« Enfants, adolescents, adultes, tous au théâtre ! »

Tribune | Situé à la Villeneuve, l’Espace 600 est un théâtre qui accorde une place particulière aux jeunes spectateurs. Et qui le fait avec pertinence, même si nous n’en rendons pas suffisamment compte dans nos pages. On a du coup proposé à la directrice Lucie Duriez de nous livrer une tribune sur le sujet. La voici.

Lucie Duriez, directrice de l’Espace 600 | Mardi 18 octobre 2016

Photo : Lorène Larroze


Dans notre société si attentive aux enfants, où la jeunesse est érigée en valeur suprême, où ils sont abreuvés d'activités, de chaînes TV et de presse spécialisée, on pourrait se demander pourquoi il faudrait, en plus, les emmener au spectacle…

Déjà parce que tous, jeunes et adultes, y trouveront ensemble beaucoup de plaisir. Il faut rompre avec l'idée que le théâtre jeunesse serait "un théâtre en moins". Moins exigeant artistiquement, moins intéressant, et qui nécessiterait moins de moyens (tant on sait que le jeune public reste le parent pauvre du spectacle vivant). Un "petit théâtre" pour les "petits enfants", quelle vision datée du théâtre jeunesse !

On pourrait dire au contraire que c'est "un théâtre en plus". Pour tous les publics, dès les plus jeunes. Un spectacle jeune public s'adresse à tous, enfants et adultes, chacun le recevra avec sa sensibilité. Faisons confiance à la jeunesse pour recevoir les créations les plus audacieuses. Faisons confiance aux artistes qui choisissent de se frotter à ce public d'une extrême exigence.

Emmenons aussi les jeunes au spectacle pour ne pas les laisser dans les mains d'une société mercantile, proposons aux enfants et aux adolescents des espaces sensibles qui permettent un retour sur soi, de ressentir et de nommer ses émotions, de partager avec autrui et de se situer face au monde.

Ouvrir des espaces de dialogue

Prenons en compte les enfants et les adolescents pour ce qu'ils sont aujourd'hui ! Il faut rompre avec cette idée que nous formerions les spectateurs de demain. Spectateurs d'aujourd'hui, citoyens d'aujourd'hui. Ils ont pleinement le droit d'être les acteurs de leur vie culturelle (art. 31 de La Convention Internationale relative aux Droits de l'Enfant).

Le théâtre jeune public est un théâtre éminemment éthique, il se fait l'écho des fracas du monde. Ce n'est pas un hasard si les projets culturels investis auprès des publics jeunes s'emparent des sujets qui questionnent notre société. Il est de notre responsabilité d'accepter de les confronter à la complexité du monde. Pas pour donner des réponses, mais pour ouvrir des espaces de dialogue, de confrontation des idées et des sensibilités.

Les enfants et les adolescents ne vivent pas dans un monde à part qui serait celui d'une enfance préservée. C'est pourquoi la programmation de l'Espace 600 et les projets d'éducation artistique qui en découlent s'emparent des questions et débats qui traversent notre société. Hier, le genre et les représentations sexuées avec les veilleurs [compagnie théâtrale] alors en résidence. Aujourd'hui, les migrations internationales, pour proposer aux enfants et aux adolescents des images symboliques et des mots pour faire face à ce que les médias ont appelé « la crise des migrants ».

Génération Belle Saison

Un grand mouvement composé d'artistes, de médiateurs, d'enseignants, de responsables de lieux culturels et rassemblés autour de l'association Scène(s) d'enfance et d'ailleurs, a amené le ministère de la Culture à mettre en place une Belle Saison avec l'enfance et la jeunesse pour mettre en valeur la création adressée au jeune public et les processus de médiation associés.

Cette saison nationale, qui s'est terminée en décembre 2015, a donné lieu à la Génération Belle Saison. Des mesures qui amèneront, nous l'espérons, à un changement de regard sur le spectacle vivant adressé au jeune public. Changement de regard nécessaire pour amorcer un renforcement des politiques culturelles en direction de l'enfance et la jeunesse pour que tous les enfants, sur tous les territoires, puissent vivre cette expérience de l'art vivant.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Anne Courel : « L’adolescence sera au cœur de mon projet pour l'Espace 600 »

ACTUS | Samedi 29 septembre sera lancée la nouvelle saison de l’Espace 600, précieux théâtre grenoblois dédié au jeune public. L’occasion pour les spectateurs et spectatrices de faire connaissance avec Anne Courel, metteuse en scène de la compagnie Ariadne (basée à Villeurbanne) qui vient d’arriver à la direction du lieu. On l’a rencontrée en amont, histoire d’en savoir plus sur son projet.

Aurélien Martinez | Mardi 25 septembre 2018

Anne Courel : « L’adolescence sera au cœur de mon projet pour l'Espace 600 »

Pourquoi avoir choisi de candidater à l’Espace 600 ? Anne Courel : Parce que ça m’intéresse de diriger à la fois un lieu et une compagnie de théâtre pour mettre en application un certain nombre d’idées auxquelles je me confronte depuis pas mal de temps avec ma compagnie. Je pense notamment à la manière dont peuvent être reliées l’action culturelle, la création et la diffusion, des pôles pour moi capitaux pour que tous les publics accèdent au spectacle vivant et à l’art en général. Et puis je trouve le projet de l’Espace 600 passionnant. C’est un équipement culturel qui a su, contre vents et marées, rester un lieu dans lequel l’exigence artistique est au centre ; et qui a la volonté de s’adresser à la jeunesse comme à des vrais spectateurs. Travaillant sur l’adolescence, je me suis vraiment reconnue là-dedans. Depuis quand faites-vous du théâtre en direction du jeune public ? Les choses se sont construites petit à petit. Je me suis d’abord interrogée sur le lien entre les spectateu

Continuer à lire

Lucie Duriez : « Ce n’est pas facile de quitter un lieu aussi attachant que l'Espace 600 »

ACTUS | Depuis 2011, l’Espace 600, théâtre grenoblois situé à la Villeneuve et centré sur le jeune public, est piloté par Lucie Duriez. Ce qui ne sera plus le cas à la fin de la saison, la directrice partant vers de nouvelles aventures. L’occasion d’un rapide bilan avec elle, en attendant de connaître celle ou celui qui prendra la suite.

Aurélien Martinez | Mardi 20 février 2018

Lucie Duriez : « Ce n’est pas facile de quitter un lieu aussi attachant que l'Espace 600 »

« L’Espace 600 est un lieu assez singulier qui a un double ancrage : à la fois un théâtre pleinement implanté dans un quartier – la Villeneuve –, et à la fois un lieu pleinement engagé dans la création contemporaine pour le jeune public – d’où le fait qu’il ait un rayonnement qui dépasse très largement le bassin grenoblois. Ces deux pieds font la force du projet. » Voilà comment Lucie Duriez présente le théâtre qu’elle dirige depuis sept ans, après avoir été son administratice pendant huit ans. Un théâtre qu’elle va pourtant quitter à la fin de la saison. « Au bout de quinze ans ici, il est temps pour moi d’entamer un nouveau cycle » – elle part à Marseille pour raisons personnelles. « Bien sûr que ce n’est pas facile de quitter un lieu aussi attachant » nous assure-t-elle alors que nous la rencontrons dans son bureau au-dessus du théâtre. Surtout que l’Espace 600 lui a permis, après un DESS à Sciences Po Grenoble en direction de projets culturels, de faire ses premières armes professionnelles, notamment aux côtés de l’ancienne directrice et ponte

Continuer à lire

PB d'or 2016 : théâtre et danse

C'était 2016... | Une excellente surprise dansée et une salle qui mériterait d'être plus exposée.

Aurélien Martinez | Mardi 20 décembre 2016

PB d'or 2016 : théâtre et danse

Le PB d’or de la salle discrète mais nécessaire : l’Espace 600 Lové dans le quartier grenoblois de la Villeneuve, au rez-de-chaussée d’une barre d’immeuble, l’Espace 600 mène depuis des années un travail capital en direction du jeune public, avec une ligne artistique forte qui veut qu’un spectacle dit tout public soit aussi travaillé et réfléchi qu’un spectacle dit pour adulte. Comprendre, du coup, que cette scène est plus proche artistiquement de ses voisines type MC2 & co que d’une garderie où l’on demanderait simplement aux enfants de s’époumoner et de taper des mains face à des comédiens infantilisants simplement là pour obtenir un cachet. « Faisons confiance à la jeunesse pour recevoir les créations les plus audacieuses. Faisons confiance aux artistes qui choisissent de se frotter à ce public d’une extrême exigence » comme l’écrivait en octobre dans une tribune publiée par nos soins la directrice Lucie Duriez. C’est exactement ça.

Continuer à lire

Des vacances au théâtre avec le programme Vive les vacances

ACTUS | Quand plusieurs salles de spectacle de l'agglo décident d'ouvrir leurs portes aux plus jeunes pendant les vacances scolaires, on ne peut qu'applaudir.

Aurélien Martinez | Mardi 18 octobre 2016

Des vacances au théâtre avec le programme Vive les vacances

Et c’est parti pour la saison 4 de Vive les vacances, programme lancé en 2013 qui porte plutôt bien son nom. Soit plusieurs salles de l’agglomération grenobloise qui ont décidé de programmer des spectacles destinés au jeune public pendant les petites vacances scolaires, périodes où ces salles étaient habituellement fermées – oui, on l’a écrit (et regretté) de nombreuses fois dans ces pages, mais on ne comprend pas ce calendrier culturel construit autour d’une forte activité certains mois (mars et novembre par exemple) et de plus d’activité du tout à d’autres moments. Mais revenons-en à cette chouette initiative. Sur la saison 2016/2017, dix spectacles seront ainsi donnés dans huit salles de l’agglo. Pendant ces premières vacances de l’année, celles de Toussaint, on pourra se rendre à la MC2 pour découvrir Dormir 100 ans de l’auteure et metteuse en scène Pauline Bureau – une pièce qui, nous dit-on, « explore ce passage particulier de l’entrée dans l’adolescence ». À la Rampe, on aura plutôt droit à de la chanson (avec la souvent vue dans l’agglo Tartine Reverdy), a

Continuer à lire

Samedi matin, c'est Espace 600 !

CONNAITRE | Ce samedi 1er octobre, il n’y aura pas que l’ouverture de saison du Prunier sauvage, il faudra aussi compter sur celle de l’Espace 600, discret (...)

Aurélien Martinez | Mardi 27 septembre 2016

Samedi matin, c'est Espace 600 !

Ce samedi 1er octobre, il n’y aura pas que l’ouverture de saison du Prunier sauvage, il faudra aussi compter sur celle de l’Espace 600, discret mais passionnant théâtre grenoblois dédié au jeune public – et, plus largement, à tous les publics. Rendez-vous à 11h30 (ça fait tôt, oui), dans la continuité de la représentation de 10h (ça fait encore plus tôt!) du spectacle Debout, pour en savoir plus sur leur saison. L’entrée est bien sûr libre.

Continuer à lire

Émilie Le Roux : « Le jeune public ? Du tout public ! »

Théâtre | Émilie Le Roux, metteuse en scène grenobloise à la tête de la compagnie Les Veilleurs, proposera cette semaine un drôle de spectacle avec 106 interprètes (106, oui) pour marquer la fin de sa résidence à l’Espace 600, la scène jeune public de Grenoble. On en a profité pour évoquer avec elle tout un tas de sujets allant du théâtre jeune public en général à sa grande réussite "Mon frère, ma princesse" en passant par les relations difficiles entre les artistes et la Ville de Grenoble. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Mardi 8 décembre 2015

Émilie Le Roux : « Le jeune public ? Du tout public ! »

Vous terminez cette semaine plus de trois ans de résidence à l’Espace 600 de Grenoble avec le spectacle Allez, Allez, Allons qui n’a pas l’air d’être une toute petite chose ! Émilie Le Roux : C’est un spectacle multidisciplinaire avec du chant, de la musique, du théâtre de texte qui réunit 106 interprètes au plateau, dont des comédiens fidèles de la compagnie mais aussi une bonne partie de non-professionnels âgés de 10 et 90 ans ! Car on avait la volonté de créer une rencontre entre les générations… Que verra-t-on sur scène ? Ce sera un cabaret avec des textes qui vont de Tchekhov à Falk Richter en passant par Kafka, Olivier Py ou encore Calaferte. Et musicalement, on entendra des choses qui vont de Chopin à Philippe Katerine en passant bien évidemment par Camille [le titre du spectacle est emprunté à l’un de ses morceaux – NDLR]. Et ce sera un spectacle exceptionnel, un "one shot"… Forcément, car on n’emmènera pas ces 106 personnes en tournée ! Et puis on voulait finir cette résidence p

Continuer à lire

« Ne pas désespérer l’enfant »

SCENES | La compagnie grenobloise Les Veilleurs, menée par Émilie Le Roux, vient de signer pour une résidence de trois ans à l’Espace 600, la scène jeune public de l’agglo nichée au cœur de la Villeneuve. Une résidence qui débutera avec la reprise du très beau spectacle Lys Martagon. Rencontre avec Émilie Le Roux pour évoquer le présent et le futur. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Aurélien Martinez | Jeudi 11 octobre 2012

« Ne pas désespérer l’enfant »

Lys Martagon est un texte de l’auteur Sylvain Levey, écrit à la Villeneuve...Émilie Le Roux : Oui. En 2009, Sylvain était venu en résidence ici plusieurs semaines, il avait rencontré les habitants. Il logeait chez quelqu’un du quartier, et a ainsi vécu ce que vit le personnage de Lys : le grand écart entre cette réalité urbaine qu’est la Villeneuve, et en même temps, cet appel des montagnes qui entourent complètement le quartier. Du coup, il a inventé le personnage de Lys Martagon qui vit à la montagne avec sa mère, descend à la ville tous les jours, et qui est dans cette tension entre le monde urbain et la nature dans laquelle elle a grandi. Vous aviez déjà monté ce texte en 2010...Quand Sylvain a écrit le texte, il savait qu’il allait finir entre mes mains, parce que ça faisait partie de la commande. Il savait aussi qu’il serait créé avec des amateurs – ceux de l’Espace 600 en l’occurrence. Il y a donc eu le spectacle, et j’avais plutôt envie que ça s’arrête là. Mais plusieurs professionnels nou

Continuer à lire

« Semer des graines »

SCENES | JEUNE PUBLIC / Scène de référence dans l’agglo concernant le jeune public nichée au cœur de la Villeneuve, l’Espace 600 a depuis maintenant un an et demi une nouvelle directrice. Rencontre avec Laure-Anne Legrand, pour évoquer notamment la place du jeune public à Grenoble. Propos recueillis par AM

François Cau | Lundi 10 janvier 2011

« Semer des graines »

Petit Bulletin : Vous dirigez l’Espace 600 depuis maintenant plus d’un an, à la suite de Geneviève Lefaure, en vous inscrivant dans la continuité de cette scène Rhône-Alpes tournée vers le jeune public…Laure-Anne Legrand : Je continue de développer une attention particulière sur la création artistique destinée au jeune public, en proposant différentes esthétiques, et à destination de différentes tranches d'âge : la petite enfance, l'enfance et l'adolescence... Le théâtre jeune public, c'est une proposition pour l'enfant "à partir de". Je programme plusieurs spectacles pour l'enfant à différents moments de sa vie, ce qui permet un parcours et un choix parmi les propositions pour celui-ci. Ce qui m'intéresse également, c'est ce qui se joue pour l'enfant pendant le spectacle, mais aussi tous les projets que nous pouvons tisser autour de cette programmation, notamment avec l’adulte qui l’accompagne. Car un enfant ne vient pas tout seul au spectacle ! D’ailleurs, un bon spectacle jeune public s’adresse aussi à l’adulte. Il va trouver quelque chose dans sa relation avec l’enfant et dans son propre ressenti. Vous semblez vouloir c

Continuer à lire

«Ne pas prendre les enfants pour des imbéciles»

SCENES | JEUNE PUBLIC. Cette année, Sylvain Levey est l’auteur associé à l’Espace 600, où trois de ses textes seront mis en scène. A l’occasion du début de l’aventure la semaine prochaine avec Ouasmok ?, présenté par la compagnie grenobloise Les Gentils, on a rencontré Sylvain afin d’évoquer ses projets pour cette résidence. Propos recueillis par Aurélien Martinez

François Cau | Vendredi 23 octobre 2009

«Ne pas prendre les enfants pour des imbéciles»

Petit Bulletin : Pourquoi avoir accepté la proposition de l’Espace 600 ?Sylvain Levey : C’était une envie politique, car un auteur en résidence dans un lieu comme la Villeneuve a du sens. Je ne suis pas un auteur qui travaille seul chez lui, j’aime bien être en déplacement, à la rencontre des gens. J’ai un parcours aussi avec le lieu ; Villeneuve, pour moi, représente quelque chose : c’est un de mes premiers déplacements en tant qu’auteur avec Ouasmok ?. J’ai commencé à beaucoup apprécier Geneviève Lefaure [l’ancienne directrice de l’Espace 600, qui a quitté son poste en juin dernier NDLR]. J’ai trouvé que la reprise du projet par Laure-Anne Legrand [la nouvelle directrice NDLR] était faite de façon intelligente, donc je me suis dit "ok, je peux y aller" ! Comment s’articulera cette résidence ?C’est un grand projet qui prend du temps et de l’esprit. Il va y avoir plein de rencontres et de choses très riches à faire avec les jeunes. Je les ai déjà rencontrés, c’était très fort. Ils sont disponibles, ouverts d’esprit, capables de se faire surprendre… J’aime bien cette idée de travailler sur la Villeneuve. J’ai

Continuer à lire