Théma : Entendons-nous bien…

ECRANS | À force de louer les qualités visuelles du cinéma, on en oublierait presque qu’il marche sur une autre jambe : son oreille, si l’on ose dire. Et que son, musique ou écoute sont décisifs…

Vincent Raymond | Mercredi 16 juin 2021

Photo : ©Tandem Films


Sans un bruit 2 devait sortir en mars dernier. Et puis, crac ! Pandémie, confinement, fermeture des salles, silence radio… Un écho assez troublant pour cette suite au thriller survivaliste de (et avec) John Krasinsky, dont le succès (légitime) et surtout l'hallucinante rentabilité (20 fois la mise) avaient sans peine convaincu les producteurs de prolonger l'aventure. Seize mois après la date initiale et après notre douloureuse promesse de maintenir le silence sur l'intrigue sort donc le 16 juin cette séquelle parée d'un prologue décrivant l'invasion par le ciel de créatures chassant tout ce qui bouge à l'oreille ; des prédateurs monstrueux dont les fréquences des appareils auditifs de la fille de l'héroïne sont, avec l'eau, les seuls talons d'Achille connus. Dans cet opus, où Evelyn et sa famille partent à la recherche d'autres survivants, les rues désertes, la paranoïa galopante ou les zones censément à l'abri (des huis clos le point de devenir de nouveaux clusters) prennent dans le contexte du Covid un relief d'un réalisme insoupçonné. Le silence obligé des protagonistes contamine la salle et le suspense demeure térébrant : bref, ça marche.

Vous dites ?

Racontant le drame d'un batteur de hard metal, ex junkie, perdant brutalement l'audition, Sound of Metal de Darius Marder (même date) ne fait pas que jouer sur une appréciation différente du son, à travers sa restitution à travers un hachis de distorsions métalliques ayant valu Nicolas Becker son Oscar. Il porte surtout sur l'appropriation d'une nouvelle culture (la culture sourde), et son acceptation par Ruben, un homme devant faire le deuil de sa raison d'être, la musique. Bien qu'épouvantablement galvaudé, le terme de résilience semble tout à fait approprié pour définir la trajectoire de Ruben. Certes, on peut déplorer le côté limite sectaire de la congrégation/communauté dans laquelle il est accueilli et surtout la manière très puritano-hypocritoe dont ses membres le flanquent à la rue (en pleurnichant) dès qu'ils découvrent qu'il n'a pas encore "“intégré" sa surdité, mais cette attitude s'avère tellement emblématique de la morale étasunienne qu'elle participe du réalisme de l'ensemble, déjà solide grâce au jeu de Riz Ahmed et d'Olivia Cooke, la Sara Forestier britannique.

Terminons avec l'ambiance nocturne et urbaine sculptée par Elie Wajeman dans Médecin de Nuit (16 juin toujours). Servi par un impressionnant Vincent Macaigne, ce film noir donne à la fois (à la voix) la parole à ces solitudes et douleurs humaines s'exprimant lorsque le soleil se couche (dont les médecins sont les dépositaires), et offre un thriller tragique tendu à l'extrême, sans séquence inutile, où le héros est écartelé entre conscience professionnelle, Hippocrate oblige, fidélité familiale et désirs amoureux. Accompagnant ses errances, la musique des frères Galperine se fait écrin, voire partenaire au même titre que le décor d'une ville pas si endormie que ça. Le silence, au cinéma, est toujours très relatif…

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Teen Movies

ECRANS | Place aux jeunes ! Devant (parfois aussi derrière) la caméra, les grands ados métaphorisent à l’écran les métamorphoses dont ils sont les témoins privilégiés. Il y en a pour tous les goûts…

Vincent Raymond | Mercredi 9 juin 2021

Teen Movies

Débutons par une débutante très exposée, Suzanne Lindon et ses Seize Printemps (16 juin), vraie fausse auto-fiction autour d’une néo-effrontée du (très) beau Quartier Latin parisien, tombant en pâmoison face à un comédien de théâtre trentenaire. Disons que c’est conforme à ce que l'on peut en attendre, pour le pire et le meilleur : naïf et autocentré (c’est le sujet), le fait que le film soit interprété par la réalisatrice interroge sur la distance qu’elle veut poser par rapport à son personnage. Y a-t-il du recul, de l’ironie par rapport à certains clichés propres à ce genre de films, au milieu qui est le sien et qu’elle décrit, à son recours un peu gratuit à la comédie musicale (en hommage à Decouflé ?), à sa personne ? Il faudra attendre son prochain film pour être fixé. Freaky de Christopher Landon (23 juin) offre de son côté une vision franchement plus décalée de l’irruption dans le monde des adultes, puisqu’elle reprend en mode comédie horrifique, production Blumhouse oblige, le désormais classique switch de l’échange de corps entre deux personnages. L

Continuer à lire