Robert Rodriguez : « "Alita" est certainement le plus grand défi de ma carrière »

ECRANS | Appelé par l’équipe d’"Avatar" pour réaliser "Alita : Battle Angel", Robert Rodriguez signe un divertissement d’anticipation visuellement éblouissant transcendé par la comédienne Rosa Salazar. Tous deux évoquent la conception d’un film au fond politique assumé.

Vincent Raymond | Lundi 18 février 2019

Jon Landau, coproducteur du film avec James Cameron, dit qu'Alita a constitué le plus grand défi de votre carrière. Partagez-vous son opinion ?

Robert Rodriguez : Il s'agit certainement du plus grand défi de ma carrière. Et c'est génial ! Quand on commence à avoir une carrière assez longue comme la mienne, on a envie de faire des choses nouvelles. Ça fait longtemps que je suis ami avec James Cameron – dont je suis aussi fan. Je m'étais toujours demandé, à la façon d'un éternel étudiant, comme il pouvait continuer à fabriquer des films comme un artisan. On n'imagine pas que James a fait ses débuts avec des films à petit budgets – après tout, il a travaillé pour Roger Corman, il a fait Terminator pour presque rien comme j'ai fait El Mariachi. Comment a-t-il pu faire ce saut vers le “gros cinéma“ avec de gros budgets et des échelles bien plus importantes ?

J'ai toujours choisi des films à budget modeste, et comme James je veux éviter les studios, parce que j'adore la liberté que donne le cinéma indépendant. J'ai un petit budget, mais je fais en sorte que mon film ait l'air d'en avoir un gros et je peux le tourner en noir et blanc, engager Mickey Rourke tout en restant libre. Alors qu'avec les studios, on a la pression : il faut qu'ils rentrent dans leur argent, par rapport à la distribution, la longueur du film…

Pour Alita, c'était formidable parce que j'avais la protection de James puisque je faisais le film avec et pour lui. J'avais la sensation d'être dans un film indépendant mais avec un gros budget. J'ai dû quand même changer toute ma méthode : pas d'écran vert, de vrais plateaux, de vrais acteurs… Et des aspects de mon cinéma qui est assez ludique. Par exemple, je peux prendre une guitare et en faire sortir un missile et tout le monde trouvera ça top sans se poser de question. Pas James : pour lui, la science-fiction doit être basée sur le fait scientifique pour que les éléments fantastiques soient crédibles. Il doit y avoir un réalisme de base.

Vous avez adapté Sin City et maintenant Gunnm ; y a-t-il des différences entre la transposition d'un comics et d'un manga ?

RR : Pas vraiment de différence de fond, mais Sin City était plus facile parce que c'était des histoires plus courtes alors que Alita, c'est une trentaine de livres. James avait résolu le problème pour moi puisque dès le début, il avait choisi d'adapter les deux premiers livres et un tout petit peu le troisième. Je n'avais pas à lire l'ensemble.

Et puis, il l'a rendu plus cinématographique et plus universel aussi. Je crois que si Jim m'avait lancé toute la série en me disant « Fais comme tu veux », je me serais senti perdu. Le challenge ici n'est pas tant la différence « comics ou manga », mais l'échelle et la quantité de matériel disponible.

N'auriez-vous pas peur de ne pas voir la fin de l'histoire au cinéma, compte tenu de la longueur de la série ?

RR : C'est un des problèmes. Voilà pourquoi chaque film doit raconter une histoire à part entière, il doit être soit autosuffisant et ne pas donner l'impression qu'il n'est que le chapitre d'une grande saga. J'adore la valeur de la narration. C'est seulement à la fin de El Mariachi que le héros devient un mec à l'étui de guitare plein de guns. Pour Spy Kids, ce n'est qu'à la dernière scène que l'on se rend compte de la réalité des missions. À chaque fois, on peut imaginer qu'il y aura une suite, sans que celle-ci soit obligatoire. Chaque film est une histoire à part entière.

Dans Alita, on a l'impression à la fin du film qu'elle a le sens de qui elle est, qu'elle a compris quelle était sa nature profonde. Donc on peut très bien imaginer d'autres aventures, mais aussi que la boucle est bouclée, que sa quête identitaire a en quelque sorte pris fin. Ce serait plus facile d'inventer d'autres histoires, mais à chaque fois je me dis c'est un film qui est complet puisque le personnage sait ce qu'il est devenu – ou peut-être ce qu'il peut devenir.

Vous avez ici délégué la photo, le montage ou la musique à d'autres personnes. Allez-vous pour votre prochain film revenir à vos habitudes de touche-à-tout ?

RR : À dire vrai, mon prochain film est déjà tourné et sort dans deux mois. Je l'ai tourné pour 7000$ – plutôt 3000$ –, et à nouveau, j'ai été l'homme-orchestre. Dans ce budget, j'ai même pu tourner un documentaire expliquant comment faire un film pour 7000$. Comme vous le voyez, je n'ai pas perdu mes vieilles habitudes ! Ça s'appelle Wild 11, et c'est une métaphore sur le fait de vendre son corps à la science pour financer son film – ce que j'ai fait pour El Mariachi. L'histoire est celle de quelqu'un qui arrive dans un labo médical et qui se demande si on essaie de le tuer ou si ce sont les drogues qui produisent leurs effets.

Cela dit, quand vous avez des gens qui peuvent faire la technique, c'est une joie de pouvoir se focaliser sur l'histoire, les acteurs, la 3D… C'est merveilleux d'engager des monteurs, etc. C'est une collaboration merveilleuse. Quand mon monteur bloquait sur une scène, il me l'envoyait et je la remontais, ce qui est assez rare dans l'industrie, surtout à Hollywood. C'est une des raisons pour lesquels j'ai aimé cette collaboration.

C'est un film au niveau d'un film de James Cameron – c'est pour cela que ma mythologie n'aurait pas marché. Avec un scénario aussi ambitieux, je n'aurais jamais pu faire le genre de film que je faisais avant. D'ailleurs, James peut aussi tout faire sur un plateau, mais il a besoin de gens de qualité pour donner l'envergure qu'il souhaite à un film.

Votre cinéma est volontiers sombre et violent. Êtes-vous aussi pessimiste que le mangaka Yukito Kishiro quant à l'avenir de notre société ?

RR : Dans Spy Kids, il n'y a pas de violence. Quand il y en a dans mes films, elle est contrebalancée par l'humour. Beaucoup de passages sont drôles parce que j'ai commencé dans la BD : je ne peux pas m'empêcher d'être dans le ludique. Pour Alita, c'est la première fois que je tourne un film avec un avertissement. Mais le manga est bien plus violent, et je m'en suis éloigné pour atteindre tous les publics. Si vous regardez mes films, soit je les fais pour les tous petits enfants, soit pour les grands enfants. En général, je ne suis pas dans le juste milieu.

Mais ce qui est important dans Alita, c'est que son histoire demeure contemporaine. Elle l'était en 1999 quand James a pensé l'adapter pour la première fois, elle l'était en 2005 quand il était presque prêt à la tourner, et finalement elle est complètement d'actualité quand le studio nous a donné le feu vert, avec cette histoire où des femmes prenant un peu le pouvoir, et aussi ce bas-monde, qui ressemble de plus au chaos dans lequel nous vivons partout actuellement. Son côté à la fois intemporel et contemporain attirait James : Alita montre un monde dystopique et potentiel, où l'héroïne incarne l'horreur et la beauté ; l'espoir et la réalité d'une situation chaotique.

Le fait d'avoir une héroïne a-t-il été important à vos yeux ?

RR : Je viens d'une grande famille hispanique – cinq garçons, cinq filles – et j'ai toujours trouvé qu'il y avait un manque de héros hispaniques, mais aussi de d'héroïnes tout court. Alors que mes cinq sœurs étaient des super badass ! On les retrouve un peu dans Spy Kids et Alita me les rappelle aussi. Quant à ma fille, elle a le même âge et son côté têtu, brave…

J'ai connu ce genre de femme et je peux m'identifier en tant qu'homme à Alita. Chacun peut s'identifier à elle : à quelqu'un qui se pense insignifiante mais qui a le pouvoir de changer les choses et le monde. Alors, si moi, Robert, je peux m'identifier à une gamine de 13 ans, ça veut dire que tout le monde peut. Que c'est notre histoire à tous et qu'elle est universelle.

Rosa, comment vous êtes-vous préparée au rôle d'Alita ?

Rosa Salazar : Je me suis entraînée pendant 5 mois avec mon sensei Keith Hirabayashi à un mélange d'arts martiaux pour ressembler au Panzer Kunst, qui est l'art martial mythique de Gunnm, le manga dont est tiré Alita. J'ai fait du kickbocking, du rolleblade – très dangereux et qui fait peur – et du strap-training, des combats avec des bambous…

La dimension féministe du personnage vous a-t-elle motivée ?

RS : Mais biens sûr [en français dans le texte] ! Je suis féministe et chaque rôle que j'accepte, chaque chose que je fais suit cette perspective. Je choisis toujours mes rôles en songeant aux messages qu'ils délivrent. Le personnage d'Alita agit ainsi, parce qu'elle est consciente de venir d'un tas de détritus, d'une décharge et qu'elle pense n'avoir rien à offrir. C'est justement à travers sa quête identitaire qu'elle comprend au contraire posséder en elle une force extraordinaire pouvant changer le cours de sa vie et celui du monde. En tant qu'actrice et que femme, j'ai vécu le genre d'expérience. C'est important que ce message s'adresse autant aux jeunes filles qu'aux jeunes garçons.

Le corps “augmenté“ d'Alita vous fait-il rêver ?

RS : Je vais peut-être vous dire un truc très ennuyeux, mais 30% de femmes ont des problèmes thyroïdiens et c'est mon cas : je fais de l'hyperthyroïdie. Si je pouvais avoir un corps augmenté, je remplacerais immédiatement ma thyroïde. J'ai lu que c'était un deuxième cerveau qui régule énormément de choses dans notre corps. Quand mon médecin m'a annoncé mon problème, je ne savais même pas la situer ! Mais je ne vais pas aller trop loin dans l'explication : il faut laisser aux hommes le temps de comprendre (rires) !

Au-delà le corps, évoquons le regard d'Alita sur lequel un travail particulier a été réalisé. Comment l'avez-vous découvert après les effets spéciaux ?

RS : Quand on travaille avec des visionnaires comme Robert, James et Jon, on partage dès le départ cette vision. Quand ils m'ont montré le premier art conceptuel du personnage d'Alita, elle avait déjà ces grands yeux. Jon et Robert voulaient absolument rendre hommage au manga originel dans lequel elle a ces grands yeux, mais aussi montrer qu'Alita venait d'une autre planète, et la différencier des autres habitants d'Iron City. Jon répète à l'envi que les yeux sont les fenêtres de l'âme ! (rires)

Je n'ai pas été choquée ni effrayée parce que je le savais ; ce qui est marrant, c'est que lorsque ma mère a vu le premier trailer et je lui ai demandé si quelque chose l'avait frappée, elle m'a dit : « Je n'ai rien vu de spécial. Ces yeux sont tes yeux ! »

Le film montre, dans un flashback, une scène de bataille sur la Lune. Est-ce que vous savez si cela présage d'une suite détaillant ce passé ?

RS : Ces flash-back nous ramènent à sa vie antérieure, mais aussi nous expliquent comment elle est tombée, cette chute jusqu'à la décharge où on la retrouve. On voit la bataille où son corps est coupé en deux. Cette bataille, la référence dans le film est très claire : la Chute. Oui, je sais exactement d'où elle vient et où elle vient car j'ai lu tout Gunnm, et même sans vous dire la suite, c'est tellement dingue ce que j'ai lu, un univers tellement incroyable où l'on voit des cervelles sur des balances, des méchants qui ne sont jamais tués… On est dans la folle imagination de Kishiro qui raconte tout ça. Et d'ailleurs, il est en train d'écrire des Chroniques martiennes où justement il va dire comme Alita a perdu son corps d'humaine.

Quelle impression éprouvez-vous lorsque vous vous découvrez à l'écran ?

RS : C'est assez surréaliste. C'est comme si vous marchiez dans la rue et que vous retrouviez cette jumelle perdue de vue depuis des années. C'est un peu étrange, cette impression d'être deux moitiés qui se retrouvent, d'être à la fois comme ma jumelle, ma sœur, ma fille, une version mutante de moi-même. Alors qu'en réalité, Alita, c'était une création individuelle et différente. Ce n'est pas tant qu'elle me ressemble : on est pareilles.

Comme actrice, la première fois que j'ai vu le film, je n'arrivais pas y croire. Et comme toutes les actrices, j'ai commencé à critiquer mon jeu : j'aime pas ce tic, cette micro-expression que j'ai avec ma bouche, que je suis la seule d'ailleurs à voir. Et Jon Landau m'a dit : « c'est génial que tu sois en train de regarder et critiquer ta performance : c'est ce qu'on t'avait promis, qu'on allait voir ta performance, ton jeu et non ton allure, ce à quoi tu ressembles ». C'est fantastique, vous devriez essayer un jour et vous verrez ! (rires)


Alita : Battle Angel

De Robert Rodriguez (ÉU-Arg-Can, 2h01) avec Rosa Salazar, Christoph Waltz...

De Robert Rodriguez (ÉU-Arg-Can, 2h01) avec Rosa Salazar, Christoph Waltz...

voir la fiche du film


Lorsqu'Alita se réveille sans aucun souvenir de qui elle est, dans un futur qu’elle ne reconnaît pas, elle est accueillie par Ido, un médecin qui comprend que derrière ce corps de cyborg abandonné, se cache une jeune femme au passé extraordinaire.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Alita : Battle Angel" : Pinocchio 2.0

ECRANS | de Robert Rodriguez (ÉU, 2h02) avec Rosa Salazar, Christoph Waltz, Jennifer Connelly…

Vincent Raymond | Mardi 12 février 2019

Le XXVIe siècle, après une féroce guerre. Dans la décharge de la ville basse d’Iron City, un docteur/mécanicien trouve une cyborg démantibulée ultra-sophistiquée qu'il répare et nomme Alita comme sa fille défunte. Il découvre qu’elle présente d’étonnantes dispositions au combat… La récente poussée des membres de la trinité mexicaine Iñarritu/Cuarón/del Toro ne doit pas oblitérer leurs camarades, actifs depuis au moins autant longtemps qu’eux dans le milieu. Tel le polyvalent Robert Rodriguez, Texan d'origine mexicaine, qui signe ici après Sin City (2005) une nouvelle adaptation de BD – en l’occurrence un manga futuriste de Yukito Kishiro. On reconnaît dans cette version augmentée de Pinocchio (où la marionnette serait une cyborg et son Gepetto un savant doublé d’un traqueur de criminels) l’empreinte du producteur James Cameron : perfection formelle absolue des images, rigueur du récit, spectaculaire immersif (les courses en motorball ne déchirent pas : elles dévissent), distribution soignée… Peut-être tient-on un pendant à Blade Runner, en moins hermétique sur le plan m

Continuer à lire

Ojo Loco : la folie des grandeurs (cinématographiques)

ECRANS | Zoom sur l'ambitieuse sixième édition du festival Ojo Loco, dédié au cinéma ibérique et latino-américain et piloté par l'association Fa Sol Latino.

Aliénor Vinçotte | Lundi 19 mars 2018

Ojo Loco : la folie des grandeurs (cinématographiques)

Pas si fous que ça les Ojo Loco ! Pour composer leur programmation, les responsables du festival grenoblois de cinéma ibérique et latino-américain sont allés faire leur marché parmi les candidats aux Goya (les César espagnols), en y ressortant des films plébiscités comme Handía (sur l’histoire vraie d’un homme atteint de gigantisme au XIXe siècle, que le comédien Iñigo Aranburu viendra présenter en avant-première), El Autor, Une femme fantastique ou encore Été 93. Mais ils ont bien sûr élargi le tir, puisqu'ils proposent, dans la section "compétition fictions", onze films non distribués en France en lice pour recevoir le prix du public. Trois d'entre eux seront accompagnés à Grenoble par leur réalisateur : El Autor (lauréat de deux Goya donc) de Manuel Martín Cuenca, Cabros de Mierdas du Chilien Gonzalo Justiniano et Últimos Días en la Habana (photo) du Cubain Fernando Pérez. Ce dernier présentera aussi, lors d’une soirée "cinéma de patrimoine", deux de ses ré

Continuer à lire

"Downsizing" : rien ne sert de raccourcir…

ECRANS | Et si l’humanité diminuait à une taille d’environ 12 cm pour jouir davantage des biens terrestres ? Dans ce raisonnement par l'absurde, le cinéaste Alexander Payne rétrécit un Matt Damon candide à souhait pour démonter la société de consommation et les faux prophètes. Une miniature perçante.

Vincent Raymond | Samedi 6 janvier 2018

Disparu en novembre dernier dans une consternante indifférence, le réalisateur français Alain Jessua aurait à coup sûr raffolé de l’idée. Cousinant avec ses fables d’anticipation dystopiques que sont Traitement de choc (1972) et Paradis pour tous (1982), Dowsizing est en effet un de ces contes moraux où une "miraculeuse" avancée scientifique, perçue comme une panacée devant soulager l’humanité de tous ses maux, finit par se révéler pire remède que la maladie elle-même. La découverte est ici un procédé (irréversible) permettant de réduire les organismes humains afin d’économiser les ressources de notre planète surpeuplée, augmentant mathématiquement le patrimoine des sujets miniaturisés. Alléchés par cette perspective, Paul et son épouse s’inscrivent au programme. Mais au dernier moment, la belle se déballonne : Paul en est réduit à vivre rapetissé et seul. Au paradis ? Pas vraiment… À naïf, à demi-naïf Il y a deux actes biens distincts dans Downsizing : l’un dédié au "prodige" en tant que tel, l’autre à l’une de ses conséquences politiques et sociales – en cela, il rapp

Continuer à lire

"L'Attrape-rêves" : glace et attrapes

ECRANS | de Claudia Llosa (Esp.-Fr.-Can., 1h33) avec Cillian Murphy, Jennifer Connelly, Mélanie Laurent…

Vincent Raymond | Lundi 24 octobre 2016

On était prêt à se montrer bienveillant envers la réalisatrice péruvienne Claudia Llosa. Pas parce que L’Attrape-rêve (quelle substance a donc ingérée le distributeur pour proposer un titre français aussi moisi et déconnecté du film ?) exile Mélanie Laurent au-delà du Cercle polaire, mais en souvenir de Fausta (2009), son œuvre précédente récompensée à l'époque par l'Ours d'or du meilleur film au Festival de Berlin. Alors on tient bon, bravement, devant cette fable new age gentiment sans objet, construite pour faire genre dans l’alternance de deux époques. D’accord, il y a Jennifer Connelly à l’écran, et la voir est toujours un plaisir, même si l’évolution de son personnage laisse dubitatif : d’abord mère d’un enfant malade allant voir un guérisseur mystique sans conviction aucune, elle se transforme – abracadabra – en guérisseuse mystique au look de Patti Smith hallucinée, incapable d’user de son don pour elle. C’est un peu l’histoire des cordonniers mal chaussés, ou de ces devins totalement myopes sur leur

Continuer à lire

Big Eyes

ECRANS | De Tim Burton (ÉU, 1h47) avec Amy Adams, Christoph Waltz, Danny Huston…

Christophe Chabert | Mardi 17 mars 2015

Big Eyes

Il n’y a pas de scandale à dire que la carrière de Tim Burton a, depuis dix ans, pris du plomb dans l’aile. Entre serment d’allégeance à l’empire Disney (Alice au pays des merveilles) et déclinaison paresseuse de son propre style (Sweeney Todd, Dark Shadows), l’ex-trublion semblait rangé des voitures, VRP d’une signature graphique vidée de sa substance subversive. La surprise de Big Eyes, c’est qu’il marque une rupture nette avec ses films récents. Il y a certes, dans cette histoire certifiée Amérique des sixties, des pelouses verdoyantes devant des pavillons soigneusement alignés, des coupes de cheveux parfaitement laquées et des peintures bizarres d’enfants à gros yeux (celles que dessine Margaret Keane mais que son escroc de mari va s’approprier, et avec elles gloire, argent et carnet mondain), ce n’est toutefois qu’une surface de convention, dictée par l’authenticité du fait divers raconté plutôt que par une volonté auteurisante.

Continuer à lire

Noé

ECRANS | Sauf le respect qu’on doit à Darren Aronofsky, ses débuts dans le blockbuster à gros budget relèvent du naufrage intégral, et cette relecture du mythe biblique est aussi lourdingue que formatée, kitsch et ennuyeuse… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 14 avril 2014

Noé

Qui était Noé selon Darren Aronofsky ? Un fanatique écolo, illuminé par l’annonce d’un désastre et la damnation d’une humanité corrompue, entouré par des anges envoyés par Dieu et incarnés en géants de pierre aux yeux phosphorescents. Ce résumé lapidaire de la première heure — interminable — de Noé résume dans le fond le formatage auquel est soumis ce blockbuster : un peu d’air du temps, un peu de messianisme divin (quand va-t-on nous foutre la paix avec ces stupides histoires de religion et quand passera-t-on au XXIe siècle dans cet occident que l’on dit éclairé et que l’on trouve de plus en plus obscurantiste ?) et un peu d’héroïc fantasy. Comme liant, un sérieux papal dans des dialogues qui calquent grossièrement ceux de n’importe quel serial historique actuel — Game of thrones, pour ne pas le citer. Face à ce gros foutoir en forme de kouglof indigeste et laborieux, on attend, comme dans l’expression consacrée, le déluge, car tout Aronofsky qu’il soit, c’est bien ce qu’on demande à un cinéaste qui engloutit plus de cent millions de dollars dans un film sur l’arche de Noé : filmer ce putain de déluge, même si celui-ci n’est que l’addition d’effets num

Continuer à lire

Django Unchained

ECRANS | Chevauchée sanglante d’un esclave noir décidé à retrouver sa fiancée en se vengeant de blancs cupides et racistes, "Django Unchained" n’est pas qu’une occasion pour Quentin Tarantino de rendre hommage aux westerns ; c’est aussi un réquisitoire contre l’Histoire américaine, d’autant plus cinglant qu’il conserve le style fun de ce définitivement immense cinéaste. Critique et généalogie d’un homme nommé Django. Texte : Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 8 janvier 2013

Django Unchained

Première réaction à la sortie de ce Django unchained : Tarantino est fidèle à lui-même, et c’est pour ça qu’on aime son cinéma. De fait, ils sont peu aujourd’hui à offrir 2h45 de spectacle qui semblent passer en quelques minutes, sans pour autant renier le fondement de leur style : des scénarios écrits contre toutes les règles hollywoodiennes, privilégiant le dialogue et la durée des épisodes à une construction en trois actes où l’action et la parole sont dosées équitablement. Tarantino y ajoute cette élégance de mise en scène qui frappe dès le générique, où une chaîne d’esclaves torses nus et l’haleine fumante traverse de nuit une étendue aride et rocailleuse. Pourtant, il convient de tempérer ce jugement hâtif : oui, Tarantino est immense et oui, Django unchained est un très grand film, mais il n’est que l’aboutissement d’une mue amorcée entre les deux volumes de Kill Bill. Cette césure n’avait rien d’artificiel : elle marquait un tournant décisif, celui où le cinéaste cessait de déployer sa maestria en cinéphile compulsif visitant avec une gourmandise enfantine le cinéma bis, et où il donnait une réelle gravité à ses sujets, prenant ce qu’il montre

Continuer à lire

Le charme hargneux de la bourgeoisie

ECRANS | Huis clos à quatre personnages tiré de la pièce «Le Dieu du carnage» de Yasmina Reza, le nouveau film de Roman Polanski est une mécanique diabolique et très mordante, sur la violence masquée derrière les apparences sociales, avec un quatuor de comédiens au sommet de leur art. Critique et décorticage des racines du Carnage. Christophe Chabert

François Cau | Vendredi 2 décembre 2011

Le charme hargneux de la bourgeoisie

C’est un incident banal, une dispute entre gosses qui tourne mal : l’un d’entre eux en frappe un autre avec un bâton, lui brisant plusieurs dents et une partie de la mâchoire. Cette scène muette sert de générique à Carnage, et Polanski la filme de loin, en plein air, tandis que la musique guillerette d’Alexandre Desplat semble se moquer de la violence du geste. On devrait s’en tenir là. Et c’est peu ou prou ce qui se passe dans la scène suivante : les parents de la «victime», Penelope et Michael Longstreet (Jodie Foster et John C. Reilly) relisent devant eux la lettre d’excuses des époux Cowan (Kate Winslet et Christoph Waltz), père et mère du «coupable». Les deux couples peuvent alors se séparer à l’amiable, mais quelque chose cloche, comme une insatisfaction réciproque, la sensation d’un malentendu pas encore totalement dissipé. Alors qu’Alan et Nancy Cowan se dirigent vers l’ascenseur, Penelope, visiblement nerveuse, leur demande si c’est eux qui sont désolés ou leur enfant. Ça n’a l’air de rien, mais ce détail va déclencher une heure quinze de huis clos en temps réel où les quatre protagonistes se livreront à toutes les formes de mesquinerie, réglant leurs comptes avec une v

Continuer à lire

Machete

ECRANS | De Robert Rodriguez et Ethan Maniquis (ÉU, 1h45) avec Danny Trejo, Robert De Niro…

François Cau | Mercredi 24 novembre 2010

Machete

Nostalgie du film de vidéo-club, suite. Après Expendables et Piranha, voilà Machete, équivalent mexicain des films de la blaxploitation dans les années 70. Parti d’une fausse bande-annonce (géniale) pour le double programme Grindhouse, Machete est devenu un vrai long-métrage, gonflant son casting de départ de stars (De Niro, qui va loin dans la bouffonnerie) et de super has-beens (Don Johnson, Lindsay Lohan et surtout Steven Seagal, toujours aussi farci aux pancakes — big up, Yannick Dahan !). Le début du film est excellent : l’intro où la femme et l’enfant de Machete (Danny Trejo, très drôle dans son sérieux absolu et ses répliques badass, dont le déjà légendaire «Machete don’t text») sont massacrés sous ses yeux est gore à souhait, puis le premier acte où, devenu un clandestin ordinaire, il est recruté pour abattre un politicien réac, tient ses promesses. Le film possède alors la solidité d’un bon Carpenter. Mais plus il avance, moins il dissimule sous un second degré bien pratique son je-m’en-foutisme évident. Les divers fils de l’intrigue sont grossièrement résolus (rien à voir avec la virtuosité de Planète terreur du même Rodriguez) et la grande scène finale est un sommet de b

Continuer à lire