"Du dernier cri" : Alain Le Quernec, graphiste rentre-dedans

Exposition | Aussi attaché à sa Bretagne natale qu’à sa liberté de création, Alain Le Quernec est une figure singulière de l’affiche française. Le Centre du graphisme d'Échirolles lui rend hommage à travers une exposition rétrospective qui restitue bien l’énergie créative de l’énergumène.

Benjamin Bardinet | Mercredi 30 octobre 2019

Photo : Benjamin Bardinet


« Affichiste, le mot est démodé. Graphiste, le mot est trop technique. Artiste, le mot est trop prétentieux. Publicitaire, pas d'insulte s'il vous plaît ! » Cette citation d'Alain Le Quernec donne une petite idée du personnage né en 1944 dans le Morbihan. Rentre-dedans, rigolard et un poil agacé par le système capitalo-consumériste dans lequel on se noie, l'homme refuse assez logiquement de travailler pour des entreprises privées et réalise essentiellement des affiches militantes ou à destination de manifestations culturelles.

Formé, entre autres, par l'affichiste polonais Henryk Tomaszewski, Le Quernec a la particularité de n'avoir jamais cessé d'être professeur d'arts plastiques à Quimper. Concilier pédagogie et création lui a permis de nourrir mutuellement ces deux champs, mais également de maintenir une forme d'indépendance et de ne pas être aux abois derrière les contrats juteux.

Les mots au pied de la lettre

Dépouillées mais jamais simplistes, les affiches de Le Quernec s'apparentent à des sortes de collages délicieusement potaches dans lesquels les images jouent avec les mots qu'il aime souvent prendre au pied de la lettre. Ainsi, pour une pièce de théâtre, il symbolise la relation houleuse entre Lily Brik et Maïakovski, deux artistes de l'avant-garde russe du début du XXe siècle, par un tas de briques éclaté en forme de cœur. Irrévérencieux, il joue aussi avec les logos des partenaires institutionnels pour lesquels il travaille. Plutôt que de les caler sagement en ribambelle en bas de l'affiche, il les fait se balader à la surface de ses compositions comme de dérisoires timbres.

Surtout, régulièrement, il s'approprie avec ironie des figures de la peinture classique : un petit Jésus menacé par des mains ombrageuses pour dénoncer la pédophilie ou encore, en 1991, le saint Sébastien du maître de la Renaissance italienne Andrea Mantegna qu'il crible de cigarettes et accompagne de la mention « la pub tue » en détournant le caractère typographique de Marlboro. Un acte comique qui, par la même, interroge l'essentielle de l'activité de son propre corps de métier, à savoir faire de la pub.

Alain Le Quernec, du dernier cri
Au Centre du graphisme (Échirolles) jusqu'au dimanche 26 janvier


Du dernier cri

Rétrospective de l'œuvre graphique d'Alain Le Quernec, affichiste et graphiste
Centre du Graphisme 1 place de la Libération Échirolles
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Les six expositions à ne pas louper cet automne à Grenoble (avec, forcément, Picasso)

Panorama de rentrée culturelle 2019/2020 | Suivez-nous au Musée de Grenoble, au Centre du graphisme ou encore dans divers musées départementaux.

La rédaction | Mardi 24 septembre 2019

Les six expositions à ne pas louper cet automne à Grenoble (avec, forcément, Picasso)

Picasso, au cœur des ténèbres (1939-1945) Blockbuster en perspective ! Mais attention, si le Musée de Grenoble consacre une exposition à ce monstre sacré de la création du XXe siècle qu’est Picasso, c’est pour se pencher sur une période peu connue et peut-être pas toujours facile à aborder : celle des années de guerre. Pas d’œuvres archi-connues à l’horizon, ni aucune représentation directe de la guerre, mais plutôt une sorte de journal intime et pictural de ces années sombres que le maître espagnol choisit, a contrario de bon nombre d’artistes, de passer à Paris, sous occupation allemande… Au Musée de Grenoble du 5 octobre au 5 janvier Alain Le Quernec, du dernier cri Alain Le Quernec a la particularité d’avoir toujours mené conjointement sa carrière de graphiste à celle de professeur d’arts plastiques. Un goût pour la pédagogie qu’il tient peut-être de sa formation avec un affichiste polonais dont il a suivi la formation et auquel le centre du graphisme a rendu ho

Continuer à lire