Julien Beneyton ou le souci du détail contemporain

Exposition | Avec une sélection de tableaux balayant les vingt premières années de la carrière de Julien Beneyton, peintre quarantenaire né à Échirolles et aujourd’hui installé à Paris, l’exposition "Retour vers le futur" du Vog présente l'univers singulier d’un artiste qui fait cohabiter cultures populaires et tradition picturale.

Benjamin Bardinet | Mardi 11 décembre 2018

Si Maurice Utrillo était né un siècle plus tard, il aurait tout à fait pu peindre La rue Jules-Cloquet, tableau qui nous accueille en ce moment au Vog. Car Julien Beneyton (qui l'a réalisé) partage avec son aîné, figure majeure de la scène artistique montmartroise de l'entre-deux-guerres, une même fascination pour les pavés déglingués, les murs de guingois et tout ce qui caractérise le versant populaire du XVIIIe arrondissement parisien – quartier où tous deux ont vécu. Datée de 1999, cette œuvre, la plus ancienne de l'exposition, annonce la couleur : qu'il soit à New York, Paris ou Oujda, Julien Beneyton a un attrait pour les quartiers populaires et la vitalité de leurs cultures.

Réalisé en 2013, le panorama intitulé Oujda présenté plus loin s'inscrit également dans cette veine, en témoignant par ailleurs de l'évolution notable du style du peintre. L'apparente maladresse des débuts laisse ainsi place à une touche picturale d'une grande précision qui permet de scruter intensément la représentation : notre regard peut tout autant examiner les poils de barbe des personnages au premier plan que déceler les taches d'humidité sur les murs des bistrots en arrière-plan.

Au-delà du réel

Pour obtenir une telle profusion de détails, Beneyton s'appuie sur des centaines de photographies qui lui permettent d'amplifier sa saisie du réel au point que, dans ces scènes de rue, chaque personnage est méticuleusement portraituré. Évoquant tour à tour Maurice Utrillo, donc, ou le réalisme des maîtres flamands (par ce souci du détail), l'artiste se nourrit des peintres du passé pour traiter de la culture populaire contemporaine, rendant simultanément hommage au cinéaste Robert Zemeckis (à qui l'exposition emprunte le titre de sa fameuse trilogie) et à Charles Baudelaire en appliquant l'injonction faite par le poète aux peintres modernes de « tirer l'éternel du transitoire ».

Une exposition riche qui, en bonus, et en guise de respiration dans le couloir du Vog, propose également un amusant triptyque de très petits formats sur la résurrection d'une tortue prénommée Ninja et une mini-installation en trompe l'œil. Ouvrez le vôtre !

Julien Beneyton – Retour vers le futur
Au Vog (Fontaine) jusqu'au samedi 2 février
Rencontre avec l'artiste vendredi 21 décembre à 19h


Julien Beneyton

"Retour vers le futur" peint des femmes et des hommes dans leur environnement
Le VOG 10 avenue Aristide Briand Fontaine
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Accrochage dialogique

ARTS | Tout simplement intitulée "Dialogues", l’exposition qui marque la réouverture du musée Géo-Charles propose de faire converser le travail de quatre artistes ainsi que celui des étudiants de l’ESAD avec les œuvres de la collection du musée. Sympathique.

Benjamin Bardinet | Mercredi 9 juin 2021

Accrochage dialogique

Les entraîneurs d’équipe de football et les commissaires d’exposition partagent en commun de devoir tirer le meilleur d’un collectif en favorisant le dialogue entre ses membres – les joueurs pour les premiers, les artistes pour les seconds. La nouvelle exposition du musée Géo-Charles (farfelu poète féru de sport) invite précisément des artistes contemporains à choisir parmi la collection du musée des œuvres avec lesquelles ils souhaiteraient jouer le temps d’un accrochage – un peu comme si on offrait l’occasion à Mbappé de faire équipe avec Platini. Au rez-de-chaussée, l’exercice est proposé aux étudiants de l’ESAD qui, par le biais de dispositifs ou d’installations tour à tour poétiques, politiques ou ironiques, font des propositions amusantes. Autant d’occasions de redécouvrir certaines pièces de la collection : les galets-poèmes de Géo-Charles, les dessins et jeux pour enfants de Monteiro ou les gravures de Masereel. Rapprochements et face-à-face À l’étage, ce sont quatre artistes invités qui jouent le jeu de l’accrochage dialogique. Le peintre et bédéiste Jean-Marc Rochette expose ses imposantes parois picturales à proximité de deux photographies que to

Continuer à lire

Julien Beneyton, peintre à contre-courant

ARTS | Profondément ancrées dans le quotidien, les peintures hyperréalistes de Julien Beneyton dévoilent une approche peu courante qui célèbre la portée universelle des cultures de niche. Damien Grimbert

Damien Grimbert | Mardi 28 avril 2015

Julien Beneyton, peintre à contre-courant

Paradoxale, l’œuvre de Julien Beneyton l’est à plus d’un titre. Par son exécution déjà : virtuose, ouvertement figurative et axée sur le détail « au point d’en être presque indigeste » comme s'en amuse l’intéressé, elle se situe à l’exact opposé de la culture de l’abstraction et du conceptualisme si souvent prégnante dans l’univers de l’art contemporain. Surprenants également, les microcosmes culturels dépeints dans les tableaux de l’artiste, qui là encore n’ont que trop rarement leur place sur les murs des musées : scènes de rue du quartier de Château Rouge, dans le 18e arrondissement parisien, stars du hip-hop new-yorkais, pêcheurs mauritaniens, éleveurs bovins du limousin… ou encore amis de longue date avec lesquels Julien Beneyton a partagé son adolescence à Échirolles dans les années 90, sujet de son exposition en cours dans les murs du Musée Géo-Charles. « Génération cassettes audio et vidéo » Mais plus encore que son exécution ou le choix de ses sujets de prédilection, ce qui fascine le plus dans le travail de l’artiste, c’est sans doute le regard qu’il porte sur

Continuer à lire

Futur, plus que parfait

ECRANS | Revoir Retour vers le futur, c’est croquer dans une madeleine cinéphile des années 80 ; c’est aussi voir en quoi son réalisateur Robert Zemeckis y préparait (...)

Christophe Chabert | Lundi 23 juin 2014

Futur, plus que parfait

Revoir Retour vers le futur, c’est croquer dans une madeleine cinéphile des années 80 ; c’est aussi voir en quoi son réalisateur Robert Zemeckis y préparait avec son scénariste Bob Gale ce qui allait devenir un champ d’expérimentation dans les décennies suivantes. Marty MacFly est un ado normal, beau gosse qui fait du skate et de la guitare, et qui tente d’échapper à la lose familiale (un père sans charisme et une mère alcoolique) en se réfugiant auprès d’un savant un peu fou. Celui-ci a construit une De Lorean à remonter le temps et, lors d’un test qui tourne mal, Marty se retrouve trente ans en arrière, au moment où son futur père doit rencontrer sa future mère. Zemeckis utilise le paradoxe temporel comme une porte ouverte à la duplication des corps, à leur remodelage et à leur télescopage. Au cœur de Retour vers le futur, on trouve ainsi une photo qui s’efface au fur et à mesure où Marty intervient dans le passé et modifie son présent – son visage puis son corps disparaissent. Plus encore, son passage dans l’Amérique 50’s idéalisée par le cinéma corrige celle des années 80. De retour chez lui, il retrouve sa famille reaganisée et triomphante : pensan

Continuer à lire