Olivier Poizac : « Ma façon de critiquer la société, c'est de poser sur la toile »

Exposition | Avec son "Guérisseur de cathédrales", titre emprunté à l'auteur de science-fiction Philip K. Dick, Olivier Poizac donne à voir le monde par le prisme d’une réalité picturale éclatée. Sa figuration flirte ainsi avec une vision surréaliste marquée par le pixel, et sa peinture narrative se confronte à des questions de société. À l’occasion de son exposition à l’Espace Vallès, nous l'avons rencontré.

Charline Corubolo | Mardi 6 février 2018

Photo : Guillaume Pigelet


Vous avez travaillé un temps dans le domaine du jeu vidéo. Il y a des réminiscences de ce passé dans votre peinture avec des formes "pixellisées" qui côtoient une figuration plus réaliste. Pourquoi ce mélange d'esthétiques ?

Olivier Poizac : Ma formation de départ, c'est la peinture ; j'ai fait les Beaux-Arts. C'est le pinceau qui m'a mené au pixel. J'ai continué avec une école d'arts graphiques pour ensuite travailler dans le domaine du jeu vidéo. Mais lorsque c'est vraiment devenu une industrie, j'ai changé mon fusil d'épaule et suis revenu à la peinture.

J'ai du coup gardé certains codes graphiques de cette période que je ne renie pas. Au contraire, j'en suis plutôt content parce c'est une forme de modernité : les "low polygones", les objets avec beaucoup d'angles… D'ailleurs, on observe aujourd'hui ce même chemin inverse dans la sculpture contemporaine.

La forme de vos tableaux est imprégnée de votre expérience, mais le fond aussi notamment lorsque vous évoquez la religion. Vos toiles sont une sorte d'introspection personnelle ouverte sur des questions de société – les jeunes aujourd'hui, les migrants… Comment s'opère ce transfert du personnel au collectif ?

Je n'imagine pas être un personnage à part. J'appartiens à une société et, pour moi, c'est important d'être inclus dedans. Ce n'est pas parce que je fais un métier où je suis enfermé dans mon atelier que je n'ai pas envie d'être intégré. Comme tout le monde, j'ai un regard plus ou moins critique sur ce qui se passe. Et ma façon de critiquer, entre guillemets, c'est de poser sur la toile.

D'ailleurs, comme j'ai une culture d'anticipation grâce à des auteurs comme Philip K. Dick et George Orwell, j'ai tendance à mettre en perspective ce que je vois arriver et ce que j'ai lu quand j'étais gamin. K. Dick et Orwell sont deux piliers de l'anticipation et, malheureusement, il y a une sorte de clairvoyance dans leurs écrits, la société ayant tendance à virer vers cette partie obscure. La peinture, c'est un moyen pour m'exprimer moi aussi et ainsi participer à faire ralentir cette dérive.

Malgré la contemporanéité de vos tableaux, il y a une dimension "peinture traditionnelle". Pourquoi conservez-vous cette sorte de classicisme pictural ?

J'ai vécu la destruction de la peinture quand j'étais aux Beaux-Arts. Je suis de la génération à qui l'on a dit que la peinture n'existerait plus, qu'on n'en parlerait bientôt plus… Je n'aime pas vraiment l'académisme, mais la représentation classique est quelque chose de naturel pour moi.

Quand je dessine, ce sont toujours des personnages réalistes. J'aime bien utiliser une sorte d'académisme moderne qui tend vers le figuratif mais j'essaie de lui donner un peu de pêche. Je ne pousse pas le truc, c'est naturel.

La figuration que vous convoquez verse toutefois dans le surréalisme : vos mises en scène et vos personnages sont dans une réalité distanciée. Pourquoi jouer sur cette altérité du vrai, ce travestissement de l'Homme ?

Je ne suis pas sûr que ça soit du travestissement, je pense que c'est une mise en abyme. L'idée c'est : comment en image représenter une pensée. C'est pour ça qu'il y a une scénographie, qu'il y a effectivement un travail un peu compliqué qu'on peut rapprocher du surréalisme mais pour moi, c'est presque de la mise en scène. J'essaie d'exprimer une pensée par une image. Je trouve ça important que la personne se dise : mais qu'est-ce qui a pu lui passer par la tête, qu'est-ce qu'il a voulu dire et qu'est ce que ça me dit à moi ? Qu'on se retrouve de cerveau à cerveau.

Je n'ai aucunement envie de représenter la société telle quelle. Par exemple, je suis un grand fan du peintre Lucian Freud justement parce qu'il y avait une interprétation, tandis que le portrait classique ne m'intéresse pas. Je pense que ça appartient au passé.

Vous présentez actuellement votre travail à l'Espace Vallès de Saint-Martin-d'Hères. L'exposition s'intitule Le Guérisseur de cathédrales. Quelle est sa genèse ?

C'est un tableau et un événement. Le tableau, c'est le personnage avec l'église à côté de lui que j'ai nommé après coup Le Guérisseur de cathédrales ; et l'événement, ça a été la mort de mon père qui est survenue quelques mois après que j'ai su que j'allais exposer à l'Espace Vallès.

Je me suis posé la question du pourquoi j'avais fait ce tableau, avec cet homme grand et cette église à côté. En faisant un travail de retour en arrière, je me suis rappelé que j'avais lu ce livre, Le Guérisseur de cathédrales de Philip K. Dick, quand j'étais adolescent et qui traite de l'homme face à la religion, face aux manipulations des peuples… Le livre m'est revenu en tête et j'ai trouvé le fil rouge de l'exposition. Certains tableaux existait déjà et d'autres ont été faits pour l'exposition, notamment la série de grands portraits.

Le Guérisseur de cathédrales
À l'Espace Vallès (Saint-Martin-d'Hères) jusqu'au samedi 17 février


Le Guérisseur de cathédrales

D'Olivier Poizac
Espace Vallès 14 place de la République Saint-Martin-d’Hères
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Peintures pour cible

ARTS | Pour la première exposition de l’année de ses 30 ans, l’Espace Vallès réunit trois peintres familiers du lieu. Une exposition qui joue sur les rapprochements et glissements possibles entre leurs pratiques, ayant en commun une grande maîtrise des effets picturaux.

Benjamin Bardinet | Mardi 28 janvier 2020

Peintures pour cible

Thierry Carrier, Olivier Poizac et Sébastien Layral affectionnent tous trois une technique picturale qui oscille entre le désir de jouer des effets propres au médium (coulures, brossage, touche...) et un traitement quasi hyperréaliste des sujets. C’est particulièrement le cas dans le travail de Thierry Carrier dont l’identité des personnages portraiturés est souvent troublée par un léger flou. Immergées dans d’austères environnements désolés prenant parfois la forme d’un fond non-figuratif de matière picturale, ces personnages semblent saisis dans une action aussi énigmatique que la temporalité est incertaine. Une dimension étrange que l’on retrouve chez Olivier Poizac dont les scènes représentées basculent parfois dans un surréalisme fantastique intrigant. Un homme affublé d’une veste "no future" toise un cheval tandis qu’autour d’eux une sarabande de petits personnages a tout l’air de se moquer d’un hiératique membre du Ku Klux Klan et d’un groupe de processionnaires catholiques encapuchonnés. Une association libre dont on peut imaginer qu’elle interroge certaines réalités du monde contemporain : l’entremêlement des questions identitaires et religieuses, notre rapport à la nat

Continuer à lire

Olivier Poizac : le bâtisseur de narration

Exposition | Le peintre expose jusqu'au 17 février à l’Espace Vallès de Saint-Martin-d’Hères.

Charline Corubolo | Mardi 6 février 2018

Olivier Poizac : le bâtisseur de narration

Après avoir grandi sur un territoire marqué par la religion, s’être imprégné de la littérature d’anticipation et fait ses premières armes professionnelles dans le jeu vidéo, Olivier Poizac construit aujourd’hui une peinture narrative éparse, nourrie par ses éclats de vie passée. Une picturalité qui explore de multiples esthétiques où la figuration emprunte une voie surréaliste parsemée de pixels, mélangeant des codes classiques à une imagerie moderne. Dans l’espace de la toile, l’artiste interroge notre société contemporaine en injectant des réminiscences personnelles dans les interstices mystérieux de la composition. Inspirée par le livre Le Guérisseur de cathédrales de Philip K. Dick, son exposition du même nom convoque des figures iconiques, presque totémiques, pour questionner la religion, la jeunesse, les migrants, l’homme et la femme dans leur environnement, l’évolution de nos systèmes et ses mutations… Au rez-de-chaussée de l’Espace Vallès se déplo

Continuer à lire