Joann Sfar : « Petit Vampire me tient le crayon depuis toujours »

Interview | Cinéma / C’est avec la satisfaction du travail accompli que le dessinateur niçois savoure l’arrivée au cinéma d’un de ses héros emblématiques : Petit Vampire. Il viendra le présenter au Méliès le 10 octobre, à l’occasion d’une séance de dédicaces suivie d’une projection en avant-première.

Martin de Kerimel | Mardi 6 octobre 2020

Photo : (c) Magical Society - StudioCanal


Petit Vampire est né dans une BD en 1999 et a grandi en série d'animation à la télé en 2004. A-t-il toujours été évident qu'il arrive au cinéma, un jour ?
Joann Sfar :
Pas du tout ! Ce personnage préexiste à ma carrière d'auteur. Quand j'étais gamin, il faisait partie de mes amis imaginaires. Mon grand-père m'offrait des revues de films d'horreur, dont je modifiais le sens : ayant perdu ma mère très petit, la perspective d'un monde où les morts reviennent et peuvent parler relevait pour moi du merveilleux. D'une certaine façon, ce sont les monstres qui m'ont appris à dessiner. Petit Vampire me tient le crayon depuis toujours. La difficulté, c'est qu'il s'était toujours exprimé dans des récits courts. Il a fallu que je change non pas le ton, mais sans doute la profondeur des personnages et de leurs arcs narratifs. Avec Sandrina Jardel, qui m'accompagne depuis le début, on a essayé de revenir aux sources de cet univers, tout en lui donnant l'intensité dramatique que l'on peut trouver chez Ghibli, Pixar ou Disney.

Vous aviez déjà une certaine maîtrise des codes du cinéma…
J'apprends toujours ! Sur Le Chat du rabbin, j'avais souhaité que le résultat final soit le plus proche possible des cases de la BD. Pour Petit Vampire, en revanche, il y avait cette volonté de modifier le design des personnages et la peinture des décors, pour être dans la tradition des longs-métrages animés. Je crois que c'est un projet plus ambitieux encore. Je me suis entouré de gens extrêmement différents et tous plus talentueux que moi, à l'image de mon directeur d'animation, Adrien Gromelle. Puisqu'ils avaient d'autres références que les miennes, ça a été un dialogue extraordinaire. En tant que réalisateur, j'adore stimuler mes équipes en leur montrant des dessins et attendre avec gourmandise qu'elles les détruisent pour proposer autre chose…

On suppose malgré tout que vous avez un vocabulaire commun…
Oui, mais pas forcément avec les mêmes entrées. Quand je parle de films de pirates, par exemple, je vais faire référence aux films d'Errol Flynn ou à Ava Gardner dans Pandora. Adrien, lui, fait de la capoeira : il arrive avec sa science du corps, sa connaissance des arts martiaux. Pour les combats à l'épée de Petit Vampire, on a fait appel à de vrais cascadeurs, Dominique Fouassier et son fils, qui sortaient de Rogue one, l'un des derniers Star Wars. L'idée d'un film, c'est de faire chanter ensemble les passions des uns et des autres. Autre exemple : dans Petit Vampire, il y a un fond éthique qui parle du consentement, avec une histoire de Belle au bois dormant. Le personnage doit se réveiller quand on l'embrasse… mes animateurs m'ont dit que ça n'irait pas. On a donc décidé de raconter l'histoire autrement. La maman de Petit Vampire ressemble à une star des années 50-60 : si je la fais parler de cette façon, je suis dans le fétichisme. Mais si Camille Cottin la transforme en une femme moderne avec une charge mentale, ça devient quelqu'un avec qui on peut sympathiser. Moderniser les contes traditionnels, dans ce monde où les représentations du masculin et du féminin ont beaucoup changé, est une chance : on peut revivifier les vieilles histoires…

Petit Vampire, lui, a dix ans depuis trois siècles. Vous, ça fait à peine une quarantaine d'années…
Oui, mais contrairement à lui, je ne m'ennuie pas. Je suis heureux tout le temps – et surtout quand je dessine. S'il peut sembler représentatif de mon enfance, c'est parce qu'on lui dit que le monde est dangereux. Dans ce récit, on parle d'un enfant qui a décidé de ne plus rester enfermé devant un écran. Le côté imaginaire, c'est que ce sont ses parents qui l'y obligent, là où lui ne rêve que de sortir pour aller à l'école ! On ne mesure pas à quel point les terreurs sociales nous brident. C'est bien aussi de dire à nos enfants que nous sommes tous bizarres. J'ai rencontré plein de gamins, sans filtre, qui m'ont clairement s'ils avaient aimé le film ou pas. Je suis toujours surpris par leurs réactions. Vous aurez beau écrire depuis des années, les enfants transformeront systématiquement vos histoires et verront ce dont ils ont envie. Il n'y a pas deux qui verront la même chose ! C'est une leçon d'humilité passionnante. Petit Vampire est de fait un terrain de jeu pour les enfants : à eux, donc, de se l'approprier.

Ce qui vous donne des idées pour d'autres aventures de Petit Vampire ?
J'en réalise actuellement une toute nouvelle série, sous la forme de romans illustrés. Je vais tenter de faire revivre mes grands-parents en revisitant mon enfance niçoise. Je m'aperçois en fait qu'à 49 ans, elle fait déjà partie des livres d'histoire, parce qu'elle se situe dans une France qui n'existe plus. Par ailleurs, j'ai encore des projets, en animation et en prises de vues réelles, des longs métrages ou des séries. Avec Aton Soumache, qui a produit Petit Vampire, on a créé Magical Society et on a beaucoup d'autres choses sur le feu. On en reparlera au cours des mois qui viennent. Si je travaille autant, c'est simplement parce que ça m'amuse !

Petit Vampire. Séance de dédicaces de Joann Sfar et projection en avant-première au Méliès le 10 octobre, à 16h15. Sortie en salles le 21 octobre.


Repères

1971. Naissance à Nice, le 28 août.

1994. Il publie ses premières planches à L'Illustration et y rejoint plusieurs autres dessinateurs avec lesquels il travaillera ensuite, à l'image de Lewis Trondheim.

1999. Début des aventures de Petit Vampire (Petit Vampire va à l'école). La série de BD comporte aujourd'hui neuf tomes, publiés chez Delcourt et Rue de Sèvres.

2002. Parution de La Bar-mitsva, premier album du Chat du rabbin, chez Dargaud. Pour l'heure, neuf volumes constituent la série : le prochain, Rentrez chez vous !, sort le 16 octobre 2020.

2010. Il fait ses débuts de réalisateur au cinéma, Gainsbourg (vie héroïque), et obtient le César du meilleur premier film. Coup double en 2012 avec une compression pour l'adaptation du Chat du rabbin.

2020. Sorti en février chez Albin Michel, son roman Le dernier juif d'Europe s'ajoute à une longue liste d'ouvrages déjà publiés, comme autant de clins d'œil au monde d'aujourd'hui.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le long voyage de l’animation française

ECRANS | Longtemps désertique, avec quelques rares oasis de créativité, le cinéma d’animation français a connu depuis dix ans une fulgurante accélération au point de devenir à la fois une industrie et un laboratoire. À l’occasion de la sortie d’"Ernest et Célestine", futur classique du genre, retour non exhaustif sur une histoire en devenir.

Christophe Chabert | Mardi 4 décembre 2012

Le long voyage de l’animation française

Jean Image et Paul Grimault : les pionniers Si les frères Lumière ont inventé le cinéma en prise de vues réelles et si, selon l’hilarante leçon donnée pour les vingt ans du Groland par Bertrand Tavernier, ce sont les sœurs Torche qui ont créé le cinéma de la Présipauté, le cinéma d’animation français a pour parrain – ça ne s’invente pas – Jean Image. Il fut le premier à produire un long-métrage animé en couleurs, Jeannot l’intrépide (1950). Librement inspiré du Petit poucet, le film fait le tour du monde et pose les bases de l’animation à la française : jeu sur les perspectives et les motifs géométriques, imaginaire enfantin mais non exempt d’une certaine noirceur, musique cherchant à accompagner le graphisme plutôt qu’à illustrer les péripéties. Image œuvrera toute sa vie pour faire exister le dessin animé en France, en devenant son propre producteur, en se lançant dans des projets ambitieux (des adaptations des Mille et une nuits ou du Baron de Münchausen) et, surtout, en créant le fameux festival du cinéma d’animation d’Annecy. Il s’en est toutefois fallu de peu pour que ce titre de pionnier ne lui soit ravi par Paul Grimault.

Continuer à lire

Le Chat du rabbin

ECRANS | De Joann Sfar et Antoine Delesvaux (Fr, 1h40) animation

François Cau | Mercredi 25 mai 2011

Le Chat du rabbin

Compresser en un film d’une heure quarante les cinq volumes du Chat du rabbin était une gageure pour le peu modeste — il peut, vu son talent — Joann Sfar. Depuis son entrée par la grande porte du cinéma français avec Gainsbourg (vie héroïque), Sfar affiche un appétit d’ogre pour ce nouveau media, et on retrouve sa soif d’étreindre tous les possibles avec ce film d’animation (en 3D, mais on peut largement s’en dispenser, le dessin de Sfar étant fondé sur la ligne, et non sur les volumes). Le problème, c’est que ce désir-là se traduit par une écriture dont la spontanéité ouvre les vannes à un certain foutoir. Parti sur un amusant dialogue philosophique et théologique entre un rabbin et son chat (qui parle avec la voix de François Morel), le film bifurque vers un récit d’aventures à la Hergé (dont Sfar se moque brièvement, et avec malice), oubliant en chemin son personnage principal (le chat). Non seulement on se moque un peu des péripéties picaresques de ce voyage vers la terre promise, mais Sfar tombe dans son autre gros défaut (déjà sensible avec Gainsbourg) : il ne peut s’empêcher de mettre du discours partout et de faire de la pédagogie par-dessus son récit.

Continuer à lire