La fabrique d'un hymne national

ARTS | Le Musée de la Révolution française propose une exposition sur la genèse de la Marseillaise et son adoption comme hymne national. Un parcours passionnant qui invite à une réflexion sur la circulation des mots et des images.

Benjamin Bardinet | Mardi 29 juin 2021

Photo : (c) Benjamin Bardinet


On ne donnait pas cher d'une exposition sur le thème de notre hymne national. Pas tant par manque de patriotisme ou par horreur de ses paroles bellicistes, mais surtout parce qu'on se demandait bien ce que le visiteur allait pouvoir se mettre sous la dent (enfin, sous les yeux…). C'était là ignorer les talents de commissaires des conservateurs des musées de Strasbourg, Marseille et Vizille qui l'ont coproduite. Alain Chevalier, le directeur du musée de Vizille, a fait le choix de s'intéresser à la manière dont la Marseillaise s'incarne dans les arts plastiques. Le parcours, chronologique, démarre en 1792 avec la naissance de ce chant dans les milieux de la bourgeoisie strasbourgeoise à une époque où de nombreux volontaires sont mobilisés en vue d'un affrontement contre la coalition anti-révolutionnaire. Parmi eux, un fameux bataillon de Marseillais contribue à populariser cet hymne lors de son arrivée à Paris en juillet 1792. Plusieurs tableaux montrent la ferveur patriotique propre à la mobilisation de ces volontaires prêts à mourir pour la défense de la Patrie et de la République.

Révolutionnaire

Remisée au placard sous Napoléon et pendant la Restauration, la Marseillaise resurgit avec les révolutions de 1830 et 1848. Elle devient alors un hymne révolutionnaire et son auteur, Rouget de Lisle, une figure mythique. En atteste le tableau de Pils représentant De Lisle déclamant pour la première fois la Marseillaise dans un salon (stras)bourgeois. Une représentation qui devient aussitôt iconique et déclinée sur toutes sortes de supports. Conjointement, l'allégorie de la Marseillaise réalisée en 1833 par Rude apparaît comme la matrice de toutes celles à venir. En nous faisant naviguer entre les mots et les images auxquelles ils font écho (les strophes de la Marseillaise ponctuent le parcours), cette exposition montre avec subtilité comment, en quelques années, ce chant guerrier devient hymne républicain puis révolutionnaire, au point qu'il est internationalement utilisé pour manifester de son désir d'émancipation.

La Marseillaise. Au domaine de Vizille jusqu'au 4 octobre (entrée libre).


La Marseillaise

D'abord conçue comme chant de guerre pour l'Armée du Rhin à Strasbourg en 1792 avant de devenir l'hymne national français, la Marseillaise est un chant révolutionnaire qui a connu plusieurs postérités.
Musée de la Révolution Française Place du château Vizille
Jusqu'au 4 octobre 2021, ts les jrs sauf mar de 10h à 12h30 et de 13h30 à 18h


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

PB d'or 2018 : expo

C'était 2018... | Avec une pépite locale et pas mal de musées isérois.

La rédaction | Mardi 18 décembre 2018

PB d'or 2018 : expo

Le PB d’or du réseau incroyable : les musées départementaux de l’Isère Si l’Année du Japon en Isère (qui dure jusqu’en juin) a été si bien suivie, c’est surtout grâce aux musées départementaux (gérés par le Département de l’Isère donc), dont certains se sont emparés de l’événement avec pertinence, sortant parfois des domaines que leur nom peut laisser penser. Comme le Musée dauphinois, qui a inauguré fin octobre Des samouraïs au kawaii, histoire croisée du Japon et de l'Occident, soit l’une des expositions les plus réussies de 2018 ; le Musée de la Résistance qui, cet été, a accueilli la très forte exposition Hibakusha, dessins des survivants d'Hiroshima et de Nagasaki ; ou encore le Musée de l’Ancien Év

Continuer à lire

Vizille : Révolution française mon amour

ESCAPADES | Le seul musée au monde consacré à la Révolution française se situe en Isère, à Vizille. Logique : c’est ici qu’en 1788 se déroula la réunion des états généraux du Dauphiné. 200 ans (et des poussières) plus tard, on fait le tour du propriétaire.

Tiphaine Lachaise | Mardi 5 juillet 2016

Vizille : Révolution française mon amour

Parmi les dix musées gérés par le département de l’Isère, le plus visité est celui de la Révolution française situé à Vizille. Si le magnifique domaine (dont un immense parc) accueille chaque année quelque 800 000 visiteurs, plus de 60 000 viennent pour le musée et le centre de recherche. Créée en 1983 dans la perspective du bicentenaire de 1989, la collection du musée s’est étoffée d’année en année. Dans un premier temps via un fonds propre au château, mais aussi en puisant dans les différentes collections nationales et départementales, ainsi que grâce aux dépôts et autres dons de particuliers. Aujourd’hui, il est ainsi difficile de dénombrer le nombre exact de pièces présentées. Qu’importe : pour le directeur du musée Alain Chevalier, annoncer un chiffre serait contre-productif puisqu’« un objet de petite taille vaut autant qu’un tableau de huit mètres sur dix… Alors que la proportion n’est pas égale ». Il suffit d’entrer dans le musée pour se rendre compte de cette profusion d’œuvres de styles, de tailles et de genres différents. Évidemment, la première, « c’est le château lui-même

Continuer à lire

Le Musée de Vizille veut s'offrir la République

Financement participatif | Et met en place un financement participatif pour acquérir la première peinture conservée représentant la République française, qui a été peinte par Jean-Baptiste Wicar en 1793. On vous explique tout.

Charline Corubolo | Mardi 24 mai 2016

Le Musée de Vizille veut s'offrir la République

Après Spacejunk et son ambitieux projet de restauration de la fresque d'Ernest Pignon-Ernest du côté de la Bourse du travail à Grenoble, c'est au tour du Musée de la Révolution française à Vizille de s'offrir un financement participatif pour, cette fois-ci, acquérir un écusson. Mystérieusement réapparue en 2015 à Rome lors d'une biennale d'antiquaires, l’œuvre peinte par Jean-Baptiste Wicar en 1793 est la première représentation de la première République française, imaginée pour remplacer les fleurs de lys de la monarchie. Une première donc ! Pièce majeure pour l'histoire de France, le médaillon est une esquisse préparatoire d'une peinture murale réalisée sur la façade de la légation française à Florence mais depuis détruite. Afin de participer à cette acquisition, à ce patrimoine collectif, le musée a lancé le 28 avril une campagne de financement participatif. La récolte se termine le 28 juin. Les 15 000 euros espérés viendront s'ajouter aux fonds alloués par le Département de l'Isère. Pour voir rentrer

Continuer à lire