers le monde – la ballade England Skies (2015), tête des charts digitaux, synchro en séries et dans la pub. Quelques mois plus tard sort l'album All in Time auquel succède l'an dernier Homesick mené par un autre single, beaucoup plus rock, Dinosaur. Le formatage est là et bien là mais la formule (on pense à des Lumineers avec une voix féminine) tape toujours dans le mille, mettant d’accord, en plus du public, une partie de la presse, des Inrocks au Figaro – qui sont pourtant rarement d'accord. À la Source jeudi 26 septembre Xavier Machault & Martin Debisschop Jamais à cours de projets, Xavier Machault s'

Continuer à lire

"Maya" : Mia Hansen-Løve à l’origine

ECRANS | De Mia Hansen-Løve (Fr, 1h45) avec Roman Kolinka, Aarshi Banerjee, Alex Descas…

Vincent Raymond | Mardi 18 décembre 2018

2012. Tout juste libéré d’une prise d’otages en Syrie, Gabriel, reporter de guerre français, décide d’aller se "mettre au vert" seul dans la maison de son enfance, à Goa, en Inde. Sur place, il retrouve son parrain Monty et fait la connaissance de sa fille, Maya… Le cinéma de Mia Hansen-Løve raconte souvent des épopées élégiaques à périmètre intime, où les protagonistes mènent avec opiniâtreté leurs combats ordinaires, loin des champs d’honneur romanesques. En étant reporter de guerre et ex-otage, Gabriel incarne une forme superlative d’héroïsme dans l’imaginaire populaire ; cependant, la cinéaste nous fait entrer dans sa vie "après la bataille" du feu, la plus évidente, au moment strict où va débuter celle, invisible, de la reconstruction intérieure. Maya se trouve donc être une quête post-traumatique autant qu’un cheminement résilient ; en cela, il rappelle le formidable Le Père de mes enfants, où Mia Hansen-Løve tentait de cerner un autre passionn

Continuer à lire

Dimanche, les enfants seront à l'honneur aux Pathé

ECRANS | Dimanche 24 juin, c'est la Grande journée des enfants dans les cinémas Pathé. Le programme est désormais bien affûté : la reprise d’un classique entre deux (...)

Vincent Raymond | Mardi 19 juin 2018

Dimanche, les enfants seront à l'honneur aux Pathé

Dimanche 24 juin, c'est la Grande journée des enfants dans les cinémas Pathé. Le programme est désormais bien affûté : la reprise d’un classique entre deux avant-premières. Apparemment insensible aux néonicotinoïdes, Maya l’Abeille 2 : Les Jeux du Miel (en salle le 18 juillet) ouvrira donc la matinée, suivie d’une lame par Edward aux mains d’argent (présenté – en vidéo – par Philippe Rouyer). Le héros à la triste figure de Tim Burton précédera un famille extraordinaire dont le retour ravira les amateurs d’élégance (et de Pixar) : Les Indestructibles 2 (sortie prévue le 4 juillet). Tout un programme.

Continuer à lire

John Mayall : blues toujours

Concert | Le pionnier du blues anglais, à la soixantaine d'albums (studio comme live), sera samedi 18 mars à la Belle électrique. Une légende vivante en somme.

Stéphane Duchêne | Mercredi 15 mars 2017

 John Mayall : blues toujours

Fringant octogénaire, John Mayall est presque aussi vieux que le blues lui-même, et au moins autant que le blues anglais dont il est l'un des pionniers. Une tradition british qui a vite fait la part belle aux "guitar-heroes" comme Eric Clapton, Mick Taylor, Peter Green, Jeff Beck, Jimmy Page... Bref, à toute une génération de techniciens hors pair et de solistes virtuoses. Parfois un peu trop quand la démonstration l'emportait sur le supplément d'âme. Mayall, aîné d'au moins dix ans de toute cette portée de bluesmen, et par ailleurs multi-instrumentiste, est un peu – légendes américaines mises à part – leur maître à tous, qui montra la voie possible d'un blues à l'anglaise et de la guitare qu'il maîtrise depuis l'âge de douze ans, fabriquant parfois lui-même ses instruments. Ce n'est pourtant qu'à 30 ans qu'il fonde The Bluesbreakers, formation mythique qui sera à la pointe du "british boom blues" et verra passer au mitan des 60's certains des talents précités, comme une sorte de centre de formation des bluesmen dont Clapton sera la figure de proue pas toujours très reconnaissante. Plus que cela Mayall, qui s'exile

Continuer à lire

Grenoble : les vingt concerts à ne pas louper entre janvier et mai

Panorama rentrée 2017 | Les prochains mois, il y aura du bon, voire du très bon, à écouter dans les salles grenobloises et de l'agglo. On vous détaille nos coups de cœur.

La rédaction | Mardi 3 janvier 2017

Grenoble : les vingt concerts à ne pas louper entre janvier et mai

Yael Naim et le Quatuor Debussy À la faveur d'un concert exceptionnel à Lyon en 2015, Yael Naïm et le Quatuor Debussy (on ne présente plus ni l'un, ni l'autre) sont tombés en amour. D'où l'idée de prolonger cette expérience de manière plus durable et plus travaillée. La chanteuse et le quatuor baroque ont donc lancé une tournée qui revisite avec douceur – et les arrangements du Debussy – le répertoire passé et présent de la franco-israélienne. Grâce lumineuse et cordes sensibles garanties. À la Rampe (Échirolles) Jeu 12/01 et ven 13/01 _______ Camera Les années 1970 inspirent plus que jamais les artistes d'aujourd'hui et ce ne sont pas les Berlinois de Camera qui diront le contraire. Figure de proue de la renaissance du krautrock, ce genre tombé aux oubliettes pendant de longues années, le trio guitare-clavier-batterie n'a rien de conventionnel. Il épr

Continuer à lire

"Sisters" : plaisanterie gênante

ECRANS | de Jason Moore (E.-U., 1h58) avec Amy Poehler, Tina Fey, Maya Rudolph…

Vincent Raymond | Mardi 10 mai 2016

Du même tonneau que Projet X, Babysitting ou Very Bad Trip, Sisters fait penser à ces plaisanteries de fins de soirées, pâteuses, redondantes, avec queues mais peu de têtes, gênantes pour qui les raconte et les entend (une fois que chacun a dessoûlé). Écrite à la masse et au burin, cette comédie parait n’avoir été mise en chantier que pour assouvir le désir de filmer la mise à sac d’une maison et les pulsions de vandalisme de quadras ravis de s’encanailler. À ceux qui objecteraient que The Party (1968) se soldait également par le ravage de la résidence où se tient la réception que parasite malgré lui le héros, on répondra que les dégradations sont secondaires dans le film de Blake Edwards. Catalyseur de destruction, le personnage campé par Sellers est surtout le révélateur du karma en ruine de ses hôtes ; il permet au finale d’accorder leur décoration intérieure avec leur état psychique réel. Ici, la relation entre les deux sœurs, aux caractères diamétralement opposés, était censée servir de mur porteur ; elle apparaît plutôt comme un vague coffrage recouvrant a minima des séquences régressives ou des numéros de solistes d

Continuer à lire

L’Avenir

ECRANS | de Mia Hansen-Løve (Fr, 1h40) avec Isabelle Huppert, André Marcon, Roman Kolinka…

Vincent Raymond | Mardi 5 avril 2016

L’Avenir

Triste exemple de régression artistique, ce film bien mal nommé voit Mia Hansen-Løve retomber dans les travers de ses débuts, dont on la croyait guérie depuis le lumineux Le Père de mes enfants (2009). Ce cinéma sorbonnard, construit dans l’imitation admirative des aînés Eustache, Garrel ou Assayas (évidemment), s’ingénie à aligner des saynètes froides censées capturer la vie dans sa crue réalité, des séquences de comédie pathétique (avec la vieille grand-mère qui perd la boule), entrelardant le tout de tunnels verbeux bilingues franco-allemands fourrés à la dialectique. Parfaitement formaté pour les festivals : la Berlinale lui a décerné un Ours d’argent… Très proche du personnage qu’elle interprétait (on aurait du mal à dire “incarner” tant son corps physique paraît de plus en plus s’effacer à l’écran) dans Villa Amalia (2009) de Benoît Jacquot, Isabelle Huppert affiche ici la même indifférence face aux événements ; à peine semble-t-elle concernée comme spectatrice. Postulons qu’il s’agit d’une straté

Continuer à lire

Zoom sur les artistes de la 15e Cuvée grenobloise

MUSIQUES | La fameuse compilation dédiée à la scène locale sort ce mercredi 27 janvier. Qui trouve-t-on dessus ? Et quels groupes joueront cette semaine à la Bobine, à la Bibliothèque centre-ville ou à la Belle électrique pour la promouvoir ? Réponses.

Stéphane Duchêne | Mardi 26 janvier 2016

Zoom sur les artistes de la 15e Cuvée grenobloise

À force de cuvées, la grenobloise, ourdie par Retour de scène-Dynamusic, devrait finir par s'autoproclamer AOC : Sainte-Émergence ou Château-La Pompe à talents. Le nom reste à trouver et, pour l'heure, c'est donc Cuvée grenobloise, 2016 et 15e millésime. Comme chaque année, le jury de la désormais fameuse compilation de talents locaux (émergents à divers niveaux) s'est enfilé quelques bonnes rasades de production locale avant d'en sélectionner un échantillon représentatif de nectar du cru. Représentatif car au-delà de la qualité intrinsèque et de l'engagement des acteurs (critères essentiels), tous les genres se trouvent ainsi représentés, un peu à la manière des sélections régionales du Printemps de Bourges. Il n'est pas de chapelle musicale qui passe sous le radar : rouge qui tache rock et son tanique avec Quintana, blanc acide coupé à la vodka de Cash Misère (prime de la meilleure étiquette pour le titre Poursuitovksy), chanson sulfatée de Bleu, ou reflets abstraits d'un Dzihan ou d'un Nikitch, étoiles montantes de l'électro.

Continuer à lire

Eden

ECRANS | Présenté comme un film sur l’histoire de la French Touch, "Eden" de Mia Hansen-Love évoque le mouvement pour mieux le replier sur une trajectoire romanesque : celle d’un garçon qui croyait au paradis de la house garage et qui se retrouve dans l’enfer de la mélancolie. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 18 novembre 2014

Eden

Nuits blanches et petits matins. L’extase joyeuse des premières soirées techno-house où le monde semble soudain s’ouvrir pour une jeunesse en proie à un nouvel optimisme, prête à toutes les expériences et à toutes les rencontres ; et ensuite la descente, le retour chez soi, la gueule de bois, le quotidien de la vie de famille et des disputes amoureuses. Cette courbe-là, Eden la répète à deux échelles : la plus courte, celle des cérémonies du clubbing d’abord sauvages, puis ritualisées via les soirées Respect ; et la plus large, celle de son récit tout entier, où l’utopie de la culture house-garage portée par son héros se fracasse sur la réalité de l’argent, des modes musicales et du temps qui passe. Aux États-Unis, on appelle ça un "period movie", un film qui embrasse une époque et un mouvement, de ses prémisses à son crépuscule. Eden, quatrième film de Mia Hansen-Love, répond en apparence à ce cahier des charges puisqu’il s’étend sur une dizaine d’années, à la charnière des années 90 et des années 2000, celles où la France a été une tête chercheuse du mouvement techno avec en figures de proue les deux membres de Daft Punk, Thomas Bang

Continuer à lire

Cabaret frappé – jour 2 : du côté des à-côtés

MUSIQUES | Le Cabaret frappé, c’est des concerts payants à 21h sous le chapiteau avec des grosses têtes d’affiche (Tricky, Cascadeur, Frànçois & the Atlas Mountains...). Mais c’est aussi plein d’autres trucs en accès libre, comme on a pu s’en rendre compte mardi soir.

Aurélien Martinez | Mercredi 23 juillet 2014

Cabaret frappé – jour 2 : du côté des à-côtés

19h – Concert au kiosque Ce mercredi soir, ce sera They call me Rico ; jeudi Natas loves you ; et vendredi notre chouchou Joe Bel. Des moments où l’on peut découvrir à l’air libre de chouettes artistes, comme ce fut le cas hier avec la Réunionnaise Maya Kamaty, fille du musicien Gilbert Pounia : une excellente surprise ! Du folk maloya subtil défendu par un petit bout de femme (et des musiciens) qui est très bien arrivé à capter l’attention du public (ce qui n’est pas toujours facile, hein Riff !) avec ses morceaux en créole ou en français. Le meilleur exemple de cette prise de contrôle en douceur étant la chanson finale du set baptisée Écris-moi, sur des paroles du poète mauricien Michel Ducasse, qu’on retrouvera sur un album prévu pour la rentrée. À suivre donc.

Continuer à lire

In the mood for Løve

ECRANS | Alors qu’elle termine actuellement son quatrième film, Eden, qui s’inspire de la vie de son frère Sven Love pour dresser un period movie sur l’essor de la (...)

Christophe Chabert | Vendredi 24 janvier 2014

In the mood for Løve

Alors qu’elle termine actuellement son quatrième film, Eden, qui s’inspire de la vie de son frère Sven Love pour dresser un period movie sur l’essor de la techno en France et l’émergence de la French touch, Mia Hansen-Løve est mise à l’honneur par la Cinémathèque de Grenoble qui projettera respectivement les 30 et 31 janvier Le Père de mes enfants et Un amour de jeunesse. D’abord critique aux Cahiers du Cinéma, elle saute le pas vers la réalisation avec Tout est pardonné, un premier film qui cumule les défauts d’un certain auteurisme français – peur panique de l’émotion et de la stylisation, exhibitionnisme autobiographique… Surprise, Le Père de mes enfants prend tout cela à revers : Hansen-Løve se détache de sa propre vie pour évoquer le regretté Humbert Balsan, producteur flambeur et indépendant, dont le suicide fut un électrochoc pour les cinéastes qu’il avait accompagnés. Mia Hansen-Løve ose regarder les conséquences d’un deuil sur une famille sans craindre les larmes du spectateur, tout en utilisant la quotidienneté des situations pour désamorcer la gravité de son sujet. Le film est franchement bouleversant et ré

Continuer à lire

Friends With Kids

ECRANS | De Jennifer Westfeldt (ÈU, 1h47) avec Adam Scott, Jennifer Westfeldt, Maya Rudolph…

Aurélien Martinez | Mardi 17 juillet 2012

Friends With Kids

Dans l'enfer moderne de la comédie romantique, Friends With Kids sort étonnamment son épingle du jeu. Tout en reprenant la tendance lourde actuelle (l'amour sécuritaire, le non- engagement, le zéro risque), le film de Jennifer Westfeldt en sape tranquillement les impasses. Le sujet du jour : comment faire un enfant hors couple, entre amis, pour fuir les aléas du mariage, se voit ainsi traité avec une intelligence que la première bobine, un peu manichéenne, ne présumait pas. Embrassant la question avec sensibilité et humour, le film surprend graduellement à force d'étoffer son classicisme. La moralité est toujours la même : nul ne peut se préserver des sentiments, mais Westfeldt l'impose en quelques scènes clés où les idées s'entrechoquent avec une étonnante lucidité. Contre l'arrogance de ceux qui croient gérer leur vie amoureuse comme leur carrière professionnelle, le film balance des vérités nuancées comme ses personnages. C'est tendre, démocratique, et assez réussi. Jérôme Dittmar

Continuer à lire