Saisissante Sicile avec Claudio Argentiero et Giuseppe Leone

Expositions | Les Rencontres franco-italiennes de la photographie proposent de temps en temps, à Grenoble, des expositions qui méritent l’attention des amateurs. C’est le cas en mai avec la présentation dans deux lieux du travail de deux photographes qui ont pour point commun de porter leur regard sur la Sicile.

Benjamin Bardinet | Mardi 14 mai 2019

Photo : Giuseppe Leone


Deux photographes, deux univers. Dans les images de Claudio Argentiero, ruines abandonnées, zones urbaines périphériques, usines et terrains agricoles se juxtaposent et dévoilent une vision singulière de l'île. Certains clichés violemment contrastés jouent des possibilités de l'infrarouge qui, dans des photographies en noir et blanc, fait basculer le vert des éléments naturels en un blanc immaculé donnant l'illusion que le sol est couvert d'une troublante mousse moutonnante.

Giuseppe Leone, quant à lui, livre des photographies inspirées par la littérature sicilienne. Pas la peine de connaître les auteurs auxquels il fait allusion pour apprécier ses œuvres d'un classicisme classieux. Datant, pour la majorité, des années 1960-1970, elles nous plongent dans une Sicile profondément rurale et encore très traditionnelle où l'on croise des paysans à dos d'âne mais peu de femmes, et dans laquelle l'apparition d'un train à vapeur semble comme une fulgurance moderne.

Sicile : signes et géométrie du paysage (Claudio Argentiero)
À la Galerie Ex-Nihilo jusqu'au samedi 1er juin

Sicile : textes en lumière (Giuseppe Leone)
À la Maison de l'international jusqu'au mercredi 29 mai


Sicile : signes et géométrie du paysage

Photographies de Claudio Argentiero
Galerie Ex-Nihilo 8, rue Servan Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


Sicile : textes en lumière

Photographies de Giuseppe Leone
Maison de l'International 1 rue Hector Berlioz Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Photo obsession franco-italienne

ARTS | Les Rencontres franco-italiennes de la photographie amorcées le mois dernier se poursuivent brillamment jusqu'à la fin octobre avec une programmation off. L'assocation Surexpose qui les porte, en étroite collaboration avec l'Italie, met en lumière le talent photographique d'artistes italiens dans six lieux du centre-ville de Grenoble. Place aux présentations.

Charline Corubolo | Mardi 18 octobre 2016

Photo obsession franco-italienne

Ugo Panella, regards d'Afghânes Plus qu'un photoreportage, Ugo Panella donne à voir dans ses images, à la portée documentaire, la force et la douceur des femmes, par qui le changement semble aujourd'hui possible en Afghanistan. Les photographies qui s'affichent sur les murs de la galerie la Vina prennent naissance dans cette rencontre humaine. S'intéressant pour cette série au micro-crédit qui permet à certaines femmes de s'en sortir, l'artiste saisit le quotidien à travers un regard, un sourire furtif, sur le visage de plusieurs générations féminines. Un portrait symbolique lumineux, tel un faisceau d'espoir. ________ Raffaele Montepaone, la pureté magnifiée De ses images en noir et blanc emplies de pureté émane une fascination envoûtante. Exposé à la galerie Ex Nihilo,

Continuer à lire

Pluralité du paysage avec le Mois de la photo de Grenoble

ARTS | Porté par la Maison de l’Image, le Mois de la photo amène le paysage entre les murs de l’Ancien musée de peinture et de la Plateforme. Une proposition éclectique qui s’intéresse aux grands espaces comme aux paysages intérieurs grâce à l'Italien Gabriele Basilico et à onze autres photographes, pour une quatrième édition placée sous le signe d’un dépaysement sublimé.

Charline Corubolo | Mardi 27 septembre 2016

Pluralité du paysage avec le Mois de la photo de Grenoble

Fort d’une proposition dense et variée, l’événement annuel de la Maison de l’image se pare d’un nouveau manteau sémantique en cette rentrée 2016. C’est ainsi que se tient jusqu’au 2 octobre le Mois de la photo, avec pour haut lieu la place de Verdun. Investissant l’Ancien musée de peinture et la Plateforme, la manifestation se révèle intelligente et séduisante notamment grâce à la présentation du travail de Gabriele Basicilo (1944-2013). Prenant pour thème le paysage, en résonance avec la 1ère saison de Paysage > Paysages, l’exposition dévoile une quarantaine de clichés de l’Italien pris entre les années 1980 et 1990. Sur petit ou grand format, en noir et blanc, s’exprime alors tout le génie d’un regard qui aimait prendre son temps afin de capter l’essence de la vue, qu’elle soit urbaine ou sauvage. Avec cet éloge à la lenteur du regard, le photographe s’appliquait à mettre u

Continuer à lire