Vie et mort de l'ère américaine avec Denys Arcand

ECRANS | Jeudi 2 et vendredi 3 mai, la Cinémathèque de Grenoble diffuse les deux films cultes du réalisateur québécois : "Le Déclin de l’Empire américain" et "Les Invasions barbares".

Élise Lemelle | Mardi 30 avril 2019

La sortie en février dernier de La Chute de l'Empire américain de Denys Arcand a eu plusieurs vertus. D'abord celle de nous présenter un état de notre société asservie par l'argent – constat guère euphorisant, on vous l'accorde. Mais aussi celle de clore une trilogie consacrée à l'effondrement de notre monde contemporain – oui, ça n'est pas plus réjouissant. Surtout, ce polar mâtiné de philo nous a permis de reprendre des nouvelles du cinéaste québécois à qui la Cinémathèque de Grenoble rend hommage en programmant justement les deux premiers volets de la trilogie dans le cadre du Mois du Canada organisé à Grenoble.

Deux opus qui se suivent, où gravite le même groupe de personnages, rejoints toutefois par de nouvelles têtes dans le second volume. Des hommes et des femmes interprétés par les comédiens fétiches du cinéaste, volontiers bavards, vidant leur sac et leur conscience, rendant compte des travers de leur époque et des inflexions du temps sur leur caractère. Dans Le Déclin de l'Empire américain (1986), des universitaires hédonistes discourent ainsi sur le sexe, l'amour et la mort en estimant que « le mensonge est la base de la vie amoureuse, comme c'est le ciment de la vie sociale ». Dans Les Invasions barbares (2003), c'est la relation d'un fils et de son père à l'aube de la mort de ce dernier qui passe au premier plan ; ce qui n'empêche pas le film d'aborder une foule de thématiques sociétales : de la drogue au capitalisme délétère en passant par une bureaucratie omniprésente. Un focus sur le cinéma canadien purement québécois donc, histoire de mettre de l'huile sur la poutine…

Le Déclin de l'Empire américain
Au cinéma Juliet-Berto jeudi 2 mai à 20h

Les Invasions barbares
Au Cinéma Juliet-Berto vendredi 3 mai à 20h


Le déclin de l'empire américain

De Denys Arcand (Canada, 1h41) avec Dominique Michel, Dorothée Berryman, Louise Portal...

De Denys Arcand (Canada, 1h41) avec Dominique Michel, Dorothée Berryman, Louise Portal...

voir la fiche du film


Tandis que Rémy, Pierre, Claude et Alain, professeurs à la faculté d'histoire, préparent un dîner de gourmets, leurs compagnes, Dominique, Louise, Diane et Danielle, s'entraînent dans un club de musculation esthétique. Les hommes discutent des femmes, les femmes discutent des hommes. De ces deux conversations jaillissent le mensonge d'une époque et la volonté pour chaque protagoniste d'un bonheur individuel sans arrêt bafoué.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Denys Arcand : « Le cadre du thriller est comme celui de la tragédie »

ECRANS | Conteur jovial à la vue perçante, Denys Arcand analyse la société avec une précision clinique et livre des constats doux-amers sur son évolution. Entre polar et comédie, "La Chute de l'Empire américain", nouvel opus de sa trilogie (après "Le Déclin de l'Empire américain" et "Les Invasions barbares") teinté de philosophie, fait mal à la conscience. Rencontre.

Vincent Raymond | Jeudi 21 février 2019

Denys Arcand : « Le cadre du thriller est comme celui de la tragédie »

À quel moment avez-vous choisi la tonalité de votre nouveau film La Chute de l'Empire américain ? Denys Arcand : Je ne sais jamais quel film je vais commencer quand j’en termine un ! Là, il s’était produit une espèce de règlement de comptes à Montréal : un chef de gang noir avait été abattu pour avoir prêté allégeance au "mauvais" leader de la mafia calabraise. Ce chef de gang avait une fausse boutique de mode dans le centre de Montréal, qui en fait était une banque : rien que dans la section ouest de Montréal, son commerce récoltait cinq millions de dollars par mois et lessivait l’argent. Dans mon film, on a la récolte de deux mois. Le patron de la mafia calabraise a décidé de l’exécuter, et il y a plusieurs morts. Ça a été extrêmement violent, d’autant que ça s’est passé à midi et demi en plein milieu de rues passantes. J’ai pris des notes, j’ai rencontré un inspecteur de police mêlé à l’histoire et j’ai commencé à m’intéresser à la manière dont on pouvait fa

Continuer à lire

"La Chute de l’Empire américain" : Denys Arcand, troisième claque

ECRANS | de Denys Arcand (Qué, 2h09) avec Alexandre Landry, Maripier Morin, Rémy Girard…

Vincent Raymond | Lundi 18 février 2019

Docteur en philosophie, Pierre-Paul est accablé par la conscience de son savoir comme par l’état du monde. Bénévole auprès de nécessiteux, il livre des colis pour subsister. Son existence va changer quand, témoin d’un hold-up, il récupère une énorme somme appartenant à un gang… Annoncé comme le troisième opus complétant Le Déclin de l’Empire américain (1987) et Les Invasions barbares (2003), ce film boucle une manière de trilogie où la continuité s’effectuerait non dans la poursuite des aventures des personnages des épisodes précédents, mais à travers une analyse de l’air du temps. Comme si le réalisateur Denys Arcand carottait tous les quinze ans l’atmosphère québécoise et l’interprétait en une pièce cinématographique. Seule constante : des héros déboussolés, déphasés par rapport au cours de l’époque. Cette Chute… pourrait bien être l’apogée de la trilogie. Car elle combine une intrigue de polar solidement ficelée à des paradoxes d’éthique à tiroirs (un bien illégal mal acquis peut-il profiter si les intentions sont louables ? des voleurs de voleurs méritent-ils d'échappe

Continuer à lire