Le Café Noir, queer as Grenoblois

GUIDE URBAIN | Le midi en semaine, le Café Noir est une brasserie on ne peut plus classique. Mais les vendredi et samedi soirs, le "CN" s'impose comme le lieu incontournable des nuits gay. Découverte de cette institution grenobloise avec Christiane et Sophie, les deux patronnes. Alexis Orsini

Aurélien Martinez | Mardi 4 novembre 2014

Le Café Noir : une décoration plutôt sobre mais chaleureuse, un comptoir central tout en longueur, la radio allumée dès le matin et, sur plusieurs ardoises, des citations rédigées à la craie. Une brasserie comme une autre reprise par Christiane et Sophie il y a quinze ans, qui se métamorphose pourtant chaque week-end. Dès la nuit tombée, le lieu devient ainsi une place forte des nuits gay, entre le bar policé et la boîte de nuit débridée.

« Une institution jusqu'à Paris »

Il y a quinze ans, les deux gérantes ouvrent donc leur petit resto. Mais, assez vite, elles constatent le peu de vie nocturne gay à Grenoble. Christiane, qui a dix ans d'expérience dans les discothèques homo (au Boys, aujourd'hui le George V), regrette qu'il n'y ait pas de « lieu pour organiser des soirées ». Les deux gérantes décident alors d'élargir le cadre du simple restaurant.

Et ça marche, l'établissement devenant vite une référence. Grâce à une formule simple : une brasserie transformée en dancefloor avec DJ et néons, où la foule, compacte, déborde souvent sur le trottoir extérieur. Le Café Noir affiche complet, hiver comme été.

Le modèle des deux gérantes ? « Ce sont des soirées de fête à l'ancienne des boîtes parisiennes, comme le Queen dans les années 1980. » Ce qui ne veut pas dire que le Café Noir tombe dans la nostalgie ringarde. Au contraire : la playlist, plutôt axée sur l'électronique, est « très branchée » et n'oublie pas les morceaux plus "mainstream". Les soirées à thème rencontrent aussi un grand succès.

Christiane confie fièrement : « Aujourd'hui, c'est une institution à Grenoble et jusqu'à Paris. On a même eu droit à un article dans Têtu il y a un an. »

« Tout le monde se connaît »

Si tout oppose les visiteurs de la journée, en semaine, et ceux des soirées, le week-end, Christiane reste convaincue qu'ils viennent pour la même raison : « C'est un endroit familial, tout le monde se connaît. »

Conjoncture oblige, le restaurant-bar ouvre désormais ses portes le jeudi soir, à une clientèle mixte. « On n'avait pas le choix, avec la crise actuelle. Le jeudi, on propose quelque chose de différent, des apéros dînatoires plus posés. » Toujours sur fond musical, évidemment.

Le mot de la fin est pour Christiane : « Le Café Noir, c'est un nom qu'on a voulu garder quand on a repris l'établissement. Avec cette idée de double casquette : le Café Noir pour la journée, et le "CN" pour la nuit. »

Le Café Noir, 68 cours Jean Jaurès ; 04 76 47 20 09
Restaurant – Brasserie : Du lundi au vendredi, de 8h à 15h.
Soirées gay : vendredi et samedi soir, 20h à 2h, avec un DJ.
Apéritif dînatoire : le jeudi soir, sur fond musical.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Grenoble : 11 bons plans pour le réveillon du 31 décembre 2018

Sélection | Voici, si jamais un réveillon dans un appartement ne vous disait rien, une petite sélection de lieux (des bars, des clubs, des salles de spectacle…) ouverts à Grenoble le soir du 31 décembre. Alors bonne année en avance !

La rédaction | Mardi 18 décembre 2018

Grenoble : 11 bons plans pour le réveillon du 31 décembre 2018

Pour danser À la Salle noire Comme chaque année, les Barbarins fourchus organisent leur « before du réveillon » (tout sera fini avant minuit) en mode « bal de fête rock'n'roll ». Une entrée en la matière parfaite (les Barbarins savent mettre l’ambiance) dans un sympathique lieu – une boîte noire entièrement décorée par leurs soins en mode bric-à-brac. 15€ Au Keep it weird Le bar grenoblois « où la musique underground est à l’honneur » dans une déco « à l’américaine » du plus chic effet (ambiance "prohibition") propose une New Year's Day party all night long très électr

Continuer à lire

Grenoble : nos bons plans pour le réveillon du 31 décembre

GUIDE URBAIN | Il y a mille façons de célébrer la nouvelle année. Si vous êtes adepte des boums dans le salon d’un ami ou de repas en petit comité dans la salle à manger d’un autre, on vous laisse vous débrouiller. Par contre, si l’envie vous prenait de vous mêler à des inconnus dans un bar, une boîte ou une salle de spectacle, on a ce qu’il vous faut. Bonne soirée.

Aurélien Martinez | Mardi 20 décembre 2016

Grenoble : nos bons plans pour le réveillon du 31 décembre

Un before avec les Barbarins fourchus « Un show bouillant pour un before 2017 débridé qui vous mettra en bonne marche vers votre soirée de la Saint-Sylvestre » nous assurent les fameux Barbarins fourchus. Rendez-vous donc de 20h à 22h30 dans la très modulable Salle noire du collectif musical (mais pas que) grenoblois pour « un set rock’n’roll endiablé, des années 1950 à nos jours ». Libre à vous ensuite de célébrer minuit avec de la musique plus actuelle. 15€ Attention, jauge limitée. Réservations : 06 16 82 87 78 ________ Du clubbing au Vertigo Un 31 décembre dans l’une des boîtes les plus mythiques de Grenoble (nichée en plus en plein centre-ville, ce qui est pratique pour rentrer chez soi) ? Pourquoi pas. « Au programme, et comme le veut la tradition : cotillons, musique festive, petit-déjeuner à l'aube avec café et viennoiseries. » Tout ça de 23h30 jusqu’à 9h du matin. Alors on danse ? Entrée : 10€ avec une consommation offerte. Vestiaire obligatoire (2€). Réservati

Continuer à lire

Toutes les formes sont dans la nature

MUSIQUES | Ne cherchez pas la Gay Pride à Grenoble : la dernière date de 2005. En revanche, l’association Vue d’en face peut se flatter d’organiser depuis plus de dix ans le Festival International du Film Gay et Lesbien. Un événement incontournable et fédérateur qui pendant un peu plus d’une semaine fait flotter le rainbow flag sur le fronton du cinéma indépendant Le club. A cette occasion, panorama des sorties qui font vibrer toute l’année la gaie Grenoble. Régis Le Ruyet

Régis Le Ruyet | Vendredi 30 mars 2012

Toutes les formes sont dans la nature

Le rideau de fer est tombé sur le légendaire Codebar de la rue Etienne Marcel. Cependant, ses orphelins n’ont eu qu’à descendre jusqu’au cours Jean Jaurès pour gagner le bar restaurant le Café Noir que tiennent depuis treize ans Christiane et Sophie. Une adresse qui accueille en journée tout un chacun et que chauffe à blanc les soirs de fin de semaine le dj Jeff Syag, lors de party survoltées exclusivement « entre-ils » et « entre-elles ». De l’autre côté du cours, en direction de la place Championnet, plane sur le bar à thème le Loungta une ambiance zen et bouddhique, un espace cosy qui s’étage sur deux niveaux  pour des rencontres majoritairement orientées entre femmes. Dans le même quartier, depuis moins d’un mois, le Daccota café imaginé par le trio Denis, Moussa, Jérémie, fait face à la Caserne de Bonne. Un bistrot d’apparence commune qui recèle dans son fond une piste de danse très « Staying alive » qui n’attend que les déhanchements de Travolta’s gominés. Sur le cours Berriat et à quelques pas seulement de l’unique boîte gay de Grenoble, le Vixen, que mène Céline, charmante bikeuse romantique, est un lieu de fêtes et de filles qui reçoit toute personne de bon esprit. Enfi

Continuer à lire