"Wonderland, le royaume sans pluie" de Keiichi Hara sera en avant-première samedi au Méliès

Élise Lemelle | Mardi 11 juin 2019

Photo : Warner Bros


Connu pour Un été avec Coo (2007) ou Miss Hokusai (2015), Keiichi Hara fait partie de la nouvelle génération d'auteurs d'animes japonais. Dans ses films, il développe des thématiques singulières comme la critique des médias, la recherche des origines ou encore la cruauté des humains envers la nature. Sélectionné en compétition officielle au prestigieux Festival d'animation d'Annecy, son nouveau long-métrage Wonderland, le royaume sans pluie, en salle fin juillet, sera présenté en avant-première exceptionnelle samedi 15 juin à 13h45 au Méliès, en sa présence. On appelle ça un événement.


Wonderland

De Lisa Blatter, Jan Gassmann (Sui, 1h40) avec Peter Jecklin, Dashmir Ristemi...

De Lisa Blatter, Jan Gassmann (Sui, 1h40) avec Peter Jecklin, Dashmir Ristemi...

voir la fiche du film


L’automne en Suisse. Un effrayant nuage apparaît dans le ciel et recouvre le pays. Son origine est une énigme pour les météorologues. La tempête du siècle menace d’anéantir le pays. Face à la catastrophe imminente, certains l’ignorent, d’autres se barricadent ou célèbrent la fin du monde. Pourtant, la menace qui plane sur les Confédérés crée aussi des liens…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Écrans magiques

Festivals | Présente dans la programmation des festivals de cinéma Voir Ensemble, À vous de voir et Plein les yeux, l’animation japonaise jeune public n’a pas toujours profité d’une telle reconnaissance. Retour sur les raisons de ce (tardif) changement de statut et décryptage de quelques-uns des films à l’affiche ces prochains jours.

Damien Grimbert | Mardi 18 février 2020

Écrans magiques

C’est une histoire désormais bien connue. À l’origine de nombreux films remarquables depuis la fin des années 50, et bénéficiant d’une présence sur les (petits) écrans français dès la fin des années 70, l’animation japonaise jeune public a néanmoins dû attendre l’orée des années 2000 pour enfin commencer à être reconnue à sa juste valeur. S’il n’est pas le premier film d’Hayao Miyazaki à être sorti dans les salles françaises et d’une certaine reconnaissance critique (Porco Rosso, Mon Voisin Totoro et Princesse Mononoké lui avaient auparavant pavé la voie), Le Voyage de Chihiro est en revanche sans conteste celui par le biais duquel tout a changé. Immense succès public (1, 34 million d’entrées l’année de sa sortie en France), le métrage a ainsi permis à l’intégralité des productions du Studio Ghibli de s’imposer en véritables incontournables, et modifié irrémédiablement le regard porté par le grand public sur les films d’animation en provenance du Japon. Ouvrant de fait la voie, quelques années plus tard, à toute une nouvelle génération de réalisateurs (Mamoru Hosoda, Makoto Shinkai, Masaaki Yuasa, Keiichi Hara…), qui n’auraient sans doute jama

Continuer à lire

Les Saisons Hanabi : un peu de Japon à Grenoble

ECRANS | Zoom sur l'édition grenobloise du festival itinérant qui aura lieu du mercredi 3 au mardi 9 juillet au Méliès.

Vincent Raymond | Mardi 2 juillet 2019

Les Saisons Hanabi : un peu de Japon à Grenoble

Évoquant immanquablement le Japon par sa référence explicite à un film du cinéaste Takeshi Kitano, le festival itinérant Les Saisons Hanabi arrive au Méliès dans sa déclinaison estivale. Au programme du 3 au 9 juillet, 7 jours et autant de films pour s’immerger dans la production contemporaine de l’Empire du Soleil levant. Les arbres Kore-eda, Kawase ou Miyazaki ne doivent ainsi pas masquer les forêts de talents poussant ici ou là, et que le festival présente. Très attendu depuis sa présentation au festival d’Annecy, Wonderland, le royaume sans pluie (photo) de Keiichi Hara est de la partie dimanche – précédé samedi de la reprise du premier long-métrage d’animation du réalisateur, Un été avec Coo. Une sérieuse dominante fantastique traverse également la sélection : dès l’ouverture, l’anime Maquia de Mari Okada traite d’immortalité, Ne coupez pas ! de Shin'ichirō Ueda lui succède avec une armée de zombies, avant L’Homme qui venait de la mer de Kôji Fukada (rien que le titre est prometteur) ; cela jusqu’à An

Continuer à lire

L’animation japonaise au firmament à la Cinémathèque de Grenoble

ECRANS | Rendez-vous tout le mois de décembre au cinéma Juliet-Berto pour le constater, avec la projection de pas mal de pépites (dont le mythique "Château Ambulant" de Miyazaki).

Damien Grimbert | Mardi 4 décembre 2018

L’animation japonaise au firmament à la Cinémathèque de Grenoble

Vaste continent à l’approche souvent intimidante, le cinéma d’animation japonais se dévoile à la Cinémathèque à l’occasion d’un cycle thématique de six films qui constitue une excellente entrée en matière pour le néophyte… mais pas seulement. Outre Le Serpent Blanc de Taiji Yabushita, déjà diffusé à l’heure où l’on publie ces lignes, sont ainsi proposés trois films d’auteurs contemporains largement acclamés, dont la poésie, l’intelligence, la tendresse et la charge émotionnelle ont amplement contribué à sortir l’animation japonaise du ghetto culturel auquel elle était jusqu’alors confinée. On pense bien sûr au Château Ambulant (2004) du maître incontesté Hayao Miyazaki, aux Enfants loups, Ame et Yuki (2012) de Mamoru Hosoda, nouveau mètre-étalon du genre, et au Miss Hokusai (2015) de Keiichi Hara, moins réputé mais tout aussi méritant. Œuvres plus radical

Continuer à lire