Shakespeare s'affiche

ARTS | Zoom sur l'exposition du Centre du graphisme d'Échirolles à l'affiche jusqu'à fin janvier.

Charline Corubolo | Mardi 15 décembre 2015

Photo : Lanny Sommese


Afficher ou ne pas afficher, la question ne se pose pas aux Moulins de Villancourt. Car c'est en grand que William Shakespeare s'affiche sur les murs grâce au talent d'une quarantaine de graphistes. Une exposition réalisée à l'occasion des 400 ans de la disparition de l'auteur, dont l'œuvre littéraire foisonnante est autant source d'inspiration pour le théâtre que pour l'image.

Pensée par le Centre du graphisme d'Échirolles, Shakespeare à la folie, affiches internationales dévoile des créations réalisées durant les dernières décennies pour la représentation des pièces écrites par le dramaturge. Plus qu'une plongée au cœur du mot, l'exposition s'avère être une véritable plongée au cœur du signe, manié avec créativité et justesse par des graphistes français mais aussi polonais ou encore finlandais, d'aujourd'hui ou en activité dans les années 1970.

Découpé en trois sections selon l'œuvre de Shakespeare (les comédies, les drames et les grands faits historiques), le parcours met en regard des styles et des messages très différents. Tout en se complétant, les oppositions graphiques sont saisissantes, passant d'un découpage d'une épure prégnante à une illustration fourmillant de détails. On (re)découvre avec plaisir Yann Legendre et ses aplats d'une efficacité sans faille ; on se délecte des découpages en noir et blanc de Lanny Sommese dont les visages se dissimulent dans les couronnes (photo) ; on apprécie toute la beauté de la photographie de Holger Matthies.

La typographie n'est pas en reste et se déploie d'affiches en affiches tel un véritable catalogue de lettrines. Le mot et le signe finissent ainsi par s'emmêler pour aboutir à une image puissante qui retranscrit l'essence de la pièce avec un symbolisme particulier. Si William Shakespeare aimait jouer avec l'écrit, les graphistes aiment jouer avec les formes, pour un mariage culturel de haute plume.

Shakespeare à la folie, affiches internationales, jusqu'au vendredi 29 janvier aux Moulins de Villancourt (Échirolles)


Shakespeare à la folie, affiches internationales

Par le Centre du graphisme d’Échirolles
Moulins de Villancourt 85 cours Saint-André Pont-de-Claix
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Diego Zaccaria : « L'affiche devient sociologique »

ARTS | C'est l'un des auteurs de théâtre les plus connus de l'histoire. Si William Shakespeare, auteur de "Roméo et Juliette" ou encore "Macbeth", a raccroché la plume depuis maintenant 400 ans, il ne cesse pourtant d'inspirer les artistes d'aujourd'hui. Pour preuve : le Centre du graphisme d’Échirolles propose aux Moulins de Villancourt une exposition d'affiches de pièces de théâtre du maître. Rencontre avec Diego Zaccaria, le directeur du Centre, pour connaître toute l'histoire.

Charline Corubolo | Mardi 15 décembre 2015

Diego Zaccaria : « L'affiche devient sociologique »

2016 marque les 400 ans de la disparition de William Shakespeare. Vous avez décidé de célébrer cet anniversaire avec une exposition d'affiches... Diego Zaccaria : C'est la mission du Centre du graphisme que de travailler sur les univers graphiques de manière générale, et sur la communication visuelle en particulier. On défend l'affiche non publicitaire, qui peut être porteuse d'éléments critiques, de débats et de discussions. Et, dans le domaine de l'image, l'affiche de théâtre a toujours été quelque chose de particulier, d'où notre exposition. Je savais qu'il y avait une matière graphique importante et intéressante qui s'inscrit dans l'espace public, tout comme le théâtre : ce sont deux vecteurs extrêmement populaires. Quant à Shakespeare, il y a la portée même de son œuvre. Elle est considérable et reste actuelle dans la manière qu'il avait de traiter le pouvoir. Et elle a contribué à forger la légende d'une nation. L'exposition permet donc une plongée dans l’univers shakespearien...

Continuer à lire

Les temps forts de la saison

ARTS | Une sélection à base de Musée de Grenoble, de Spacejunk, de Musée Géo-Charles, de Moulins de Villancourt, de Muséum ou encore de Casemate.

Charline Corubolo | Samedi 3 octobre 2015

Les temps forts de la saison

Derrière l’artiste, la femme au Musée de Grenoble Affirmer que l’art n’a pas de sexe serait remettre en cause la construction même de nos sociétés établies depuis des siècles sur un rapport de force du masculin sur le féminin. Bien que ce schéma ancestral tende à s’estomper, des fragments entiers de l’histoire de l’art ont été marqués par cette dominance au point de gommer certaines influences majeures. Il paraît bien sûr absurde d’affirmer qu’un art puisse être masculin ou un autre féminin (encore que cette thèse demeure point de discorde et de débats à approfondir), l’évidence est pourtant faite depuis plusieurs années que la lutte des sexes a bien eu lieu au sein de l’art et que, trop souvent, les artistes féminines ont été relayées au second plan. C’est ainsi que la saison 2015-2016 du Musée de Grenoble s’attache à offrir une relecture de l’art selon la conception féminine avec deux expositions dédiées aux femmes programmées de manière fortuite, mais dont la coïncidence permet un programme riche autant sur le plan plastique que sur celui de la réflexion délicate de la « femme-artiste ». Georgia O’Keeffe, peintre américaine du début d

Continuer à lire