Tomorrowland : « Le festival sera porté sur les délégations tourisme et économie » annonce finalement la Région

ACTUS | Les services culturels de la Région ont reçu mercredi 21 mars des représentants du milieu de la culture pour déminer le front de protestation s'étant érigé face à l'annonce de Laurent Wauquiez de vouloir subventionner à hauteur de 400 000 euros le festival commercial Tomorrowland. On fait le point.

Sébastien Broquet | Jeudi 22 mars 2018

Photo : Tomorrowland


La mobilisation de plusieurs acteurs régionaux des musiques actuelles n'est pas restée lettre morte du côté de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Les services de la Région ont annoncé mercredi 21 mars à leurs représentants que le budget culture ne serait finalement pas impacté par l'arrivée du festival belge Tomorrowland.

« Notre région peut se réjouir d'avoir réussi à capter un événement d'envergure internationale. C'est la raison pour laquelle ce festival sera porté sur les délégations tourisme et économie. Le budget culture ne sera pas impacté » a précisé jeudi 22 mars la Région dans un nouveau communiqué, à rebours du précédent envoyé le vendredi 9 mars dans lequel Laurent Wauquiez était alors très clair sur "l'ambition culturelle" du projet : « Tomorrowland Winter sera un événement culturel majeur du calendrier 2019 en Auvergne-Rhône-Alpes. Cette manifestation unique à l'échelle internationale s'inscrira également dans les priorités de la politique culturelle régionale. »

Dans ce même communiqué, ce n'était pas le vice-président au tourisme qui s'exprimait, mais bel et bien Florence Verney-Carron, en charge de la culture, qui déclarait : « Une fois de plus notre région démontre toute son attractivité, tout son potentiel et toute sa capacité à accueillir des événements culturels majeurs et internationaux. (...) Tomorrowland Winter pourra compter sur notre formidable écosystème culturel, fort de nombreux professionnels mondialement reconnus et d'une Région pleinement investie pour la culture. »

La Région convoque les acteurs culturels

Mercredi 21 mars, répondant à la convocation des services culturels pour déminer la situation, une délégation d'acteurs de la culture s'est rendue à l'Hôtel de Région, délégation comprenant Nicolas Riedel (directeur d'Auvergne Rhône Alpes spectacle vivant), Jean-Brice Lacombe (vice-président de Grand Bureau, délégué du Syndicat des musiques actuelles) et Pierre Dugelay (directeur du Périscope Lyon).

Ni Laurent Wauquiez, ni Florence Verney-Carron n'étaient présents. Face à eux, les services administratifs en charge de la culture. Selon un participant, « personne ne nous a accusés d'avoir mal compris le premier communiqué ». Des précisions ont été apportées pour rassurer le milieu culturel : la subvention de 400 000 euros sera versée directement à la commune de l'Alpe d'Huez, et non au festival Tomorrowland. Et sera donc finalement impactée sur le budget tourisme, et non culturel, comme le premier communiqué le laissait entendre.

Les représentants du milieu culturel ont de leur côté insisté sur la situation intenable de nombre d'associations et petits festivals de la région. Et, surtout, ont mis dans la balance le contrat de filière, pour lequel ils réclament des enveloppes financières supplémentaires. Dans son communiqué, la Région a pris acte de cette demande : « La Région affirme de manière volontaire son souhait de pouvoir signer dès la fin de l'année une convention avec le Centre national de la variété et le ministère de la culture, Drac Auvergne-Rhône-Alpes, qui débouchera sur un contrat de filière. Elle souhaite ardemment que l'ensemble des acteurs de ce secteur s'empare de cette future convention pour déterminer ensemble les axes qui seront retenus. »

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Florence Verney-Carron : « Je ne pense pas que Tomorrowland provoque un déséquilibre »

ACTUS | Alors qu'une nouvelle tribune, initiée cette fois par les grands festivals de musiques électroniques de tout le pays, demande aux élus d'être plus attentifs à l'écosystème français, Florence Verney-Carron, vice-présidente à la culture de la Région, a tenu à s'exprimer au sujet de la fronde des acteurs culturels locaux face à la subvention accordée au festival belge Tomorrowland.

Sébastien Broquet | Mardi 3 avril 2018

Florence Verney-Carron : « Je ne pense pas que Tomorrowland provoque un déséquilibre »

Au tour des festivals de musiques électroniques de l'ensemble du pays de réagir à l'arrivée de Tomorrowland à l'Alpe d'Huez. Une tribune est parue via le magazine Trax, signée par tous les grands acteurs de la techno et de ses dérivés, parmi lesquels Nuits sonores, Weather Festival, Astropolis, Positive Education à Saint-Étienne, Tapage Nocturne et bien sûr Holocène, directement impacté puisque se déroulant à Grenoble à la même période que l'événement hivernal de la franchise belge. « Si nous voulons faire face à l'hégémonie des multinationales du divertissement qui s'implantent en France et se livrent une guerre à coups de millions d'euros, et préserver notre

Continuer à lire

Alpe d'Huez : Laurent Wauquiez s'extasie pour le festival Tomorrowland à hauteur de 400 000 euros

ACTUS | Tomorrowland, l'un des plus gros festivals du monde basé à Anvers, installera du 13 au 15 mars 2019 une édition hivernale à l'Alpe d'Huez (Isère), largement subventionnée par la Région.

Sébastien Broquet | Vendredi 9 mars 2018

Alpe d'Huez : Laurent Wauquiez s'extasie pour le festival Tomorrowland à hauteur de 400 000 euros

C'est par un communiqué de presse de la Région Auvergne-Rhône-Alpes que l'on apprend ce vendredi 9 mars l'arrivée à l’Alpe d’Huez d'une version hivernale du festival Tomorrowland. Ce festival accueille chaque année depuis 2005 à Boom, dans la province d’Anvers en Belgique, plus de 400 000 festivaliers. À l'Alpe d'Huez, 30 000 personnes sont attendues. Laurent Wauquiez, qui rêvait de son grand festival (au départ de rock, comme l'avaient révélé nos confrères de Lyon Capitale), accueille donc la grande foire de l'eurodance et ce en grande pompe : 400 000 euros de subvention vont lui être alloués, ce qui fait de la Région son premier financeur public. « Une participation inédite » dixit la Région elle-même. Ce qui démontre aussi l'incapacité du président de Région de monter ou de prendre part à un projet original, l'Alpe d'Huez s'étant portée candidate pour importer ce festival très commercial, qui avait déjà lancé des éditions au Brésil ou aux États-Unis en joint-venture avec des industriels américains du divertissement, SFX

Continuer à lire

Laurent Wauquiez : juste une photo de lui

ACTUS | Laurent Wauquiez a décidemment bien du mal à initier un élan pour le destin national dont il rêve. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, après avoir torpillé son image avec des propos tenus devant des étudiants de l’EM Lyon et enregistrés à son insu, tente maintenant de glisser sa photo sur des supports de communication des lieux culturels que la Région soutient en partie.

Dalya Daoud / Rue89Lyon | Mardi 6 mars 2018

Laurent Wauquiez : juste une photo de lui

Les salles de spectacle estampillées "scène régionale Auvergne-Rhône-Alpes" (un label créé par la Région en 2017) ont reçu le 15 février de la part des services du conseil régional des éléments de communication qu’ils sont priés d’intégrer en première page de leur programme culturel pour la saison à venir. De quoi s’agit-il ? D’éléments de langage destinés à produire un édito signé Laurent Wauquiez ainsi que de sa photo – c’est ce qu'explique le site d’info grenoblois PlaceGrenet qui a révélé l'information. « Il n’y a rien de nouveau ou d’incroyable. C’est dans le règlement des subventions et d’obtention de ce label. Cela a été voté l’an dernier » a expliqué à notre partenaire Rue89Lyon le cabinet du président de Région. Pourtant, il n’y a pas trace de cette obligation dans le règlement des subventions, pas plus que dans les conv

Continuer à lire

La Région Auvergne Rhône-Alpes dévoile son livre blanc pour la culture

Politique culturelle | Après 22 mois, la Région Auvergne Rhône-Alpes a enfin fini de rencontrer les acteurs culturels et a élaboré un "livre blanc" pour réfléchir aux orientations que compte suivre Laurent Wauquiez durant sa mandature. Analyse critique.

Sébastien Broquet | Mardi 17 octobre 2017

La Région Auvergne Rhône-Alpes dévoile son livre blanc pour la culture

Quand Laurent Wauquiez tweetait le 9 octobre dernier au sujet du Musée des Tissus de Lyon que « la culture et le patrimoine ne peuvent pas uniquement se résumer à des frais et à des coûts », on ne pensait pas que les chiffres étaient à ce point occultés dès lors que l'on parlait de ce sujet à la Région. Car lors de la présentation le jeudi 12 octobre du "Livre blanc pour la construction d'un projet culturel régional", il fût bien difficile pour les journalistes présents face à Florence Verney-Carron, la vice-présidente à la culture, et Anita Weber, vice-présidente de l'Observatoire des politiques culturelles qui était en charge de cette étude menée ces derniers mois, d'obtenir des précisions sur les 60M€ de budget alloués cette année au secteur – le même qu'en 2016, en baisse par rapport à la mandature socialiste. Comment sont répartis les arbitrages, au profit de quel secteur, de quel territoire ? Combien a coûté cette étude ? Ce

Continuer à lire

Politique culturelle : la région cultive le flou

ACTUS | Ça coince. Depuis le changement d’exécutif à la tête de la région Rhône-Alpes (devenue Auvergne-Rhône-Alpes) en décembre, aucune ligne claire concernant la culture n'a été édictée. Pire : les budgets sont rabotés sans la moindre concertation. En cette rentrée, le milieu culturel s'échauffe.

Nadja Pobel | Lundi 5 septembre 2016

Politique culturelle : la région cultive le flou

La culture n'est pas une compétence obligatoire des régions, au contraire par exemple de la construction et du fonctionnement des lycées, de la formation professionnelle ou encore des transports (comme les TER). D'où certainement le fait que, lors de sa conférence de presse sur le budget ce printemps, le nouveau président d’Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez ait appris par notre question que la région était présente chaque été au Festival d'Avignon (location d'une péniche pour des débats et des échanges), présence qu'il a aussitôt annulée. Voilà donc pour la méthode qui prévaut depuis son arrivée : trancher dans le vif, en une minute. Exit les commissions d'experts (bénévoles) chargées d'étudier les dossiers très complets de demande de subventions adressés aux élus. Pourquoi ce système a disparu ? Pour Florence Verney-Carron, vice-présidente en charge de la culture, « c'était un problème de délai sur ce

Continuer à lire