Olivier Coussemacq : « Le Maroc est un pays qui connaît bien le cinéma »

ECRANS | Le cinéma n’a pas de frontière. Le réalisateur français Olivier Coussemacq le prouve en signant "Nomades", un film (en salle le 7 août) on ne peut plus marocain. Rencontre.

Vincent Raymond | Jeudi 25 juillet 2019

Habituellement, les films traitant des questions de migration du point de vue du Sud sont produits ou réalisés par des Marocains. Quel est votre rapport au Maroc ?

Olivier Coussemacq : Cela a été une des difficultés du projet, en effet… Quand j'ai présenté le film à Tanger, en avant-première marocaine dans le cadre du festival du cinéma marocain, on n'a pas reconnu au film son identité marocaine. Quand je suis en France avec ce film, on me dit : mais c'est un film avec des inconnus en langue arabe !

J'ai un rapport ancien avec le Maroc, un rapport d'amour surtout, et des liens anciens avec le Maghreb ainsi qu'un intérêt pour ce qui n'est pas "nous". J'ai envie d'aller voir ailleurs pour éviter de trop parler de nous d'autres le font très bien. Enfin, j'ai eu quelques difficultés dans le passé, à titre intime, avec ma mère que je ne développerai pas. Et les mères du Maghreb, en règle générale, sont des femmes qui m'émeuvent par leurs capacités de résistance, leur générosité. Un caractère de mère amoureuse et protectrice…

Les Marocains ne se reconnaissaient pas dans les personnages ?

Ah si ! Sur ce plan-là, ils s'y retrouvent parfaitement. Je pense qu'il y a eu une espèce d'agitation corporatiste qui a posé problème et qui m'a bouté hors sélection. C'est très ambigu : il y a cette espèce de glissement sémantique autour du festival qui à l'origine est un festival du cinéma marocain mais qui, du fait de ma présence, est devenu un festival des cinéastes marocains.

Sinon, le film a été très bien accueilli. Ça a commencé très tôt car j'ai eu l'occasion de rencontrer le réalisateur et acteur Mohamed Nadif qui est qui est devenu, récemment, le partenaire de Nicolas Brévière, en coproduction. Quand je lui ai donné le scénario à lire et que je lui ai demandé son avis, sa réponse a été : je le réaliserais bien. Donc, je pense que c'était bien parti et ça s'est confirmé. Là-bas, les spectateurs le voient comme un film marocain.

Vous montrez, avec le cousin, un personnage peu habituel dans le cinéma du Maghreb : celui du paysan fier d'être là où il est …

Tout le monde n'a pas nécessairement envie de s'expatrier quoi qu'il dérape un peu, ce cousin parce qu'à un moment donné il dit « J'irais bien quand même » (rires). Et sa sœur, aussi, d'ailleurs. Mais objectivement, de ma connaissance du Maghreb qui est un peu vaste aujourd'hui, ils sont peu nombreux. C'est une grande désespérance et ça n'est plus vrai seulement au Maghreb, mais dans quantité de pays du monde : de toutes parts, des gens essaient de s'échapper, c'est une désespérance totale.

Comment avez-vous procédé pour les dialogues et la direction d'acteurs ?

Comme je ne parle pas suffisamment l'arabe, on a fait traduire les dialogues. C'est un travail que j'ai fait avec Mohamed Nadif, qui est aussi scénariste, donc ça c'est fait essentiellement entre lui et moi. Je me suis assuré qu'on était toujours bien d'accord sur le choix précis des mots, après je ne pouvais que lui faire confiance : il connaissait mon rapport aux mots. Et j'ai revendiqué le choix politique de la langue berbère à l'intérieur même du film.

Il n'y a pas eu d'improvisation. Les adultes sont professionnels. Jalila Talemsi, qui joue le rôle de Nayma, en est une preuve : c'est une actrice sublime. Mais les jeunes sont des gens qui, non seulement, sont des débutants que l'on est allé chercher par des annonces, par des castings sauvages, et qui n'ambitionnaient pas d'être acteur : ça peut être un piège aussi. Je suis un peu au fait de ce que sont devenus les deux acteurs marocains du Babel d'Iñárritu : ils n'ont pas eu de suite dans leurs carrières cinématographique même si l'un d'eux le souhaitait. Il fallait être très clair au départ sur ces questions, et dire aux jeunes de faire attention, qu'il n'y avait rien de garanti.

Vous n'avez pas eu de problème pendant le tournage?

Non, il n'y a pas de raison. Les réglementations sont un peu différentes, et je me suis fait arrêter par la police dans le sud du Maroc parce que je n'avais pas d'autorisation de repérage, ils ne connaissaient pas l'existence de cette chose et la production avait oublié de m'en informer. Quand vous traînez dans les zones classiques, ça va, mais quand vous commencez à rentrer chez les gens alors, tout à coup, vous sentez que ça bouge autour de vous : on m'a rappelé à l'ordre, je suis rentré chercher une autorisation de repérages et j'y suis retourné. Mais le Maroc est un pays qui a vraiment une grande industrie cinématographique, qui connaît bien le cinéma et qui est ouvert à ce qu'on tourne chez lui.

L'équipe était-elle marocaine ?

En partie, et en partie française puisque dans le cadre des accords de coproduction, il y a des quotas à respecter. Mais j'aurais eu un financement totalement marocain, je l'aurais fait au Maroc : il y a vraiment tout ce qu'il faut là-bas, du commencement jusqu'au final.

Le budget était-il suffisant ?

Jamais ! (rires) Bien entendu, ça a été très contraignant, parce qu'on veut toujours plus mais avec les moyens que nous avions, il n'y avait pas le choix. Nicolas Brévière a été courageux de s'embarquer à de tels niveaux. Ça oblige à faire des choix, comme moins de jours de tournage ou de faire des compromis. Par exemple, j'aurais aimé tourner certaines scènes de nuit, à l'aube ou au coucher du jour, ça se prêtait bien à l'histoire ; j'ai dû y renoncer, trouver des arrangements dans le scénario pour qu'on puisse faire les scènes de jour.

Pourquoi toutes ces références poétiques ?

Je n'ai pas réponse à tout… Peut-être parce que j'ai un autre projet pour le Maroc, où il y a encore davantage de poésie. La poésie est pour moi un art sublime, suprême… J'avais un besoin pragmatique très précis qui était de commencer à inscrire le français. Ça a permis plusieurs rebonds, ça a aussi permis le fait que le personnage de Hossein se la raconte dans la piscine en récitant des vers de Baudelaire… Il n'y a pas une idée particulière ; cette scène est venue tard.

Il y aussi le vers « au pays qui te ressemble »...

Oui, c'est vrai qu'il y avait aussi cette idée qu'on est chez soi là où on se sent bien. Je voudrais, dans un monde idéal et futur, que chacun puisse se poser là où il a envie de se poser.

Dans votre esprit, vous destinez plutôt votre film à un public marocain ou un public français ?

J'ai tendance à croire que le cinéma est international et j'ai envie qu'un maximum de gens puissent le voir. Je l'ai donné à voir à quelques amis à Los Angeles qui ont aimé le film, ça me touche beaucoup. Si on a la possibilité que le film soit vu ailleurs j'en suis ravi.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un Théâtre Sainte-Marie-d'en-bas pour « offrir à Grenoble un lieu dédié aux musiques de création »

ACTUS | Récemment nommé par la Ville de Grenoble pour gérer le Théâtre Sainte-Marie-d’en-bas, le Centre international des musiques nomades (CIMN), qui organise chaque printemps le festival Les Détours de Babel, vient tout juste de démarrer sa saison. Son directeur Benoît Thiebergien nous éclaire sur la singularité du projet culturel qu’il a imaginé pour ce lieu qui sera désormais destiné à faire dialoguer les musiques et les cultures.

Benjamin Bardinet | Mardi 1 octobre 2019

Un Théâtre Sainte-Marie-d'en-bas pour « offrir à Grenoble un lieu dédié aux musiques de création »

Vous venez de prendre la direction du Théâtre Sainte-Marie-d’en-bas. Comment avez-vous imaginé la programmation de ce lieu ? Benoît Thiebergien : Le projet que j’ai proposé à la Ville reste le même que celui du Centre international des musiques nomades qui est la structure porteuse du festival Les Détours de Babel. Il s’agit donc d’offrir à la ville un lieu dédié aux musiques de création, à la croisée des formes contemporaines, improvisées et traditionnelles et surtout à la richesse de leur dialogue. Il n’y avait jusqu’à présent pas vraiment de lieu dédié à ces esthétiques. Cela vient donc combler un manque et surtout enrichir l’offre musicale grenobloise. Quels seront les temps forts et les singularités de votre programmation ? Le théâtre va devenir un lieu de fabrique, d’élaboration, un espace qui donne le temps aux artistes de construire leurs projets. Il y aura donc une permanence artistique à travers des résidences qui vont s’enchaîner presque toutes les semaines et dont le public sera invité à découvrir le travail à l’occasion des soir

Continuer à lire

"Nomades" : routes et déroutes du sud

ECRANS | de Olivier Coussemacq (Fr-Mar, 1h27) avec Jamil Idrissi, Jalila Talemsi, Assma El Hadrami…

Vincent Raymond | Jeudi 25 juillet 2019

Pour dissuader son ultime fils Hossein, 16 ans, de tenter l’exil illégal vers l’Europe par la voie maritime, Naïma quitte Tanger, direction la campagne du sud. Chez son oncle et sa tante, Hossein se sent coupé du monde moderne et en veut à sa mère… « Quand je me regarde, je me désole ; quand je me compare, je me console », dit un proverbe que Hossein pourrait faire sien : son exil dans le sud rural marocain lui permet de relativiser sa situation et de constater les privilèges dont il dispose. Mais relativiser marche dans l’autre sens : comment ne pas vouloir quitter un pays qui interdit à ses locaux l’accès aux hôtels, à moins qu’ils ne soient escortés par les touristes ? Comment ne pas être écœuré de voir sa cousine quasiment "vendue" à un compatriote établi à l’étranger ? Comment ne pas désespérer de n’avoir pour seule perspective l’exercice de cireur de chaussures – soumis de surcroît à une forte concurrence ? Dans le sillage des brûlots de Nabil Ayouch (Much Loved,

Continuer à lire

Le Théâtre Sainte-Marie-d'en-Bas change de main

ACTUS | C'est l'équipe des Détours de Babel qui l'occupera dès septembre 2019.

La rédaction | Mercredi 9 janvier 2019

Le Théâtre Sainte-Marie-d'en-Bas change de main

« Le Centre international des musiques nomades s'installera au Théâtre Sainte-Marie-d'en-Bas à partir de septembre 2019 » : c’est par un communiqué publié mi-décembre que l’association qui porte le festival Les Détours de Babel a rendu public la décision prise par la Ville de Grenoble de lui confier les clés de ce lieu culturel du quartier Très-Cloîtres. C’en est donc fini pour le projet porté depuis quatre ans par le musicien Antonio Placer – même s’il nous a assuré être très proche des équipes du festival et qu’il pourrait donc revenir dans le lieu sous une autre forme. « Dans la continuité de la vocation musicale et de l’esprit d’ouverture du projet précédent, le Centre international des musiques nomades fera vivre en musique le Théâtre Sainte-Marie-d’en-Bas pour trois saisons. Espace privilégié de rencontres musicales inédites, lieu de croisement des imaginaires d’aujourd’hui, il sera le prolongement naturel du festiva

Continuer à lire

Elsa Diringer : « Luna est un personnage encore en friche »

ECRANS | Mercredi 11 avril, la Montpelliéraine Elsa Diringer sort son premier long-métrage "Luna", portrait d’une jeunesse bouillonnante qu’elle a su approcher, voire apprivoiser. Interview avant sa venue le lendemain au cinéma le Club, en compagnie de son actrice principale Laëtitia Clément.

Vincent Raymond | Jeudi 5 avril 2018

Elsa Diringer : « Luna est un personnage encore en friche »

Comment vous en êtes venue à la réalisation ? Elsa Diringer​ : Un peu par hasard. Au départ, je ne voulais pas du tout faire de cinéma. J’ai rencontré un copain dans une salle d’escalade qui m’a emmené sur un tournage et à l’époque, comme j’étais un peu perdue, je me suis dis : bah voilà, je vais faire ça. Mais je ne savais pas encore exactement quoi. Donc je me suis inscrire à la fac et je me suis dit qu’il fallait apprendre un métier technique pour gagner ma vie. J’ai découvert la perche et j’ai bien aimé parce que c’était physique. Ensuite, j’ai fait de l’assistanat, ce qui m’a permis de fréquenter de chouettes plateaux comme ceux de Nicole Garcia, René Féret ou Alain Resnais à la fin. En même temps, j’ai écrit des courts-métrages qui ont été plus ou moins financés. Au bout d’un moment, je me suis dis : arrête de te raconter que tu vas être perchman parce que ce n’est pas vrai, ce n’est pas un métier pour toi. Et j’ai commencé à écrire mon long-métrage. Mais c’était assez tard. Vers 27 ans. Qu’est-ce qui a déterminé le choix du sujet de

Continuer à lire

Carine Tardieu : « Pleurer ou rire, c’est une manière d’être vivante »

ECRANS | "Ôtez-moi d'un doute", film au casting quatre étoiles (François Damiens, Cécile de France, André Wilms, Guy Marchand...), c'est la très bonne surprise de cette rentrée cinématographique. Rencontre avec sa réalisatrice.

Vincent Raymond | Lundi 4 septembre 2017

Carine Tardieu : « Pleurer ou rire, c’est une manière d’être vivante »

Avec Ôtez-moi d’un doute, vous abordez le thème du secret de famille, très fécond au cinéma… Carine Tardieu : Au fur et à mesure de l’écriture de cette histoire, je me suis rendu compte qu’il y avait énormément de famille dans lesquelles il y avait des secrets – beaucoup autour de la paternité, car on sait qui est la mère d’un enfant. On en entend davantage parler depuis que les tests ADN existent. Des gens m’ont raconté leur histoire : certains ont eu envie de chercher leur père biologique, d’autres n’ont jamais voulu savoir… Paradoxalement, découvrir que son père n’est pas son père biologique permet à votre héros de mieux connaître le premier… Absolument. J’ai eu moi-même la sensation de rencontrer mon père assez tard, alors que mon père je le connais depuis toujours. Parfois, la rencontre se fait à un moment précis de la vie : quand on devient soi-même père ou mère, on se demande quel homme et quelle femme nos parents ont été. On projette de

Continuer à lire

Cédric Klapisch : « Le drame se fabrique avec du rien »

Interview | On a rencontré le fameux réalisateur qui, avec "Ce qui nous lie", livre un beau drame familial autour du vin.

Vincent Raymond | Mardi 13 juin 2017

Cédric Klapisch : « Le drame se fabrique avec du rien »

Qu’est-ce qui, dans Ce qui nous lie, vous a amené à parler du vin et de la transmission aujourd’hui ? Cédric Klapisch : C’est toujours compliqué de savoir pourquoi l’on fait un film. En tout cas, c’est sûr que le vin m’intéresse, pas seulement parce que je l’aime mais parce que c’est un produit qui contient du temps. Je voulais terminer par quelqu’un qui boit un verre de vin contenant tout ce que l’on a vu dans le film, mais j’ai placé ce plan assez tôt. Les personnages boivent le vin de leur grand-père, de leur père… On sent que dans le verre, il y a une personne qui s’est exprimée. Au-delà de ça, le film raconte que le vin est à la fois un savoir-faire que l’on apprend par ses parents, un terroir, tellement de choses qui n’existent dans aucun autre produit. Le vin a quelque chose de mythologique, avec des dieux (Dionysos, Bacchus) très signifiants, qui mélangent la raison et le côté irrationnel. Bref, des choses assez complexes. Étrangement, le

Continuer à lire

Agnès Jaoui : « Plus on montrera des femmes normales, plus on les acceptera »

Interview | Agnès Jaoui campe le premier rôle dans "Aurore", une comédie insolite de Blandine Lenoir sur la ménopause et contre la tyrannie des apparences. On l'a rencontrée.

Vincent Raymond | Mardi 25 avril 2017

Agnès Jaoui : « Plus on montrera des femmes normales, plus on les acceptera »

Aurore aborde un sujet concernant les femmes de plus de cinquante ans, et sort justement au moment où l’on parle de la difficulté des actrices de cet âge de se voir confier des rôles… Agnès Jaoui : Le cinéma reflète peu ou prou la société civile, où les femmes ont moins de postes importants. Si on écrit un rôle de chirurgien, de commissaire, de personnalité politique, on ne va pas forcément penser à une femme, alors que ça pourrait être simplement le cas. Souvent, on va se sentir obligé de faire en sorte que ça devienne un sujet en soi. Ce que je trouve aussi très énervant, c’est que les acteurs masculins de 40 à 70 ans ont souvent des épouses ayant 20 ou 30 ans de moins qu’eux, et que plein de femmes se battent pour eux alors qu’ils sont vieux et bedonnants. Ça m’irrite profondément parce que dans la vie, Dieu merci, beaucoup d’hommes de 50 ans et plus sont avec des femmes de leur âge parce qu’ils les aiment. Bizarrement, quand on passe au cinéma, elles perdent 20 ans – et 20 kg en gén

Continuer à lire

Élie Chouraqui : « On a le devoir de montrer l’immontrable »

ECRANS | Choc des Rencontres cinématographiques du Sud d’Avignon, où il a été projeté en avant-première, "L’Origine de la violence" a été présenté par un Élie Chouraqui combatif et serein. Interview.

Vincent Raymond | Mardi 24 mai 2016

 Élie Chouraqui : « On a le devoir de montrer l’immontrable »

Y a t-il de la violence en vous ? Avez-vous réussi à en déterminer l’origine ? Élie Chouraqui : Il y en a, oui. J’ai fait un peu d’analyse, je me suis fait “suivre” comme on dit, parce que j’avais des questions auxquelles personne n’avait répondu. Des vides dans mon passé, des inquiétudes, des angoisses – qui m’habitent toujours, qui ne sont pas complètement dissipées – m’empêchant parfois de “bien” vivre. J’avais tendance à me mettre dans des situations désagréables alors que ce n’était pas du tout indispensable. Et puis j’ai compris pourquoi. Maintenant, je vais mieux (rires). Je suis beaucoup plus apaisé. Vous évoquez à travers le film les interdits pesant sur la représentation des camps d’extermination – et l’impossibilité de montrer des déportés en train de rire. C’est rare… Ce principe de Claude Lanzmann, selon lequel on ne montre pas l’immontrable, c’est comme un lieu commun, c’est stupide. Pardon pour Lanzmann, pour le

Continuer à lire

Retour vers le futur

ARTS | Une jeune artiste intriguée par la mémoire du futur, une approche réfléchie, soucieuse d’intégrer le public en lui faisant comprendre et sentir un propos : la première exposition de la saison au Vog mérite une adhésion ravie. Laetitia Giry

Laetitia Giry | Vendredi 5 octobre 2012

Retour vers le futur

La formule Galeries nomades est une formule qui sonne bien… Il se trouve qu’elle désigne un projet non moins séduisant : des expositions impulsées par l’Institut d’art contemporain (IAC de Villeurbanne) dans différents centres d’art de la région, et présentant les travaux d’artistes régionaux fraîchement diplômés. C’est le cas de Mathilde Barrio Nuevo, qui a investi l’espace fontainois comme on occupe un territoire, posant ses marques et déployant un monde issu de son imagination, s’emparant du lieu avec enthousiasme et détermination. Une artiste qui déclare que, si « l’archéologue cherche les formes du passé ; l’artiste, au sens large, crée les formes du futur », tout en s’évertuant à donner du sens à ses propos en actes. Le visiteur est invité à pénétrer un monde en composition, à évoluer dans un laboratoire factice où se côtoient fausses météorites, faux résultats de fouilles, faux lieu d’exploration. Du réel à la fiction Le titre de l’exposition donne un indice sur la narrativité à l’œuvre ici : Les analyses ne donnent rien porte un message qui vient définir les contours des différents objets et mises en scène. Tout comme leurs noms respec

Continuer à lire

Dévotions pudiques

MUSIQUES | Musique / Les trois ragas découverts sur le disque du chanteur classique d’Inde du Nord, Devashish Dey, promettent des concerts captivants à Grenoble et (...)

| Mercredi 31 janvier 2007

Dévotions pudiques

Musique / Les trois ragas découverts sur le disque du chanteur classique d’Inde du Nord, Devashish Dey, promettent des concerts captivants à Grenoble et Annecy. Techniquement irréprochable (il a suivi l’enseignement du chant hindustani auprès de grands maîtres de l’Inde), cet interprète de 43 ans se distingue par un chant subtil et original, dépassant l’héritage traditionnel. Dans un premier raga de 44 minutes (une longueur normale pour un raga), intitulé Rag Yeman, les notes, particulièrement élaborées, se développent autour d’une voix élégante aux couleurs sombres. La mélodie de base réapparaît régulièrement, la tampura fournit imperturbablement la tonique et la dominante, et Devashish Dey exprime, avec une virtuosité contenue sans effets inutiles, toutes les beautés d’un raga tout simplement puissant. Sa voix se découvre dans un premier temps délicate et magnifiquement flexible - il n’en perd jamais la maîtrise -, pour offrir des aigus purs, jamais forcés. Les facilités vocales déconcertantes du chanteur de Varanasi (Bénarès), se voient originalement exploitées par son sens esthétique exigeant, très sensible. Dans Rag Chandrakaush (17 minutes), le timbre rond de sa voix délicate

Continuer à lire

Couleurs Ragas

MUSIQUES | Musique / Vous connaissez sans doute la fameuse et merveilleuse fête populaire de Holî qui embrase et colore l’Inde durant deux jours ? Documentaires et (...)

| Mercredi 18 avril 2007

Couleurs Ragas

Musique / Vous connaissez sans doute la fameuse et merveilleuse fête populaire de Holî qui embrase et colore l’Inde durant deux jours ? Documentaires et reportages nous font baver d’envie devant ces scènes irréelles de beauté, où indiens hilares inondent joyeusement de pigments rouge, bleu, mauve, jaune les passants immaculés, afin de célébrer avec tout l’éclat qu’il mérite l’arrivée du printemps et de son corollaire, la fertilité. Animé par le louable désir de nous faire partager un peu de ces magnificences trop lointaines, Jacqui Détraz, percussionniste français ayant reçu l’enseignement des tablas à Bénarès, a imaginé une création a priori galvanisante et originale : un spectacle où seront abordés les quatre ragas fondateurs de la musique d’Inde du Nord rattachés à une couleur et à une peinture miniature représentée sur scène. En réunissant le célèbre sitariste Ashok Pathak, mais aussi un jongleur français Thierry Nadalini, et une danseuse de kathak, Sujatha Venkatesh, (danse énergique utilisant le langage des mains, les expressions du visage et découverte par les occidentaux dans l’incroyable Salon de musique de Satyajit Ray), l’instigateur du projet et joueur de tablas souhait

Continuer à lire