Pascal Kober : « Faire découvrir le jazz à un public large »

Exposition | Pour sa première exposition photographique, le photojournaliste Pascal Kober investit le Musée de l’Ancien Evêché en clichés et en son. À travers ses photographies de presse empreintes d’une passion qui fait vibrer les images, il livre un témoignage visuel saisissant d’un "Abécédaire amoureux du jazz" qui fera tomber sous le charme chaque visiteur. Mais avant la visite, on l'a rencontré pour en savoir plus sur la photo et le jazz.

Charline Corubolo | Mardi 4 juillet 2017

Photo : Pascal Kober / Jean-Marc Bloche


Vous êtes passionné de photographie et de jazz. Depuis de nombreuses années vous suiviez inlassablement les musiciens en tournée. Qu’est-ce qui, selon vous, fait l’essence d’une bonne photographie de jazz ?

Pascal Kober : La saisie d’un instant fort de l’existence hors scène, le fait que l’on puisse voir la relation un peu complice entre le photographe et son modèle d’un jour. Même si je suis dans le registre du reportage, pas dans celui de l’esthétique. Ce qui est présenté au Musée de l’Ancien Évêché, ce n’est donc pas un travail d’artiste mais bien un travail de photojournaliste.

En août dernier, pour préparer l’exposition, j’ai passé un mois plongé dans plus de 30 ans d’archives pour trouver une espèce de patte Kober dans la facture. Mais ce n’a pas été le cas. C’est pour ça que j’insiste sur l’aspect photojournaliste. Ceci dit, dans la sélection présentée au musée, si le critère esthétique a parfois compté, c’est avant tout la recherche d’un instant de vie.

Quelles évolutions avez-vous constatées durant ces décennies d’activité dans le jazz et la photographie ?

J’ai commencé il y a 40 ans : la première photographie professionnelle présentée dans l’expo date de 1979. En 40 ans, la technique et le matériel photographiques ont énormément évolué. Je suis passé du noir et blanc quand j’étais gamin, parce que je n’avais pas de sous pour faire de la couleur, à la couleur quand j’ai commencé à bosser. J’ai travaillé pour la presse, du coup j’ai testé pas mal d’appareils et en particulier les premiers appareils numériques qui avaient très peu de pixels au compteur, à la fin des années 1990 début 2000. Et je suis passé au numérique en 2003-2004, ce qui permet au moins cinq rendus différents. Mais la technique ne change pas réellement le rapport au musicien.

Par contre, dans le jazz c’est un peu différent. L’essence de la musique perdure chez les musiciens, la relation bon enfant et l’idée d’une musique pas soumise aux règles du showbiz. Mais les rapports avec les agents, c’est beaucoup plus compliqué. Par exemple, cette année à Jazz à Vienne, on nous interdit presque les deux tiers des moments de balances alors que le gros intérêt de ce festival est de pouvoir faire des photos dans l’après-midi sous la lumière solaire. Ça, c’est quasiment terminé aujourd’hui.
Alors je comprends que les artistes souhaitent contrôler un peu plus leur image, mais c’est une partie de l’histoire du jazz qui disparaît si on ne photographie plus ces moments-là.

Vous présentez actuellement vos clichés au Musée de l’Ancien Évêché avec l’exposition Abécédaire amoureux du jazz. Quel est l’objectif d’une telle exposition ? L’envie ?

À la base c’est une commande, mais il y a évidement une envie qui est née. Après presque 35 ans de carrière, c’est comme une consécration, une reconnaissance, qui plus est d’un institut culturel alors que c’est assez rare ce type d’exposition. L’objectif est de faire découvrir le jazz à un public large. C’est pour ça qu’on a mis une phrase du genre « pour ceux qui aiment le jazz et ceux qui pensent ne pas l’aimer ».

Une des volontés d’Isabelle Lazier, directrice du musée, est d’ouvrir l’exposition à d’autres champs que la photographie. C’est pour ça qu’il y a des playlists dans l’exposition, que j’ai réalisées. Il y a un certain nombre de thèmes dans le répertoire jazz qui sont de très grands standards, y compris des chansons françaises. J’ai volontairement choisi des thèmes extrêmement accessibles, ça me paraît être une bonne porte d’entrée. Le jazz est une musique de divertissement à la base, ce n’est pas une musique savante.

Pourquoi présenter l’exposition sous forme d’abécédaire ?

Quand je me suis plongé dans les archives, plusieurs fils rouges sont apparus comme le jazz vocal, le jazz au féminin, jazz en coulisse... Mais chacun de ces fils rouges était extrêmement réducteur par rapport à ma pratique. J’ai aussi des photos de scène que j’aime beaucoup, d’hommes, de femmes qui ne chantent pas… Et j’ai fini par avoir cette idée d’abécédaire, pour tout montrer.

Il y a avait une première série de 4000 photos que j’ai réduite à 500, et sur ces 500 j’ai mis des mots-clés. Puis j’ai ressorti 26 mots qui me semblaient les plus pertinents, les plus forts, et ensuite j’ai travaillé en collaboration étroite avec Corinne Tourrasse, la scénographe et graphiste de l’exposition et du livre. C’est elle au fond qui a choisi les photos parmi les 500, pour finalement avoir 123 clichés dans l’exposition et un peu plus de 200 pour le livre je crois.


Abécédaire amoureux du jazz

Photographies de Pascal Kober
Musée de l'Ancien Évêché 2 rue Très-Cloîtres Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

L'Alpe, une revue pour, depuis 20 ans, « aller au-delà du décor de carte postale »

ACTUS | Mercredi 28 novembre sort en kiosque et en librairie le nouveau numéro de la revue "L’Alpe", éditée par les éditions Glénat et le Musée dauphinois. Un numéro spécial puisqu’il s’agit de celui des 20 ans. On a profité de cette date anniversaire pour remonter le fil de l’histoire avec deux des membres de cette aventure « consacrée aux cultures et aux patrimoines de l'Europe alpine ».

Aurélien Martinez | Lundi 26 novembre 2018

L'Alpe, une revue pour, depuis 20 ans, « aller au-delà du décor de carte postale »

« Cultures et patrimoines de l'Europe alpine » : voilà comment se définit la revue L’Alpe. Comprendre qu’on est ici loin des « angles sportif et touristique que peuvent avoir les autres magazines que l'on connaît sur le monde alpin » nous explique son rédacteur en chef Pascal Kober dans les bureaux grenoblois de la maison d’édition Glénat qui porte le projet. Voilà pour les intentions. Mais encore ? « C’est une revue européenne – on y tient – trimestrielle pour laquelle on ne va pas chercher que des contributeurs journalistes mais aussi – surtout – des savants, des chercheurs, des universitaires ainsi que des écrivains ou des créateurs comme Cavanna, Robert Doisneau voire Lætitia Casta ! C’est donc une revue très exigeante au niveau du contenu, avec en plus un gros travail sur l'iconographie pour aller au-delà du décor de carte postale que l'on a l'habitude de voir sur ce genre de sujet. » La preuve dans ce numéro 83 avec une réflexion sur l’avenir des Alpes proposée par un professeur de géographie de l’université de Genève, un dossier sur le rappor

Continuer à lire

« Le son français s’exporte très bien »

MUSIQUES | Alzy Trio, formation grenobloise férue de jazz et de bossa nova, se produira le vendredi 7 février à la salle du Laussy. Pascal Kober, bassiste et chanteur du groupe, nous en dit un peu plus. Guillaume Renouard

Aurélien Martinez | Mardi 4 février 2014

« Le son français s’exporte très bien »

Le 7 février, la salle du Laussy, à Gières, résonnera au son des accords de Bossa Nova. Alzy Trio, formation composée comme son nom l’indique de trois passionnés de jazz, s’y produira pour un concert composé de deux sets de 45 minutes. Les Grenoblois, qui grattent ensemble depuis bientôt douze ans, y joueront notamment de nombreux morceaux issus de leur dernier album A French songbook, paru fin 2011. « C’est un petit clin d’œil au célèbre American song book, qui rassemble les standards des grands du jazz américains, Gershwing et Duke Ellington en tête » explique Pascal Kober, bassiste et chanteur du groupe. « Or, le son français s’exporte très bien, lui aussi. Certains morceaux sont joués par des jazzmen du monde entier, comme La chanson de Maxence, écrite par Michel Legrand pour la bande originale des Demoiselles de Rochefort de Jacques Demy, ou encore Que reste-t-il de nos amours, de Charles Trenet, reprise plusieurs fois outre-Atlantique sous le titre I wish you love. »

Continuer à lire