Magique argentique au Studio Spiral de Benoit Capponi

Nouveau lieu | La galerie très rétro le Studio Spiral, destinée au travail photo argentique et alternatif, ouvre ses portes vendredi 16 novembre au 16 rue Chenoise. Derrière le viseur se cache le photographe Benoit Capponi, qui nous a parlé de son concept.

Alice Colmart | Mardi 13 novembre 2018

Photo : Portrait : Arkane Art


C'est à Grenoble, en plein centre-ville dans la très populaire rue Chenoise, que le photographe Benoit Capponi a choisi d'implanter son Studio Spiral, galerie photo « conçue à la manière d'un lieu de travail sur la photo argentique et alternative ». Situé dans une ancienne boutique, il se partage entre une première pièce de 50 m², tout en longueur pour exposer le travail de photographes, et, plus au fond, une surface équivalente destinée aux stages et aux formations. « C'est une pièce tout équipée, dans laquelle les gens qui voudraient par exemple travailler sur le noir et blanc argentique et les procédés anciens peuvent venir pratiquer. En ça, c'est un vrai travail de laboratoire. Des lieux comme ça, il n'y en a pas ou très peu à Grenoble. »

Une nouvelle aventure pour lui liée au travail rédactionnel qu'il mène pour la revue de photographies Halogénure, distribuée notamment à Grenoble dans les librairies le Square et les Modernes et spécialisée dans ces procédés. « J'avais besoin de locaux pour créer un lieu d'exposition lié à l'esthétique de la revue et dans lequel on pourrait notamment mettre en avant les artistes dont on parle. »

«Exposer des photos d'auteurs »

Au fil des mois, on découvrira donc au Studio Spiral de nombreux artistes. Comme Jérémy Saint-Peyre, le premier à être exposé, qui présentera une série expérimentale liant mots et images. « Ici, on oublie les branches comme la photographie de reportage, la reproduction du réel… On exposera des photos d'auteurs, réalisées grâce à des techniques qui laissent à voir la matière du tirage photo. »

Une démarche derrière laquelle le maître des lieux assure qu'il existe un certain engagement. « Ce qui m'intéresse, c'est de proposer des projets argumentés, très personnels. Ça ne m'intéresse pas une suite de photos sans réel propos. » Et pour faire le plein d'images, le lieu « qui se veut coopératif » dispose d'une bibliothèque qui regorge d'ouvrages photographiques et qu'il sera possible de consulter sur place. Bienvenue !

Studio Spiral
À Grenoble au 16 rue Chenoise. Ouvert les vendredis et samedis de 10h à 19h et sur rendez-vous le reste de la semaine.
Inauguration vendredi 16 novembre à partir de 18h ainsi que samedi 17 novembre toute la journée


Inauguration du Studio Spiral

Vernissage de l'expostiion photo "Pour y remplir les journées d'une contrée mélancolique" de l'artiste Jérémy Saint Peyre, à l'occasion de l'ouverture de la galerie photo
Le Studio Spiral 16, rue Chenoise Grenoble
ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

L’aura émotionnelle

ARTS | "Traces", nom de la nouvelle exposition à la galerie Alter-Art, manifeste dès le titre la volonté de tisser un lien. Derrière cette ambition photographique se cache Benoît Capponi, dont le travail trouve sa genèse dans une somme d’écrits et de recherches sur la Première Guerre mondiale pour aboutir à un visuel poétique, en noir et blanc. Charline Corubolo

Charline Corubolo | Lundi 13 janvier 2014

L’aura émotionnelle

Dans l’antre rectangulaire de la galerie Alter-Art, les murs sont parcourus par une série photographique suivant un fil linéaire. Benoît Capponi dévoile alors son talent de photographe de part ces clichés maîtrisés qui semblent en même temps lui échapper, tant la prégnance sensitive qui se dégage des images est forte. Sur des tirages argentiques en noir et blanc, l’œil est promené entre la précision du premier plan et le flou du second. Ensemble de diptyques, la photographie de gauche, au format portrait, livre un paysage boisé sans humain, tandis que celle de droite, au format carré et accompagnée d’un texte, offre une vue plus resserrée de la nature. Le regard est hypnotisé, dans un premier temps, par les visuels : forêt ombragée, plaine brumeuse ou barbelés entremêlés dans les herbes ; la nature est sublimée et toute à la fois marquée. Les arbres sont davantage des troncs nus qu’une belle végétation feuillue, et peu à peu des éléments érodés apparaissent dans le paysage. La forêt parle, silencieusement, et c’est alors que le texte prend son sens, venant renforcé la puissance évocatrice des images. Une évocation, non un témoignage Dès les premières li

Continuer à lire

En bref

ARTS | Made in USA La vidéo demeure pour la nouvelle année au Magasin qui débute en février, mais dans un style radicalement opposé à l’exposition précédente. Ericka (...)

Charline Corubolo | Vendredi 10 janvier 2014

En bref

Made in USA La vidéo demeure pour la nouvelle année au Magasin qui débute en février, mais dans un style radicalement opposé à l’exposition précédente. Ericka Beckman, artiste américaine adepte de la camera Super 8, propose un balayage de son travail de 1978 à 2013. Elle décrit ses films comme des « performances de l’image » qui cherchent à questionner les usages d’apprentissages de nos sociétés occidentales à travers une esthétique « violente », jouant sur les modes de perception. Un ensemble, sur le papier, dur à appréhender mais qui éveille la curiosité. Rendez-vous le vendredi 8 février. Subculture Fin avril, l’œuvre multi-référentielle d’Arnaud Maguet s’installe au Centre d’art Bastille. Croisant de nombreuses cultures, de la musicale à la cinématographique en passant par la littéraire, l’artiste questionne les bases de la subculture des années 1950-1970 en invoquant figures mythiques ou méconnues. Souvenirs d’une mémoire collective, les œuvres offrent une vision altérée du passée. Un travail marqué par la diversité des médiums ; projection, installation, vidéo, impression, dont on ne connaît pas encore la forme.

Continuer à lire