"Parasite" : coucous, c'est nous !

ECRANS | Une famille fauchée intrigue pour être engagée dans une maison fortunée. Mais un imprévu met un terme à ses combines… Entre "Underground" d'Emir Kusturica et "La Cérémonie" de Claude Chabrol, Bong Joon-ho revisite la lutte des classes dans un thriller captivant empli de secrets qui lui a valu la Palme d’or lors du dernier Festival de Cannes.

Vincent Raymond | Dimanche 2 juin 2019

Recommandé par un ami étudiant, Kevin devient le professeur d'anglais de la fille de riches Coréens, les Park. Ce faisant, il tire un peu sa famille de sa misère. Puis, grâce à d'habiles ruses, sa sœur, son père et sa mère finissent eux aussi par se placer chez les Park. Jusqu'où cela ira-t-il ?

Un film asiatique montrant une famille soudée vivant dans la précarité devant astucieusement flirter avec la légalité pour s'en sortir… Les ressemblances avec Une affaire de famille, Palme d'or en 2018, s'arrêtent là : quand Hirokazu Kore-eda privilégiait la dramédie, Bong Joon-ho use du thriller psychologique teinté d'humour noir pour raconter une fable sociale corrosive bien qu'elle ne soit pas exempte de traits caricaturaux – après tout, la persistance d'une dichotomie franche entre une caste de super-riches et une d'infra-pauvres ne constitue-t-elle pas une aberration grotesque pour une société censément civilisée ?

Certes, la famille Ki-taek se rend bien coupable de faux en écriture ainsi que de quelques machinations visant à congédier les employés occupant les places qu'ils convoitent, mais leur malhonnêteté reste "relative" : ils aspirent à être rémunérés contre un emploi dûment effectué, non à vivre aux dépens de leur hôte – on devrait parler de symbiotes plutôt que de parasites. Ce n'est pas le cas de tous les protagonistes, dont certains cachent bien leur jeu…

À la ligne

Bong Joon-ho fait évidemment de la question de la dissimulation et du masque l'un des axes majeurs de son film, multipliant les lieux ou langages secrets – journal intime, code morse, cachettes... Une division de l'espace entre le visible et l'invisible qui renvoie à une autre séparation territoriale cardinale : entre le domaine des propriétaires et celui des employés.

Souvent illustrée au cinéma, de La Règle du jeu de Jean Renoir à Gosford Park de Robert Altman en passant par La Cérémonie de Claude Chabrol, cette démarcation symbolique trouve un écho "métaphorique" (pour reprendre l'un des termes favoris de Kevin) supplémentaire dans ce pays scindé en deux États diamétralement opposés du point de vue politique et économique qu'est la Corée, où la frontière reste un tabou.

L'idée qu'un de ses employés « franchisse la ligne » constitue d'ailleurs pour M. Park la pire des transgressions. Comment ne pas voir dans l'arrogance repue de cette famille aisée ne jurant que par les États-Unis ou l'entregent, et se pinçant le nez quand l'odeur du cloaque où vit un prolétaire lui heurte les narines, une parabole caustique de la situation éprouvée par la société sud-coréenne vis-à-vis d'un Nord déshérité ? Dans les ultimes minutes, on se surprend en tout cas à penser que Joon-ho a signé un film sacrément révolutionnaire. Pas uniquement parce que le fond de l'écran est bien rouge…

Enfin la Palme

Alors, Palme méritée ou pas ? Exprimer un avis sur la légitimité d'un trophée lorsque l'on n'appartient pas au jury qui l'a décerné revient à valider ou désapprouver le consensus de neuf subjectivités qui s'en moquent, et n'a donc que peu d'intérêt. On peut en revanche supposer que Bong Joon-ho (qui aurait eu la Palme tôt ou tard) fait partie de ces cinéastes récompensés davantage pour la constance de leur œuvre – ou avec un temps de retard – que pour ce film en particulier.

Il n'est en effet pas défendu de penser qu'après le "manqué" Okja (2017), absent du palmarès cannois pour cause d'intransigeance du producteur Netflix (qui refusait de lui accorder une sortie dérogatoire en salle), le jury 2019 ait choisi cette honnête compensation. À ceux qui rentrent dans le rang, il sera toujours beaucoup pardonné.

Parasite
de Bong Joon-ho (CdS, 2h12) avec Song Kang-Ho, Cho Yeo-jeong, So-Dam Park…


Parasite

De Bong Joon-Ho (Cor, 2h12) avec Song Kang-Ho, Sun-kyun Lee...

De Bong Joon-Ho (Cor, 2h12) avec Song Kang-Ho, Sun-kyun Lee...

voir la fiche du film


Toute la famille de Ki-taek est au chômage, et s’intéresse fortement au train de vie de la richissime famille Park. Un jour, leur fils réussit à se faire recommander pour donner des cours particuliers d’anglais chez les Park. C’est le début d’un engrenage incontrôlable.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter