Hybridations artistiques au Centre d'art Bastille

ARTS | Croiser les esthétiques et les réflexions, mêler les notions de temps et de fiction, tels sont les enjeux de "Double cross" actuellement au Centre d'art Bastille. Conçue dans le cadre d'un échange avec une structure italienne, l'exposition dévoile les travaux de Jacopo Miliani et Alessandro Di Pietro, avec Mikaël Belmonte en invité.

Charline Corubolo | Mardi 6 octobre 2015

Photo : Charline Corubolo


Piano, créée à l'initiative de d.c.a / association française de développement des centres d'art, est une plateforme franco-italienne offrant un espace de recherches et de travail partagé à des curateurs et des artistes, l'objectif étant d'établir un projet double, comme une exposition, entre une structure artistique italienne et une française. C'est ainsi que le Cab est devenu le théâtre de cet échange plastique avec l'Italie. L'exposition Double Cross, programmée par le commissaire d'exposition indépendant Vincent Verlé (et ancien boss du Cab), présente les œuvres de Jacopo Miliani et Alessandro Di Pietro, dont la mise en parallèle permet la construction d'un récit commun par le prisme d'un langage hybride.

À travers un questionnement sur la représentation de l'image et sa réception par les masses et dans les mémoires, Jacopo Miliano esquisse un nouveau langage de forme. Ce nouveau tout se met en place dans des installations hermétiques – une main disposée sur un rectangle de tissu représentant une action – mais qui stimulent indéniablement l'hémisphère gauche du cerveau.

L'approche des œuvres d'Alessandro Di Pietro n'est pas moins simple mais, elle aussi, plus qu'intéressante. Selon un protocole précis, généré par ses propres limites à agir, l'artiste déploie un processus de création basé sur la répétition créant de nouveaux paysages sculpturaux, comme une veste « siamoise » suspendue par une tige de fer, devenant marqueur de son passage.

Détourner l'exposition

Son passage, Mikaël Belmonte en témoigne dans la salle consacrée au "project room", espace réservé à un artiste invité pour l'exposition en cours. Live sport, projet élaboré dans le cadre du Laboratoire Intercommunal Culturel Ornemental et Recherche Nomade dont il est le fondateur, envahit la pièce pour la métamorphoser en salle de sport.

Ce sont alors les codes intrinsèques à l'art contemporain qui sont remis en cause dans cette fiction teintée de réalité. L'art contemporain se confronte au monde contemporain, mise en abyme de la carrière de l'artiste avec celle de son frère, impliqué dans un complexe sportif de la région. En créant cette fiction à la réalité fausse, le Grenoblois d'origine tend à troubler les limites de l'exposition et à plagier une activité pour lui octroyer une autre vérité.

Double cross, jusqu'au dimanche 3 janvier 2016, au Cab


Double cross

De Jacopo Miliani et Alessandro Di Pietro. Project room "Live sport" : Mikaël Belmonte
Centre d'Art Bastille Site sommital de la Bastille Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les temps forts de la saison

ARTS | Une sélection à base de Musée de Grenoble, de Spacejunk, de Musée Géo-Charles, de Moulins de Villancourt, de Muséum ou encore de Casemate.

Charline Corubolo | Samedi 3 octobre 2015

Les temps forts de la saison

Derrière l’artiste, la femme au Musée de Grenoble Affirmer que l’art n’a pas de sexe serait remettre en cause la construction même de nos sociétés établies depuis des siècles sur un rapport de force du masculin sur le féminin. Bien que ce schéma ancestral tende à s’estomper, des fragments entiers de l’histoire de l’art ont été marqués par cette dominance au point de gommer certaines influences majeures. Il paraît bien sûr absurde d’affirmer qu’un art puisse être masculin ou un autre féminin (encore que cette thèse demeure point de discorde et de débats à approfondir), l’évidence est pourtant faite depuis plusieurs années que la lutte des sexes a bien eu lieu au sein de l’art et que, trop souvent, les artistes féminines ont été relayées au second plan. C’est ainsi que la saison 2015-2016 du Musée de Grenoble s’attache à offrir une relecture de l’art selon la conception féminine avec deux expositions dédiées aux femmes programmées de manière fortuite, mais dont la coïncidence permet un programme riche autant sur le plan plastique que sur celui de la réflexion délicate de la « femme-artiste ». Georgia O’Keeffe, peintre américaine du début d

Continuer à lire