À trois près

Charline Corubolo | Mardi 3 mars 2015

Photo : Charline Corubolo


La Ville, nouvelle proposition à l'Ancien Musée de peinture, met en avant seize artistes, mais nous en avons retenu que trois. Ce sont les aléas des expositions collectives : on y découvre toujours une ou deux pépites, et bien souvent on laisse le reste dans le coin de notre vision périphérique. Une entrée en matière qui semble annoncer une visite peu intéressante, mais ce n'est pas le cas car le top trois est fameux.

Mais avant de le dévoiler, voici le principe de l'exposition : seize artistes, donc, ont été invités à composer autour du thème de la ville sur trois formats identiques avec comme contrainte l'utilisation du rouge et du noir. Le résultat est présenté dans la salle du fond tandis que la pièce principale est occupée par les autres travaux personnels. C'est avec engouement que nous avons retrouvé les fables animalières et les objets hybrides personnifiés de Dominique Lucci. Pour La Ville, l'artiste offre des vues épurées au trait, réalisées par brûlures, rendant les constructions vacillantes. Quant à Valentina Rols, si ses portraits ne sont pas très intrigants, ses vues intérieures le sont beaucoup plus. Par un jeu de construction, l'architecture laisse place à des messages. Enfin, Hui Zheng distille encore une fois son aquarelle organique et torturée créant un magma de matière confus et séduisant. Charline Corubolo

La Ville, jusqu'au dimanche 8 mars, à l'Ancien Musée de peinture


La ville

Exposition collective
Ancien Musée de Peinture Place de Verdun Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les huit expositions à voir ou à revoir pendant les fêtes

Sélection | Si la vie culturelle de l’agglo est loin d’être intense pendant les vacances de Noël, pas mal de lieux d’exposition, eux, restent ouverts pour assurer au public un service d’intérêt général. Nous vous avons du coup sélectionné les huit propositions immanquables du moment, à parcourir en famille ou entre adultes consentants. Bonne(s) visite(s).

La rédaction | Mardi 20 décembre 2016

Les huit expositions à voir ou à revoir pendant les fêtes

Kandinsky au Musée de Grenoble C’est la grosse expo du moment, comme seul (ou presque) le Musée de Grenoble sait le faire. Se concentrant sur la période parisienne de l’artiste (de 1933 à 1944), le musée dévoile les dernières années de création de Vassily Kandinsky avec une scénographie sobre et chronologique. Les toiles du père de l’abstraction jouent avec les formes et les couleurs, ouvrant ainsi un nouveau monde sensible. La sélection présentée dévoile alors une nouvelle grammaire plastique marquée par le biomorphisme et une palette chromatique plus douce, pour une exposition céleste. Tlj sauf mar de 10h à 18h30 (17h30 sam 24 et 31 décembre). Fermé les dim 25 déc et 1er janv 8€ (5€ en tarif réduit, et entrée libre pour certains publics – demandeurs d’emploi ou moins de 26 ans notamment) Ateliers et visites guidées complets pendant les vacances ________ Pic & Bulle au Musée de l’Ancien Évêché

Continuer à lire

Il était une fois la peinture avec Pécarrère et Lucci

ARTS | Malgré des techniques et des modèles différents, les univers de Marie-Noëlle Pécarrère et Dominique Lucci se croisent et s'entremêlent dans une sorte de manifeste pour la peinture figurative. Donnant la primeur aux signes, les deux artistes esquissent un fil enchanté et désenchanté empreint de métamorphoses. Un fil à suivre à l'Espace Vallès. Charline Corubolo

Charline Corubolo | Mardi 8 décembre 2015

Il était une fois la peinture avec Pécarrère et Lucci

La peinture et la figuration ont souffert un certain moment d'un manque d'intérêt, notamment durant la deuxième moitié du XXe siècle, lorsque l'abstraction américaine était légion malgré le pop art. La peinture figurative, pourtant porteuse d'une créativité narrative puissante, annonce néanmoins depuis quelques années un retour excitant. C'est avec ingéniosité que l'Espace Vallès le démontre en mettant en parallèle deux artistes adeptes d'une imagerie absurde et poétique, et en pinceaux donc. Dominique Lucci, Grenoblois exposé plusieurs fois dans la région, et Marie-Noëlle Pécarrère, Marseillaise dévoilée en Isère, travaillent des symboles appartenant à la mémoire collective pour aboutir à de nouvelles histoires issues de leur onirisme personnel mais dont la portée visuelle et le discours dissimulé finissent par trouver un écho commun. Par un jeu d'hybridations, animalières ou végétales, les deux artistes au style maniériste convoquent la banalité de la vie : Dominique Lucci en projetant des objets du quotidien dans ses univers en noir et blanc, Marie-Noëlle Pécarrère en tissant des références multiples dans ses œuvres. Une confrontation qui, dès lors, plonge le regard

Continuer à lire

Les enveloppes friables d'Hui Zheng

ARTS | Deux composantes marquent le travail de l'artiste Hui Zheng : le matériau utilisé, la peinture à l'huile ou l'aquarelle ; et le sujet, le corps ou le (...)

Charline Corubolo | Mardi 10 mars 2015

Les enveloppes friables d'Hui Zheng

Deux composantes marquent le travail de l'artiste Hui Zheng : le matériau utilisé, la peinture à l'huile ou l'aquarelle ; et le sujet, le corps ou le portrait. Si certaines combinaisons ne fonctionnent pas (les portraits à l'huile), d'autres sont plus pertinentes (les portraits réalisés à l'eau), la combinaison gagnante étant incontestablement les corps à l'aquarelle, présentée actuellement à la galerie l'Art et la Raison. Après une exposition collective à la galerie Ex Nihilo en septembre dernier et une récemment à l'Ancien Musée de peinture, Hui Zheng bénéfice enfin d'une présentation en solo pour déployer toute la finesse et la sensibilité de ses aquarelles. Au gré d'une palette bleutée ou terreuse, l'artiste réalise des études de corps se focalisant sur un détail organique ou une partie corporelle dans son ensemble. Et c'est dans le cœur de la couleur que tout se joue : l'aquarelle, conservant son aspect fluide, balaye la peau et la rend liquide, devenant alors le miroir d'un tourment sans nom. Sous le pinceau de Hui Zheng, le corps est transfiguré, se désintègre pour redevenir matière. Les deux morceaux d'une jambes opèrent un transfert de fluide, quand un couple

Continuer à lire

Sur le pont des arts

ARTS | Une nouvelle galerie associative (du type d’Alter-art à Grenoble) a vu le jour à Voiron cet automne : Place à l’art. D’abord, on l’accueille avec force (...)

Laetitia Giry | Jeudi 26 janvier 2012

Sur le pont des arts

Une nouvelle galerie associative (du type d’Alter-art à Grenoble) a vu le jour à Voiron cet automne : Place à l’art. D’abord, on l’accueille avec force encouragements. Ensuite, on regarde ce qu’elle nous propose jusqu’au 4 février : des peintures de Hui Zheng à l’apparente froideur. Tous les portraits présentés sont des nus, et tous – étonnamment – bénéficient d’un traitement dans des tons gris ou légèrement terreux, avec seulement quelques touches de couleur rosée sur les ongles, les bouts des doigts, les lèvres. Des extrémités surgit ainsi la chaleur (force ?) vive que l’épiderme des modèles rejette. La mise à distance est-elle plus de l’ordre de la pudeur ou du morbide ? On ne saurait le dire. Une chose est sûre : l’ambiance de morgue est contredite par des poses des plus vivantes, et moquée par des autoportraits au mouvement et à la vivacité riante… A voir donc.

Continuer à lire