Dracula de Coppola

Vincent Raymond | Vendredi 10 janvier 2020

Photo : ©Columbia Pictures


Techniquement probant, visuellement saisissant et, surtout, intelligemment adapté, le Dracula de Coppola résiste au temps parce qu'il épouse son temps et l'assume : film des années 1990 contaminées par le sida et de l'amour à mort, il prend une résonance romantique répondant parfaitement à la trame sentimentale du roman de Bram Stoker. Loin d'être l'interprète évident du polymorphe rôle-titre, le fregolesque Gary Oldman y trouve peut-être son plus beau personnage, au milieu d'une distribution impeccable. Un déjà classique immortel.

Au Pathé Échirolles vendredi 17 janvier, à 20h

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Glass-sang

MUSIQUES | Tourné en 1930 par Todd Browing d’après le roman de Bram Stoker, Dracula, film d’horreur vintage, est moins un chef d’œuvre que le Freaks qui suivra, du (...)

Régis Le Ruyet | Mercredi 16 mai 2012

Glass-sang

Tourné en 1930 par Todd Browing d’après le roman de Bram Stoker, Dracula, film d’horreur vintage, est moins un chef d’œuvre que le Freaks qui suivra, du même réalisateur. Néanmoins, la mal(e) attitude du Comte aura en son temps retourné quelques cerveaux, à commencer par celui de Bela Lugosi qui incarna si bien le rôle à l’écran qu’il finit à l’asile, des chauves-souris au plafond. En 1998, pour la réédition du mythe en vidéo, les Studios Universal commandèrent une bande son à Philip Glass, l’un des pères de la musique minimaliste américaine avec Terry Riley et Steve Reich. Un compositeur dont les accords obsédants et modulés soulignent déjà les images des films de Martin Scorsese, Stephen Daldry, Andrew Niccol ou encore Woody Allen. Pour évoquer l’ambiance victorienne, le musicien a fait le choix du Kronos Quartet, un ensemble à cordes, interprète fidèle de ses œuvres depuis plus de quarante ans et avec qui il a précédemment collaboré sur le film Mishima de Paul Schrader. Évitant les effets du genre, la partition puise dans la recherche d’une émotion musicale, où le caractère répétitif du minimalisme s’avère être un langage harmonique idéal pour faire

Continuer à lire