"Allons voir la mer avec Doisneau" : les gens de la mer

Exposition | "Allons voir la mer avec Doisneau" : voilà ce à quoi nous invite le Couvent Sainte-Cécile des éditions Glénat avec cette exposition centrée sur les clichés savoureux que cette figure majeure de la photographie d'après-guerre a réalisés sur le littoral français. Une proposition réussie, notamment niveau scénographique, qu’on a visitée et dont on a causé avec sa commissaire d’exposition.

Benjamin Bardinet | Mardi 16 octobre 2018

Réalisée en collaboration avec l'Atelier Robert Doisneau dont la mission est de valoriser et faire vivre les archives du photographe, l'exposition Allons voir la mer avec Doisneau a pour ambition de mettre en lumière une facette méconnue de la production du fameux photographe français né en 1912 et mort en 1994. La mer n'est effectivement pas le sujet de prédilection de ce natif de la banlieue parisienne, mais il s'avère que de nombreux reportages et commandes publicitaires l'ont amené à tourner son objectif vers ce territoire dont on peut constater avec enthousiasme qu'il fut stimulant.

La première salle du parcours a le mérite de dévoiler quelques clichés assez inattendus : une vue sous-marine, une série documentaire sur les épaves et quelques photographies très graphiques (une minuscule embarcation perdue au milieu d'une mer infinie, la découpe d'un canyon en contre-jour...) ; avant de nous amener vers un parcours présentant des clichés plus fidèles à ce que l'on connaît de Robert Doisneau.

Marmots rigolards et minettes ingénues

Intitulé « À pied, au chalut et à la ligne », un premier ensemble d'images est consacré à la pêche sous toutes ses formes et nous rappelle l'intérêt du photographe pour les métiers et les loisirs de la France d'alors. Le second ensemble, « Tourisme, plage et crustacés », porte quant à lui sur le développement du tourisme balnéaire pendant les Trente Glorieuses. On y retrouve tout ce qui a fait la gloire et qui contribue au charme (agaçant parfois) des photographies de Doisneau : des moments de bonheur simples et familiaux avec son lot de marmots rigolards, de mamans aimantes et de minettes ingénues... Bref, des sujets toujours "trop contents d'être là".

On appréciera également quelques saynètes humoristiques que ne renierait pas le cinéaste Jacques Tati : tandis que sa femme le photographie, un homme endormi sur un transat se fait gentiment embarquer par la marée montante ; un prestidigitateur donne un spectacle face à un unique spectateur comme s'il avait fait disparaître tous les autres… L'ensemble est porté par des tirages argentiques de grande qualité (une petite pièce de l'exposition insiste sur cet aspect) et une scénographie "balnéaire" ponctuée de bandes colorées.

Des photographies qui parlent... de photographie

Comme souvent donc chez ce photographe humaniste, "tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes", et l'exposition le prouve. Lorsqu'il s'intéresse aux pêcheurs, ce n'est certainement pas pour évoquer la rudesse de leurs conditions de travail (ils ont quasiment toujours le sourire aux lèvres), mais bien pour valoriser la beauté de ces gestes ancestraux transmis de générations en générations. Il est ainsi nécessaire bien sûr de recontextualiser ces images et de comprendre qu'au sortir de la Seconde Guerre mondiale (dont il n'est fait allusion que pour dire qu'elle est terminée), le public était alors demandeur de photographies légères qui réconciliaient l'Homme avec lui-même.

Toutefois, on peut regretter que l'exposition ne pousse pas plus loin la réflexion sur la manière dont l'environnement balnéaire permet à Doisneau d'engager une réflexion sur les spécificités des images photographiques. En effet, on constate tout d'abord de nombreux clichés consacrés aux photographes amateurs en villégiature ; de même, le travail des pêcheurs qui le passionne semble bien être une manière de faire écho à sa propre pratique – il se définissait comme un « pêcheur d'images ». Enfin, il est très curieux d'observer l'intérêt récurrent qu'il porte pour les effets de gémellité et de multiples – enfants habillés à l'identique, jeunes filles qui semblent des variations infinies d'un même model publicitaire... Ne serait-ce pas une façon inconsciente d'évoquer la reproductibilité propre aux images photographiques, et plus particulièrement aux siennes, destinées à être diffusées en masse dans la presse ?

Allons voir la mer avec Doisneau
Au Couvent Sainte-Cécile du mercredi 17 octobre au samedi 19 janvier


« Une vision humaniste du littoral »

3 questions à la commissaire d'exposition Angelina Meslem. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Comment est né le projet Allons voir la mer avec Doisneau ?

Angelina Meslem : Il est né au moment d'un précédent projet d'édition, Les Alpes de Doisneau, qui avait été mis en place par les Éditions Glénat [avec une exposition en 2012 au Musée de l'Ancien Évêché – NDLR]. À cette époque, en faisant des recherches, l'éditrice Isabelle Fortis s'était rendu compte qu'il y avait quelque chose à faire sur la mer : une découverte qui prouve la richesse de l'œuvre de Doisneau !

Alors qu'il est mort en 1994, on a encore beaucoup de facettes de lui à découvrir comme il a réalisé tout au long de sa vie de nombreuses photographies à la fois pour la publicité, pour la presse ou pour son plaisir – dans le cadre de sa vie de famille, de ses loisirs…

Dans l'exposition ressort bien l'approche humaniste de Doisneau…

Oui. C'est d'ailleurs l'un des photographes les plus connus du courant de photographie humaniste, créé de manière intellectuelle par la critique – elle parlait de réalisme poétique – et qui regroupe de grands noms comme Willy Ronis, Sabine Weiss, Izis…

Tous ces photographes avaient pour préoccupation de montrer les activités humaines : c'est justement ce que l'on trouve dans l'exposition avec la présentation du travail de pêcheurs ou encore la façon dont les Français investissaient ce nouveau territoire de loisir qu'était la plage. Avec Doisneau, on avait vraiment une vision humaniste de ce littoral beaucoup plus que de simples paysages maritimes.

Comment expliquer qu'aujourd'hui, alors que la photographie a connu de nombreuses évolutions, Robert Doisneau soit toujours un nom qui parle autant au grand public ? La nostalgie d'une certaine époque ?

Je ne peux pas forcément l'expliquer, mais c'est magique ! D'ailleurs, Doisneau est, avec Henri Cartier-Bresson, l'un des deux photographes français les plus connus à l'étranger. Après, oui, il y a certainement, dans son succès constant, cette idée de nostalgie très forte. Sur les photographies de Doisneau, notamment celles sur le littoral et la plage, on retrouve plutôt des moments heureux où tout se passe bien…


Allons voir la mer avec Doisneau

80 photographies de Robert Doisneau sur le thème de la mer
Couvent Sainte-Cécile 37 rue Servan Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les sept expositions qui vont rythmer la saison grenobloise

Panorama de rentrée culturelle 2018/2019 | Avec de la photographie, du graphisme, de l'art contemporain, de l'égyptologie ou encore des sciences de l'univers.

La rédaction | Mardi 25 septembre 2018

Les sept expositions qui vont rythmer la saison grenobloise

Les Mondes inconnus Intrigante sur le papier cette exposition baptisée Les Mondes inconnus que l'on pourra découvrir à la Casemate (le Centre de culture scientifique, technique et industrielle de Grenoble), au Muséum et à l’Observatoire des sciences de l’univers de Grenoble (sur le campus). Une triple proposition qui a pour but de faire découvrir au public (et notamment aux plus jeunes) les mystères des sciences de l'univers via, à ce qu'on nous en a dit, une scénographie ludique et interactive – comme, par exemple, un voyage dans une fusée ! Plus d'infos mi-octobre, dès que nous aurons visité tout ça. À la Casemate, au Muséum et à l'Osug du samedi 13 octobre au dimanche 28 juillet Allons voir la mer avec Doisneau De Robert Doisneau (1912 – 1994), figure majeure de la photographie humaniste,

Continuer à lire

Les disciples de Narcisse

ARTS | Exercice de fascination depuis des millénaires, l’autoportrait est bien plus qu’une simple représentation de soi. Tout comme le portrait révèle autant de choses sur le sujet que sur celui qui l’exécute. L'exposition "Vis-à-vis" à la Bibliothèque centre-ville dévoile un ensemble de (auto)portaits remarquables avec notamment des grands noms de la photographie comme Robert Doisneau, Denis Roche, Patrick Tosani...

Charline Corubolo | Mardi 24 novembre 2015

Les disciples de Narcisse

Si, théoriquement, les premiers autoportraits ont été réalisés en peinture, ceux actuellement exposés à la Bibliothèque centre-ville relèvent de la photographie. Vis-à-vis, en marge de l’événement (terminé le week-end dernier) consacré à Vivian Maier, présente une exposition collective de photographes adeptes de cette représentation de soi par l’image, clichés issus de la collection de l’Artothèque de Grenoble. Un exercice de projection qui, au fil des âges, s’est diversifié pour offrir de nouvelles formes et des esthétiques renouvelées. En ouverture de ce panorama, Jing Wang (re)montre ses autoportraits scénarisés renversant la prise de vue. S’en suit un panel dense qui met en lumière les diverses approches de cette application. Samuel Fosso s’immortalise de face mais grimé en quelqu'un d’autre, quand Patrick Tosani et Dieter Appelt brouillent la photographie aux moyens de flous et de superposition

Continuer à lire

Vacances à la neige

ARTS | Doisneau, grand et fameux photographe français, a plus d’un tour dans son sac… Le Musée de l’ancien évêché a ainsi déniché plus d’une centaine de clichés effectués dans ce qui fait la fierté de notre région : les Alpes. Un parcours ni transcendant, ni très excitant, mais dont l’intérêt pour les amoureux de Doisneau ou des montagnes est indéniable ! Laetitia Giry

Laetitia Giry | Vendredi 16 novembre 2012

Vacances à la neige

On connaît bien Robert Doisneau pour ses photos de Paris : de ses amoureux à ses travailleurs, de ses parcs à ses rues… Tout un folklore qui explique à la fois sa renommée mondiale et la tendresse générale éprouvée par les Français à son égard. D’abord illustrateur pour des magazines, comme le montre la série effectuée pour le magazine Vogue – amusantes prises de vue de mannequins bien réelles, pas encore déformées par les facéties de Photoshop –, il fut surtout un "reporter photographe" et un expérimentateur gourmand. L’exposition Les Alpes de Doisneau nous propose un parcours plus intime, dans le sens où nous découvrons là des photos de vacances, d’amis, prises à l’époque où il n’était pas un artiste célébré mais un producteur d’images à la commande. Regarder partout Lui qui se considérait comme un artisan (et nous le rejoignons assez sur ce point), refusait tout sec une quelconque réflexion sur son travail ; l’une de ses filles rapporte ainsi ses propos : « Si tu fais des images, ne parle pas, n’écris pas, ne t’analyse pas, ne réponds à aucun questionnaire. Suggérer, c’est créer, décrire c’est détruire. » Entre les années 1930 et 1

Continuer à lire

Photos anciennes et pierres illustres

ARTS | Chaque année, un petit tour parmi les programmations des musées départementaux nous semble indispensable. Garants de la préservation et de la mise en valeur (...)

Laetitia Giry | Mardi 25 septembre 2012

Photos anciennes et pierres illustres

Chaque année, un petit tour parmi les programmations des musées départementaux nous semble indispensable. Garants de la préservation et de la mise en valeur du patrimoine, ils présentent un peu partout dans le département de l’Isère des collections permanentes nichées au sein de lieux historiques : la maison du peintre Hébert pour le musée du même nom, la crypte Saint-Laurent pour le Musée archéologique… Des lieux vibrants d’un passé que des expositions temporaires viennent éclairer régulièrement. Au musée de la Résistance, Justes de l’Isère se proposera de faire honneur à ceux qui ont aidé les Juifs pendant la Seconde guerre mondiale. Avec, comme d’habitude, la salutaire ambition de saluer le courage là où il existe, célébrer ceux qui le méritent pour ne pas oublier (rendez-vous le 23 novembre). Les photographies d’époque occupent bien souvent une place de choix dans ces musées, le mois de novembre ne fera pas mentir cette assertion avec Chambre noire pour amateurs éclairés, présentation de la collection photographique de Flandrin, peintre du XIXe siècle que l’on découvrira donc sous un autre jour. Les Alpes de Doisneau au musée de l’ancien évêché ser

Continuer à lire