"Dessine-moi...", crayonnés sauvages

ARTS | Avec "Dessine-moi..." le Muséum de Grenoble propose une exposition qui ravira autant les adultes curieux de l’histoire de l’illustration naturaliste que les enfants qui ont le bout du crayon qui les démange.  

Benjamin Bardinet | Mardi 19 octobre 2021

Photo : Benjamin Bardinet


À l’ère de l’hyperconnectivité numérico-photographique, il est plus que jamais nécessaire de rappeler qu’on ne comprendra jamais mieux le monde qu’en faisant usage de son cerveau et de ses mains – et c’est là bien le mérite de l’exposition Dessine-moi... proposée par le Muséum. À travers un parcours chronologique qui revient sur les enjeux de l’illustration naturaliste et la particularité de son histoire du XVe siècle à nos jours, cette exposition nous rappelle en effet à quel point la pratique du dessin d’observation nécessite une attention au monde qui permet de mieux le comprendre. Tout ceci est mis en œuvre grâce à de nombreux documents accompagnés de textes explicatifs mais également par la présence de dispositifs qui permettent au plus malhabile des dessinateurs de faire des relevés graphiques relativement corrects. Les enfants (et les adultes) peuvent ainsi, grâce à une camera lucida, sorte d’appareil proto-photographique, dessiner les contours d’un sujet immobile se trouvant devant eux – pratique pour la flore, un peu moins pour la faune (à moins qu’elle soit empaillée, ce qui est le cas de l’ours que vous pourrez vous amuser à dessiner).

Mais ce qui fait la richesse de l’exposition et qui ravira l’amateur de dessins naturalistes, ce sont les magnifiques planches issues des collections à proximité desquelles sont confrontées les espèces naturalisées du Muséum. On explore ainsi les mondes lointains, sous-marins, disparus et même microscopiques. Par ailleurs, on appréciera plusieurs vidéos très didactiques consacrées aux différents procédés d’impression (gravure, taille douce, lithographie… ) ainsi qu’une section valorisant les savoirs nécessaires à la confection de ces ouvrages dont l’ambition scientifique ne rognait pas sur la dimension artistique. L’exposition se clôture sur les pratiques de naturalistes contemporains comme Philippe Danton qui explora, à la fin du siècle dernier, la flore des îles de Robinson Crusoé au large du Chili. Enfin, moins exotique mais plutôt amusant, Emdé, naturaliste du dimanche qui fait l’observation attentive du pissenlit ou encore de son chat domestique...

Dessine-moi... au Muséum de Grenoble jusqu’au 20 mars 2022

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Nuit des musées 2017 / Musées en fête : notre sélection

Événement | Samedi 20 mai, c’est la fameuse Nuit européenne des musées, événement couplé en Isère à un week-end baptisé Musées en fête. On a bien lu tous les programmes des lieux qui participeront (des musées donc, mais aussi d’autres institutions culturelles) et on en a sélectionné six, en accès libre bien sûr. Suivez-nous.

Aurélien Martinez | Mardi 16 mai 2017

Nuit des musées 2017 / Musées en fête : notre sélection

Une nuit portes ouvertes au Musée de Grenoble Un week-end festif dédié aux lieux d'expo de Grenoble et de l'agglo doit forcément prendre en considération le Musée de Grenoble et ses collections impressionnantes qui, on le rappelle une nouvelle fois, rivalisent avec celles des grands musées français – voire internationaux. Et ce même si rien de fou n'est organisé pendant ces deux jours par la vénérable institution. Le musée et son expo temporaire consacrée au peintre Fantin-Latour seront ainsi en accès libre le samedi de 18h30 à minuit et le dimanche toute la journée. C’est déjà ça. À noter tout de même que l’association Musée en musique proposera, le dimanche à 14h30, une « sieste musicale » dans le patio du musée avec le quintette vocal Sparkling Voices, et ce sera en accès libre. Une visite des coulisses au Musée dauphinois Un musée, c'e

Continuer à lire

La Ville de Grenoble va fermer trois bibliothèques

ACTUS | Jeudi 9 juin, Éric Piolle et plusieurs de ses élus ont annoncé publiquement les contours de leur plan dit de « sauvegarde des services publics locaux ». Son but ? Faire des économies, dans tous les domaines.

Jean-Baptiste Auduc | Vendredi 10 juin 2016

La Ville de Grenoble va fermer trois bibliothèques

L’heure est grave. Une bonne partie des élus de la Ville de Grenoble est réunie au douzième étage de la mairie. Corinne Bernard, adjointe aux cultures, a les traits tirés lorsqu’elle annonce les conséquences sur sa délégation du « plan de sauvegarde des services publics locaux ». Certes, les baisses de subventions aux associations culturelles, c’est fini assure l’élue. Mais pas les baisses de financements, tous secteurs confondus – action sociale, petite enfance, accueil des usagers, culture… Objectif : économiser 14 millions d’euros sur les deux prochaines années. Un « plan de refondation » dévoilé à la presse ce jeudi 9 juin qui n’épargne donc pas la culture, domaine qui va faire les frais de cette « frugalité » volontaire. Une des décisions les plus marquantes : le réseau de bibliothèques va être affecté. Trois d’entre elles (sur les quatorze), « les plus petites », vont fermer –

Continuer à lire

Muséum de Grenoble : « On conserve du témoignage »

ARTS | L’exposition "Troisième Vie" lève le voile sur le fonctionnement du Muséum de Grenoble en revenant sur vingt ans d’acquisitions de minéraux, d’animaux naturalisés et de plantes. Rencontre avec Joëlle Chiche et Pascal Decorps, les deux commissaires de l’exposition. Propos recueillis par Nathan Chaudet

Nathan Chaudet | Mardi 7 juillet 2015

Muséum de Grenoble : « On conserve du témoignage »

Pourquoi une exposition sur « vingt-cinq ans d’enrichissement des collections du Muséum » ? Pascal Decorps : L’idée était de montrer aux Grenoblois la qualité de leur patrimoine. On a quelques merveilles dans les réserves, des trésors du patrimoine naturel. Nous souhaitions rendre au public ce qui avait été acquis sous forme d’achats ou de dons par le Muséum depuis 25 ans, que ce soit des animaux, des roches ou des plantes. Voir du beau mais aussi du scientifique, le tout rassemblé en un seul lieu. Joëlle Chiche : Le but était aussi de pouvoir expliquer l’intérêt des missions des musées et des muséums en particulier : pourquoi on acquiert ? À quoi ça sert ? On ne se contente pas de récupérer des pièces pour les récupérer, on conserve du témoignage. Nous sommes tenus, entre autres, d’assurer la conservation du patrimoine en conservant des pièces d’importance historique, scientifique. On a un rôle pédagogique. D’où viennent tous ces trésors ?

Continuer à lire