"Heurs et malheurs de Louis XVII, arrêt sur images" : petit roi, grande histoire

Exposition | L’exposition "Heurs et malheurs de Louis XVII, arrêt sur images" du Musée de la Révolution française de Vizille donne à voir les différentes représentations artistiques du fils de Louis XVI et Marie-Antoinette mort à dix ans. Visite guidée avec Alain Chevalier, directeur du musée.

Alice Colmart | Mardi 3 juillet 2018

« Fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette, mort à l'âge de 10 ans dans la prison du Temple, Louis XVII a attiré les fantasmes de beaucoup d'artistes » : voilà comment Alain Chevalier, directeur du Musée de la Révolution française de Vizille, présente l'exposition Heurs et malheurs de Louis XVII, arrêt sur images. Glorifié en tant qu'héritier du trône, mis en avant comme martyr... : les représentations du « petit roi » ont ainsi fortement évolué à travers le temps.

Du personnage incarnant l'avenir, que met par exemple en avant un tableau de Charles-Paul Landon issu du Musée de Grenoble, il devient après sa mort « un enfant de la prison », comme le montre une sculpture en marbre le représentant nu, enchaîné, « pour souligner la dimension sacrificielle de son court règne ». Ensuite, de 1830 à 1848, les peintres romantiques se saisissent de son image, comme Émile Mascré avec le tableau Capet lève-toi ! qui propose une vision de l'enfant blafard, dénudé. « Une création contre-révolutionnaire d'abord interdite, qui émeut et fait même penser aux Misérables de Victor Hugo » pour Alain Chevalier.

Jusqu'au Japon

Sous la IIIe République, la représentation de Louis XVII en prison ne fait plus peur comme en témoigne une planche datant de 1908 dans laquelle l'illustrateur républicain Job « fait de l'enfant l'archétype de l'enfance maltraitée, un sujet encore actuel ». Et cette fascination pour le jeune roi dépasse même les frontières puisqu'en 1972, les mangas japonais popularisent son histoire avec La rose de Versailles de Riyoko Ikeda, « le manga pour jeunes filles par excellence ».

Dernier point sur lequel insiste l'exposition, l'importante représentation du jeune homme au cinéma, comme par exemple dans le fameux Marie-Antoinette (2006) de Sofia Coppola.

Heurs et malheurs de Louis XVII, arrêt sur images
Au Musée de la Révolution française de Vizille jusqu'au lundi 1er octobre


Heurs et malheurs de Louis XVII, arrêt sur images


Musée de la Révolution Française Place du château Vizille
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Vizille : Révolution française mon amour

ESCAPADES | Le seul musée au monde consacré à la Révolution française se situe en Isère, à Vizille. Logique : c’est ici qu’en 1788 se déroula la réunion des états généraux du Dauphiné. 200 ans (et des poussières) plus tard, on fait le tour du propriétaire.

Tiphaine Lachaise | Mardi 5 juillet 2016

Vizille : Révolution française mon amour

Parmi les dix musées gérés par le département de l’Isère, le plus visité est celui de la Révolution française situé à Vizille. Si le magnifique domaine (dont un immense parc) accueille chaque année quelque 800 000 visiteurs, plus de 60 000 viennent pour le musée et le centre de recherche. Créée en 1983 dans la perspective du bicentenaire de 1989, la collection du musée s’est étoffée d’année en année. Dans un premier temps via un fonds propre au château, mais aussi en puisant dans les différentes collections nationales et départementales, ainsi que grâce aux dépôts et autres dons de particuliers. Aujourd’hui, il est ainsi difficile de dénombrer le nombre exact de pièces présentées. Qu’importe : pour le directeur du musée Alain Chevalier, annoncer un chiffre serait contre-productif puisqu’« un objet de petite taille vaut autant qu’un tableau de huit mètres sur dix… Alors que la proportion n’est pas égale ». Il suffit d’entrer dans le musée pour se rendre compte de cette profusion d’œuvres de styles, de tailles et de genres différents. Évidemment, la première, « c’est le château lui-même

Continuer à lire