Pour leur déconfinement, les cinéastes réclament vengeance !

ECRANS | À l’occasion du retour de la revanche des salles obscures, la vengeance est servie comme plat de résistance au menu de bien des séances. Vous en reprendrez bien un peu en quatre films à voir ces prochaines semaines ?

Vincent Raymond | Jeudi 20 mai 2021

Photo : Focus Features


Savoureux plat pour qui la cuisine, amer pour qui la déguste froide, la vengeance est en général plaisante à observer à l'écran. Si l'on a pu se délecter durant le confinement de l'excellent (et dépaysant) The Nightingale de Jennifer Kent, la réouverture nous offre une sélection éclectique à dévorer ces trois semaines.

En tête de gondole, une étrange fausse comédie noire (mais au vrai sous-texte féministe) signée de la Britannique Emerald Fennell : Promising Young Woman (26 mai, photo). Carey Mulligan y campe, sous différents avatars, une jeune femme feignant d'être ivre dans des bars ou des boîtes afin de piéger les hommes tentant d'abuser de son apparent état de faiblesse, histoire de les vacciner à tout jamais contre leurs comportements de sanglier. Consécutive à un traumatisme d'adolescence, sa croisade connaîtra une spectaculaire fin. Construit comme une rom-com alternative, où Cendrillon serait vêtue de conscience sociale et perdrait la vie au lieu d'un soulier de vair, ce premier film use d'une fausse perversité pour dénoncer celle ordinairement admise par le modèle dominant. L'Oscar du scénario n'a pas été usurpé : Emerald Fennel s'avère elle aussi une jeune femme prometteuse.

Autre talent à suivre, le français prolifique Jérémie Guez qui, avec Sons of Philadelphia (même date), place face à face deux cousins de la mafia philadelphienne jusqu'alors unis comme des frères. En cause, un événement ressuscitant les cadavres de la "famille"… Imprégné de l'esprit douloureux et de l'image bistre du Parrain, ce film noir comme de l'encre antipathique se révèle digne de cette tragédie contemporaine de référence faite de trahisons, violences, dollars et sang – à l'instar de Blood Ties, le meilleur Guillaume Canet. S'il est porté par un Matthias Schoenaerts massif et mutique et un Joel Kinnaman effrayant en chien fou, on décerne une mention spéciale à Maika Monroe, silhouette d'espérance balayant les remugles de testostérone.

Comme un roc(k)

Cette testostérone qui circule dans les veines du héros-titre de Nobody (2 juin) réalisé par le Russe Ilya Naishuller. En apparence père tranquille menant une vie routinière de petit comptable, Hutch s'avère un ancien "nettoyeur" d'une agence para-gouvernementale qu'un cambriolage à domicile va réveiller, et conduire à affronter l'équivalent du parrain dépositaire des fonds de pension de la mafia russe. Campé par Bob Odenkirk (alias Saul de la série Better Call Saul), Hutch s'engage dans une mécanique du talion aussi exponentielle que jouissive, avec craquements d'os, gnons et pièges vicieux joliment montés. En bonus, un répertoire de seconds couteaux bien affutés (de Connie Nielsen à Michael Ironside en passant par Christopher Lloyd) et – déjà – la promesse d'une suite alors que notre "nobody" n'a pas encore cicatrisé… Vivement le retour de bâton !

Et puis il y a ce formidable anime du Japonais Kenji Iwaisawa, On-Gaku : Notre Rock ! (19 mai), où trois lycéens à la fois délinquants, apathiques et no-life oublient leurs rivalités stériles avec la bande d'en face en découvrant la musique. Pétri de "nonsense", d'esprit punk et de références à la naissance du rock progressif comme aux grands-messes de la fin des années 1960, ce film illustre (au sens propre) la diversité des émotions que la musique peut procurer en modulant l'esthétique de la sobriété aux effets rotoscopiques. On lui pardonnera de faire passer la vengeance au second plan : il fait un effet bœuf.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Matthias Schoenaerts : “Sons of Philadelphia, c’est plus un film social qu’un film de genre”

ECRANS | Le comédien belge désormais international accompagne l’auteur et scénariste de polars Jérémie Guez dans sa première aventure outre-Atlantique, le très réussi Sons of Philadelphia, où il compose un mafieux pris en étau entre vengeance familiale et morale…

Vincent Raymond | Mercredi 26 mai 2021

Matthias Schoenaerts : “Sons of Philadelphia, c’est plus un film social qu’un film de genre”

Dans Sons of Philadelphia, le personnage de Peter que vous interprétez présente une sorte de cousinage avec celui de Jacky dans Bullhead, qui vous a révélé. Sa fin est toutefois plus heureuse... Matthias Schoenaerts : Ces similitudes me fascinent. En fait, ces deux personnages sont écartelés. D’un côté, il y a leur “public persona“ en accord avec l’univers dans lequel ils vivent ; de l’autre, leur vraie personne qu’ils n’ont jamais réussi à développer, et c’est une tragédie profonde. Si je regarde autour de moi, et sans porter quelque jugement que ce soit, beaucoup de gens vivent une vie qui n’est pas en accord avec qui ils sont vraiment. Ils prennent des décisions qui ne sont pas vraiment les leurs, ils vivent une vie qui n’est pas vraiment la leur mais qui au bout d’un moment, devient la leur même si ce n’est pas celle qu’ils devaient avoir. Pour moi, c’est une tragédie humaine et ce film, c’est bien plus qu’un film de gangsters, c’est vraiment une tragédie humaine pour cette personne qui ne sera jamais qui elle est. En cela, il y a effectivement une sim

Continuer à lire

“The Nightingale“ : il était une fois… en Tasmanie

ECRANS | Sur fond de rape and revenge, Jennifer Kent signe la fresque épique et historique qui manquait encore sur la “conquête“ des territoires australiens. Souvent insoutenable, ce southstern fidèle à l’esprit de son époque résonne formidablement avec les questions contemporaines.

Vincent Raymond | Jeudi 22 avril 2021

“The Nightingale“ : il était une fois… en Tasmanie

Vous souvenez-vous de films tels que Roma, Les Frères Sisters, La Favorite ou encore First Man ? Outre le fait qu’ils semblent appartenir à un autre temps – celui où l’on pouvait aller les découvrir dans les salles de cinéma, avant leur fermeture voilà presque… 6 mois –, ils ont en commun d’avoir concouru pour le Lion d’Or lors de la Mostra 2018. Trois ans, et presque une éternité pour des films vus, revus parfois, récompensés souvent. Trois ans durant lesquels certaines œuvres saluées lors de cette compétition sont, hélas, restées inédites. Telle The Nightingale. Faute de perspective claire, son distributeur français

Continuer à lire

"Nobody's Watching" : paumé dans la Grosse Pomme

ECRANS | de Julia Solomonoff (Arg-Col-Br-ÉU-Fr, 1h41) avec Guillermo Pfening, Elena Roger, Rafael Ferro…

Vincent Raymond | Mardi 24 avril 2018

Comédien dans une série télé, Nico a plaqué l’Argentine du jour au lendemain pour tenter de percer à New York. Et ainsi s’éloigner d’une relation amoureuse toxique avec son producteur. Mais aujourd’hui, créchant à droite et à gauche, il galère en accumulant les petits jobs au noir… Ce portrait doux-amer d’un personnage à la poursuite d’une chimère (réussir à New York) n’est pas exempt de charme ; il en faut pour masquer la vérité d’une situation rongée au fil des saisons par la précarité, les désenchantements et la nécessité d’avaler des concessions. En définitive, Nico exerce davantage ses talents de comédien lorsqu’il doit simuler pour ses proches une situation florissante – ou, à tout le moins, prometteuse. Nobody’s Watching ("personne ne regarde") se révèle autant un constat qu’une mise en garde à son attention : qu’il soit devant la caméra de la supérette où il subtilise de quoi manger ou en concurrence avec d’autres comédiens, Nico semble invisible dans cette grande cité. Tout semble lui contester sa place, voir son identité – tel ce responsable de casting qui lui refuse, parce qu’il est blond, de participer à une audition pour

Continuer à lire