Matthias Schoenaerts : “Sons of Philadelphia, c'est plus un film social qu'un film de genre”

ECRANS | Le comédien belge désormais international accompagne l’auteur et scénariste de polars Jérémie Guez dans sa première aventure outre-Atlantique, le très réussi Sons of Philadelphia, où il compose un mafieux pris en étau entre vengeance familiale et morale…

Vincent Raymond | Mercredi 26 mai 2021

Photo : ©Nelson Gedalof


Dans Sons of Philadelphia, le personnage de Peter que vous interprétez présente une sorte de cousinage avec celui de Jacky dans Bullhead, qui vous a révélé. Sa fin est toutefois plus heureuse...

Matthias Schoenaerts : Ces similitudes me fascinent. En fait, ces deux personnages sont écartelés. D'un côté, il y a leur “public persona“ en accord avec l'univers dans lequel ils vivent ; de l'autre, leur vraie personne qu'ils n'ont jamais réussi à développer, et c'est une tragédie profonde. Si je regarde autour de moi, et sans porter quelque jugement que ce soit, beaucoup de gens vivent une vie qui n'est pas en accord avec qui ils sont vraiment. Ils prennent des décisions qui ne sont pas vraiment les leurs, ils vivent une vie qui n'est pas vraiment la leur mais qui au bout d'un moment, devient la leur même si ce n'est pas celle qu'ils devaient avoir. Pour moi, c'est une tragédie humaine et ce film, c'est bien plus qu'un film de gangsters, c'est vraiment une tragédie humaine pour cette personne qui ne sera jamais qui elle est. En cela, il y a effectivement une similitude entre Peter et Jacky.

Et puis, il y a un autre aspect très important qui est qu'une vie est parfois déterminée par des événements ou des choix que l'on fait en quelques nano-secondes. Parfois il s'agit d'une erreur que l'on commet, parfois, c'est une chose qui vient sur notre chemin dont on n'est pas responsable. Dans Bullhead, Jacky s'est fait attraper par les garçons, il n'en est pas responsable. Ici, avec Peter, on a affaire à un mec qui a subi un truc et qui s'est toujours senti coupable de la mort de sa sœur alors qu'il n'est pas responsable. Ce sentiment de culpabilité, c'est un élément extra tragique, je trouve.

Peter a par ailleurs un profond sens de la justice, ce qui semble paradoxal pour un mafieux…

Dans la culture du cinéma américain, la mafia a une vie au-dessus de la réalité. Mais la mafia, là, c'est des voyous ; pas des Al Capone, mais de simples ouvriers qui ont des emplois tous pourris qui grattent 10 000 par ici, 15 000 par là… En fait, ce genre de criminalité est devenu un contexte social aux États-Unis. On appelle ça la mafia, mais on n'est pas dans l'héroïsme ni le stylisme du gangster comme dans le cinema de Scorsese : ici, on parle des gens simples qui ne trouvent que cette façon de survivre parce que leur vie est tellement pourrie ; de l'individu pris dans un phénomène social.

Est-ce pour cela que le roman a été déplacé des années 1970 à aujourd'hui ?

Certainement. Ainsi que pour des raisons de budget, je pense. Mais si Jeremy avait été convaincu que le film devait se passer à cette période-là, il aurait fait tout pour que cela se fasse. Maintenant, c'est ancré dans une réalité que les gens peuvent reconnaître vraiment et qui est tangible, parce que tu la vois autour de toi.

Au cours de votre carrière, vous aviez déjà interprété un personnage d'origine irlandaise, mais aussi des Russes… Comment avez appréhendez-vous ces rôles, et vous imprégnez-vous de ces différentes cultures ?

En général, il suffit juste de passer du temps à l'endroit même — parfois, on ne peut pas toujours : par exemple en Russie, je n'ai pas réussi. De temps en temps, j'écoute la musique régionale, je lis un livre d'un écrivain très connu, ou je passe beaucoup de temps dans une ville… Il y a plusieurs façons de s'imprégner d'une atmosphère ou d'une sensibilité particulière.

Auriez-vous aimé jouer le rôle de Mikael, le cousin de Peter ? [attention, spoiler]

Oui, parce que que Mikael est très expressif et que l'on peut s'amuser en tant que comédien. La seule chose, c'est que quand je lis l'histoire, j'ai envie de tuer ce mec au bout de 20 minutes ; pourtant, ça prend 90 minutes avant de lui foutre une balle dans la tête ! C'est un chien fou, il faut le finir direct celui-là parce qu'il ne va pas arrêter de mordre tout le monde ! Alors il faut juste allez chez le vétérinaire, lui donner une petite injection… C'est pour cela que je n'arrivais pas à me connecter humainement à sa personne. Je peux avoir du plaisir à le jouer, mais je ne sais pas où ancrer le truc : parfois, il n'y a ni pourquoi, ni comment… Mais peut-être qu'il ne faut pas toujours avoir de raisons pour justifier les actes : certaines personnes sont juste complètements fofolles ; ça ne les empêche pas d'être importantes ou belles à leur façon. Après tout, il n'y a pas toujours de logique et des phénomènes biologiques qu'on ne peut pas expliquer non plus, qu'il faut juste accepter tels qu'ils sont. La beauté dans cette folie, elle vaut aussi pour l'être humain.

Comment avez-vous géré le rapport de filiation entre votre personnage et la ville de Philadelphie ?

Je suis venu aux États-Unis pour la premières fois à l'âge de 24 ans, je venais de terminer mes études d'art dramatique. En ce temps-là, je faisais beaucoup de graffitis et j'étais parti pour peindre des fresques à New York et à Philadelphie dans les quartiers défavorisés, et ça m'a énormément marqué. J'ai été profondément choqué par ce que j'ai vu là-bas : un genre de pauvreté violente et le danger qu'on ressent dans certains quartiers.

Quand j'ai lu le scénario, j'ai vu la description de cette atmosphère très particulière de Philadelphie, avec ce truc d'abandon presque post apocalyptique à certains endroits, vraiment choquant, même en plein jour. Plus je lisais le scénario, plus ça me revenait et j'avais envie de retourner à Philadelphie pour tourner et voir, 16 ans plus tard, de quoi cette ville avait l'air. C'était devenu pire dans certains quartiers. Pas juste à Philadelphie : dans toutes les grandes villes qu'on voit aux États-Unis comme Chicago, Miami, La Nouvelle-Orléans, Boston, Baltimore… Si on va dans les “banlieues“, c'est incroyable : on voit des trucs pas possibles qui font tiers-monde.

Pour moi, ce film parle aussi de cela, de ce “rêve américain” perdu. Ces gars, ce ne sont pas des mafieux comme John Gotti ou Al Capone mais des mecs de la rue, des mecs simples. Des ouvriers complètement tombés dans cet univers dont ils ont besoin pour survivre parce que la vie est terriblement dure aux États-Unis pour la classe moyenne. Aux États-Unis, si tu es riche, ça va, mais si tu appartiens à la classe moyenne, tu vas souffrir. Et en-dessous, tu es paumé, vraiment paumé… Voilà la réalité pour la plus grande part des Américains des grandes villes. C'est d'une tristesse et d'une sauvagerie énormes ! Pour moi, ce film est vachement plus social qu'un film de genre. Bien sûr, c'est un film de genre dans son style, mais en fait, ce n'est pas de la fantaisie : c'est vraiment un drame social, c'est de l'actualité et c'est triste.

Si Philadelphie est une ville d'outsiders, c'est aussi celle de Rocky : la salle de boxe de votre film y est d'autant plus symbolique. Y avez-vous également pensé en tournant ?

Oui, oui c'est vrai, mais ce qui est marrant aux États-Unis, c'est qu'il y a vachement plus d'outsiders que d'insiders, je trouve ! Quand je vais aux États-Unis, je ne reste pas dans les épicentres des événements, je vais à la rencontre de la vraie vie. Et la plupart des gens, ce sont des outsiders : des étrangers, des sans-abri… Je vois de tout, mais des gens que l'on considère “normaux“, je n'en vois pas beaucoup là-bas, je vois que des outsiders. Et je les aime bien, les outsiders. Ils sont fascinants car ils racontent quelque chose sur le monde dans lequel on vit.

Appréciez-vous de tourner aux États-Unis ?

J'adore tourner partout ! Même s'il y a des aspects qui sont fondamentalement différents dans chaque pays, je ne fais pas de distinction : j'aime bien tourner aux États-Unis comme en Europe.

Sons of Philadelphia arrive après Nevada de Laure de Clermont-Tonnerre. Pensez-vous que votre notoriété permet à de jeunes cinéastes français comme Jérémie Guez d'aller faire leurs premiers pas outre-Atlantique?

Je sais pas… Je ne me fais pas trop ce genre de réflexion. Je pars toujours d'une passion et du rapport personnel que j'ai avec une personne, avec son imagination, avec sa créativité. Après, si cela a une influence sur d'autres aspects, j'en suis content.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Pour leur déconfinement, les cinéastes réclament vengeance !

ECRANS | À l’occasion du retour de la revanche des salles obscures, la vengeance est servie comme plat de résistance au menu de bien des séances. Vous en reprendrez bien un peu en quatre films à voir ces prochaines semaines ?

Vincent Raymond | Jeudi 20 mai 2021

Pour leur déconfinement, les cinéastes réclament vengeance !

Savoureux plat pour qui la cuisine, amer pour qui la déguste froide, la vengeance est en général plaisante à observer à l’écran. Si l’on a pu se délecter durant le confinement de l’excellent (et dépaysant) The Nightingale de Jennifer Kent, la réouverture nous offre une sélection éclectique à dévorer ces trois semaines. En tête de gondole, une étrange fausse comédie noire (mais au vrai sous-texte féministe) signée de la Britannique Emerald Fennell : Promising Young Woman (26 mai, photo). Carey Mulligan y campe, sous différents avatars, une jeune femme feignant d’être ivre dans des bars ou des boîtes afin de piéger les hommes tentant d’abuser de son apparent état de faiblesse, histoire de les vacciner à tout jamais contre leurs comportements de sanglier. Consécutive à un traumatisme d’adolescence, sa croisade connaîtra une spectaculaire fin. Construit comme une rom-com alternative, où Cendrillon serait vêtue de conscience sociale et perdrait la vie au l

Continuer à lire

Bullhead

ECRANS | D’une sombre histoire de trafic d’hormones en Belgique, Michaël R. Roskam tire, dans cet époustouflant premier long-métrage, une tragédie familiale et existentielle d’où émerge un héros singulier : Jacky Vanmarsenille, incarné par l’impressionnant Matthias Schoenaerts. Christophe Chabert

Aurélien Martinez | Mercredi 15 février 2012

Bullhead

Il y a quelques années, en plein déballage des affaires de dopage dans le cyclisme, on parla de «pot belge» pour désigner le cocktail de produits que s’injectaient les coureurs pour booster anatomie et performances. Moins connu par chez nous, à la même période et toujours en Belgique, un fait-divers fit sensation : le démantèlement d’un réseau organisé de trafic d’hormones bovines. C’est de ce dernier dont Michaël R. Roskam, qui fait une entrée remarquée dans le cinéma européen avec ce premier film estomaquant, s’inspire dans Bullhead ; mais impossible de ne pas penser, devant les pratiques intimes de son héros Jacky Vanmarsenille (Matthias Schoenaerts, bien plus fort que Jean-Claude Van Damme dans le registre taiseux musculeux), à l’illustration monstrueuse de ce qu’est un pot belge. Sauf que lui ne cherche pas à gagner des courses, juste à soigner un problème de virilité lié à un terrible «accident» survenu quand il était enfant. Vache de vie ! Si Bullhead se présente comme un polar mafieux tout ce qu’il y a de plus classique, avec ses familles rivales, ses hommes de main violents, ses flics aux aguets et son mouchard infiltré, Roskam dynami

Continuer à lire