De ville en ville grâce à la galerie La Vina

ARTS | Un jour, au détour d'une onde radiophonique, le terme de « ville-monde » arrive jusqu'aux oreilles du galeriste et photographe François-Marie Périer. Il n'en fallait pas plus pour qu'il regroupe autour de lui quatre autres photographes et monte une exposition qui explore la ville, de par le monde. Direction Shanghai, Moscou, New York, Boston, Buenos Aires et San Francisco.

Charline Corubolo | Mercredi 13 janvier 2016

Photo : Phil Collier


Trouver de la poésie dans le terme de « ville-monde » n'est pas chose aisée, et pourtant le galeriste François-Marie Périer a su, alors qu'il jetait une oreille dans la mer radiophonique des ondes françaises, déceler en ces deux mots toutes les images séduisantes qui pouvaient émerger. En prenant ainsi pour genèse la notion de « ville-monde », il a convoqué plusieurs photographes afin de faire un tour du monde photographique des capitales, de New York à Moscou en passant par Shanghai.

Entre clichés de rue humanistes et visions d'espaces architecturaux, la galerie La Vina présente cinq artistes aux regards très différents. À Shanghai, Xiao Min nous plonge au cœur des enfilades structurées d'une ville qui semble déshumanisée entre béton et lignes de forces dépassant l'homme. Le regard se trouve noyé dans une abstraction géométrique qui isole l'être humain, sur fond argentique noir et blanc.

Damien Lorek, lui, use du noir et blanc pour sublimer Moscou entre horizon glacé semblable à une peinture et portrait d'une population en pleine mutation. Ses compositions, dans lesquelles la perspective et la lumière influent sur le cadre, dévoilent des fragments de vie dans l'atmosphère froide de la ville, où demeurent des vestiges de l'URSS.

Dans la rue

De portrait il est également question avec Phil Collier, photographe américain qui présente une série de clichés réalisés dans les années 1970 à New York et Boston. Mais sur sa pellicule en noir et blanc, l'artiste propose un autre regard de la rue, proche du photographe américain Garry Winogrand, figure de la photographie de rue du milieu du XXe siècle. Arpentant les trottoirs de la grosse pomme, Phil Collier est à la recherche avant tout de l'être humain plus que de son environnement citadin. Entre manifestation, ségrégation et joueur de guitare, le photographe capte l'essence de âmes à travers des photographies humanistes, pour écrire l'histoire.

Raconter la vie des gens est également l'objectif de Fernando Suarez dont les images oscillent entre couleur et noir et blanc à travers Buenos Aires, afin de dévoiler le quotidien urbain. Des anciens combattants manifestant pour leurs droits côtoient des habitants d'un quartier tout entier. Les portraits réalisés en noir et blanc puis recolorisés présentent des nuances étranges, donnant aux personnes une quasi-aura de super-héros, entre réalisme et vision sublimée des êtres.

Enfin, les couleurs chez François-Marie Périer sont au contraire naturelles et renvoient à la douceur de San Fransisco. De rue en rue, le galeriste-photographe est parti à la recherche de « l'instant décisif » comme le disait si bien Henri Cartier-Bresson. En découle une grammaire particulière entre moment suspendu et course floue des hommes d'affaires.

Villes-monde, jusqu'au lundi 18 janvier, à la galerie La Vina


Villes-mondes

Photographies de Phil Collier, Fernando Soarez, Xiao Min, Damien Lorek et FM Périer
Galerie-café La Vina 12, place Notre-Dame Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

New York d’antan

Photo | Si, après avoir visité l’expo Vivian Maier, vous n’avez pas eu votre compte de street photography, vous pouvez faire un tour du côté de la galerie-café La (...)

Benjamin Bardinet | Mardi 18 février 2020

New York d’antan

Si, après avoir visité l’expo Vivian Maier, vous n’avez pas eu votre compte de street photography, vous pouvez faire un tour du côté de la galerie-café La Vina, à deux pas du Musée de l’Ancien Évêché. Vous y découvrirez un accrochage un peu foutraque réunissant quatre photographes ayant pour point commun de s’attaquer à la Grosse Pomme. On retiendra plus particulièrement les images de Phil Collier qui témoignent d’une époque où il était encore possible de descendre dans la rue avec son réflex sous le bras et de photographier les passants de manière spontanée. Réalisée dans les années 1980, cette chronique photographique new-yorkaise rend souvent hommage aux classes les plus modestes et à la vie sociale d’avant les smartphones. En bonus, deux catalogues mis à disposition par La Vina permettent de découvrir plus en profondeur le travail de Phil Collier et de mieux se plonger dans ces clichés d’une Amérique d’un autre monde. On vous invite à les découvrir en dégustant un thé. New and Old Eyes on the City of Dreams Á la galerie La Vina jusqu’au 29 février

Continuer à lire

"5th Element" : des racines et des arbres

Exposition | La galerie grenobloise la Vina propose une drôle d'exposition collective autour des arbres. On l'a visitée.

Benjamin Bardinet | Mardi 15 janvier 2019

En réunissant de très belles images d’arbres réalisées par neuf photographes du cru, la galerie La Vina nous invite à une exposition-réflexion intitulée 5th Element, avec l'idée que l’arbre opère comme une sorte de catalyseur des quatre éléments fondamentaux (la terre, l’air, le feu et l’eau) contribuant ainsi à l’équilibre de notre écosystème – à l’inverse de l’homocapitalismus qui contribue à le foutre en l’air. Entre, notamment, la simplicité poétique des images de Jean-Luc Joseph, les contre-plongées fascinantes de Serge Riou, le nerveux flou de bougé de Thierry Latoud ou encore la subtile approche documentaire de François-Marie Périer, l’exposition offre, sur le sujet, un large éventail de propositions – il y en a pour tous les goûts ! Pour prolonger la réflexion, la galerie organise plusieurs événements dont une discussion (le 27 janvier) au sujet d’une peuplade indienne, les Bishnoïs, qui voue un respect profond aux arbres, et une lecture poétique et musicale (les 1er et 2 février) consacrée à Yggdrasill, l’arbre-monde des mythologies nordiques.

Continuer à lire

François-Marie Périer de l'Inde à l'Irlande

ARTS | Le parcours hypothétique du Christ, tel est le point de départ de l'exposition Q(o)uest, les chemins du Graal présentant les photographies de François-Marie (...)

Charline Corubolo | Mardi 3 novembre 2015

François-Marie Périer de l'Inde à l'Irlande

Le parcours hypothétique du Christ, tel est le point de départ de l'exposition Q(o)uest, les chemins du Graal présentant les photographies de François-Marie Périer, galeriste de la Vina. À l'heure où les religions sont toujours sujettes aux conflits, cet ancien guide touristique a apparenté les routes, de l'Inde jusqu'à l'Irlande, à la quête des origines et en a rapporté un séduisant témoignage visuel. De clichés en clichés, les histoires qui se racontent trouvent des similitudes dans l'iconographie comme dans le mythe. L'artiste-galeriste explique d'ailleurs avec beaucoup de verve les influences diverses des pays les uns sur les autres, notamment l'importance de la route de la soie et celle de l'étain dans la propagation du christianisme. Mais au-delà de cet essai spirituel, ce sont surtout les images qui retiennent l'attention : les statues, de Bouddha au Christ, prennent vie dans leurs apparats de pierre, les paysages indiens se déclinent en somptueux camaïeux bleus-violets tandis que l'Irlande déploie sa palette grise-verte. Les hommes y sont capturés avec simplicité mais intensité. Des photographies à la lisière du reportage, dont la beauté esth

Continuer à lire