Le Ciné-Club ouvre sa saison mercredi soir avec "Le Parrain"

Vincent Raymond | Mardi 24 septembre 2019

Joli coup du Ciné-Club de Grenoble qui, comme en 2017 avec French Connection de Friedkin, programme juste avant le début du Festival Lumière lyonnais un film dont le réalisateur est l'invité. Cette année, c'est rien moins que Le Parrain (1972) du Prix 2019, Francis Ford Coppola, qui est servi en ouverture de saison mercredi 2 octobre à 20h salle Juliet-Berto. Classique superlatif à la beauté ocre, suintant de drame et d'hémoglobine, ce film annonce un cycle Nouvel Hollywood complété par Le Lauréat et La Horde Sauvage.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Le Parrain, 2ème partie" : Premiers pas dans la mafia

Reprise | La chose semblera aberrante à notre époque mondialisée, où n’importe quel film se retrouve simultanément sur tous les écrans du globe, mais il fut un temps où (...)

Vincent Raymond | Mardi 7 janvier 2020

La chose semblera aberrante à notre époque mondialisée, où n’importe quel film se retrouve simultanément sur tous les écrans du globe, mais il fut un temps où les plus grandes productions états-uniennes prenaient plus de six mois pour traverser l’Atlantique. Ainsi, afin de découvrir la seconde époque de la saga mafieuse de Coppola, les spectateurs français durent attendre août 1975, soit 8 mois après la "première" californienne. Presque trois fois plus longtemps que ce que le public du Ciné-Club aura eu à patienter entre Le Parrain et sa suite ! Le film est programmé mercredi 8 décembre à 20h au Cinéma Juliet-Berto. C’est précédé d’une moisson d’Oscars inédite pour une suite, justement, que Le Parrain, 2e partie, débarque sur les écrans hexagonaux : auréolé de la statuette du meilleur film et meilleur réalisateur, doublement en lice avec Conversation secrète (qui avait ravi la Palme d’Or l’année précédente), le tout juste quadragénaire Francis Ford Coppola a triomphé d’une cérémonie consacrant le Nouvel Hollywood. Mais si les film

Continuer à lire

Le Pathé Chavant se la joue "Parrain"

ECRANS | Le deuxième volet de la trilogie signée Francis Ford Coppola sera projeté vendredi au Pathé Chavant. Plus qu'une suite, un chef-d'œuvre à lui tout seul.

Vincent Raymond | Mardi 31 mai 2016

Le Pathé Chavant se la joue

Le Pathé Chavant vous fait une proposition que vous ne pouvez refuser : découvrir sur grand écran la plus flamboyante suite que le Nouvel Hollywood n'ait jamais produite – et la seule à avoir remporté comme le premier opus l’Oscar du meilleur film. Davantage qu’une simple suite, Le Parrain 2e Partie est hanté par le premier volet, dont il constitue à la fois le prologue et la prolongation. Coppola y déploie une dramaturgie lente et implacable, montrant l’avènement parallèle des deux chefs de la “famille“ : Vito, le père construisant l’empire (campé par le jeune Bob DeNiro, récoltant comme Brando une statuette pour son interprétation du personnage, mais celle du second rôle) et Michael Corleone, le fils contraint de récupérer l’encombrant héritage… parvenant à le faire fructifier malgré ses scrupules initiaux. Coppola, comme touché par la grâce, traverse sa décennie prodigieuse. Composée comme un opéra, rythmée par les thèmes envoûtants de Nino Rota et Carmine Coppola, sa fresque virtuose ne se résume pas à une histoire folklorique de gangsters, certes matricielle de toute évocation ultérieure de la mafia ; elle dépeint tout un pan

Continuer à lire