« Des forêts du Vercors aux usines de Lancey » : l'expo qui envoie du bois

ARTS | Illustrée de photographies d’époque, l’exposition "Des forêts du Vercors aux usines de Lancey" à la Maison Bergès revient sur l’exploitation du bois nécessaire à la fabrication de pâte à papier au début du siècle dernier. Instructif, amusant et en plein air !

Benjamin Bardinet | Mardi 7 septembre 2021

Photo : Maison Bergès


En proposant de retracer le parcours du bois, de la coupe des arbres dans le Vercors à son exploitation sur le site industriel qu'Aristide Bergès a développé à Lancey, dans le Grésivaudan, l'exposition prend le parti de la pédagogie. Une quinzaine de panneaux disposés dans le jardin de la maison Bergès permet de saisir une à une les étapes nécessaires à l'acheminement de cette matière première, très prisée à la fin du XIXe siècle puisqu'elle permettait autant de se chauffer et se déplacer que de fabriquer du papier.
Agrémentés de remarquables photographies issues des collections du musée, chaque panneau nous dévoile les moyens techniques et les astucieux dispositifs mis en œuvre par l'entreprise pour transporter ces billots de bois sur un territoire pour le moins accidenté. On voit ainsi une mini locomotive à vapeur aux allures de tracteur tirer un attelage de wagons-chariots sur la route des grands goulets, d'immenses téléphériques sylvestres dont les poteaux réalisés en bois seront à leur tour acheminés dans la vallée au terme de l'exploitation, ou encore les spartiates conditions de vie des bûcherons, souvent originaires d'Italie, qui passaient la saison sur l'exploitation.

A hauteur d'enfant

Réalisés entre 1890 et 1920, ces clichés à peine centenaires évoquent une époque lointaine, qui cependant pourra fasciner les enfants par les moyens titanesques qui pouvaient être mis en œuvre dans la fabrication du papier. Ceci d'autant plus que sur chaque panneau un malicieux renard et un sympathique hibou proposent des jeux et commentent des schémas très clairs, destinés à faire comprendre le fonctionnement de ces ingénieuses infrastructures et l'usage des outils utilisés par les bûcherons. Et si ces deux charmants compagnons sont bien là pour accompagner les enfants, il n'y a pas de doute qu'ils permettront aussi largement aux adultes de mieux comprendre tout ça et d'halluciner sur l'incroyable énergie déployée pour fabriquer ce sur quoi vous lisez ces lignes.

Des forêts du Vercors aux usines de Lancey, jusqu'au 5 décembre à la Maison Bergès (Villard-Bonnot),


Des forêts du Vercors aux papiers de Lancey

Depuis l’installation des campements de bûcherons jusqu’au transport des grumes vers la vallée du Grésivaudan, 20 photographies inédites dévoilent des paysages forestiers grandioses et une entreprise humaine hors-norme.
Maison Bergès, musée de la Houille Blanche 40 avenue des Papeteries Lancey Villard-Bonnot
Jusqu'au 5 décembre 2021, du mer au ven de 13h à 18h, sam et dim de 10h à 18h


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Un Bergès de l’eau au Musée de la Houille blanche

ARTS | À Lancey, dans la vallée du Grésivaudan, au pied du massif de Belledonne, se trouve la Maison Bergès, aujourd'hui transformée en musée. On l'a visitée.

Charline Corubolo | Lundi 25 juillet 2016

Un Bergès de l’eau au Musée de la Houille blanche

Il y a presque deux siècles vint au monde celui qui deviendra le maître des eaux durant la deuxième moitié du XIXe siècle, dans le Grésivaudan. Aristide Bergès (1833-1904) naît pourtant avec un papier dans la bouche. Suivant ainsi les traces de sa famille de papetiers, il se lance dans la râperie de bois et c’est en 1869, après avoir découvert Lancey, qu’il installe son usine dans la région. En véritable aventurier de l’industrie, il développe son activité et, pour faire fonctionner ses défibreurs, se fait le promoteur de l’énergie hydraulique – qu’il baptise la Houille blanche. Aujourd’hui, la Maison Bergès – Musée de la Houille blanche n’est pas seulement le symbole d’une réussite qui participa à l’essor économique de la vallée, c'est également le miroir d’une époque durant laquelle l’Art nouveau s’invite dans les intérieurs bourgeois. Dans la grande bâtisse, le hall d’honneur ainsi que le hall sous la verrière, inondés de vert, sont marqués par la touche Alfons Mucha, maître de l’Art nouveau. La statue d’Auguste Davin dévoile une Allégorie de la Houille Blanche somptueuse, tandis que les déco

Continuer à lire

S’amuser au musée

CONNAITRE | Nathan et Chloé s’ennuient à la maison. Le remède, amenez-les dans les musées, la plupart d’entre eux proposent pendant les vacances des activités ludiques et interactives. Une bonne façon de susciter curiosité et intérêt. RLR

Aurélien Martinez | Vendredi 10 février 2012

S’amuser au musée

Avec « Dessine-moi un éléphant » au Musée Dauphinois, les petits princes et princesses se retrouvent à une table à dessin où, sur la base de textes anciens, ils sont invités à exprimer leurs visions du mystérieux pachyderme. Une bête fantastique qui mobilisa chez les artistes les représentations les plus fantasmagoriques, comme l’on peut le voir dans l’exposition Hannibal et les Alpes. Hannibal, le chef légendaire des légions carthaginoises à « La conquête de Rome », c’est le titre du scénario que devront résoudre des pré-ados confrontés à des armés de centurions sur un plateau de jeu de stratégie et de simulation. La paix reviendra dès les vacances de printemps lors d’ateliers pacifiques au jardin. En dépit d’un intitulé qui résonne comme une règle de grammaire « Un vitrail, des vitraux », l’animation du Musée de l’Ancien Evêché vibre de lumière et de couleurs. Après une visite des « portails lumineux » de la Cathédrale et de l’église St Hugues, les jeunes verriers conduits dans la salle de pédagogie sont amenés à reproduire sur une plaque de plexiglas un dessin qui, de touche en touche

Continuer à lire