Fantin-Latour, le classique inclassable "à fleur de peau"

Musée de Grenoble | Presque deux siècles après sa naissance en terre iséroise, Henri Fantin-Latour se dévoile (à nouveau) au public avec une rétrospective "À fleur de peau". Connu pour ses natures mortes florales et ses portraits, le peintre a surtout construit une œuvre picturale hors de l’histoire de l’art tout en l'ancrant dans son temps. Un parcours riche mis en lumière avec sensibilité par le Musée de Grenoble.

Charline Corubolo | Mardi 21 mars 2017

Classique sans être académique, Henri Fantin-Latour (1836 – 1904) a composé tout au long de sa vie une œuvre picturale singulière, détachée des codes artistiques d'alors pour privilégier une approche intime et vivante. Né à Grenoble, le jeune artiste apprend le dessin sous la tutelle de son père avant de voguer vers la capitale française en 1850 afin d'intégrer l'atelier Horace Lecoq. Intéressé par ses contemporains comme Delacroix mais aussi marqué par les maîtres du XVIIIe siècle qu'il passe son temps à copier au Louvre, il développe une touche particulière qui ne répond à aucun code.

Amoureux de la nature, il réalise ses premières natures mortes dans les années 1850 et s'adonne en parallèle à l'exercice du portrait avec satisfaction. Également mélomane invétéré de mélopées allemandes et admirateur du corps féminin, ce sont toutes ses inclinaisons qui influencent sa peinture, offrant une forme classique emprunte de modernité.

Le Musée de Grenoble propose ainsi une déambulation sensible avec Fantin-Latour, à fleur de peau, rétrospective chronologique qui met en lumière l'esthétique vibrante de l'artiste au gré de 150 œuvres dont un corpus photographique et une reconstitution de son atelier parisien.

Portraitiste de l'intime

L'exposition s'ouvre magistralement avec une série d'autoportraits du peintre, véritable socle de son art. Entre 1850 et 1860, Fantin-Latour délaie dans la représentation de soi un trait sobre mais inquiet, notamment avec l'Autoportrait, la tête légèrement baissée (1861). Le réalisme nébuleux s'immisce pareillement dans les portraits qu'il effectue de ses deux sœurs, modèles silencieux de son intimité. Selon des mises en scène de recueillement ou de méditation, il sculpte les visages par un travail subtil de la lumière en clair-obscur. À partir des années 1870, les deux femmes sont remplacées, dans sa vie comme dans son œuvre, par sa fiancée Victoria, rencontrée au Louvre, et Charlotte Dubourg, la sœur de cette dernière. Il transcende alors véritablement le genre codifié du portait de famille.

Durant ses années de jeunesse, il s'accomplit également à travers les natures mortes, peu considérées à l'époque, lui offrant toutefois une grande satisfaction. Sa passion pour la nature se trouve sublimée par des effets de textures et de couleurs octroyant une sensation vivante aux compositions florales. Fleurs d'été et fruits (1866) constitue l'un des chefs-d'œuvre de cette période, tout comme la Nature morte dite « de fiançailles » qu'il offre alors à Victoria en 1866 pour sceller la promesse de leur union.

Mélomane du pinceau

Le parcours se poursuit avec la décennie 1864-1874, véritable moment charnière dans la carrière de l'artiste. Chose inhabituelle pour l'ère artistique, alors tournée vers une peinture d'extérieur, Fantin-Latour dépeint un pan de l'histoire contemporaine avec des tableaux de groupe en intérieur. Un atelier à Batignolles (1870) rend hommage Édouard Manet, l'un des pères de l'impressionnisme, ici entouré de Renoir, Monet et Zola. Avec le Coin de table (1872), c'est la dimension littéraire de Fantin-Latour qui est mise en lumière avec notamment la présence de Verlaine et Rimbaud. Car en témoin privilégié de son temps, Fantin-Latour fréquente les avant-gardes artistiques tout en conservant sa réserve classique.

Pourtant, au tournant des années 1880, il s'éloigne des sentiers du réalisme pour œuvrer dans l'imagination. Toile la plus emblématique de cette période, L'Anniversaire (1876) célèbre Hector Berlioz et souligne l'appétence musicale du peintre. Figures allégoriques et personnages réels se côtoient dans cette composition alliant réalité et féerie. Le corps de la femme prend une place importante, se retrouvant sous le pinceau de Fantin-Latour comme doucement caressé par la matière.

Usant parfois de photographies pour les modèles, Fantin-Latour a également collectionné de nombreux clichés de nus féminins mis en exergue dans l'espace d'exposition. De pétale en peau, Henri Fantin-Latour a ainsi offert à l'histoire de l'art un dessein sensible et inclassable, dont la beauté lyrique séduit le regard.

Fantin-Latour, à fleur de peau
Au Musée de Grenoble jusqu'au dimanche 18 juin


Fantin-Latour, à fleur de peau

Peintures, corpus photographique
Musée de Grenoble Place Lavalette Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les quatre expositions à découvrir début 2017 à Grenoble

Panorama rentrée 2017 | On vous propose d'aller au Musée de Grenoble, au Musée dauphinois, à Spacejunk ou encore à la Halle de Pont-en-Royans.

Charline Corubolo | Mardi 3 janvier 2017

Les quatre expositions à découvrir début 2017 à Grenoble

Fantin-Latour Né en 1836 à Grenoble, admirateur des grands maîtres et peintre incontesté des fleurs au XIXe siècle, Henri Fantin-Latour s’est aussi illustré avec des portraits et des tableaux de groupe. C’est en suivant ces trois axes que le Musée de Grenoble invitera le public à (re)découvrir cet artiste isérois à travers une vaste rétrospective. Associé aux impressionnistes dont il rejette cependant la parenté, Fantin-Latour a laissé derrière lui une touche unique où le romantisme flirte avec le symbolisme. Au Musée de Grenoble Du 18/03 au 18/06 ________ Éric Bourret & Emmanuel Breteau Mettre en valeur le patrimoine de la région, tout en apportant un regard contemporain sur la création d’aujourd’hui, le Musée dauphinois s’y emploie depuis de nombreuses années. C’est ainsi que seront réunis en mars prochain, autour de l’exposition Alpes là, les photographes Éric Bourret et Emmanuel Breteau. Photographe marcheur, le premier expérimente la montagne à travers le mouvement offra

Continuer à lire

Nature morte dite « de fiançailles » – Henri Fantin-Latour

À la découverte des collections du Musée de Grenoble | [1/ 16] Nos coups de cœur issus des collections permanentes du Musée de Grenoble

Laetitia Giry | Mercredi 17 juillet 2013

Nature morte dite « de fiançailles » – Henri Fantin-Latour

Nom de l’artiste : Henri Fantin-Latour (1836-1904) Titre de l’œuvre : Nature morte dite « de fiançailles » Date de création : 1869 Médium : peinture, huile sur toile Mouvement auquel l’intégrer : Réalisme classique Analyse : On retrouve ce tableau fréquemment au verso des billets délivrés à l’entrée du musée… Mais c’est évidemment en vrai, dans les salles consacrées au XIXe siècle, qu’il faut aller le découvrir pour en apprécier les subtilités. Une nature morte qui s’affiche comme une démonstration de différents talents : la fidélité gourmande à la réalité avec la coupe de fraises, la délicatesse du vase orné, l’aspect plus libre, plus émotif du bouquet de fleurs et le savoir-faire discret miroité dans le verre de vin. Autant d’ingrédients réunis sur un fond neutre propice à révéler l’accord harmonieux des notes colorées. Au centre rayonne le jaune des jonquilles, encerclé d’un camaïeu rougeoyant – fraises, cerises, vin et giroflées se disputent la passion du contraste avec le blanc irradiant de la faïence, et celui, pl

Continuer à lire

Une pêche est presque une pêche

ARTS | Peintures / Le couvent Sainte-Cécile, siège des éditions Glénat, accueille un joli panel d’œuvres du peintre du XIXe siècle Henri Fantin-Latour. Des portraits, (...)

Laetitia Giry | Vendredi 14 septembre 2012

Une pêche est presque une pêche

Peintures / Le couvent Sainte-Cécile, siège des éditions Glénat, accueille un joli panel d’œuvres du peintre du XIXe siècle Henri Fantin-Latour. Des portraits, allégories, natures mortes et bouquets dont la grandeur calme saute aux yeux, avec une évidence  – étymologiquement : ce qui se voit – qui elle-même révèle celle de la beauté des choses. Fantin-Latour semble en effet n’avoir d’autre prétention que celle de dévoiler au regard le beau résidant dans ce qu’il peint. À l’époque des révolutions esthétiques comme l’impressionnisme, il persévère dans une forme de sagesse confiante, fidèle à un classicisme pourtant loin de tout académisme. Son réalisme teinté d’une volonté esthétisante sonne comme une déclaration : le sujet peint vaut en soi d’être représenté. Les couleurs sont réparties sobrement mais avec éclat, les roses généreuses, élégantes, glissées là sur un fond noir et solennel, ici sur un fond beige évoquant le nu avec pudeur. La pêche est veloutée, la pomme plus vraie que nature : le sujet sur la toile dépasse son souvenir matériel, comme si justement il y était plus vrai, que sa représentation était plus réelle que le réel.  Laetitia Gi

Continuer à lire