Alpe d'Huez : Laurent Wauquiez s'extasie pour le festival Tomorrowland à hauteur de 400 000 euros

ACTUS | Tomorrowland, l'un des plus gros festivals du monde basé à Anvers, installera du 13 au 15 mars 2019 une édition hivernale à l'Alpe d'Huez (Isère), largement subventionnée par la Région.

Sébastien Broquet | Vendredi 9 mars 2018

Photo : Tomorrowland


C'est par un communiqué de presse de la Région Auvergne-Rhône-Alpes que l'on apprend ce vendredi 9 mars l'arrivée à l'Alpe d'Huez d'une version hivernale du festival Tomorrowland. Ce festival accueille chaque année depuis 2005 à Boom, dans la province d'Anvers en Belgique, plus de 400 000 festivaliers. À l'Alpe d'Huez, 30 000 personnes sont attendues.

Laurent Wauquiez, qui rêvait de son grand festival (au départ de rock, comme l'avaient révélé nos confrères de Lyon Capitale), accueille donc la grande foire de l'eurodance et ce en grande pompe : 400 000 euros de subvention vont lui être alloués, ce qui fait de la Région son premier financeur public. « Une participation inédite » dixit la Région elle-même. Ce qui démontre aussi l'incapacité du président de Région de monter ou de prendre part à un projet original, l'Alpe d'Huez s'étant portée candidate pour importer ce festival très commercial, qui avait déjà lancé des éditions au Brésil ou aux États-Unis en joint-venture avec des industriels américains du divertissement, SFX, pour ce qui s'est avéré un échec.

L'édition française sera elle entièrement portée par l'équipe belge : « Cette édition de Tomorrowland a été créée par notre jeune et passionnée équipe anversoise, et nous avons le contrôle sur l'ensemble à 100%. Nous ne pouvions pas imaginer de meilleure manière de fêter notre quinzième anniversaire et nous nous attendons à une année énorme. Nous sommes impatients d'accueillir les festivaliers dans ce cadre magique » a déclaré sur le site du festival l'un des deux frères fondateurs de l'événement, Michiel Beers.

400 000 euros de la culture... pour la montagne ?

Surtout, se pose la question de l'utilisation des deniers publics : à l'heure où les subventions de nombreuses associations et institutions sont rognées dans la région, lâcher 400 000 euros pour un festival à la ligne éditoriale et artistique pour le moins discutable (euphémisme), qui revendique 25 millions de chiffre d'affaires pour son édition belge selon L'Écho, interpelle forcément et ne manquera pas de faire réagir celles et ceux qui agissent concrètement pour la culture dans nos contrées.

Mais l'idée motrice de ce festival et de son soutien financier n'est sans doute pas à chercher du côté de la culture. Jean-Yves Noyrey, le maire de l'Alpe d'Huez, était en 33e position sur la liste des candidats présentés par Laurent Wauquiez aux dernières régionales : comme souvent avec le président de Région, les soupçons de clientélisme ne sont jamais loin.

Et comme beaucoup de stations de sports d'hiver, l'Alpe d'Huez est en difficulté et souffre d'une certaine désaffection. Le président de Région, sous l'influence de certains de ses proches (en particulier le discuté Gilles Chabert, conseiller général élu sur la liste Wauquiez, devenu son "conseiller montagne", mais aussi président du Syndicat national des moniteurs du ski français), est sensible aux demandes de ce secteur : il avait dès 2016 lancé un plan d'investissement en neige de culture de 200 millions d'euros sur six ans. Précisons que messieurs Noyrey et Chabert sont tous deux proches également, se côtoyant en particulier au sein de l'ESF, l'École du Ski Français. L'intérêt touristique et financier pour la commune a visiblement largement primé sur l'approche culturelle pour appâter le festival belge.

Pour revenir à Tomorrowland, on notera que lors de la dernière édition à Anvers de ce festival, le dancefloor s'est vidé lorsque les inventeurs du genre techno que sont Juan Atkins, Derrick May et Kevin Saunderson ont joué... Car Tomorrowland, c'est surtout le temple de l'EDM (ou eurodance), entièrement voué à la gloire de David Guetta, Calvin Harris, Tiësto et autres stars du même acabit, même si une récente ouverture s'est faite vers d'autres genres depuis que le grand public s'est entiché de la house et la techno. Aucune indication n'a été donnée à l'heure actuelle en ce qui concerne la programmation de jeunes artistes issus de la région sur les scènes du festival.

« Une chance incroyable pour notre territoire »

Le président des Républicains a déclaré via son communiqué : « Tomorrowland Winter sera un événement culturel majeur du calendrier 2019 en Auvergne-Rhône-Alpes. Cette manifestation unique à l'échelle internationale s'inscrira également dans les priorités de la politique culturelle régionale et renforcera l'attractivité de la région pour la première édition hivernale du festival. Pour cette raison, la Région a tenu à être le premier financeur public de Tomorrowland. Avec plus de 360 festivals soutenus, dont 8 dépassant les 100 000 spectateurs, Auvergne-Rhône-Alpes se félicite de pouvoir accueillir les "People of Tomorrow" à l'Alpe d'Huez, l'une des stations les plus prestigieuses d'Europe. »

« Une fois de plus notre région démontre toute son attractivité, tout son potentiel et toute sa capacité à accueillir des événements culturels majeurs et internationaux. C'est une chance incroyable pour notre territoire et plus spécifiquement pour nos montagnes. Tomorrowland Winter pourra compter sur notre formidable écosystème culturel, fort de nombreux professionnels mondialement reconnus et d'une Région pleinement investie pour la culture » a ajouté Florence Verney-Carron, la vice-présidente déléguée à la culture.

Tomorrowland Winter s'étendra sur tout le domaine skiable de l'Alpe d'Huez. Le communiqué précise en outre que « tous les ingrédients sont réunis pour que le festival devienne une expérience inoubliable et encore jamais vue dans le monde » : de toute évidence, Laurent Wauquiez n'a jamais mis les pieds jusqu'ici dans un festival de musique, encore moins électronique, au point de confondre culture et arrivée du Tour de France.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Florence Verney-Carron : « Je ne pense pas que Tomorrowland provoque un déséquilibre »

ACTUS | Alors qu'une nouvelle tribune, initiée cette fois par les grands festivals de musiques électroniques de tout le pays, demande aux élus d'être plus attentifs à l'écosystème français, Florence Verney-Carron, vice-présidente à la culture de la Région, a tenu à s'exprimer au sujet de la fronde des acteurs culturels locaux face à la subvention accordée au festival belge Tomorrowland.

Sébastien Broquet | Mardi 3 avril 2018

Florence Verney-Carron : « Je ne pense pas que Tomorrowland provoque un déséquilibre »

Au tour des festivals de musiques électroniques de l'ensemble du pays de réagir à l'arrivée de Tomorrowland à l'Alpe d'Huez. Une tribune est parue via le magazine Trax, signée par tous les grands acteurs de la techno et de ses dérivés, parmi lesquels Nuits sonores, Weather Festival, Astropolis, Positive Education à Saint-Étienne, Tapage Nocturne et bien sûr Holocène, directement impacté puisque se déroulant à Grenoble à la même période que l'événement hivernal de la franchise belge. « Si nous voulons faire face à l'hégémonie des multinationales du divertissement qui s'implantent en France et se livrent une guerre à coups de millions d'euros, et préserver notre

Continuer à lire

Tomorrowland : « Le festival sera porté sur les délégations tourisme et économie » annonce finalement la Région

ACTUS | Les services culturels de la Région ont reçu mercredi 21 mars des représentants du milieu de la culture pour déminer le front de protestation s'étant érigé face à l'annonce de Laurent Wauquiez de vouloir subventionner à hauteur de 400 000 euros le festival commercial Tomorrowland. On fait le point.

Sébastien Broquet | Jeudi 22 mars 2018

Tomorrowland : « Le festival sera porté sur les délégations tourisme et économie » annonce finalement la Région

La mobilisation de plusieurs acteurs régionaux des musiques actuelles n'est pas restée lettre morte du côté de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Les services de la Région ont annoncé mercredi 21 mars à leurs représentants que le budget culture ne serait finalement pas impacté par l'arrivée du festival belge Tomorrowland. « Notre région peut se réjouir d’avoir réussi à capter un événement d’envergure internationale. C’est la raison pour laquelle ce festival sera porté sur les délégations tourisme et économie. Le budget culture ne sera pas impacté » a précisé jeudi 22 mars la Région dans un nouveau communiqué, à rebours du précédent envoyé le vendredi 9 mars dans lequel Laurent Wauquiez était alors très clair sur "l'ambition culturelle" du projet : « Tomorrowland Winter sera un événem

Continuer à lire

Laurent Wauquiez : juste une photo de lui

ACTUS | Laurent Wauquiez a décidemment bien du mal à initier un élan pour le destin national dont il rêve. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, après avoir torpillé son image avec des propos tenus devant des étudiants de l’EM Lyon et enregistrés à son insu, tente maintenant de glisser sa photo sur des supports de communication des lieux culturels que la Région soutient en partie.

Dalya Daoud / Rue89Lyon | Mardi 6 mars 2018

Laurent Wauquiez : juste une photo de lui

Les salles de spectacle estampillées "scène régionale Auvergne-Rhône-Alpes" (un label créé par la Région en 2017) ont reçu le 15 février de la part des services du conseil régional des éléments de communication qu’ils sont priés d’intégrer en première page de leur programme culturel pour la saison à venir. De quoi s’agit-il ? D’éléments de langage destinés à produire un édito signé Laurent Wauquiez ainsi que de sa photo – c’est ce qu'explique le site d’info grenoblois PlaceGrenet qui a révélé l'information. « Il n’y a rien de nouveau ou d’incroyable. C’est dans le règlement des subventions et d’obtention de ce label. Cela a été voté l’an dernier » a expliqué à notre partenaire Rue89Lyon le cabinet du président de Région. Pourtant, il n’y a pas trace de cette obligation dans le règlement des subventions, pas plus que dans les conv

Continuer à lire

La Région Auvergne Rhône-Alpes dévoile son livre blanc pour la culture

Politique culturelle | Après 22 mois, la Région Auvergne Rhône-Alpes a enfin fini de rencontrer les acteurs culturels et a élaboré un "livre blanc" pour réfléchir aux orientations que compte suivre Laurent Wauquiez durant sa mandature. Analyse critique.

Sébastien Broquet | Mardi 17 octobre 2017

La Région Auvergne Rhône-Alpes dévoile son livre blanc pour la culture

Quand Laurent Wauquiez tweetait le 9 octobre dernier au sujet du Musée des Tissus de Lyon que « la culture et le patrimoine ne peuvent pas uniquement se résumer à des frais et à des coûts », on ne pensait pas que les chiffres étaient à ce point occultés dès lors que l'on parlait de ce sujet à la Région. Car lors de la présentation le jeudi 12 octobre du "Livre blanc pour la construction d'un projet culturel régional", il fût bien difficile pour les journalistes présents face à Florence Verney-Carron, la vice-présidente à la culture, et Anita Weber, vice-présidente de l'Observatoire des politiques culturelles qui était en charge de cette étude menée ces derniers mois, d'obtenir des précisions sur les 60M€ de budget alloués cette année au secteur – le même qu'en 2016, en baisse par rapport à la mandature socialiste. Comment sont répartis les arbitrages, au profit de quel secteur, de quel territoire ? Combien a coûté cette étude ? Ce

Continuer à lire

Politique culturelle : la région cultive le flou

ACTUS | Ça coince. Depuis le changement d’exécutif à la tête de la région Rhône-Alpes (devenue Auvergne-Rhône-Alpes) en décembre, aucune ligne claire concernant la culture n'a été édictée. Pire : les budgets sont rabotés sans la moindre concertation. En cette rentrée, le milieu culturel s'échauffe.

Nadja Pobel | Lundi 5 septembre 2016

Politique culturelle : la région cultive le flou

La culture n'est pas une compétence obligatoire des régions, au contraire par exemple de la construction et du fonctionnement des lycées, de la formation professionnelle ou encore des transports (comme les TER). D'où certainement le fait que, lors de sa conférence de presse sur le budget ce printemps, le nouveau président d’Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez ait appris par notre question que la région était présente chaque été au Festival d'Avignon (location d'une péniche pour des débats et des échanges), présence qu'il a aussitôt annulée. Voilà donc pour la méthode qui prévaut depuis son arrivée : trancher dans le vif, en une minute. Exit les commissions d'experts (bénévoles) chargées d'étudier les dossiers très complets de demande de subventions adressés aux élus. Pourquoi ce système a disparu ? Pour Florence Verney-Carron, vice-présidente en charge de la culture, « c'était un problème de délai sur ce

Continuer à lire