Florence Verney-Carron : « Je ne pense pas que Tomorrowland provoque un déséquilibre »

ACTUS | Alors qu'une nouvelle tribune, initiée cette fois par les grands festivals de musiques électroniques de tout le pays, demande aux élus d'être plus attentifs à l'écosystème français, Florence Verney-Carron, vice-présidente à la culture de la Région, a tenu à s'exprimer au sujet de la fronde des acteurs culturels locaux face à la subvention accordée au festival belge Tomorrowland.

Sébastien Broquet | Mardi 3 avril 2018

Photo : Tomorrowland


Au tour des festivals de musiques électroniques de l'ensemble du pays de réagir à l'arrivée de Tomorrowland à l'Alpe d'Huez. Une tribune est parue via le magazine Trax, signée par tous les grands acteurs de la techno et de ses dérivés, parmi lesquels Nuits sonores, Weather Festival, Astropolis, Positive Education à Saint-Étienne, Tapage Nocturne et bien sûr Holocène, directement impacté puisque se déroulant à Grenoble à la même période que l'événement hivernal de la franchise belge.

« Si nous voulons faire face à l'hégémonie des multinationales du divertissement qui s'implantent en France et se livrent une guerre à coups de millions d'euros, et préserver notre patrimoine culturel, il serait judicieux que les institutions, au-delà de leurs engagements verbaux, soutiennent le développement de nos acteurs des musiques électroniques qui travaillent d'arrache-pied à créer de la valeur et n'ont pas pour seul objectif le profit et la satisfaction de leurs actionnaires » explique Tommy Vaudecrane, président de l'association Technopol, au nom des signataires, ajoutant que « Technopol et les acteurs des musiques électroniques estiment qu'il est grand temps que les solutions de financements soient fléchées en priorité sur les acteurs culturels, cela afin que les fonds attribués puissent soutenir l'émergence artistique, les musiques moins commerciales et les formules plus audacieuses et non le strass et les paillettes des multinationales du divertissement. »

Du tourisme, on vous dit !

Du côté de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, la réponse de la vice-présidente à la culture Florence Verney-Carron, que nous avons rencontré le mardi 27 mars, est simple : ça concerne le tourisme, pas la culture. « On peut ajouter que, selon les premiers éléments d'observation en notre possession, les tour opérateurs du Japon et d'Australie sont intéressés par Tomorrowland. Ce n'est pas un public que l'on aurait eu dans notre région. C'est un public qui va venir très largement d'ailleurs. » Questionnée au sujet de la destination exacte des 400 000 euros, la vice-présidente à la culture nous assure que la subvention sera « versée à la station de l'Alpe d'Huez. Vous avez vu le site du festival vers Anvers ? Ce sera pour les structures d'accueil des festivaliers et l'aménagement du site. »

Aucune demande n'a été faite aux organisateurs de Tomorrowland en ce qui concerne la programmation d'artistes locaux : « ce n'est pas sur le budget culture, je n'ai pas d'intervention particulière à solliciter. » Laure Pardon, directrice du Foreztival et représentante des signataires de la tribune des acteurs culturels parue sur notre site, précise après avoir pu s'entretenir lors d'une réunion de travail avec la vice-présidente : « c'est plus logique que cette subvention soit sur la ligne touristique et économique, on est tous d'accord. Très clairement, le fait que Tomorrowland soit sur la ligne culturelle a été le facteur déclencheur. La Région est revenue sur le fait de le placer sur une ligne culturelle, à juste titre. C'est une franchise internationale, ce sera un coup de projecteur sur la région. Ce n'est pas à nous acteurs culturels de revenir là-dessus. On voulait via notre tribune faire valoir un respect de notre travail de terrain. Après, si les gens de Tomorrowland lisent les articles parus ici et veulent programmer des artistes locaux, qu'ils fassent appel à nos tourneurs, nous avons énormément de gens de talent ici ! »

Même si la Région finance les festivals de son territoire à hauteur de 4 millions d'euros, dont deux pour ceux de musiques actuelles, reste le risque de déséquilibrer l'écosystème culturel local qui était jusque-là préservé des mastodontes du divertissement, ce à quoi Florence Verney-Carron nous a répondu que « Tomorrowland est l'un des premiers festivals mondiaux, de très grande qualité. Nous sommes extrêmement attentifs à l'écosystème régional. Est-ce que ça va créer un déséquilibre ? Laure Pardon a évoqué un festival qui est proche à Grenoble, Holocène : je vais prendre contact avec eux sur ce sujet. Mais je ne pense pas que Tomorrowland provoque un déséquilibre. » On peut regretter encore une fois le manque de concertation et d'étude réalisée au préalable pour mieux connaître les équilibres en terme de festivals déjà ancrés sur le territoire... Mais Laure Pardon précise : « on a pu évoquer les points qui nous bloquaient. Il y aura un travail commun à faire pour poursuivre cette indispensable concertation, qui était l'un des points bloquants, cette difficulté à se parler. Je pense que le message a été bien entendu.​ »

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Tomorrowland : « Le festival sera porté sur les délégations tourisme et économie » annonce finalement la Région

ACTUS | Les services culturels de la Région ont reçu mercredi 21 mars des représentants du milieu de la culture pour déminer le front de protestation s'étant érigé face à l'annonce de Laurent Wauquiez de vouloir subventionner à hauteur de 400 000 euros le festival commercial Tomorrowland. On fait le point.

Sébastien Broquet | Jeudi 22 mars 2018

Tomorrowland : « Le festival sera porté sur les délégations tourisme et économie » annonce finalement la Région

La mobilisation de plusieurs acteurs régionaux des musiques actuelles n'est pas restée lettre morte du côté de la Région Auvergne-Rhône-Alpes. Les services de la Région ont annoncé mercredi 21 mars à leurs représentants que le budget culture ne serait finalement pas impacté par l'arrivée du festival belge Tomorrowland. « Notre région peut se réjouir d’avoir réussi à capter un événement d’envergure internationale. C’est la raison pour laquelle ce festival sera porté sur les délégations tourisme et économie. Le budget culture ne sera pas impacté » a précisé jeudi 22 mars la Région dans un nouveau communiqué, à rebours du précédent envoyé le vendredi 9 mars dans lequel Laurent Wauquiez était alors très clair sur "l'ambition culturelle" du projet : « Tomorrowland Winter sera un événem

Continuer à lire

Alpe d'Huez : Laurent Wauquiez s'extasie pour le festival Tomorrowland à hauteur de 400 000 euros

ACTUS | Tomorrowland, l'un des plus gros festivals du monde basé à Anvers, installera du 13 au 15 mars 2019 une édition hivernale à l'Alpe d'Huez (Isère), largement subventionnée par la Région.

Sébastien Broquet | Vendredi 9 mars 2018

Alpe d'Huez : Laurent Wauquiez s'extasie pour le festival Tomorrowland à hauteur de 400 000 euros

C'est par un communiqué de presse de la Région Auvergne-Rhône-Alpes que l'on apprend ce vendredi 9 mars l'arrivée à l’Alpe d’Huez d'une version hivernale du festival Tomorrowland. Ce festival accueille chaque année depuis 2005 à Boom, dans la province d’Anvers en Belgique, plus de 400 000 festivaliers. À l'Alpe d'Huez, 30 000 personnes sont attendues. Laurent Wauquiez, qui rêvait de son grand festival (au départ de rock, comme l'avaient révélé nos confrères de Lyon Capitale), accueille donc la grande foire de l'eurodance et ce en grande pompe : 400 000 euros de subvention vont lui être alloués, ce qui fait de la Région son premier financeur public. « Une participation inédite » dixit la Région elle-même. Ce qui démontre aussi l'incapacité du président de Région de monter ou de prendre part à un projet original, l'Alpe d'Huez s'étant portée candidate pour importer ce festival très commercial, qui avait déjà lancé des éditions au Brésil ou aux États-Unis en joint-venture avec des industriels américains du divertissement, SFX

Continuer à lire

Laurent Wauquiez : juste une photo de lui

ACTUS | Laurent Wauquiez a décidemment bien du mal à initier un élan pour le destin national dont il rêve. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes, après avoir torpillé son image avec des propos tenus devant des étudiants de l’EM Lyon et enregistrés à son insu, tente maintenant de glisser sa photo sur des supports de communication des lieux culturels que la Région soutient en partie.

Dalya Daoud / Rue89Lyon | Mardi 6 mars 2018

Laurent Wauquiez : juste une photo de lui

Les salles de spectacle estampillées "scène régionale Auvergne-Rhône-Alpes" (un label créé par la Région en 2017) ont reçu le 15 février de la part des services du conseil régional des éléments de communication qu’ils sont priés d’intégrer en première page de leur programme culturel pour la saison à venir. De quoi s’agit-il ? D’éléments de langage destinés à produire un édito signé Laurent Wauquiez ainsi que de sa photo – c’est ce qu'explique le site d’info grenoblois PlaceGrenet qui a révélé l'information. « Il n’y a rien de nouveau ou d’incroyable. C’est dans le règlement des subventions et d’obtention de ce label. Cela a été voté l’an dernier » a expliqué à notre partenaire Rue89Lyon le cabinet du président de Région. Pourtant, il n’y a pas trace de cette obligation dans le règlement des subventions, pas plus que dans les conv

Continuer à lire

La Région Auvergne Rhône-Alpes dévoile son livre blanc pour la culture

Politique culturelle | Après 22 mois, la Région Auvergne Rhône-Alpes a enfin fini de rencontrer les acteurs culturels et a élaboré un "livre blanc" pour réfléchir aux orientations que compte suivre Laurent Wauquiez durant sa mandature. Analyse critique.

Sébastien Broquet | Mardi 17 octobre 2017

La Région Auvergne Rhône-Alpes dévoile son livre blanc pour la culture

Quand Laurent Wauquiez tweetait le 9 octobre dernier au sujet du Musée des Tissus de Lyon que « la culture et le patrimoine ne peuvent pas uniquement se résumer à des frais et à des coûts », on ne pensait pas que les chiffres étaient à ce point occultés dès lors que l'on parlait de ce sujet à la Région. Car lors de la présentation le jeudi 12 octobre du "Livre blanc pour la construction d'un projet culturel régional", il fût bien difficile pour les journalistes présents face à Florence Verney-Carron, la vice-présidente à la culture, et Anita Weber, vice-présidente de l'Observatoire des politiques culturelles qui était en charge de cette étude menée ces derniers mois, d'obtenir des précisions sur les 60M€ de budget alloués cette année au secteur – le même qu'en 2016, en baisse par rapport à la mandature socialiste. Comment sont répartis les arbitrages, au profit de quel secteur, de quel territoire ? Combien a coûté cette étude ? Ce

Continuer à lire

Région Auvergne-Rhône-Alpes : Florence Verney-Carron va dévoiler sa feuille de route pour la culture

Politique culturelle | La vice-présidente à la culture va dévoiler ce jeudi 31 août le programme culturel voulu par la région.

Sébastien Broquet | Mercredi 30 août 2017

Région Auvergne-Rhône-Alpes : Florence Verney-Carron va dévoiler sa feuille de route pour la culture

La région Auvergne-Rhône-Alpes et la culture, c'est un long fleuve pas tranquille du tout depuis l'élection de Laurent Wauquiez fin 2015. L'absence de dialogue lors des premiers mois, les coupes franches dans les associations (par exemple les festivals de cinéma LGBT) sans explication, les soupçons de clientélisme

Continuer à lire

Politique culturelle : la région cultive le flou

ACTUS | Ça coince. Depuis le changement d’exécutif à la tête de la région Rhône-Alpes (devenue Auvergne-Rhône-Alpes) en décembre, aucune ligne claire concernant la culture n'a été édictée. Pire : les budgets sont rabotés sans la moindre concertation. En cette rentrée, le milieu culturel s'échauffe.

Nadja Pobel | Lundi 5 septembre 2016

Politique culturelle : la région cultive le flou

La culture n'est pas une compétence obligatoire des régions, au contraire par exemple de la construction et du fonctionnement des lycées, de la formation professionnelle ou encore des transports (comme les TER). D'où certainement le fait que, lors de sa conférence de presse sur le budget ce printemps, le nouveau président d’Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez ait appris par notre question que la région était présente chaque été au Festival d'Avignon (location d'une péniche pour des débats et des échanges), présence qu'il a aussitôt annulée. Voilà donc pour la méthode qui prévaut depuis son arrivée : trancher dans le vif, en une minute. Exit les commissions d'experts (bénévoles) chargées d'étudier les dossiers très complets de demande de subventions adressés aux élus. Pourquoi ce système a disparu ? Pour Florence Verney-Carron, vice-présidente en charge de la culture, « c'était un problème de délai sur ce

Continuer à lire

Florence Verney-Carron : « Marquer de façon visible l’action de la région »

ACTUS | Depuis l'élection de Laurent Wauquiez (Les Républicains) à la tête de la région Auvergne Rhône-Alpes en décembre dernier, le monde de la culture s'est inquiété, parfois offusqué, au minimum s'est posé des questions, notamment suite à une déclaration pour le moins malheureuse en pleine campagne sur les formations « fantaisistes » de circassien et de marionnettiste. C'est peu dire que Florence Verney-Carron, vice-présidente en charge de la culture, est attendue par pas mal de monde. On l’a rencontrée.

Sébastien Broquet | Mardi 3 mai 2016

Florence Verney-Carron : « Marquer de façon visible l’action de la région »

En janvier, après l'élection, vous demandiez du temps avant de dévoiler votre feuille de route concernant la culture. Aujourd’hui, pouvez-vous nous dire quels sont les points qui vont être privilégiés ? Florence Verney-Carron : C’est la première fois qu'une élection se déroulait en décembre. C’était très compliqué de nous atteler au budget 2016 en si peu de temps. Durant ces trois premiers mois, j’ai analysé pas mal de choses. On avait un certains nombre de principes, déjà évoqués par Laurent Wauquiez durant la campagne, notamment deux points très forts : d'abord accompagner évidemment les créateurs culturels de premier plan, ensuite encourager l’émergence – ce qui est l’essentiel pour une collectivité publique. Ça nous a amenés à tracer deux grands points de notre politique culturelle : avoir une offre de qualité partout, même dans les endroits les plus reculés du territoire, et y apporter beaucoup d’attention : ce peut-être une librairie, un festival, un cinéma. Le second point, ce sera de respecter et d’encourager tous les lieux de création. Et comme nous arrivons au moment de la fusion des régions, il est aussi

Continuer à lire

MC2 : la Ville de Grenoble baisse sa subvention de 6%

ACTUS | Le bruit courrait depuis quelque temps, des couloirs de l’Hôtel de Ville à ceux du conseil d’administration de la MC2 : le maire de Grenoble Éric Piolle et son équipe vont baisser de 100 000 € la subvention de la fameuse scène nationale grenobloise. L’annonce a été officialisée mi-avril. On fait le point avec les infos que l’on a.

Aurélien Martinez | Mardi 26 avril 2016

MC2 : la Ville de Grenoble baisse sa subvention de 6%

Depuis le mardi 12 avril, en mairie, c’est silence radio, malgré nos appels directs au cabinet du maire. Pareil à la MC2, où personne dans l’équipe de direction ne veut commenter pour l’instant cette décision. On souhaitait pourtant simplement recueillir des réactions à l’annonce faite par le maire de Grenoble Éric Piolle lors d’un conseil d’administration extraordinaire de la MC2 : la Ville va baisser la subvention de l’équipement de 104 286 €, soit 6% sur les 1 758 962 € alloués en 2015. Un chiffre rendu public par Jérôme Safar, élu socialiste d’opposition et accessoirement « administrateur élu de la MC2 » qui, du coup, monte au front sur ce dossier. Cette baisse, envisagée en mairie depuis quelques mois, va forcément impacter sur les prochaines saisons de l’établissement public de coopération culturelle (c’est son statut juridique), surtout que la région nouvellement présidée par Laurent Wauquiez va elle aussi diminuer sa contribution de 6%, contribution qui était de presque 500 000 € en 2015. Florence Verney-Carron, vice-présiden

Continuer à lire