« Les prix célèbrent la passion des Français pour la littérature »

ACTUS | La remise, le 4 novembre, du Prix Goncourt à Jean-Paul Dubois pour "Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon" est l’un des temps forts de l’actu littéraire. Nicolas Trigeassou, le responsable de la Librairie Le Square, nous explique pourquoi.

Martin de Kerimel | Mardi 12 novembre 2019

Photo : Légende : Jean-Paul Dubois, lauréat du prix Goncourt 2019CréditPatrice Normand


Le livre n'aura pas attendu d'être primé pour convaincre les lecteurs. Jean-Paul Dubois est déjà un auteur populaire et c'est peut-être cela aussi que l'Académie Goncourt vient de récompenser. On peut toutefois parier qu'avec cette haute distinction, Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon saura attirer d'autres férus de la chose écrite.

« Les prix célèbrent la passion des Français pour la littérature, confirme Nicolas Trigeassou de la librairie Le Square. Tout s'arrête lors de l'annonce du Goncourt au journal télévisé. Une vibration étonnante. » Cette fois, le libraire parlerait plutôt de confirmation que de révélation : « Jean-Paul Dubois avait déjà obtenu le Femina en 2004, pour Une vie française, et figuré dans la sélection du Goncourt en 2016 pour La Succession. Son nouveau roman est un livre important, que j'avais "repéré" avant l'été. Le Goncourt lui permettra d'atteindre un public élargi, en France et à l'étranger ». Nicolas Trigeassou estime aujourd'hui que l'auteur « construit une œuvre cohérente en se demandant ce qui définit un homme bien. Son nouvel ouvrage laisse joliment entendre cette petite musique ».

Le début d'une nouvelle vie

Jean-Paul Dubois est réputé pour être un homme discret, ce qui laisse peu d'espoirs de le voir un jour prochain à Grenoble, lui qui vit à Toulouse. Et même si l'obtention du prix le plus prestigieux de la littérature française le consacre définitivement comme un auteur établi. « Une telle distinction change la vie et, le plus souvent, pour le meilleur », juge encore Nicolas Trigeassou.

Le libraire attend avec impatience les prochaines livraisons de Mathias Énard et Éric Vuillard, Goncourt 2015 et 2017, respectivement pour Boussole et L'Ordre du jour. Pour autant, il ne fait pas du prix l'alpha et l'oméga de ses préférences littéraires. Parmi ses coups de cœur récent figurent également Un monde sans rivage (Hélène Gaudy), Croire aux fauves (Nastassja Martin), Scrabble (Michael Ferrier) et La clé USB (Jean-Philippe Toussaint).


Le réseau public suit le mouvement

Les bibliothèques publiques de Grenoble n'échappent pas au phénomène Goncourt. Quatre jours étaient passés depuis son attribution que tous les exemplaires de Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon avaient été empruntés ! Jean-Paul Dubois est un auteur auquel le réseau est fidèle : d'autres de ses ouvrages sont donc mis à la disposition des lecteurs. Sa distinction lui vaut aujourd'hui d'être tout particulièrement mis en avant. Àl'instar de ce qui se pratique en librairie, les structures de prêt n'hésitent pas à sortir les auteurs récompensés par les prix littéraires des rayonnages pour qu'ils soient plus visibles ou à les mettre en évidence en présentant leur couverture.

Autre démarche : 28 des romans de la sélection de la rentrée littéraire apparaissent pour quelques semaines à la Une de la Numothèque Grenoble-Alpes et peuvent donc être consultés en ligne. « Il est certain que les prix peuvent amener le public à découvrir d'autres œuvres du même auteur », assure Isabelle Westeel, directrice des bibliothèques de Grenoble. Bonne nouvelle : la présence déjà confirmée de Sylvain Prudhomme, lauréat du Prix Femina 2019 pour Par les routes, à la prochaine édition du Printemps du livre, du 1er au 5 avril prochain.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Rentrée littéraire : les dents et on lit !

Livres | Embouteillage de nouveautés sur les étagères des librairies. Comme chaque mois de septembre, 500 à 600 livres sont publiés plus ou moins simultanément. On est allés au Square pour obtenir les bons conseils du libraire.

Valentine Autruffe | Mardi 21 septembre 2021

Rentrée littéraire : les dents et on lit !

Chaque année, on se demande lesquels choisir dans ce foisonnement de bouquins. On lit des articles, on épluche les sélections des prix littéraires… Mais rien ne vaut le conseil du libraire du quartier. « C’est assez magique que la rentrée littéraire soit un événement en soi. Dans cet océan, la tâche du libraire, c’est de savoir retenir. Mais en réalité ce travail de défrichage, d’accompagnement, de promotion est permanent », introduit Nicolas Trigeassou, directeur de la librairie Le Square, qui comme les membres de son équipe a lu, au bas mot, une quarantaine de livres cet été. Un roman grenoblois d’abord Parmi eux plusieurs coups de cœur, à commencer par une œuvre grenobloise, L’invention de Louvette, premier roman de Gabriela Trujillo. « Un livre absolument foisonnant, pétillant, sur une femme qui renoue avec l’enfant qu’elle était, en Amérique centrale. » La Fille qu’on appelle, de Tanguy Viel, a également séduit Nicolas Trigeassou. Il raconte l’histoire d’un boxeur en fin de carrière, chauffeur d’un maire très ambitieux, qui tente d’aider sa fille à obtenir un logement social. « La force de ce livre, c’est qu’il é

Continuer à lire

Art à emporter

CONNAITRE | Si, depuis novembre, les lieux de cultures sont fermés au public, on oublie parfois que les bibliothèques sont encore ouvertes. Or le réseau municipal a la particularité de proposer une artothèque riche de plus de 2 000 pièces. Alors, s’il n’est plus possible d’aller voir des œuvres dans les musées, pourquoi ne pas les faire venir chez vous ?

Benjamin Bardinet | Jeudi 4 février 2021

Art à emporter

Installée depuis 2017 à la bibliothèque d’Étude et du Patrimoine, l’artothèque bénéficie depuis décembre dernier de l’agréable réaménagement qui a été fait du hall d’accueil de ce bâtiment, dont les allures de navire nous rappellent qu’il est la figure de proue du réseau des bibliothèques municipales. « Cette réouverture a permis à l’artothèque de retrouver son public mais aussi de voir venir beaucoup de curieux : ils découvrent le principe de prêt d’œuvres d’art et s'étonnent souvent que ce service soit gratuit », confie Isabelle Westeel, directrice de la bibliothèque municipale. En effet, il suffit d’être inscrit dans le réseau pour bénéficier de cette offre. Les particuliers sont nombreux à emprunter des œuvre et les collectivités ne sont pas en reste. « Associations, entreprises, EHPAD, centre médico-psy... nous avons une grande variété de structures qui nous sollicitent, ce qui aboutit à des demandes singulières, explique Anne Langlais Devanne, responsable de l’artothèque. Parfois, les usagers viennent avec l’idée d’une thématique: nous pouvons alors les orienter. D’autres préfèrent au contraire choisir seuls. » Prière de touc

Continuer à lire

Libraires et disquaires lèvent le rideau

ACTUS | Reprise. À l’image de l’ensemble des commerces, librairies et disquaires ont pu rouvrir leurs portes samedi 28 novembre. Une reprise d’activité espérée pendant de longues semaines et attendue par leurs clients.

Sandy Plas | Mardi 8 décembre 2020

Libraires et disquaires lèvent le rideau

Il y a eu l’attente et l’incompréhension. Puis, finalement, l’annonce au sommet de l’État de la réouverture des commerces. Une bouffée d’oxygène espérée, notamment par les commerces culturels, contraints à la fermeture, fin octobre, car jugés non-essentiels. À Grenoble, comme partout en France, les libraires ont donc pu lever le rideau samedi 28 novembre, pour accueillir à nouveau leurs clients, qui étaient au rendez-vous en ce premier jour d’ouverture : « On est très contents d’avoir rouvert, les clients étaient bien là dès le samedi, c’était une très belle journée, tout le monde avait le sourire », raconte Noémie Leclercq, responsable de la librairie spécialisée BD Momie Folie. À la librairie les Modernes, spécialiste notamment du livre jeunesse, installée dans le quartier Championnet, le constat est le même : « La réouverture est très sportive, il y a du monde et du travail. » « Comme lors du premier déconfinement, les gens sont là en nombre, note, de son côté, Nicolas Trigeassou, directeur de la librairie du Square. Les lecteurs ont énormément de plaisir à retrouver un lieu qui leur est cher. Rien ne remplace le fait de flâner dans la

Continuer à lire

Nouveau chapitre

Lectures | La lecture a été pour beaucoup un moyen d’évasion pendant le confinement. Aujourd’hui, la réouverture des bibliothèques et librairies enthousiasme de nombreux lecteurs. Ces structures nous en disent plus sur leurs conditions de reprise.

Nathalie Gresset | Mardi 9 juin 2020

Nouveau chapitre

« Beaucoup de personnes sont venues à la librairie depuis le 12 mai. Elles étaient contentes de nous retrouver et certaines avaient choisi d’attendre qu’on rouvre pour acheter des livres chez nous. C’était très émouvant. » Cet enthousiasme des lecteurs que constate Gaëlle Partouche, gérante des Modernes, a aussi été observé par d’autres libraires de la ville. « Les clients nous ont communiqué leur joie de revenir dans un lieu qui leur est cher et dont on mesure d’autant plus l’importance après une période de privation. Le fait que les librairies soient l’un des premiers lieux de culture à rouvrir participe à cette impression d’engouement », note Claire Criscuolo, directrice de la librairie Arthaud. Pendant le confinement, certaines boutiques avaient mis en place un système de retrait de livres, réservés en amont, et pouvaient déjà constater la très grande attente des lecteurs. «Quand on a instauré ce dispositif fin avril, la queue des personnes venant chercher leur commande faisait presque 100 m, remarque Nicolas Trigeassou, à la tête de la librairie Le Square.On a réalisé à quel point on était attendu. On a aussi reçu de nombreu

Continuer à lire

« L’accès au réseau des bibliothèques de Grenoble sera gratuit pour tous dès juillet »

ACTUS | Voilà ce qu'a, entre autres, annoncé le maire de Grenoble Éric Piolle dans le cadre du "plan lecture 2018-2025" engagé par l'équipe municipale. On vous en dit un peu plus.

Aurélien Martinez | Mardi 26 mars 2019

« L’accès au réseau des bibliothèques de Grenoble sera gratuit pour tous dès juillet »

« Ce "plan lecture" s’appuie sur le constat que le réseau des bibliothèques de Grenoble est riche de ressources extrêmement nombreuses. C’est l’un des mieux dotés de France, nous en sommes conscients et fiers. Mais on remarque depuis une grosse dizaine d’années que la fréquentation décroît ; fréquentation essentiellement due à de grands lecteurs. L’enjeu est donc bien de donner envie à toutes celles et tous ceux qui se sentent moins proches du livre ou moins proches des bibliothèques, avec un point fondamental autour des adolescents et des jeunes adultes – seuls 28% des 15-24 ans fréquentent les bibliothèques de Grenoble, contre 53% dans les villes de même taille. » Vendredi 22 mars, soit trois jours avant le vote de la délibération en conseil municipal, le maire de Grenoble Éric Piolle, accompagné de son adjointe aux cultures Corinne Bernard et de la directrice des bibliothèques de Grenoble Isabelle Westeel, a présenté à la presse locale les grandes lignes de son "plan lecture 2018-2025". La «

Continuer à lire

Nicolas Trigeassou : à livre ouvert

Portrait | Alors que la rentrée littéraire et ses 567 nouveautés sont au cœur de l’actualité, Nicolas Trigeassou, directeur de la librairie grenobloise Le Square, est sorti des cartons pour évoquer ses romans lus et approuvés. Et en a profité pour nous parler de lui, de son parcours et des enjeux du secteur de l'édition.

Alice Colmart | Mardi 18 septembre 2018

Nicolas Trigeassou : à livre ouvert

« Je dirais que Yakari, quand j’étais tout-petit, m’a donné envie de me tourner vers les métiers du livre… Ou c’est peut-être plus l’auteur Georges Perec, j’hésite ! » Dans un petit bureau à l’étage de la librairie Le Square, place Docteur Léon-Martin à Grenoble, Nicolas Trigeassou, son directeur vêtu d’une élégante chemise blanche, nous raconte ses passions de libraire. « On ne cesse d’apprendre, d’être bousculé par la création, par de nouvelles propositions, de nouvelles écritures. » L’occasion unique pour lui de découvrir de nouvelles plumes, c'est notamment cette rentrée littéraire avec ces 567 nouveaux livres qui paraîtront jusqu’à la fin du mois d’octobre. « Avec mon équipe de onze personnes, on défriche, on fait des tris entre les romans à découvrir et ceux qui sont moins indispensables. Il y en a beaucoup. Mais je considère cette surproduction comme une vague porteuse d’énergie. Et c’est un plaisir immense d’être les premiers à découvrir les textes. » Ce travail d’Hercule mené chaque année dès la fin du mois d’avril l’amène ainsi à dénicher des pépites. « Cette rentrée

Continuer à lire

PB d'or 2017 : bonus

C'était 2017... | Avec un sujet qu'on aimerait moins brûlant et une politique culturelle en devenir.

Aurélien Martinez | Mardi 19 décembre 2017

PB d'or 2017 : bonus

Le PB d’or du dossier qu’on aimerait voir se solutionner au plus vite : les bibliothèques de Grenoble Nous étions partis pour rédiger un PB d’or acerbe sur la gestion par la Ville de Grenoble du dossier de la fermeture de trois bibliothèques grenobloises annoncée en 2016 lors du dévoilement du fameux plan dit de « sauvegarde des services publics locaux ». Car si les réflexions sur la modernisation du puissant réseau grenoblois peuvent s’entendre (surtout que les usages évoluent), mélanger ça avec un plan d’économies sans mettre sur la table un réel projet (vas-y que je te les ferme ; ah puis non finalement on verra ; au fait, vous connaissez les tiers-lieux ?) est une faute politique qui a allumé la mèche d’une contestation protéiforme difficile à calmer pour les élus. Mais voilà qu’en décembre 2017, alors qu’une nouvelle directrice du réseau (Isabelle Westeel) vient de prendre son poste, le maire de Grenoble Éric Piolle et son adjointe aux cultures Corinne Bernard ont organisé une réunion publique concerna

Continuer à lire

Simple question de l’été #5 : pourquoi les auteurs acceptent-ils les rencontres dans les librairies ?

ACTUS | Pourquoi un écrivain qui vend des milliers de livres prend-il la peine de venir rencontrer ses lecteurs dans une librairie qui ne peut en accueillir que quelques dizaines ? Nicolas Trigeassou, directeur de la librairie grenobloise Le Square (et ici en photo avec l'auteur Gaël Faye), nous répond.

Nicolas Joly | Jeudi 20 juillet 2017

Simple question de l’été #5 : pourquoi les auteurs acceptent-ils les rencontres dans les librairies ?

« Les rencontres avec les lecteurs sont des moments lors desquels il se passe quelque chose entre l’écrivain et son public. Lorsque l’auteur parle de son livre, il le relit et le comprend différemment grâce aux questions que le public lui pose. De plus, l’écriture étant une activité très solitaire, les auteurs ont besoin de cet échange direct avec les lecteurs. L’écrivain touche certes moins de gens que lorsqu’il passe à la télévision, par exemple, mais la nature de la parole qui en sort est très différente. Ce sont des moments d’échange d’une heure environ, durant lesquels les auteurs peuvent aborder certains sujets dont ils ne peuvent pas parler ailleurs. Delphine de Vigan ne dit par exemple certaines choses que lors de ces rencontres. C’est d’ailleurs pour cela qu’elle refuse qu’elles soient enregistrées. » Et financièrement ? « Les motivations des écrivains pour participer aux rencontres sont donc variées, mais l’argent n’en fait pas partie. Pour préparer la rentrée littéraire, nous envoyons des invitations aux maisons d’éditions des auteurs qui nous intéressent. Ceux qui souhaitent venir nous répondent ensuite, mais il s’agit toujours d’une démarche d

Continuer à lire

Nicolas Trigeassou : « On produit pour produire »

CONNAITRE | Une rentrée littéraire, ce sont des livres ; énormément de livres. Mais ce sont aussi des libraires qui, en ces temps chamboulés où le mot crise est devenu un nom plus que courant, s’interrogent sur leur métier et les pratiques à venir – notamment le livre numérique. Rencontre avec Nicolas Trigeassou, adjoint de direction à la librairie Le Square, qui développe un point de vue pertinent sur ces évolutions encore incertaines. Propos recueillis par Aurélien Martinez

Christophe Chabert | Vendredi 2 septembre 2011

Nicolas Trigeassou : « On produit pour produire »

654 nouveaux romans sont publiés en cette rentrée littéraire. C’est beaucoup, mais moins que l’année précédente – 701. Comment l’expliquez-vous ? Nicolas Trigeassou : Par la situation de crise que traverse l’édition aujourd’hui. Il y a eu un évènement important en mai dernier : les premières Assises de la librairie, organisées par le Syndicat de la librairie française. Des éditeurs et des diffuseurs étaient aussi présents. Il en est ressorti que la librairie est en difficulté aujourd’hui. Donc par sagesse, parce qu’on ne sait pas très bien quand cette crise prendra fin, les éditeurs ont réduit leur programme, ce qui se traduit par moins de premiers romans. Moins de premiers romans (74 cette année, contre 85 en 2010, 87 en 2009 et 91 en 2008) car moins de prises de risque de la part des éditeurs, qui jouent la carte des valeurs sûres… Sur les valeurs sûres, c’était déjà le cas l’année dernière, avec Houellebecq, Echenoz… Mais cette année, il y a quand même de nombreux livres à découvrir, ça reste une rentrée excitante, et peut-être moins écrasante que la précédente. Bien sûr, il y a des évènements –

Continuer à lire