Après "Guy Môquet", Villeneuve la série est de retour avec "Africa"

Initiative | Après le succès de son précédent "Guy Môquet", présenté au Festival de Cannes et nommé aux César, le collectif Villeneuve la série revient sur le devant de la scène avec "Africa", projeté mardi 11 avril à l’Espace 600 dans le cadre d’un double-programme.

Damien Grimbert | Mardi 4 avril 2017

Photo : Naïm Aït-Sidhoum et Julien Perrin


Installé dans le quartier de la Villeneuve depuis la fin de l'année 2010, le collectif Villeneuve la série a pour objectif de « mettre en place des projets qui investissent les habitants du quartier dans la création de films » comme nous le résume Naïm Aït-Sidhoum. « Au début, on avait un projet de série télé – d'où le nom du collectif – qui s'est ensuite transformé en projet de production de courts-métrages pour le cinéma. Notre première réalisation vraiment aboutie, c'est Guy Môquet, qu'on a tourné durant l'été 2013 et qui est sorti l'année suivante. »

Comédie romantique moderne et malicieuse, le film de 30 minutes connaît l'honneur d'une projection à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes, d'une nomination aux César en 2016 et d'une diffusion sur France 2. Mais le collectif ne s'arrête pas là...

« Coupler Africa à un film qui n'a rien à voir avec la Villeneuve »

C'est en 2015 que commence le tournage d'Africa, nouveau projet qui réunit à peu près le même noyau dur d'acteurs. Tourné à l'Espace 600 (théâtre située galerie de l'Arlequin), le film met en scène une trentaine d'habitants du quartier qui participent à la création d'un spectacle sous la direction d'un metteur en scène extérieur.

« L'idée, c'est de montrer la contrainte de la création passée au filtre de l'action socio-culturelle, et les difficultés qu'elle engendre. Souvent, on fait appel à des professionnels extérieurs au quartier pour intervenir, qui arrivent avec leur subjectivité, leurs repères culturels qui frictionnent forcément avec ceux des habitants. Ce qu'on voulait montrer avec Africa, c'est que même si cela n'aboutit pas toujours à une création très intéressante, le processus qui y mène, avec ses difficultés, ses ratés, est lui souvent intéressant ».

Projeté pour la première fois ce mardi à l'Espace 600, Africa sera accompagné d'un autre film, en l'occurrence le making-of du fameux clip de Michael Jackson Thriller. « Contrairement à nos précédentes projections à l'Espace 600, on trouvait ça intéressant de coupler Africa à un film qui n'a rien à voir avec la Villeneuve ou même la banlieue. Et du coup, confronter un film qui prend un peu la forme d'un making-of d'un spectacle au véritable making-of d'un clip que tout le monde connaît. Pour nous, ça faisait sens ».

Les films de la Villeneuve épisode 4
À l'Espace 600 ​mardi 11 avril à 19h30


Les films de la Villeneuve - Épisode 4

Projection de "Africa" et de "Making off Michael Jackson's Thriller"
Espace 600 97 galerie de l'Arlequin Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

House fusionnelle avec Cassius et DJ Gregory

Soirée | Samedi 20 avril à la Belle électrique, il y aura du lourd, avec notamment un duo phare de la French Touch.

Damien Grimbert | Mardi 9 avril 2019

House fusionnelle avec Cassius et DJ Gregory

1999. Après dix années de collaborations diverses en studio (sur les premiers albums de MC Solaar, ou leur fameux projet downtempo La Funk Mob), les producteurs français Philippe "Zdar" Cerboneschi et Hubert "Boom Bass" Blanc-Francard sortent 1999, le très attendu premier album de leur duo house Cassius. Porté par un single au succès planétaire (Feeling For You), ce dernier se transforme rapidement en totem de la French Touch et pose la première pierre d’un édifice musical qui se prolongera sur trois autres albums : Au Rêve en 2002, 15 Again en 2006 et Ibifornia en 2016. Marquée par des tubes de grande ampleur (Toop Toop en 2006, I <3 U So en 2010) et de nombreuses collaborations prestigieuses (avec Pharrell Williams,

Continuer à lire

Ambiance africaine avec BCUC, Mawimbi et Africaine 808

MUSIQUES | Samedi 13 mai, la Belle électrique joue la carte de l'audace pour une soirée véritablement cosmopolite.

Damien Grimbert | Mardi 9 mai 2017

Ambiance africaine avec BCUC, Mawimbi et Africaine 808

C’est un double pari relativement audacieux de la part de la Belle électrique, dont on espère vivement qu’il rencontre son public. D’une part mêler sur un créneau soirée une formation instrumentale live (l’excellent groupe sud-africain BCUC) et différents DJs européens de haut-niveau. De l’autre délaisser l’espace d’une soir les sacro-saintes chapelles house et techno pour s’aventurer vers des territoires plus métissés, tirant leurs inspirations des diverses musiques du continent africain. Au programme de cette soirée pas comme les autres donc, BCUC (pour Bantu Continua Uhuru Consciousness, photo), collectif fusionnel afro-psychédélico-futuriste de Soweto qui déploie dans ses morceaux fleuves, dépassant fréquemment la vingtaine de minutes, une vaste gamme de styles musicaux sud-africains infusés dans le rock, la soul et le hip-hop. Mais également les cinq membres du très en vue collectif de DJs/producteurs/promoteurs parisien Mawimbi, et enfin l’assez novateur duo berlinois Africaine 808, qui c

Continuer à lire

Sydney Pollack au zénith africain

ECRANS | Son film aux 7 Oscars sera repris mardi soir au Pathé Chavant et au Pathé Échirolles.

Vincent Raymond | Mardi 8 décembre 2015

Sydney Pollack au zénith africain

Sous-titré en français Souvenirs d’Afrique (mais qui s'en souvient encore, trente ans après…), Out of Africa est définitivement un film hors du temps. N'étaient ses interprètes Meryl Streep et Robert Redford, dont la physionomie quasi juvénile trahit les années 1980, il pourrait aisément passer pour l’une de ces grandes fresques épico-romantiques en Technicolor et format large destinées à offrir dépaysement ou frissonnement canaille aux spectateurs des "fifties". Tiré des mémoires de Karen Blixen (dont l’œuvre inspira également le merveilleux Festin de Babette), ce récit exotique respire une nostalgie douloureuse perceptible dès son incipit en voix-off, le plus fameux de la décennie : « J’avais une ferme en Afrique… ». La nostalgie douloureuse de l’auteur, femme malheureuse en ménage, écrasée par le poids des conventions et la pesanteur coloniale, mais conquise par un aventurier, jusqu’à un tragique dénouement – sans quoi, pas de drame, ni de larmes, ni de poussière… Étincelant de ses 7 Oscars, Out of Africa survient dans la prolifique carrière de Sydney Pollack après une stupéfiante série d’œuvres ayant

Continuer à lire

"Guy Môquet" : Made in Grenoble

CONNAITRE | C’était un peu la "feel-good story" du printemps : Guy Môquet, comédie romantique de 30 minutes réalisée par Demis Herenger et tournée en quelques (...)

Damien Grimbert | Mardi 15 juillet 2014

C’était un peu la "feel-good story" du printemps : Guy Môquet, comédie romantique de 30 minutes réalisée par Demis Herenger et tournée en quelques semaines à la Villeneuve pendant l’été 2013 avec des moyens limités et des acteurs habitants le quartier, se retrouvait sélectionnée à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes, et ses participants invités à gravir les marches du Palais des festivals. L’histoire tient en quelques lignes : Guimo, un jeune du quartier, promet à Ticky, la fille dont il s’est amouraché, de l’embrasser au crépuscule devant tout le monde, en plein milieu du lac de la Villeneuve. Restait juste à vérifier que le film était à la hauteur de l’attention suscitée : banco, c’est très largement le cas. Drôle (vraiment), vif, intelligent, rythmé, remarquablement interprété et dénué de tout superflu, Guy Môquet réussit surtout à éviter le piège du "paternalisme bienveillant" qu’on était en droit d’appréhender. Une franche réussite, donc, qu’on vous invite vivement à découvrir lors de sa projection en plein air, gratuite et ouverte à tous, le mardi 29 juillet à 21h40 sur la place Rouge du Parc de la Villeneuve, à quelque

Continuer à lire

Feu !

MUSIQUES | World / Pour cette treizième édition du festival dédié aux musiques de l’Afrique et de la Méditerranée, sont convoqués deux entités fort différentes : la chanteuse (...)

Laetitia Giry | Vendredi 6 juillet 2012

Feu !

World / Pour cette treizième édition du festival dédié aux musiques de l’Afrique et de la Méditerranée, sont convoqués deux entités fort différentes : la chanteuse tunisienne Amina Annabi, qui œuvre en solo depuis maintenant une trentaine d’années, et le plutôt jeune groupe algérien Djmawi africa, composé de pas moins de neuf musiciens. Ces derniers élaborent depuis quatre ans (et un concert donné au lycée) un métissage extraordinaire des diverses influences et des différents courants de la musique dite du Sud. Du raï, du rap, du rock : mélangez tout, rajoutez beaucoup d’énergie et un plaisir communicatif et vous aurez les ingrédients principaux des concerts de ce groupe hors norme en bien des points. La carrière d’Amina est faite quant à elle de succès et de détours : une participation à l’Eurovision en 1991, des collaborations jalonnant son parcours (notamment au cinéma avec Lelouch et Bertolucci), un projet d’album jazzy sur le feu… Mais une reconnaissance assez discrète en somme. La dame dispose pourtant d’un organe vocal à la chaleur et à la générosité particulièrement appréciables dans les chants orientaux. On retient pour notre part cette voix posée sur l’album A Jama

Continuer à lire