Femmes dans la tourmente

Exposition | Plus que de simplement s'intéresser au sort des femmes pendant la Seconde Guerre mondiale, l’exposition "Femmes des années 40" au musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère nous donne leur point de vue. Un parcours historique, aussi passionnant que nécessaire !

Benjamin Bardinet | Mardi 3 décembre 2019

Photo : Gabrielle Giffard du Groupe Franc Merlin, 1944


Cet automne, les femmes sont à l'honneur dans les musées départementaux. Après Rose Valland au musée dauphinois et Vivian Maier au musée de l'Ancien Évêché, voici que le musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère nous invite à nous pencher sur leur vie et leur rôle pendant la seconde Guerre mondiale. Souvent perçue comme une affaire d'hommes, cette guerre a en effet largement concerné les femmes, ce que le parcours chronologico-thématique de l'exposition a le mérite de mettre en avant à travers quatre sections : "Vivre et survivre", "Résister et combattre", "Les femmes déportées", "Les femmes et la Libération".

L'exiguïté de l'espace d'exposition temporaire ne permettant pas de tergiverser, le visiteur est immergé, dès le début du parcours, dans une cuisine vintage foisonnante de documents propices à révéler l'esprit d'une époque. On décernera la palme à l'affiche de l'Union française pour le suffrage des femmes qui nous rappelle qu'en 1940, à l'instar des voleurs et des assassins, elles n'avaient alors pas le droit de vote. Cela donne une idée de la considération qui leur était portée et de la place qui était la leur dans la société française !

Débrouille et créativité

Historiques autant qu'instructifs, parfois drôles ou consternants, les documents exposés témoignent, dans la première partie, des rôles alors dévolus aux femmes, écartelées entre différentes injonctions contradictoires (ce qui n'a pas fondamentalement changé). Une affiche de propagande clame que « donner la vie engendre la joie » (et permet, accessoirement, de fournir de futurs soldats à l'armée française), tandis que le départ des maris oblige à travailler comme ouvrières et que les magazines enjoint les femmes, malgré tout, à assurer un minimum d'élégance.

À ce sujet, plus loin, une robe taillée dans du linge de maison, un sac fait de lanières de cuir récupérées ainsi que des chaussures en semelle de bois articulées attestent d'un sens certain de la débrouille et d'une créativité stimulée par la pénurie. Dans sa seconde partie, le parcours nous fait découvrir les engagements et les combats des femmes durant la Seconde Guerre mondiale. L'exposition consacre un panneau aux collaborationnistes et une galerie de portraits aux résistantes dont le parcours remarquable nous est raconté sur des cartels. Pour ceux qui préféreraient lire tout cela confortablement assis dans un fauteuil, le musée vient de publier un livre consacré à Rose Valland. Un second, dédié à Marguerite Gonnet, sortira le 8 mars, journée mondiale des droits des femmes.

La parole des femmes

L'une des forces de l'exposition est de donner, à plusieurs reprises et grâce à des entretiens vidéo, une place importante aux témoignages des femmes elles-mêmes. Dans la première partie, l'une d'entre elles témoigne de la vie en l'absence de son mari fait prisonnier, père d'un enfant qu'il n'a pas vu grandir, tandis que la dernière section vibre particulièrement des témoignages de femmes déportées. Une parole nécessaire, ramenant à la triviale réalité de ce cauchemar que certains tentent aujourd'hui de minimiser…

Autre sorte de cauchemar, les séances d'humiliation subies à la Libération par les femmes accusées d'avoir eu des relations avec l'occupant. Un film tourné à Voiron en témoigne : dans un relent moyenâgeux nauséabond, ces femmes servent de bouc émissaire à des foules de Français enfin délivrés de cinq ans de persécutions. Enfin, l'exposition s'interroge sur les droits accordés aux femmes à la sortie de la Guerre, au premier rang desquels figurent le droit de vote et la possibilité de s'engager en politique. Ces derniers témoignages vidéo ouvrent le propos et rappellent aux jeunes générations la nécessaire vigilance à avoir quant à l'acquisition de certains droits qui pourraient rapidement être mis en péril. Résistons donc !

Femmes des années 40
Au musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, jusqu'au 18 mai 2020


Demandez le programme !

Projections de films, ateliers philo, représentations théâtrales, concerts ou encore « cabarokés », le musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère déploie tout un arsenal d'activités culturelles autour de l'exposition Femmes des années 40. Difficile de ne pas y trouver son compte ! Parmi ces propositions, nous retiendrons, début décembre, des visites thématiques couplées avec l'exposition Picasso du Musée de Grenoble qui permettront de mettre en écho la vie des femmes pendant la guerre avec celle des proches de Picasso. Le 25 janvier, un atelier philo nécessaire pour les 6-11 ans autour de la question « Être une fille, c'est quoi au juste ? » - ça vaudrait peut-être le coup d'y inscrire quelques adultes !

Le 5 février sera projeté, en présence du réalisateur Antoine Vitkine, son film documentaire sur la personnalité complexe de Magda Goebbels, épouse du fameux ministre de la Propagande du Troisième Reich, femme émancipée et fanatique qui empoisonnera ses six enfants avant de se donner la mort en 1945. L'exposition sera également ponctuée par le lancement de plusieurs ouvrages dont celui consacré à la Résistante Marguerite Gonnet, ainsi que le tome 5 de la BD Irena qui donnera lieu à une séance de dédicace suivie d'un BD-concert. Enfin, sont à noter plusieurs projections de films : La femme au tableau et Le train en partenariat avec la Cinémathèque et le Musée dauphinois, ainsi que le tout récent (et réussi) Les hirondelles de Kaboul qui nous invite à penser le sort des femmes dans des guerres toutes contemporaines.


Femmes des années 40

L’exposition revient sur la vie des femmes iséroises au cours d’une décennie qui a tout changé pour leur sexe. Plus que de simplement s'intéresser à leur sort pendant la Seconde Guerre mondiale, elle nous donne leur point de vue. Historique, nécessaire et passionnant !
Musée de la Résistance et de la Déportation 14 rue Hébert Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Le souvenir des danseurs d'hier

Mémoire | Le Musée de la Résistance et de la Déportation, à Grenoble, se tient prêt à ouvrir sa nouvelle exposition, consacrée aux bals clandestins pendant la Seconde guerre mondiale. En attendant le feu vert, il poursuit sa collecte participative lancée fin janvier.

Martin de Kerimel | Vendredi 9 avril 2021

Le souvenir des danseurs d'hier

Alice Buffet, directrice de l’établissement de la rue Hébert, l’assure : c’est une coïncidence, si, à l’heure où les lieux de culture et de spectacle sont fermés partout en France, son équipe et elle espèrent bientôt montrer qu’entre mai 1940 et avril 1945, les Françaises et Français se sont vus interdire de danser. On se souviendra que, frustrés, certains décidèrent d’organiser ou de participer à des bals clandestins. Une expo sur ce thème devait débuter vendredi 9 avril : il faudra attendre que le Musée rouvre pour la voir – elle est programmée jusqu’au 3 janvier prochain. « Inédite, elle est le fruit d’un travail partagé avec des partenaires comme le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains de l’Université Paris 1 Sorbonne, l’INA et le Musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne ». Alice Buffet explique que danser était très populaire avant-guerre, avec l’arrivée de nouveaux styles et un développement des danses de couple. « Ce sera ensuite jugé comme contraire à la morale et allant à l’encontre du redressement national ». Et puni comme tel. « Paperasserie » Alice Buffet annonce une exposition visuelle et sonore.

Continuer à lire

Le Musée de la Résistance espère des dons

Mémoire | L’établissement grenoblois lance, auprès du grand public, une grande collecte d’objets et documents. Son objectif : enrichir et développer ses collections. Chacun peut aussi proposer ses services pour participer à cette démarche historique en tant qu’ambassadeur. On vous explique.

Martin de Kerimel | Samedi 30 janvier 2021

Le Musée de la Résistance espère des dons

Le saviez-vous ? Le Musée de la Résistance et de la Déportation, rue Hébert, à Grenoble, n’expose généralement qu’une petite partie des quelque 8 000 objets et documents en sa possession. On pourrait dès lors s’étonner qu’il espère en obtenir d’autres aujourd’hui dans le cadre d’une collecte participative, ouverte à toutes et tous. Ce serait oublier que l’établissement n’a pas pour seule vocation de présenter ses trésors au plus grand nombre : en coulisse, il mène aussi des missions de conservation et de recherche historique. La plus grosse partie de la collection grenobloise actuelle concerne l’histoire de la Résistance combattante et celle des déportations. L’équipe du Musée espère pouvoir élargir le spectre et recherche donc des objets et documents illustratifs de la vie quotidienne, de l’histoire des prisonniers de guerre, des premières années du conflit (1939-1942) et de ce qui se passait en Nord-Isère. Sans exclusive : toute proposition de don sera étudiée. La campagne de communication autour de la collecte donne une (petite) idée d’objets déjà présents dans les collections : un ours en peluche offert à une petite fille au matin de Noël 1943, une paire de chaussu

Continuer à lire

PB d'or 2018 : expo

C'était 2018... | Avec une pépite locale et pas mal de musées isérois.

La rédaction | Mardi 18 décembre 2018

PB d'or 2018 : expo

Le PB d’or du réseau incroyable : les musées départementaux de l’Isère Si l’Année du Japon en Isère (qui dure jusqu’en juin) a été si bien suivie, c’est surtout grâce aux musées départementaux (gérés par le Département de l’Isère donc), dont certains se sont emparés de l’événement avec pertinence, sortant parfois des domaines que leur nom peut laisser penser. Comme le Musée dauphinois, qui a inauguré fin octobre Des samouraïs au kawaii, histoire croisée du Japon et de l'Occident, soit l’une des expositions les plus réussies de 2018 ; le Musée de la Résistance qui, cet été, a accueilli la très forte exposition Hibakusha, dessins des survivants d'Hiroshima et de Nagasaki ; ou encore le Musée de l’Ancien Év

Continuer à lire

Le Musée de la Résistance se réinvente

ACTUS | L'équipe du Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, situé rue Hébert à Grenoble, a repensé une partie du parcours de l'exposition permanente du lieu. On vous en dit plus.

Nicolas Joly | Mardi 23 mai 2017

Le Musée de la Résistance se réinvente

Pour la quatrième fois depuis sa mise en place en 1994, l’exposition permanente du Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère se réactualise. Cette fois, c’est la partie consacrée à l’automne 1943 qui fait peau neuve, suite aux recherches réalisées en 2013 à l’occasion de l’exposition temporaire Automne 43, Résistance et répressions. Pour Alice Buffet, directrice du musée depuis janvier, ce renouvellement est logique : « L’exposition de longue durée du musée est un parcours vivant, qui doit évoluer en fonction de l’Histoire et des recherches. » Dans cette nouvelle version de l’exposition, le texte laisse volontiers la place aux contenus audiovisuels. Mises en valeur par le faible éclairage du parcours, des projections murales reconstituent le défilé des soldats allemands dans les rues de Grenoble ou encore l’explosion spectaculaire du polygone d’artillerie. Des témoignages sonores projetés du plafond aux interfaces tactiles placées dans une armoire à tiroirs, tout dans cette nouvelle aile a été pensé pour favoriser l’im

Continuer à lire

Nuit des musées 2017 / Musées en fête : notre sélection

Événement | Samedi 20 mai, c’est la fameuse Nuit européenne des musées, événement couplé en Isère à un week-end baptisé Musées en fête. On a bien lu tous les programmes des lieux qui participeront (des musées donc, mais aussi d’autres institutions culturelles) et on en a sélectionné six, en accès libre bien sûr. Suivez-nous.

Aurélien Martinez | Mardi 16 mai 2017

Nuit des musées 2017 / Musées en fête : notre sélection

Une nuit portes ouvertes au Musée de Grenoble Un week-end festif dédié aux lieux d'expo de Grenoble et de l'agglo doit forcément prendre en considération le Musée de Grenoble et ses collections impressionnantes qui, on le rappelle une nouvelle fois, rivalisent avec celles des grands musées français – voire internationaux. Et ce même si rien de fou n'est organisé pendant ces deux jours par la vénérable institution. Le musée et son expo temporaire consacrée au peintre Fantin-Latour seront ainsi en accès libre le samedi de 18h30 à minuit et le dimanche toute la journée. C’est déjà ça. À noter tout de même que l’association Musée en musique proposera, le dimanche à 14h30, une « sieste musicale » dans le patio du musée avec le quintette vocal Sparkling Voices, et ce sera en accès libre. Une visite des coulisses au Musée dauphinois Un musée, c'e

Continuer à lire

Musée de la Résistance : «un outil d’éducation à la citoyenneté»

ACTUS | 2016 marque les 50 ans du Musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère. À cette occasion, rencontre avec son directeur Olivier Cogne pour en savoir plus sur cet anniversaire et le rôle de cette institution consacrée à la Seconde Guerre mondiale.

Charline Corubolo | Mardi 19 juillet 2016

Musée de la Résistance : «un outil d’éducation à la citoyenneté»

Cette année, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère fête ses 50 ans. Pourquoi est-il important de mettre l’accent sur cet anniversaire ? Olivier Cogne : 50 ans d’existence, ce n’est pas rien ! C’est l’occasion d’avoir un regard rétrospectif sur ce qui a été réalisé. Le musée a connu plusieurs étapes dans son développement : de musée associatif dans les années 1960 au moment de sa création, il est devenu musée départemental il y a une vingtaine d’années, avec une équipe de professionnels à sa tête composée essentiellement d’historiens. Les collections se sont considérablement enrichies, tout comme les travaux scientifiques. À quoi çasert en 2016, soit 70 ans après la Seconde Guerre mondiale, un musée comme celui-ci ? Sans doute à perpétuer, à transmettre un patrimoine de valeurs : celle de la résistance et de la République. À être un outil d’éducation à la citoyenneté, avec le concours de nombreux acteurs. C’est ça son rôle essentiel. Il y a pour cela le travail d’histoire, en s’appuyant sur des cherch

Continuer à lire

L’âme de la résistance

ARTS | Jeunes, moins jeunes et jeunes d’esprit, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère vous attend en plein Grenoble. Certes, il est vrai que les mots « résistance » et « déportation » font probablement moins rêver qu’un Abricotini siroté dans un transat au soleil ; pourtant vous auriez tort de n’y prêter aucune attention.

Charline Corubolo | Mardi 19 juillet 2016

L’âme de la résistance

C’est dans les années 1960 que le musée voit le jour sous l’impulsion de résistants, de déportés et d’enseignants, pour devenir départemental en 1994. Aujourd’hui, l’institution continue de défendre les valeurs de la République à travers l’histoire de la Deuxième Guerre mondiale – l’Isère fût un fief de la Résistance. Selon un parcours chronologique sur trois niveaux, la muséographie des collections permanentes offrent une plongée dans le quotidien, résistant ou pas, des Isérois. Textes d’archives, vidéos, photographies, affiches et témoignages alimentent la visite avec justesse et émotion. Mais l’intérêt de la déambulation réside surtout dans la mise en scène des deux niveaux supérieurs où sont reproduits des morceaux de rues, des cafés et des intérieurs pour une immersion totale dans ce qu’était la Résistance.

Continuer à lire

Deux musées grenoblois s'associent numériquement

CONNAITRE | Certaines œuvres paraissent parfois très éloignées de notre époque ou un brin compliquées à analyser. Le Musée de Grenoble et celui de la Résistance et de la (...)

Charline Corubolo | Mardi 19 mai 2015

Deux musées grenoblois s'associent numériquement

Certaines œuvres paraissent parfois très éloignées de notre époque ou un brin compliquées à analyser. Le Musée de Grenoble et celui de la Résistance et de la Déportation de l'Isère ont trouvé, à l'occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale, une solution à la fois ludique et innovante : explorer un tableau numériquement par le biais d'un écran tactile dans chacun des établissements. Pour ce coup d'essai (transformé), c'est la peinture La Guerre (1915) d'Othon Friesz que l'on découvre selon deux angles : l'histoire et l'art. Il faut commencer à la Résistance, ce qui donne un accès gratuit au Musée de Grenoble où se trouve physiquement la toile, pour rentrer historiquement dans l’œuvre en choisissant un des seize détails proposés soit sur le tableau, soit selon une thématique. Une question est alors posée avec un code dont la réponse est donnée dans l'autre musée. Chaque morceau dévoile deux contenus différents selon l'institution, créant un ping-pong culturel. Un dispositif qui permet non seulement d'apprendre mais aussi de pénétrer dans l’œuvre en la « touchant » et en zoomant à souhait, afin de découvrir une multitude d'informations sur ce

Continuer à lire

L’Histoire au présent

ACTUS | Alors que l’on commémore le centenaire du début de la Première Guerre mondiale et les 70 ans de la Libération de Grenoble lors de la Seconde, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère fête ses 20 ans d’existence sous sa forme actuelle - le musée en lui-même a été créé en 1966. Rencontre avec Olivier Cogne, directeur du musée. Propos recueillis par Dimitri Crozet

Aurélien Martinez | Mercredi 8 janvier 2014

L’Histoire au présent

Automne 1943. Une vague de répression touche la Résistance à Grenoble. L’exposition temporaire Automne 43 qui se tient jusqu’au 19 mai 2014 ramène dans l’ambiance de l’époque, archives et témoignages à l’appui. Avec un mot d’ordre, rappelé par Olivier Cogne, directeur du musée : « Nous sommes là pour donner du sens à ce qu'il s’est passé il y a 70 ans et le mettre au prisme du présent. » Dans cette optique un mur, à la fin de l’exposition, permet aux visiteurs de laisser leur sentiment sur ce que représente pour eux cette période. « On a voulu mettre à contribution les visiteurs sur cette question : pourquoi et comment commémorer 70 ans après ? Comment chacun peut contribuer à sa façon à entretenir la mémoire et les valeurs de la Résistance ? » C’est bien de valeurs, autant que d’Histoire, dont il est question pour le musée, Maison des Droits de l’Homme depuis 2001. Olivier Cogne défend une volonté de laisser s’exprimer à travers des sujets actuels des points de vue issus d’associations : « Nous revendiquons une filiation avec la société civile. Il n’y a pas un projet qui a été bâti dans ce musée sans travailler avec des associations du mon

Continuer à lire

Une histoire de résistants

ARTS | Très didactique, l’exposition du musée de la Résistance s’intéresse à l’engagement dans la résistance au fascisme des exilés italiens en Isère depuis les années 1920 (...)

François Cau | Lundi 28 novembre 2011

Une histoire de résistants

Très didactique, l’exposition du musée de la Résistance s’intéresse à l’engagement dans la résistance au fascisme des exilés italiens en Isère depuis les années 1920 jusqu’à la Libération. En apportant cet éclairage politique, elle complète celle du musée Dauphinois qui retrace l’histoire de la présence italienne dans la région. Constituée essentiellement de reproductions de documents issus des archives départementales et du fonds du musée dauphinois (coupures de presse, affiches, photos, cartes et autres objets du quotidien), elle transporte le visiteur dans une époque mouvementée. Grâce aux nombreux éléments présentés de manière aérée et accompagnés de courts textes explicatifs en français et en italien, l’atmosphère des rues de Grenoble et de Voiron est rendue, entre manifestations et arrestations. L’exposition en profite pour rafraîchir efficacement la mémoire sur l’histoire de la montée des totalitarismes en Europe et donne notamment une bonne idée de ce que fut l’occupation italienne en Isère de novembre 1942 à septembre 1943. Un émouvant diaporama de photos retrouvées dans les archives des Anciens Combattants a le mérite de donner un visage à quelques-uns des deux cents R

Continuer à lire

Exposition

ARTS | Sélection

François Cau | Lundi 5 septembre 2011

Exposition

En cette semaine de rentrée des classes, saisissons l’occasion pour emmener les plus jeunes dans les musées départementaux, véritables trésors d’histoire en accès libre. Des livres ouverts en somme, par le biais d’expositions didactiques quelquefois austères, mais souvent très enrichissantes. Comme celle du Musée de la Résistance, qui permet de comprendre tout ce que les soldats et les travailleurs coloniaux ont apporté à la France lors de certains évènements critiques (comme les deux Guerres mondiales). Le tout regardé sous le prisme isérois. Autre exposition encore en cours : Ce que nous devons à l’Afrique, au Musée Dauphinois (photo). Et le Musée d’archéologie est toujours passionnant ! Plus d’infos sur notre site internet.

Continuer à lire