(Dé)voiler le réel

ARTS | Il y a une certaine facilité avec le figuratif que l’artiste grenoblois David Lefebvre désamorce en laissant la figuration flirter avec l’invisible. "For rest", exposition présentée au Vog, puise dans les mécanismes de l’inconscient, pour une peinture aussi séduisante que complexe. Rencontre avec l’artiste pour tenter de déchiffrer ses toiles et visite de l’exposition. Propos recueillis par Charline Corubolo

Charline Corubolo | Mardi 27 mai 2014

Photo : David J. Richalet


Des coups de pinceau lâches, une forêt se dessine telle une réminiscence, interrompue par une forme indéfinie, aux contours précis. Dans la peinture de David Lefebvre, tout un monde de dualité se joue entre figuration et abstraction, entre touche barbouillée et touche géométrique, entre visible et invisible. La genèse de son travail trouve son inspiration dans des photographies, glanées au hasard sur Internet et plus récemment dans son histoire personnelle, sur lesquelles l'artiste grenoblois vient apposer une forme géométrique, qui délimite une zone de codage. Cette retouche photographique se mue en peinture ou en dessin, desquels émergent des personnages dans des lieux naturels qui contrastent avec un vitrail alvéolé, tendant vers une épuration visuelle purement esthétique.

Alors que le regard identifie clairement le décor et la scène, David Lefebvre nous perd avec ces saturations colorées. Ne se satisfaisant pas de l'imagerie du réel, l'artiste tente de peindre l'inconscient par le prisme de polynômes aux camaïeux rouges ou de quadrillages bichromiques. Si l'encodage, auparavant, supplantait un élément de la réalité, aujourd'hui le cryptage a basculé dans l'indéfini total. Dans cette quête du réel invisible, l'artiste ouvre une brèche sur l'interprétation du vrai, crée un interstice dans un espace pictural figuratif permettant à la chose refoulée de se loger : l'affect, les sentiments. Les toiles s'évertuent alors à décrire quelque chose, qui se cache ailleurs, mais sans jamais le montrer.

Bien que figuratives, les œuvres de David Lefebvre flirtent donc avec l'abstraction, dans un mélange d'ambigüité tangible sur ce que l'on voit ou pas, sur le désir réprimé qui pourrait tout à coup se manifester aux creux de la tache noire, au milieu du sentier forestier. Un contraste entre une peinture de coulures et une peinture d'aplats géométriques qui permet à l'artiste d'explorer l'imperceptible et d'observer ce qu'il en reste. Une recherche plastique pour tenter d'écrire l'invisible selon l'artiste, que nous avons rencontré.

[le site internet de l'artiste, pour découvrir tout son travail]

Vous réalisez des œuvres à la peinture à l'huile, ou au crayon, représentant des extérieurs parfois habités de personnages. Qui sont-ils ?

David Lefebvre : Ça peut être des sujets complètement inconnus, comme des touristes que j'ai pris en photo aux États-Unis. Cependant, j'introduis de plus en plus des personnes de mon entourage car je puise, essentiellement pour cette exposition d'ailleurs, dans des photos personnelles. Donc forcément, il y a des amis, beaucoup ma compagne. J'en suis venu à ces images car elles ont un rapport à l'affect.

En plus des personnages, un vitrail coloré, ou une forme géométrique, vient se « poser » dans le décor. Avec la toile Big sur campground (image sur la une du Petit Bulletin), le cryptage remplace clairement une silhouette, alors que dans d'autres, il semble être placé de manière aléatoire. Comment définissez-vous ces zones de codages ?

À la base, c'était vraiment un élément figuratif de la composition qui était pris puis codé. Cet encodage offrait cependant la possibilité de retrouver la forme initiale en s'éloignant car les cellules étant resserrées, on pouvait reconstituer le visuel malgré la perte de données. On en revient à ce qu'il reste, à l'effort nécessaire pour retrouver l'image. Ce jeu a finalement amené une figure très géométrique et plate, qui au fur et à mesure est devenue une forme esthétique en elle-même. Le vitrail a glissé vers une abstraction qui ne cache plus rien, et j'ai forcé ce trait pour faire disparaître son identité. Les camaïeux et les aplats renvoient à quelque chose de l'ordre de l'invisible. Il y a un certain plaisir à venir mettre ce truc bizarroïde au milieu de l'image.

Du coup, le choix des nuances, pour ces formes, est-il signifiant ou intuitif ?

Je pense que c'est très intuitif et esthétique mais il y a aussi du sens qui peut s'en dégager. À l'exception de l'œuvre ST (ci-dessus) où là j'ai pensé au spectre lumineux et à la diffraction de la lumière. La couleur a donc été travaillée en conséquence, avec un angle phénoménologique. Mais pour les camaïeux, il n'y a pas de volonté propre à rendre la matière signifiante. Je laisse faire l'intuition esthétique, qui amène forcément de l'inconscient et injecte de l'affect dans les images. Mon intérêt est de laisser se mettre en image un certain mécanisme, si on peut dire et si c'est possible.

En définitif, vous partez du construit pour arriver au déconstruit saturé. Quel est le questionnement dans ce processus créatif à rebours ?

Il y a cette volonté, mais c'est foncièrement impossible, d'écrire l'invisible. Je m'intéresse beaucoup aux travaux menés par Lacan, par rapport à la psychanalyse. Il a essayé d'amener une écriture du réel au sein du langage et de l'inconscient, en tant qu'instance qui est constituée par des règles bien précises. Pour cela, il a utilisé des règles algorithmiques. Après, est-ce que c'est possible de faire la même chose visuellement ? Je ne sais pas, mais c'est aussi pour ça que j'ai introduit les saturations, elles offrent un champ libre pour l'interprétation.

En somme, il y a une recherche de l'au-delà du visible…

Effectivement, une tentative de dévoiler le cacher mais sans jamais le définir concrètement. Je m'intéresse aussi à Freud et à ses travaux sur le rêve, qui n'est autre qu'une chose refoulée par le conscient, qui s'exprime dans l'inconscient. Mes saturations sont comme les censures de l'esprit, tel un mécanisme de défense qui déplace l'objet réel du désir et du rêve. Il n'y a pas de vérité absolue derrière les jeux qui se mettent en place. En même temps, il y a une certaine envie de tromper le regard par la mise en avant d'un élément [les formes géométriques] qui relègue au second plan une chose plus importante. Je cherche peut-être à déjouer le réel, pour me défaire des images et de leur hégémonie, et rentrer dans l'affect.

L'exposition s'intitule For Rest, que l'on pourrait traduire par « pour le repos ». Qu'est-ce que cela signifie ?

Au départ, je voulais appeler l'exposition « forais », car le verbe forer peut renvoyer à mes images peintes dans lesquelles il y a des espaces vides, des trous, même s'ils apparaissent toujours rebouchés. Il y avait aussi l'idée de faire une exposition sur la forêt. Finalement, ce sont les interactions qui m'ont intéressé, et puis forais/forêt, ça sonnait aussi comme effort, le fait d'être fort ou pas. Mais titrer « forais », je ne trouvais pas ça très joli visuellement. Je me suis donc pris au jeu de l'intitulé en anglais et ça a donné « For Rest », sorte de condensé de ces équivocités. Je pourrais même aller plus loin et dire que dans « for rest », il y a aussi le reste et que le latin de « res », c'est la chose, donc peut-être est-ce le reste de la chose. L'intérêt, c'est que lorsque l'on déroule le fil de départ, ici « forais », il y a une multitude d'images qui apparaissent. C'est un mécanisme assez général dans mon travail. Ça peut paraître réfléchi, pourtant, c'est toujours un étonnement pour moi. Toute cette réflexion est certainement inconsciente.


For rest

Peintures d'images prélevées dans le flux des images de la vie quotidienne par David Lefebvre
Le VOG 10 avenue Aristide Briand Fontaine
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Fabrice Croux : la primauté du geste

ARTS | Accumulant les gestes, Fabrice Croux fait naître des œuvres dans lesquelles le processus créatif prime sur le sujet. De montagnes scintillantes en gifs bariolés, il esquisse au Centre d'art Bastille un monde baroque narratif.

Charline Corubolo | Mardi 15 novembre 2016

Fabrice Croux : la primauté du geste

Si Fabrice Croux ambitionne de Faire des tas, du nom de l'actuelle exposition présentée au Centre d’art Bastille, c’est que son œuvre prend sens dans le geste, élémentaire mais porté par des effets clinquants qui déroutent la nature même du sujet. Alors que se dresse devant nous une montagne dont le creux est habillé de paillettes, l’artiste déploie, tel un inventaire, des figurines comme sorties de la préhistoire en opposition avec les gifs animés de notre ère numérique. Les sujets sont multiples, autant que les références de la pièce Le Pays de Cocagnes ou que celle baptisée Sylvain, homme sauvage de la mythologie. Le dessein n’est donc pas une finalité en soi, c’est la réalisation qui conditionne les œuvres de Fabrice Croux. Dans l’acte rudimentaire, presque quotidien, émergent alors les univers décoratifs de cet artisan de la matière. Au-delà des images Une exposition qui s'ouvre aussi à d'autres univers. Invité par Fabrice Croux, David Lefebvre dévoile ses premières peintures au couteau. Ponctuant le parcours de Faire des tas, les toiles représentent des montagnes dans lesquelles une poche

Continuer à lire

Qui es-tu David Lefebvre ?

ARTS | Fraîchement débarqué aux Beaux-Arts de Grenoble en 2000, David Lefebvre commence son apprentissage des arts plastiques avec, comme envie, la peinture, et un (...)

Charline Corubolo | Mardi 27 mai 2014

Qui es-tu David Lefebvre ?

Fraîchement débarqué aux Beaux-Arts de Grenoble en 2000, David Lefebvre commence son apprentissage des arts plastiques avec, comme envie, la peinture, et un attrait certain pour l’univers graphique des années 1980. Mais à l’aube du XXIe siècle, l’art ambiant aime à claironner que « la peinture est morte ». Cependant, le Grenoblois de 20 ans se moque des modes et commence son exploration des images à travers une picturalité qui dépeint des présentateurs de JT. Au sortir de sa formation en 2005, diplôme en poche, il intègre un atelier destiné aux jeunes artistes, toujours à Grenoble, et poursuit sa quête visuelle à travers Internet. Rapidement, il participe à des expositions collectives, notamment grâce à Stéphane Sauzedde, directeur de l'école d'art d'Annecy. Une rencontre importante pour l’artiste, qui va lui permettre de s’affranchir de la barrière du figuratif. Son œuvre évolue, sa réputation aussi et seulement deux années après avoir quitté l’école, David Lefebvre participe à la biennale de Venise en off. 2008 marque le début de sa collaboration avec la galerie Zürcher à Paris. Ne se limitant pas aux expositions, il embarque un temps pour l’aventure du centre

Continuer à lire

Vog-uons vers Vallès

ARTS | Alors que l’exposition Collection Gilles Balmet au Vog, qui débute ce jeudi 16 janvier, s’annonce sous de bons augures, celle de David Lefebvre en mai (...)

Charline Corubolo | Vendredi 10 janvier 2014

Vog-uons vers Vallès

Alors que l’exposition Collection Gilles Balmet au Vog, qui débute ce jeudi 16 janvier, s’annonce sous de bons augures, celle de David Lefebvre en mai laisse à penser également que la découverte sera de qualité. Artiste jouant de la couleur et du vide, de la coulure et de la géométrie, du précis et du déconstruit, le peintre use des images du quotidien glanées au hasard et cherche à préserver leur qualité moyenne afin de créer un encodage. Ombre noire ou « vitrail » coloré, Lefebvre donne à voir des images brouillées comme pour apercevoir ce qui se cache derrière. Changement de décor à l’espace Vallès avec l’exposition Robot mon amour qui présentera, à la fin du mois de janvier, le travail de France Cadet. Faisant fi des barrières entre le naturel et l’artificiel, l’artiste emploie les nouveaux médias et la robotique afin de faire basculer le scientifique dans l’art pour créer des relations parodiques entre l’humain, l’animal et l’androïde. Une exposition à la pointe de l’innovation, qui s’interroge sur les nouveaux rapports aux machines et qui déclenchera surement une « connexion ».

Continuer à lire

Artistes en Vog

ARTS | On aime, et le Vog nous y invite chaque année, découvrir un artiste en quelques œuvres, presque en un clin d'oeil qui peut ensuite, et selon l'envie, se (...)

Aurélien Martinez | Lundi 30 septembre 2013

Artistes en Vog

On aime, et le Vog nous y invite chaque année, découvrir un artiste en quelques œuvres, presque en un clin d'oeil qui peut ensuite, et selon l'envie, se prolonger en plus longues et profondes contemplations. Le centre d'art de Fontaine ouvre sa saison avec le Dijonais Didier Marcel (jusqu'au 26 octobre) découvert notamment pendant la Biennale de Lyon 2003 avec son installation faite d'une voiture et de maquettes architecturales... Au Vog, il présentera d'étonnants « paysages », soit deux moulages monumentaux d'un champ de maïs repeints en rouge ! L'artiste aime à brouiller les frontières entre l'artificiel et le naturel, l'œuvre et le prélèvement brut d'éléments du réel... Le plus humoristique des vidéastes, le Grenoblois Samuel Rousseau, lui succèdera avec ses petites installations d'images mouvantes, entre drôlerie et poésie, matériaux « cheap » et trouvailles techniques (du 21 novembre au 21 décembre au Vog et aussi à l'Espace Vallès à Saint-Martin d'Hères). Plus tard dans la saison, nous vous conseillons particulièrement l'exposition de David Lefebvre (du 15 mai au 28 juin). L'artiste travaille à partir d'ima

Continuer à lire

Oublier en peinture

ARTS | La peinture à l’huile traîne un lourd fardeau : celui de sa prétendue désuétude. Une réputation que certains artistes parviennent à faire mentir avec force (...)

François Cau | Vendredi 23 septembre 2011

Oublier en peinture

La peinture à l’huile traîne un lourd fardeau : celui de sa prétendue désuétude. Une réputation que certains artistes parviennent à faire mentir avec force désinvolture et persistance dans son utilisation. Tel est le cas du Grenoblois David Lefebvre, qui invariablement la dépose ou la jette sur ses toiles. S’il travaille à partir d’un matériau photographique (produit par lui-même ou trouvé sur internet), s’il reproduit ces images dénuées de tout intérêt artistique en les dessinant très minutieusement, les retraçant dans un geste précis et maniaque, c’est pour mieux élire ensuite les détails que la peinture viendra déterminer comme centraux. Pare-chocs de vieilles voitures dans l’allée d’un quartier résidentiel, visages, animaux… le bestiaire se déploie dans une gamme de couleurs pastel irréelles. Quand les œuvres qui le composent ne sont pas « sans titre », elles en assument un à l’objectivité massacrante et sans compromis : « Le chien », « Charlotte »… Car l’artiste, plus qu’il ne garde trace, efface de la substance de son sujet en agissant sur lui. Les dégoulinures de peinture abandonnées dans la précipitation viennent heurter la virginité de la toile, celle-

Continuer à lire