Mercredi 28 octobre, on pourra (re)découvrir gratuitement le très beau film "Parvana"

Vincent Raymond | Mardi 20 octobre 2020

Photo : Le Pacte


Des films avec des filles qui se travestissent en garçons pour des raisons (de chromosome) X ou Y, on en voit de temps en temps, tel l'excellent Antigone de Sophie Deraspe, sorti le mois dernier, ou le Tomboy de Céline Sciamma. Il y a même des films d'animation traitant du sujet, comme le très beau Parvana, une enfance en Afghanistan de Nora Tomwey, racontant le combat d'une gamine courageuse sous le régime des talibans.

La Cinémathèque propose de revoir ce long-métrage dans le cadre de son cycle Un aprèm' au ciné le mercredi 28 octobre à 14h30 hors les murs mais dans un contexte approprié : au Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère. Notez que cette séance est gratuite, sur réservation à musee-resistance@isere.fr ou au 04 76 00 38 38.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Cinéma en plein air : notre sélection de films à (re)voir cet été à Grenoble et aux alentours

ECRANS | L'été, les écrans géants fleurissent en ville pour proposer aux citadins en mal d'évasion des voyages cinématographiques à la fraîche. Petit sélection maison de ce qu'à la nuit tombée, nous pourrons voir de meilleur en juillet et en août à Grenoble et aux alentours.

La rédaction | Mardi 2 juillet 2019

Cinéma en plein air : notre sélection de films à (re)voir cet été à Grenoble et aux alentours

Parvana Attention, objet précieux. Déguisée en garçon, une jeune fille défie les Talibans dans cette œuvre animée signée Nora Twomey (et sortie en 2018) à l’univers graphique singulièrement élégant prouvant que les grandes thématiques politiques d’aujourd’hui peuvent constituer la trame d’histoires à la portée du jeune public. À Saint-Martin-d'Hères (parc Romain-Rolland) mardi 9 juillet Au revoir là-haut En 2017, Albert Dupontel a surpris avec ce conte noir plongeant ses racines dans la boue des tranchées de la Première Guerre mondiale et s’épanouissant dans la pourriture insouciante des Années folles. Un grand film passionnant et captivant qui fait rimer épique et esthétique en alignant une galerie de personnages (donc une distribution) estomaquante. À Fontaine (parc de la Poya) mercredi 10 juillet Minuscule,

Continuer à lire

"Parvana" : le conte est bon

ECRANS | Déguisée en garçon, une jeune fille défie les Talibans dans une œuvre à l’univers graphique singulièrement élégant prouvant que les grandes thématiques politiques d’aujourd’hui peuvent constituer la trame d’histoires à la portée du jeune public. Attention, objet précieux.

Vincent Raymond | Lundi 25 juin 2018

Afghanistan. Alors que les Talibans tiennent le pays et ont emprisonné son père (un professeur invalide), la jeune Parvana prend la décision de se travestir en garçon pour trouver de quoi nourrir sa famille. Et tenter de soustraire son papa à ses geôliers. Mais la guerre civile menace… Pour son premier opus en solo, la réalisatrice irlandaise Nora Twomey s’écarte fort logiquement des rails du classicisme et de l’uniformité du cinéma d’animation ; on n’en attendait pas moins d’elle qui fut coréalisatrice avec Tomm Moore de Brendan et le secret de Kells (2009). À sa palette privilégiant avec une judicieuse harmonie des couleurs sables ou éteintes, elle combine un graphisme stylisé, pur, jouant sur les lignes et les aplats, changeant même de technique (elle opte alors pour le papier découpé) lorsque Parvana scande le fil du récit avec les épisodes du conte qu’elle invente pour son entourage. Sans tour de magie ni baguette Cette richesse visuelle ajoute aux qualités de fond d’un film d’animation tout public au propos inattendu puisqu’il aborde frontalement des problématiques politiques contemporain

Continuer à lire