"Picasso, au coeur des ténèbres" : éclats de guerre au Musée de Grenoble

Exposition | Avec cette exposition, l'institution grenobloise, en collaboration avec le Musée Picasso de Paris, nous invite à découvrir une période peu connue de ce monstre sacré de l’art du XXe siècle que fut Picasso. Un passionnant parcours au cœur de six années de création intense qui rappelle qu’il n’est pas toujours nécessaire d’avoir le nez sur les événements pour parler de la guerre.

Benjamin Bardinet | Mardi 8 octobre 2019

Photo : Picasso, Buste de femme au chapeau rayé, 3 juin 1939 ; huile sur toile de jute, 81 x 54 cm ; Musée National Picasso – Paris ; © RMN-Grand Palais - Mathieu Rabeau ; © Succession Picasso 2019 // Picasso, Nature morte au crâne de taureau, 5 avril 1942 ; Huile sur toile, 130 x 197 cm ; Kunstsammlung Nordrhein-Westfalen, Düsseldorf ; Crédit photographique : Walter Klein, Düsseldorf ; © Succession Picasso 2019 / VG Bild-Kunst, Bonn 2019 // Picasso, Femme au chapeau dans un fauteuil, 1941 ; Huile sur toile, 130, 5 x 97, 5 cm ; Kunstmuseum - Bâle ; © Kunstmuseum Basel / Martin P. Bühler ; © Succession Picasso 2019


Pablo Picasso considérait souvent son œuvre comme une sorte de journal intime de sa vie. C'est effectivement ce que le visiteur ressent lorsqu'il découvre Picasso, au cœur des ténèbres (1939 – 1945), proposition pour laquelle le Musée de Grenoble a fait le choix, assez logique, d'un accrochage chronologique. Au fil du parcours, on est invité à progresser dans ces années de guerre que Picasso a passé en France (majoritairement à Paris), interdit d'exposition mais toujours extrêmement productif. Des entrées thématiques ponctuent la visite et permettent de saisir les caractéristiques esthétiques propres à cette période : "La Vie précaire", "La Mort omniprésente", "Créer pour résister"…

Ce qui est particulièrement intéressant, et qu'excelle à nous faire découvrir l'exposition, est le fait que Picasso ne propose jamais d'évocation de la guerre de manière explicite, mais il imprègne son œuvre de l'atmosphère singulière de ces sombres années – une atmosphère étouffante, âpre et inquiétante, faisant écho à l'état d'esprit du peintre espagnol et, bien sûr, à la monstruosité de l'époque.

Ambiance carcérale

Installé dans la capitale française pendant l'Occupation, Picasso fait comme expérience de la guerre celle du quotidien des Parisiens auquel l'exposition fait sobrement allusion par le biais de photographies documentaires qui agrémentent judicieusement le parcours. Plutôt que de s'engager dans une possible représentation de cette guerre, dont, finalement, il ne voit pas grand-chose, le peintre réalise durant toutes ces années, de manière probablement inconsciente, des œuvres qui nous font ressentir la dimension claustrale de la vie dans la capitale occupée.

Le Musée de Grenoble dévoile ainsi de nombreuses natures mortes dénudées et lugubres, ainsi que plusieurs tableaux dans lesquels les figures semblent claquemurées dans des compositions à l'univers carcéral : barreaux, murs distordus, aveugles et gris. Le chef-d'œuvre du genre est certainement L'Aubade dont le sujet, relativement convenu, contraste avec le traitement pictural sans concession : enfermé dans un espace à l'austérité anxiogène, un nu difforme et cadavérique est allongé près d'une joueuse de luth à la rigidité glaçante. Inspiré d'un sujet classique, ce tableau apparaît aujourd'hui comme une métaphore évidente de l'enfermement ressenti alors par les Parisiens.

Art dégénéré régénérant

Une autre caractéristique de la production de cette époque est l'omniprésence de visages distordus, voire complètement difformes, qui donnent le sentiment, un brin angoissant, que Picasso prend un malin plaisir à démonter puis à remonter à sa guise le faciès de ces figures féminines qu'il avait coutume d'appeler « filles en pièces détachées ». Comme si, éminent représentant d'un art considéré comme « dégénéré » par les nazis, Picasso s'emparait de cette dénomination péjorative et la prenait au pied de la lettre pour précisément régénérer sa propre création.

C'est cela dont rend compte, de manière convaincante, cette exposition qui, en ayant fait le choix de se focaliser sur une relativement courte période, permet de mettre au jour toutes les facettes de la création d'un artiste prolifique. Gravures, dessins, sculptures, peintures, projets éditoriaux, mais aussi écriture, assemblages ou papiers déchirés, Picasso semble faire feu de tout bois pour assouvir sa soif d'inventer ! Et, malgré la diversité des œuvres et des styles explorés au cours de cette période, l'exposition, grâce à un accrochage aéré et un parcours particulièrement fluide, réussit à révéler, une fois de plus, l'immense talent de Picasso.

Picasso, au cœur des ténèbres (1939 – 1945)
Au Musée de Grenoble jusqu'au dimanche 5 janvier


Focus

Créer pour résister

Le 5 octobre 1944, Picasso adhère au Parti communiste. Cet acte, largement inspiré par son entourage (le poète Paul Éluard et l'artiste Dora Maar en tête), fut fortement médiatisé à l'époque et contribua à faire de Picasso une figure de la Résistance alors même qu'il n'a jamais participé à celle-ci. Déjà célèbre avant la guerre, Picasso devient alors une superstar médiatique. Son rattachement au PC, très puissant, lui permet de bénéficier d'une visibilité sans égale et achève d'en faire un mythe.

Sollicité par de nombreux quotidiens nationaux et internationaux, Picasso est le seul artiste de l'avant-garde historique à avoir continué, tant bien que mal, à créer tout en participant à la vie culturelle parisienne sous l'Occupation – et c'est là probablement son véritable acte de résistant ! Maltraitant et déformant ces sujets à outrance dans une quête perpétuelle de réinvention formelle, le peintre, durant cette période, semble chercher à défier l'académisme pompeux défendu par les nazis.

Toutefois, il n'y pas que les nationalistes socialistes qui condamnent ces expérimentations formelles radicales : de nombreux visiteurs, choqués par l'exposition que lui consacre le Salon d'Automne en 1944, demanderont à ce que ses œuvres soient décrochées, d'autres lui écriront des lettres d'insultes comme celle présentée dans une des vitrines de l'expo et dont on ne résiste pas à partager le contenu : « Cher Picasso, merde pour vos immondes croûtes. Voici de la merde pris au cul d'une prostituée de 60 ans = vos tableaux »… Espérons pour le musée que les visiteurs grenoblois ne partageront pas cet avis...


Picasso, au cœur des ténèbres (1939-1945)

Exposition consacrée à une des périodes les plus sombres dans la vie de Pablo Picasso, pendant la Seconde Guerre mondiale
Musée de Grenoble Place Lavalette Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les six expositions à ne pas louper cet automne à Grenoble (avec, forcément, Picasso)

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Suivez-nous au Musée de Grenoble, au Centre du graphisme ou encore dans divers musées départementaux.

La rédaction | Mardi 24 septembre 2019

Les six expositions à ne pas louper cet automne à Grenoble (avec, forcément, Picasso)

Picasso, au cœur des ténèbres (1939-1945) Blockbuster en perspective ! Mais attention, si le Musée de Grenoble consacre une exposition à ce monstre sacré de la création du XXe siècle qu’est Picasso, c’est pour se pencher sur une période peu connue et peut-être pas toujours facile à aborder : celle des années de guerre. Pas d’œuvres archi-connues à l’horizon, ni aucune représentation directe de la guerre, mais plutôt une sorte de journal intime et pictural de ces années sombres que le maître espagnol choisit, a contrario de bon nombre d’artistes, de passer à Paris, sous occupation allemande… Au Musée de Grenoble du 5 octobre au 5 janvier Alain Le Quernec, du dernier cri Alain Le Quernec a la particularité d’avoir toujours mené conjointement sa carrière de graphiste à celle de professeur d’arts plastiques. Un goût pour la pédagogie qu’il tient peut-être de sa formation avec un affichiste polonais dont il a suivi la formation et auquel le centre du graphisme a rendu ho

Continuer à lire

Guy Tosatto : « Un musée existe par sa collection »

ARTS | Rencontre avec Guy Tosatto, directeur du musée, pour en savoir plus sur l’objectif d'une collection à l'occasion de l'exposition "De Picasso à Warhol - Une décennie d'acquisitions".

Charline Corubolo | Mardi 12 mai 2015

Guy Tosatto : « Un musée existe par sa collection »

À quoi sert une collection ? Elle sert à donner des repères, c’est constitutif d'un musée. C’est-à-dire qu’un musée n’existe que par sa collection. D’ailleurs, à l’origine, ils ont été créés pour abriter des ensembles d’œuvres à la suite de la Révolution française. On a eu cette chance à Grenoble d'avoir un conservateur au début du XXe siècle qui a ouvert la collection à l’art moderne, ça a été le premier en France : Andry-Farcy. Tous ses successeurs ont emboîté le pas en partant de l’existant. C’est cette matière qui va vous guider. Par ailleurs, une collection, c’est aussi ce qui reste après une exposition temporaire, c’est l’élément stable. C'est à partir de cette collection qu’on peut faire un vrai travail dans le temps auprès de nos publics pour les initier aux formes artistiques, que ça soit l’art ancien ou moderne parce que les œuvres sont là et qu’ils peuvent les retrouver. Une collection ne doit donc pas s'arrêter... Effectivement, une collection doit être en mouvement, il faut qu’elle s’enrichisse en permanence d’où la nécessité des acquisitions, d’essayer d'avoir des dons, de continuer à l’élargir la part

Continuer à lire

Le Musée de Grenoble à la conquête de l'art

ARTS | Ce n'est pas vraiment une exposition qui va de Picasso à Warhol, ni même qui présente dix ans d'acquisitions. Pourtant, "De Picasso à Warhol, une décennie d'acquisitions" illustre toute l'ambition du Musée de Grenoble qui dévoile ainsi les œuvres rentrées dans ses collections depuis 12 ans, de l'art ancien au contemporain, pour un parcours qui raconte un bout de l'histoire artistique. Charline Corubolo

Charline Corubolo | Vendredi 3 juillet 2015

Le Musée de Grenoble à la conquête de l'art

Il y a un côté racoleur dans le titre de la nouvelle exposition du Musée de Grenoble, mais c'est à bon escient. De Picasso à Warhol retrace une dizaine d'années d'acquisitions de l'établissement couvrant une période vaste allant de l'art ancien au XXIe siècle avec pas moins de 150 œuvres. Mais l'intitulé illustre surtout, à travers la figure du cubisme incarnée par Picasso et celle du pop art par Warhol, l'ambition du musée : constituer des collections riches et variées de qualité, au service de l'histoire de l'art. L'exposition, suivant un parcours chronologique dans l'espace temporaire, débute en réalité dans les salles permanentes avec des toiles d'art ancien, dont la pertinence se renforce au contact des autres artistes de l'époque. De Francesco Guarino à Gioacchino Assereto (peintres italiens du XVIIe siècle) en passant par le Français Ary Scheffer pour une ouverture sur le XIXe siècle, une dizaine de pièces environ s'expose pour écrire l'ADN de la peinture. À la fois ludique et pertinente, la déambulation raconte les divers sujets de prédilection alors en vogue à l'époque : vision biblique, scène de genre, témoin du siècle des Lumières. De toil

Continuer à lire

Femme lisant – Pablo Picasso

À la découverte des collections du Musée de Grenoble | [10/ 16] Nos coups de cœur issus des collections permanentes du Musée de Grenoble

Laetitia Giry | Mercredi 17 juillet 2013

Femme lisant – Pablo Picasso

Nom de l’artiste : Pablo Picasso (1881-1973) Titre de l’œuvre : Femme lisant Date de création : 1920 Médium : peinture Mouvement auquel l’intégrer : Cubisme, surréalisme Analyse : Le Musée de Grenoble possède des œuvres représentatives de différentes périodes de la recherche artistique du géant qu’était Picasso. Donné par l’artiste lui-même en 1921, cette Femme lisant est un exemple édifiant de la révolution formelle moderne dont Picasso est l’un des principaux acteurs. L’apport de l’art occidental classique se décèle dans l’apparence de statue grecque donnée à cette femme impassible, muette ; cette base est restructurée à la manière cubiste, avec aplats et cernes découpant les habits du personnage. Volontiers disgracieux, dans ses contours grossiers comme dans ses couleurs ternes, sales, peu aimables, le tableau s’impose comme une pierre de plus apportée à l’édifice de l’art.

Continuer à lire

L'esthétique du collage

ARTS | Jusqu'au 17 février, le Musée de Grenoble présente dans la Tour de l'Isle, Verre, un papier collé de Picasso datant de 1914. Classé comme œuvre patrimoniale (...)

Régis Le Ruyet | Lundi 17 décembre 2012

L'esthétique du collage

Jusqu'au 17 février, le Musée de Grenoble présente dans la Tour de l'Isle, Verre, un papier collé de Picasso datant de 1914. Classé comme œuvre patrimoniale d'importance majeure, il aura fallu près de deux ans de tractations entre le directeur Guy Tosatto et une galerie parisienne pour que ce tableau vienne enrichir le fonds du Musée de Grenoble. Un petit format de 27 sur 25 cm à 750 000 euros, dont l'achat aura été rendu possible grâce à la participation financière, pour les deux tiers, du Club des mécènes du Musée. Exposé dans le contexte de l'ensemble des œuvres cubistes du Musée de Grenoble, ce collage unique témoigne d'une technique où la peinture intègre un élément du réel pour renforcer dans un univers, plane l'impression d'une troisième dimension. Dans la composition bistre et blanchâtre, Picasso trace au fusain sur un papier vergé un ensemble de lignes et d'estompes, sur lequel il rapporte et colle un deuxième papier enduit de gouache blanche, esquissant ainsi la forme du verre. La présence physique d'une épingle utilisée pour fixer la pièce rapportée anticipe quant à elle les futurs ready made de Duchamp. Enfin, par cette acquisition singulière, le Musée de Gr

Continuer à lire

Atomes en peinture

ARTS | La Casemate est le seul musée grenoblois à avoir pour mission de faire le lien entre arts et sciences. Abritant en ce moment même le Fablab (laboratoire (...)

Laetitia Giry | Vendredi 22 juin 2012

Atomes en peinture

La Casemate est le seul musée grenoblois à avoir pour mission de faire le lien entre arts et sciences. Abritant en ce moment même le Fablab (laboratoire d’expérimentation de hautes technologies et ouvert à l’utilisation du public, voir article sur notre site), le lieu accueille également jusqu’au 22 juillet une installation témoignant de la vitalité des collaborations entre les arts et la science. Ainsi, on découvre une colonne qui, sur chacun de ses côtés, expose le projet d’un des artistes ayant profité du projet ISWA (Immersion dans le monde de la science à travers les arts) et d’une résidence au Synchrotron de Grenoble en juillet dernier. Si les œuvres nées de ce projet ne frappent pas spécialement et ne sont pas vraiment honorées par le mode d’exposition choisi, force est d’admettre qu’elles intriguent par leur manière de conception (et sa complexité) : une peinture inspirée d’images tridimensionnelles de fossiles, ou encore une sculpture lumineuse inspirée du concept des molécules. Picasso rencontre Einstein (le nom de l'expo), peut-être, mais déçoit donc

Continuer à lire