Philippe Mouillon, de Paysage > Paysages : « Réinvestir le local »

ACTUS | « L’Isère les yeux ouverts » : voici le sous-titre explicite du gros événement expo (mais pas que) de la rentrée, baptisé Paysage > Paysages. Une nouvelle manifestation culturelle portée par le département et pensée par les Grenoblois du groupement Le Laboratoire, spécialisé dans les « interventions artistiques d'échelle urbaine ». On a rencontré Philippe Mouillon, directeur artistique du Laboratoire pour, au-delà des chiffres (« 7431 km2 pour 160 rendez-vous, 72 communes, 7 week-ends… »), en savoir un peu plus.

Aurélien Martinez | Mardi 27 septembre 2016

Photo : Philippe Mouillon, l’un des architectes de Paysage > Paysages, dans l’exposition


Avec Paysage > Paysages, vous souhaitez clairement que les Isérois s'approprient leur environnement le plus proche…

Philippe Mouillon : Après 20 ou 30 ans de mondialisation, nous sommes entrés dans un autre rapport à la mondialisation : il faut maintenant réinvestir le local, s'en préoccuper. Le projet Paysage > Paysages, comme son nom l'indique, est centré sur le paysage, soit les archives de nos civilisations, du rapport de l'homme aux animaux, aux plantes, aux territoires… Si on passe un peu de temps sur un paysage, on se rencontre que, bien sûr, plein de choses sont effacées mais plein d'autres sont encore présentes ; et elles peuvent avoir 3000 ans, 1500 ans, 500 ans, 3 mois… Cet étagement des rapports homme-nature est assez magnifique.

Quand vous parlez de Paysage > Paysages, vous avez aussi un discours écologique (le réchauffement climatique qui menace les paysages), politique (le paysage n'exclut pas, tout le monde peut se l'approprier), et aussi artistique. Pouvez-vous développer ce dernier point ?

Nous vivons un changement de régime esthétique. La perspective, régime dominant depuis quatre siècles, c'est-à-dire depuis la Renaissance, s'effondre. Quand on regarde une image sur Google Street View, on n'est plus dans une perspective de la Renaissance mais dans une construction algorithmique qui n'a rien à voir. Ces systèmes de représentation du monde sont en train d'exploser et d'être incroyablement démocratisés – on peut maintenant louer un emplacement de camping en allant le voir avant sur le web !

Le philosophe François Jullien, cité dans l'exposition Le Paysage : mots pour mots au Musée de Grenoble, nous rappelle que le dictionnaire Le Robert définit le paysage comme une portion de nature qui s'offre à la vue de l'observateur. Mais la nature, elle n'en a rien à foutre de l'observateur ! Cette définition montre que l'homme occidental vit dans une illusion fructueuse qui a permis la perspective et toutes les sciences. Mais il a urgence à ce que l'homme comprenne qu'il fait partie du milieu, ce que pour le coup ont toujours dit les artistes.

Comment le visiteur peut-il s'approprier l'événement Paysage > Paysages, qui est si immense ?

C'est vrai, c'est un événement d'une ampleur inconnue et exceptionnelle à Grenoble : on a une scène de 7431 km2, soit la surface de l'Isère. Ça dure en plus trois mois, avec une programmation déployée sur tout le territoire : il peut y avoir un film à La Tour-du-Pin, une exposition au Musée de Grenoble… Il y a ainsi 160 événements de formes différentes. Alors bien sûr, on ne pense pas que tout le monde va goûter à tout, mais en proposant diverses portes d'entrée, on se dit que tout le monde pourra en prendre une.

Dans les 160 événements, il y a de tout : des expositions bien sûr (au Musée de Grenoble, au Musée Hébert, au Vog, à la MC2…) mais aussi diverses animations comme des projections, des rencontres, des activités pour les plus jeunes…

C'est vraiment un choix stratégique de notre part depuis le départ il y a trois ans : celui d'associer toutes les institutions et les porteurs de projets qui le voulaient. Plus les réunions trimestrielles avançaient, plus le nombre de partenaires augmentait. On a pris ça comme un signe fort que le nœud problématique mordait, qu'il y avait une vraie potentialité. Comme c'était la première année, il était cohérent de dire : bienvenu à tout le monde, même à ceux qui avaient déjà des projets avant de nous rencontrer, comme au Musée Géo-Charles [l'exposition Paysage ou l'étrange idée du beau a débuté bien avant le début de Paysage > Paysages, mais a été intégrée ensuite dans la manifestation – NDLR]. Et bien sûr on a aussi cofinancé certains projets, et financé à 100% certains autres.

Cette multiplicité de lieux d'accueil, du très institutionnel musée en ville à la salle des fêtes en montagne, permet elle aussi de toucher un maximum de monde…

Oui, c'est le but. Par exemple, l'artiste Jeremy Wood fait quatre choses. Il va présenter au Vog des œuvres déjà réalisées à l'étranger, principalement en Angleterre. Il est aussi venu en janvier et a installé des GPS sur les dameuses dans certaines stations de ski. Il est revenu en juillet et en a mis sur les tracteurs, les moissonneuses-batteuses, les chiens de berger, les troupeaux en alpage… Et en ce moment il prête des GPS à tous les étudiants qui le veulent pour tracer une immense œuvre sur le campus. Dans ce cas précis, comme il a embarqué pas mal de monde et notamment des paysans, on s'est dit que tous ne viendraient jamais au Vog, donc a programmé une expo à Villard-de-Lans. On va vraiment chercher tous les publics.

La manifestation est fortement portée par le département de l'Isère. Comment ce partenariat est-il né ?

Bonne question ! J'ai eu un jour rendez-vous avec le maire de Grenoble : le projet ne l'a pas intéressé, alors que je pensais que le paysage lui parlerait comme il est écolo ! Ensuite, on en a discuté avec la Métro [la communauté d'agglo – NDLR] qui a été très intéressée mais qui n'a jamais rien décidé. Puis on en a parlé au département qui, après réflexion, a accepté de partir avec nous, de porter financièrement le projet, de le démultiplier, pour en faire une colonne vertébrale de sa politique culturelle des années à venir. On a dit oui.

Mais la ligne artistique reste entre les mains du Laboratoire. D'ailleurs, qu'est-ce que le Laboratoire ?

On est une équipe artistique basée à Grenoble et spécialisée depuis des années dans les interventions monumentales dans l'espace extérieur. On a été invités à São Paulo, Rio de Janeiro, Johannesburg, Vancouver… On est profondément habitués à des populations multiples, et on s'est spécialisés par la force des choses dans les questions d'identité contemporaine. Aujourd'hui, on est par exemple très attentifs au phénomène de repli identitaire. On a du coup des complicités longues avec des grands penseurs du monde contemporain.

Récemment, devant des étudiants, je rappelais que Fernand Braudel [1902 – 1985], le grand penseur de l'identité avec son ouvrage L'identité de la France, disait que nous sortons d'une civilisation de paysans arrêtés dans un territoire qui a duré 40 000 ans, avec un sentiment identitaire lié au territoire comme on l'a vu lors de la Première guerre mondiale. Puis il a expliqué qu'en quarante ans, en l'espace de deux générations, on est devenus une civilisation qui n'est plus ancrée. Et il a expliqué que personne ne travaillait dessus, qu'il y a urgence à fabriquer de la pensée dessus. Un problème symbolique que nous avons décidé d'embrasser au Laboratoire.

C'est la saison 1 de Paysage > Paysages. Ce qui veut dire qu'il y en aura d'autres ?

Le président du conseil général de l'Isère Jean-Pierre Barbier s'est engagé jusqu'en 2020, date de la fin de son mandat. Et il y a clairement l'envie de fabriquer un événement majeur, ouvert à tous – c'est pour ça que presque tout est gratuit –, sur trois mois – le temps d'une saison – et ce tous les quinze mois pour exploiter des saisons différentes. Donc là on est sur l'automne, la fois d'après on sera sur l'hiver, peut-être plus en montagne avec des artistes qui inventent des choses avec la neige… Ça nous oblige à des écritures artistiques innovantes, mais ça nous a semblé malin et cohérent par rapport au sujet du paysage.

Paysage > Paysages
Jusqu'au 15 décembre 2016
Programmes chaque semaine dans le Petit Bulletin ou sur lelaboratoire.net/paysage-paysages


Paysage : mots pour mots

Les coups de cœur de 8 auteurs
Musée de Grenoble Place Lavalette Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


True places

Exposition de Jeremy Wood
Maison du patrimoine Villard-de-Lans 1 place de la Libération Villard-de-Lans
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

« L’Isère a une véritable puissance paysagère » (et l'événement Paysage > Paysages le prouve)

Festival | Après l’automne et l’hiver, et avant l’été l’an prochain, voici le printemps : pour sa troisième édition, le gros événement départemental Paysage > Paysages se déroulera du 23 mars au 22 juin. Avec toujours l’idée de questionner la notion de paysage grâce à pas mal d’événements artistiques – dont un gros prévu en ouverture samedi 23 et dimanche 24 mars. On débroussaille ça.

Aurélien Martinez | Mardi 19 mars 2019

« L’Isère a une véritable puissance paysagère » (et l'événement Paysage > Paysages le prouve)

« Le paysage est vraiment quelque chose d’omniprésent dans notre région, ce qui n’est pas vrai partout en France. En Isère, il y a une véritable puissance paysagère, autant du côté du système alpin que du système rhodanien. Et le paysage, c’est notre bien commun. C’est un patrimoine gratuit qui permet de s’échapper, de gagner en qualité de vie, en santé public – aller se balader en marchant dans les feuilles mortes, c’est plus utile qu’un psychanalyste ! » Voilà comment Philippe Mouillon, directeur du Laboratoire, structure artistique implantée à Grenoble et spécialisée dans les interventions à échelle urbaine (souvent d’ailleurs loin de Grenoble et de France), explique la genèse de l’entreprise très locale Paysage > Paysages lancée en 2016. À l’époque, l’homme et son équipe sont partis avec, en tête, deux constats pas très réjouissants. « On s’est dit qu’on ne pouvait pas laisser se faire l’effondrement des écosystèmes sans réagir – ça devient une problématique publique. Je trouve intéressantes, p

Continuer à lire

Trois jours de fête pour la clôture de Paysage > Paysages

Événement | Le grand événement expo (mais pas que) porté par le département de l'Isère se termine cette semaine avec un grand raout de trois jours organisé à Grenoble, place Saint-André.

Aurélien Martinez | Lundi 12 décembre 2016

Trois jours de fête pour la clôture de Paysage > Paysages

Paysage > Paysages, sous-titré « l’Isère les yeux ouverts », c’était le gros événement de la rentrée, pensé par les Grenoblois du groupement Le Laboratoire et déployé à grande échelle par le conseil général. Pendant trois mois, on a ainsi eu droit à quelque 160 manifestations, dont pas mal d’expositions comme on en a souvent rendu compte dans ces pages. Un événement passionnant grâce aux notions qu’il mettait en jeu – « il faut réinvestir le local » grâce aux « archives de nos civilisations » qu’est le paysage comme nous l’expliquait en septembre Philippe Mouillon, directeur artistique du Laboratoire. Pour clore ces trois mois intenses (qu’on a parfois eu du mal à cerner, vu leur aspect tentaculaire), un « album souvenir » sera proposé sous un dôme place Saint-André à Grenoble, avec pas mal d’animations comme un jeu des 100 lieux de l’Isère, une expérience immersive dans des paysages du coin

Continuer à lire

Faussaire, est-ce toi ?

CONNAITRE | Tu aimes la course d'orientation et l'art, mais tu ne sais pas comment associer les deux ? La réponse se trouve sur le site internet (...)

Charline Corubolo | Mardi 23 juin 2015

Faussaire, est-ce toi ?

Tu aimes la course d'orientation et l'art, mais tu ne sais pas comment associer les deux ? La réponse se trouve sur le site internet paysages-in-situ.net. Élaboré par le Laboratoire, structure grenobloise qui développe des interventions artistiques à l'échelle urbaine, l'expérimentation est avant tout un jeu ouvert à tous et gratuit qui propose de réaliser des reproductions d’œuvres et devenir ainsi faussaire. Pour cela, il faut choisir sur le site, décliné également en application, une peinture ou une photographie dans la bibliothèque d'images regroupant pas moins de 210 pièces provenant des musées de Grenoble. Chaque œuvre dévoile un paysage isèrois et c'est alors que la course d'orientation débute : le faussaire doit retrouver où était l'artiste au moment de la création. Une fois la position localisée, l'apprenti artiste n'a que l'embarras du choix pour réaliser son œuvre : dessin, photographie, outils numériques... L'étape finale : envoyer sa copie. Une proposition qui permet ainsi de croiser différentes esthétiques et de créer un parallèle étonnant entre le paysage de jadis et celui du X

Continuer à lire

L’art du nombre

ARTS | L’exposition "Une collection de collections" renouvelle l’esprit du cabinet de curiosités : soixante-dix passions de particuliers misent en scène, une paire de plasticiens spécialiste de l’intervention en milieu urbain, et même une collection de Petit Bulletin pour célébrer les 20 ans. Régis Le Ruyet

Aurélien Martinez | Vendredi 13 septembre 2013

L’art du nombre

Un, deux, puis… Suivant une idée fixe, le collectionneur amasse inlassablement les objets témoins de sa passion. Aujourd’hui, ces frénésies accumulatives entreposées jusqu’à l’encombrement sur les étagères quittent, certaines pour la première fois, les demeures de leurs propriétaires. Collection à l’effigie de Picsou, chouettes de toutes formes, papiers d’emballage d’orange ou encore boîtes à sardines : des cartels rédigés par les possesseurs narrent l’histoire de ces tranches de vie. Ces amis sympas qui à chaque anniversaire ne manquent jamais de vous offrir une nouvelle sorcière ; ce plaisir obsessionnel à traquer les vide-greniers... Lors de la visite de l’expo, au milieu des algécos, on comprend dès lors comment un jour cette famille nombreuse de rhinocéros est née et pourquoi ce passionné d’aviation peint invariablement en monochrome bleu, rouge ou jaune ses maquettes d’hydravion. Et on tombe même sur une collection de unes de Petit Bulletin ! Expo à ciel ouvert Pour le duo constitué de Maryvonne Arnaud et Philippe Mouillon, les milliers d’objets soigneusement scénographies dans des algecos vitrés constituent plus qu’un agrégat de marottes. Depuis

Continuer à lire