Musilac annonce dix noms supplémentaires

Festival | Après l'annonce de vingt premiers artistes à l'affiche du festival Musilac 2022 à Aix-les-Bains, l'organisation vient de dévoiler dix autres noms.

Valentine Autruffe | Lundi 22 novembre 2021

Photo : DR


Dutronc & Dutronc, Gaëtan Roussel, Metronomy, Alt-J, Juanes, Tim Dup, Claire Laffut, Feu! Chatterton, Kas:st et Lilly Wood and the Prick : voici les dix noms qui s'ajoutent au line-up de Musilac 2022, qui se tiendra du 6 au 10 juillet à Aix-les-Bains, au bord du lac du Bourget.

Pour rappel, les premiers atistes annoncés sont Angèle, Benjamin Biolay, Dropkick Murphys, Fat Freddy’s Drop, Hatik, -M-, Declan McKenna, Nada Surf, Niska, Nothing But Thieves, Orelsan, Parcels, Queens of the Stone Age, Rilès, Simple Minds, Sum 41, Skunk Anansie, Tones and I, Vianney, Zucchero.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Festival international du film nature et environnement : écran vert !

Ecologie | Si ces dernières années les prises de conscience et les alternatives écologiques ont fleuri, certains organismes s’attellent à la tâche depuis déjà (...)

Jérémy Tronc | Mardi 16 novembre 2021

Festival international du film nature et environnement : écran vert !

Si ces dernières années les prises de conscience et les alternatives écologiques ont fleuri, certains organismes s’attellent à la tâche depuis déjà longtemps. À l’image de France nature environnement Isère, association de protection de la nature qui milite depuis près de 50 ans et revient à partir du 25 novembre avec son Festival international du film nature et environnement pour une 35e édition qui s’annonce riche. Jusqu’au 5 décembre, une sélection de 27 courts et longs-métrages (sur 230 reçus cette année) sera projetée, entre films contemplatifs et documentaires engagés, avec toujours cette volonté de sensibiliser le public et de proposer des solutions en vue d’une paix des ménages entre l’Homme et la nature. Notez parmi les temps forts la soirée d’ouverture (le 25/11) avec le parrain de cette édition, Laurent Baheux, photographe animalier reconnu dans le monde entier et activiste de la protection environnementale. Lors de la soirée de clôture (le 5/12), le jury décernera les fameux prix “Hérisson” aux meilleures réalisations. Festival international du film nature et environnement du 25 novembre au 5 décembre à Grenoble et agglomération.

Continuer à lire

Holocène, flow festif

ACTUS | Le plus gros festival de l’agenda grenoblois, Holocène, reviendra les 4 et 5 mars 2022 à Alpexpo. Avec une programmation très rap (PLK, Soso Maness, Seth Gueko…) et électro (Worakls, Enfant Sauvage, Meute…).

Valentine Autruffe | Mardi 16 novembre 2021

Holocène, flow festif

Pas de locomotive, mais Holocène 2022 annonce du lourd qui plaira tout spécialement aux amateurs de rap actuel. PLK, « disque d’or dans le sac à dos », défendra Enna, dernier album 100% Skyrock-compatible, simple et efficace si bien qu’il vient juste de bénéficier d’une réédition augmentée. PLK ratisse large, on peut en dire autant de Soso Maness, « notre coup de cœur ici, ça fait des années qu’on veut le faire venir », se réjouit Sylvain Nguyen, directeur de Periscope, qui organise Holocène. Soso Maness cartonne avec son rap jacassier labellisé marseillais, paroxysme atteint avec le sample du ballet russe Petrouchka. Vous l’aurez compris, on n’est pas tellement fan ; mais si on met de côté le bon goût, très facile de sautiller partout et de brandir les mains en l'air devant un live de Soso Maness. Credo complètement assumé par Periscope qui veut avant tout chose deux jours de folle nouba : « On est pas sur un rap ghetto ou intello, mais sur un rap de fête. Après un an et demi de Covid, la fête, c’est la base ! » On ne va pas dire le contraire ! A Holocène 2022, il y aura aussi moyen de gobeloter gaiement en écoutant des son

Continuer à lire

Un premier festival de musique africaine à Grenoble

Festival | Jeune musicien malien installé à Grenoble depuis 2016, Hassana Ongoiba est le fondateur de l’association Main dans la main, (...)

Eloïse Bonnan | Vendredi 22 octobre 2021

Un premier festival de musique africaine à Grenoble

Jeune musicien malien installé à Grenoble depuis 2016, Hassana Ongoiba est le fondateur de l’association Main dans la main, implantée depuis 3 ans à la Villeneuve. Elle a pour but principal de promouvoir en musique la culture malienne et dogon en particulier, depuis la France. Le collectif d’artistes issus des diasporas malienne et guinéenne a eu envie d’un événement ambitieux faisant un pont entre le public français et les habitants du Mali. Après deux ans d’élaboration et des reports à cause de la pandémie, l’équipe présente enfin sa première édition du festival Pyramide. Le festival Pyramide constitue le volet français du projet global "Paix et réconciliation au Mali", décliné aussi du 13 au 27 novembre côté malien avec une tournée pour la paix "Miyafa" ( "pardonne-moi" ). Ce projet traduit la volonté ferme d’artistes maliens, résidant en France ou non, d’agir à leur échelle et selon leurs compétences sur les conflits déchirant

Continuer à lire

QOTSA, Angèle, Dropkick Murphys, Rilès... les 20 premiers noms de Musilac

ACTUS | Les vingt premiers noms du line-up de l’édition 2022 du festival Musilac ont été annoncés le 20 octobre, deux jours (...)

Valentine Autruffe | Jeudi 21 octobre 2021

QOTSA, Angèle, Dropkick Murphys, Rilès... les 20 premiers noms de Musilac

Les vingt premiers noms du line-up de l’édition 2022 du festival Musilac ont été annoncés le 20 octobre, deux jours avant l’ouverture des préventes. Des têtes d’affiche excitantes : Queens of the Stone Age, Angèle, M, Hatik, Rilès, Dropkick Murphys, Orelsan. On retrouvera aussi au bord du lac Benjamin Biolay, Fat Freddy's Drop, Declan McKenna, Nada Surf, Niska, Nothing but Thieves, Parcels, Simple Minds, Sum 41, Skunk Anansie, Tones and I, Vianney, Zucchero. Après deux années sans, Musilac reviendra du 6 au 10 juillet 2022, et célébrera ses 20 ans d’existence. Ouverture des préventes le 22 octobre, le pass 5 jours est à 199 euros.

Continuer à lire

Lorenzo Mattotti : « Je crois qu’on a peur des couleurs aujourd’hui »

Film d'animation | Connu pour ses bandes dessinées, mais aussi pour son travail d’illustrateur (unes du New Yorker, affiche du Festival de Cannes 2000, etc.), l’artiste italien a sorti son premier film d’animation en tant que réalisateur en 2019 : "La Fameuse Invasion des Ours en Sicile", adapté de Dino Buzzati. Ce qui lui vaut d’être le parrain de la neuvième édition du festival Voir Ensemble au Méliès, où il présentera notamment ce premier long-métrage très remarqué, ainsi qu’une adaptation de "Pinocchio" et un film de Fellini. L’occasion de discuter couleurs, nature et improvisation.

Hugo Verit | Mardi 19 octobre 2021

Lorenzo Mattotti : « Je crois qu’on a peur des couleurs aujourd’hui »

Pourquoi avoir choisi d’adapter ce conte de Dino Buzzati ? C’est arrivé d’une façon très naturelle. Dino Buzzati est l’une de mes grandes inspirations, j’ai l’impression de bien le connaître alors ça ne me paraissait pas trop compliqué. La Fameuse Invasion des Ours en Sicile est un livre que j’ai toujours aimé et qui m’offrait de nombreuses possibilités graphiques et scénaristiques. L’histoire est si riche, tellement épique ! C’était le projet idéal pour répondre à mon envie de réaliser un grand film pour les enfants. Et puis, Buzzati avait refusé les droits à plusieurs réalisateurs, dont Disney au début des années 50, c’était donc un beau pari d’arriver à le faire. Difficile d’interpréter avec précision le contenu de ce film, tant il regorge de sujets, sans forcément donner de clés… Quand Dino Buzzati a écrit cette histoire, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, c’était une sorte de métaphore du communisme et du capitalisme. A présent, 70 ans plus tard, elle évoque

Continuer à lire

Rituels Machines Fossiles, sortilèges numériques

Événement | On vous en parle tout le temps, c’est vrai. Mais Arcan (Association ressource pour la création artistique numérique) a le mérite de proposer des événements (...)

Hugo Verit | Mardi 19 octobre 2021

Rituels Machines Fossiles, sortilèges numériques

On vous en parle tout le temps, c’est vrai. Mais Arcan (Association ressource pour la création artistique numérique) a le mérite de proposer des événements qui n’ont aucun équivalent dans l’agglo. Après le festival DN[A] rue Saint-Laurent et la soirée Negotium au Marché d’intérêt national, voici donc Rituels Machines Fossiles au Musée archéologique. « C’est une exposition pour laquelle nous avons choisi des artistes spécifiques pour leur demander de répondre à ces trois mots, qui sont en lien. Les usages des machines et du numérique passent par des rituels comme le scroll ou le swipe up et les fossiles, c’est une façon d’interpeller sur la fragilité des données numériques, pour lesquelles on rencontre de gros problèmes de conservation liés à l’obsolescence des technologies », détaille Clara Girousse, c

Continuer à lire

Draga Bosna : "Chère Bosnie" te revoilà dans les radars !

Festival | Organisé par le Ciné-Club de Grenoble du 12 au 16 octobre, le festival Draga Bosna vous invite à venir découvrir la Bosnie-Herzégovine sous un angle nouveau et atypique. Un mix de cinémas, expo, conférences, débats et même des éclats de heavy metal !

Eloïse Bonnan | Lundi 11 octobre 2021

Draga Bosna :

Le cœur d'Aurélie Dos Santos est sans pudeur quand il s'agit de faire entendre l'admiration que lui a toujours inspirée les pays des Balkans. Difficile de résister à l'enthousiasme viral de la porteuse de projet du festival DRAGA BOSNA (Chère Bosnie), lorsqu’elle nous partage son souhait (même pas le plus fou !) de changer notre regard sur la Bosnie-Herzégovine, pour enfin voir ce pays "comme une fête, étonnant et éblouissant ». Soyez sûrs qu'autour de ce petit pays un programme dense et original a été confectionné. Des invités de choix, tels que Elma Hašimbegović historienne, directrice du muséum de Bosnie-Herzégovine à Sarajevo ou le photographe de Sarajevo surnommé “Strašni” (« Le terrible »), Milomir Kovačević qui dès l’âge de 17 ans n’a eu de cesse de photographier l

Continuer à lire

GAM Jazz Festival : « L’éclectisme signifie que le jazz n’est pas une musique morte »

Festival | Du 28 septembre au 8 octobre, Grenoble et son agglo vibreront grâce à une nouvelle édition de ce festival au nom à rallonge, le Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival. Coup d’œil sur la programmation et échange avec le président du Jazz Club de Grenoble, Salvatore Origlio.

Valentine Autruffe | Mardi 28 septembre 2021

GAM Jazz Festival : « L’éclectisme signifie que le jazz n’est pas une musique morte »

Le signe particulier du Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival, « c’est qu’il est très éclectique », annonce son directeur Salvatore Origlio. L’événement se veut ouvert au public et aux genres musicaux les plus larges possibles. « C’est autant notre force que notre défaut, car certains trouvent que l’on manque d’esthétique. Mais pour nous, l’éclectisme signifie que le jazz n’est pas une musique morte. Ce qui nous intéresse, c’est de programmer des musiciens de jazz, qui fassent de l’improvisation, qui transmettent une émotion et aient une histoire à raconter. » Voilà qui est dit ! Infortune au Petit Bulletin : notre coup de cœur de la programmation, Natacha Atlas, qui devait se produire le 1er octobre à la Faïencerie, a été annulé en raison d’une inflammation de la gorge dont souffre la diva. On se tourne alors vers Salvatore Origlio : selon l

Continuer à lire

Atlas des musiques du monde

Sono mondiale | Strange Days. Que voilà un titre d'album et de spectacle particulièrement à propos pour illustrer les jours étranges que la reprise progressive d'activité ne (...)

Stéphane Duchêne | Mardi 21 septembre 2021

 Atlas des musiques du monde

Strange Days. Que voilà un titre d'album et de spectacle particulièrement à propos pour illustrer les jours étranges que la reprise progressive d'activité ne parvient pas tout à fait à effacer. Comme par une sorte de prémonition Natacha Atlas avait pourtant enregistré et publié son dernier album en date avec Samy Bishai avant que le grand blocage ne commence : en l'an de grâce 2019. Après un report l'an dernier la chanteuse anglo-égyptienne née en Belgique vient enfin le présenter sur la scène du Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival et ce n'est pas la moitié d'un événement. On a tendance à l'oublier mais Atlas est rien moins qu'une pionnière du genre qu'on appelait alors un peu abusivement "musiques du monde" et qui eut tôt fait de réunir en une vaste ratatouille musicale tout ce qui en la matière n'émanait pas du monde occidental. De sa première expérience avec le groupe Transglobal Underground à ses expériences solo, la chanteuse à la voix unique est parvenue à noyauter aussi bien les milieux branchés (elle

Continuer à lire

Fabien Mauro : « La science-fiction japonaise est regardée avec distance »

Pop culture | Auteur d’un ouvrage somme consacré au cinéma de science-fiction japonais ("Kaiju, Envahisseurs & Apocalypse", aux Éditions Aardvark), Fabien Mauro sera l’un des invités de la première édition du Japan Alpes Festival, les 18 et 19 septembre à EVE. Rencontre.

Damien Grimbert | Mardi 7 septembre 2021

Fabien Mauro : « La science-fiction japonaise est regardée avec distance »

Quelles ont été tes premières portes d’entrée vers la pop culture japonaise ? Comme beaucoup de gens de ma génération, essentiellement via les jeux vidéo sur console et les séries d’animation japonaises qui passaient à la télévision. Mais également les séries de super sentai, ces équipes de super héros colorés. C’était ma première introduction à ce qu’on appelle le tokusatsu, c’est à dire des productions japonaises (films, séries…) à base d’effets spéciaux. Le tokusatsu rassemble toutes les techniques que l’on associe traditionnellement à l’imaginaire fictionnel japonais : le travail sur les effets optiques, les maquettes miniatures, les comédiens qui enfilent des costumes pour incarner des monstres ou des mecha.... Enfin, l’attente de la sortie du Godzilla de Roland Emmerich m’a amené à m’intéresser au Godzilla originel de 1954, qui venait de sortir en vidéo, ce qui m’a permis de découvrir tout l’univers du kaiju eiga, les films de monstres japonais. Je suis tombé littéralement amoureux de ce

Continuer à lire

Notes estivales

MUSIQUES | L'équipe du Petit Bulletin a repéré pour vous des événements musicaux qui valent le coup d'être entendus. Comme autant d'idées de sorties pour les jours à venir...

La rédaction | Vendredi 2 juillet 2021

Notes estivales

Musiques actuelles Notes dans le Vercors Configuration à la fois assise et debout cette année : du côté d’Autrans, du 2 au 4 juillet, on attend du beau monde pour la septième édition du Vercors Music Festival ! Des artistes en pleine progression comme Suzane, par exemple, ou des groupes expérimentés dont la musique nous ravit, à l’image de La Rue Kétanou (photo). Pour faire une fête dantesque, on compte aussi sur le côté pin-up assumé des Swingirls ou le look des musiciens de Tigadrine, dont le blues du désert ne cesse d’envoûter les festivals isérois. Vercors Music Festival. À Autrans du 2 au 4 juillet. www.vercorsmusicfestival.com Insolite Et au milieu coule une rivière Des musiques enchanteresses dans un cadre enchanteur (des grottes en pleine forêt, bordées par un torrent et soumises à un microclimat rafraichissant), des frites, des bières « et du thé froid citron gingembre » ? C’est peu o

Continuer à lire

Des courts ailleurs

ECRANS | Après l’édition virtuelle de 2020, la Cinémathèque de Grenoble renoue avec une forme plus classique de son Festival du film court. Tout en changeant de décor.

Martin de Kerimel | Mardi 29 juin 2021

Des courts ailleurs

Cette fois, il n’a pas été possible d’occuper la place Saint-André : le Festival du film court en plein air sera lancé cette année sur l’Anneau de vitesse du parc Paul-Mistral, mercredi 30 juin, à partir de 21h. Ensuite, et jusqu’au 4 juillet, les projections de la compétition officielle auront lieu sur ce même site à 21h ou 21h30, précédées d’autres au cinéma Juliet-Berto, dès 19h. Une Nuit blanche est également prévue à Juliet-Berto le 2 juillet, qui commencera à minuit. Ce même jour et jusqu’au 5, des séances de rattrapage seront possibles au cinéma Le Club. La Cinémathèque de Grenoble, organisatrice de l’événement, ne revient pas sur ses fondamentaux : il s’agit toujours d’attirer le public le plus large possible, adultes et enfants, connaisseurs et simples curieux, tout en mettant en valeur ce qui peut faire la richesse de la création contemporaine. Une réelle vitalité ! Tout part d’un choix draconien : preuve que la crise sanitaire n’a pas tari l’envie des artistes, la Cinémathèque a reçu 2234 propositions de courts, issus de 91 pays, et en a retenu une soixantaine. Plusieurs prix sont en jeu, susceptibles de doper la carrière des grands petits films

Continuer à lire

Surtout, ne perdez pas le nord !

ESCAPADES | Du 22 au 27 juin, Autrans-Méaudre accueille la 40e édition du festival O’bivwak, qui décline plusieurs animations autour de la course d’orientation. Pas (...)

Jérémy Tronc | Lundi 21 juin 2021

Surtout, ne perdez pas le nord !

Du 22 au 27 juin, Autrans-Méaudre accueille la 40e édition du festival O’bivwak, qui décline plusieurs animations autour de la course d’orientation. Pas pour vous ? Détrompez-vous. L’événement se veut grand public et accessible à tous selon Laure Carra, chargée de développement pour la ligue Auvergne-Rhône-Alpes de course d’orientation : « Bien entendu, les courses nécessitent d’être familiarisé avec les cartes spécifiques à la discipline. Mais si vous êtes débutant et que vous avez envie de découvrir la course d’orientation sans la pression du chrono, nous proposons deux demi-journées d’initiation gratuites avec des bénévoles, qui encadreront les groupes et fourniront les explications nécessaires ». Ces sessions de découverte sont ouvertes à tous, adultes et enfants, sans limite d’âge. Si vous tenez vraiment à vous inscrire à une des courses chronométrées (6 propositions, de 25 à 50 km) ou même au raid sur deux jours alors que vous êtes une quiche en orientation, vous pouvez vous former par deux biais. Le premier, sur le site de la manifestation qui, dans son onglet Infos, vous explique tout sur la course d’orientation, notamment les spécificités de ses cart

Continuer à lire

Avant-premières Festival Télérama

ECRANS | En manque de nouveautés, malgré les tombereaux de films dans les salles ? Envie d’en voir d’autres avant tout le monde ? Le Méliès et Le Club, main dans la (...)

Vincent Raymond | Jeudi 10 juin 2021

Avant-premières
Festival Télérama

En manque de nouveautés, malgré les tombereaux de films dans les salles ? Envie d’en voir d’autres avant tout le monde ? Le Méliès et Le Club, main dans la main, ont entendu votre supplique et programment le traditionnel Festival Télérama, décalé cette année du 9 au 15 juin et transformé en festival d’avant-premières. Bonne nouvelle supplémentaire : les grilles horaires sont ainsi composées qu’il est possible de découvrir l’intégralité de la programmation, soit 10 films (dont beaucoup de “labellisés Cannes 2020“) qu’il faut se dépêcher de promouvoir avant que le nouveau millésime ne les chasse inexorablement de l’écran. Dans l’ordre chronologique (M= Le Méliès, C= Le Club), le très noir Médecin de nuit (mercredi 9 juin, 20h45, M, photo) ; La Terre des hommes (jeudi 10, 20h, C avec retransmission d’un débat avec le réalisateur) ; Teddy (vendredi 11, 20h45, M) ; Un triomphe (samedi 12, 16h, M) ; Milla (samedi 12, 20h30, C) ; 143 rue du désert (dimanche 13, 13h30, C), le Kelly Reichardt

Continuer à lire

Grenoble : la Ville se positionne

Été culturel | On savait déjà que, pour son édition 2021, le Festival Magic Bus allait quitter l’Esplanade et rejoindre l’Anneau de Vitesse. La Ville de Grenoble a confirmé, vendredi 30 avril en fin de matinée, qu’elle prévoit d’autres événements culturels sur le site. Premiers détails.

Martin de Kerimel | Vendredi 30 avril 2021

Grenoble : la Ville se positionne

Bis… ou ter repetita : l’été dernier, après plusieurs mois de confinement, la Ville de Grenoble témoignait d’une intention d’accompagner le rebond de la culture, en programmant une "saison" d’événements en plein air, déclinée en quatre programmations de quinze jours et 188 propositions différentes (pour 214 levers de rideau). Plus tard, au début de cette année, elle a récidivé avec les Éclats de culture, une mini-série d’événements extérieurs organisée le 14 janvier, dans chacun des secteurs de la ville. Et voilà que l’on nous annonce pour le début de l'été « une programmation culturelle et festive », adaptée aussi aux normes sanitaires. Avec plusieurs partenaires locaux du monde culturel, la Ville travaille à la mise en place d’une scène à l’Anneau de Vitesse du parc Paul Mistral. Jusqu’à 1000 personnes devraient pouvoir trouver place autour de cette structure éphémère. « Y seront accueillis, du 17 juin au 9 juillet : le Festival Magic Bus, une programmation de la Bobine, une soirée exceptionnelle proposée par la MC2 et le Festival du Film Court en Plein Air, indique un communiqué. Cette scène sera aussi le théâtre de l’édition exception

Continuer à lire

Musilac tombe à l’eau

Festival | La nouvelle est tombée vendredi 2 avril, à midi pile : l’édition 2021 du festival, censée se dérouler du 8 au 11 juillet, est complètement annulée. Un terrible coup d’arrêt pour un événement qui va connaître une seconde année blanche consécutive.

Martin de Kerimel | Vendredi 2 avril 2021

Musilac tombe à l’eau

Quel choc ! C’est officiel : il n’y aura donc pas de Musilac pour animer les soirées du début de l’été prochain. La longue incertitude qui planait sur l’événement a pris fin vendredi 2 avril, à l’heure du déjeuner. On savait évidemment que la jauge limitée à 5 000 personnes, assises et distanciées, compliquait sévèrement l’organisation du festival, de même que la probable impossibilité d’y proposer une offre de buvette et de restauration – la source habituelle d’une bonne partie des recettes utiles. Un sondage laissait entendre que le public restait solidaire avec l’équipe, mais réfractaire à une formule de ce type. C’est-à-dire prêt à accepter des contraintes, mais presque unanimement hostile à l’idée d’un festival assis. Une étude était cependant encore en cours pour valider (ou non) la tenue d’un événement sous une autre configuration. Désormais, c’est sûr : rien ne sera possible. « La situation intenable pour nous » Les organisateurs se sont expliqués par le biais d’un communiqué : « Comme il y a un an, trop de choses sont contre nous : la situation sanitaire, tout d’abord, qui reste l’essentiel et dont nous comprenons bien à quel point elle est dif

Continuer à lire

Festival du film italien de Voiron : Comencini, pour commencer

ECRANS | Temporairement privé de salle, le Festival du film italien de Voiron se réinvente en ligne en consacrant une mini-rétrospective à un grand maître transalpin, Luigi Comencini.

Vincent Raymond | Vendredi 19 mars 2021

Festival du film italien de Voiron : Comencini, pour commencer

Comme nous vous l’annoncions le mois dernier, l’association Amitié Voiron Bassano planchait une parade numérique pour permettre à ses fidèles de célébrer, fût-ce à distance, un printemps italien cinéphile. Les conditions n’étant pas réunies pour que le traditionnel festival se déroule sur les écrans du cinéma PASSr’L, c’est donc de chez soi que chacune et chacun visionneront la programmation de ce rendez-vous concocté en partenariat avec le réseau des bibliothèques du Pays Voironnais : six films ont en effet été sélectionnés pour être consultables en ligne jusqu’au 15 avril — en attendant (espérant) une édition plus “normale“ et partagée en septembre. Six œuvres prélevés dans l’abondante filmographie du prolifique Luigi Comencini (1916-2007), et qui forment donc ici une manière d’hommage. Six fois Luigi Annonçons-le d’emblée : il ne s’agit pas d’u

Continuer à lire

Festivals estivaux : des incertitudes demeurent

MUSIQUES | Roselyne Bachelot a tranché : pour la ministre de la Culture, les festivals estivaux ne pourront accueillir que 5 000 personnes assises et distanciées, dans le respect des gestes barrières. Les organisateurs sauront-ils s’adapter ? Certains d’entre eux ont déjà renoncé. D'autres nous ont répondu et fait part de leurs difficultés.

La rédaction | Mercredi 3 mars 2021

Festivals estivaux : des incertitudes demeurent

Magic Bus en format réduit En novembre dernier, l’association Retour de Scène se voulait optimiste (on ne sait plus trop, mais il y avait peut-être de quoi, à l’époque !) et annonçait des dates pour son prochain festival Magic Bus. La 20ème édition devait se tenir du 6 au 8 mai, avec une programmation presque bouclée. Aujourd’hui, l’équipe du festival est largement revenue sur ces projets initiaux, mais elle ne s’en démène pas moins pour maintenir un événement adapté aux contraintes sanitaires annoncées. Damien Arnaud, coordinateur de l’association grenobloise, nous explique tout : « On est en cours de réflexion pour proposer un format assis en jauge réduite (pas plus de 500 personnes) courant juin. Ce ne sera pas à l’Esplanade, mais on cherche tout de même un lieu en plein air. La programmation sera axée sur la découverte de la scène locale avec, tout de même, un ou deux artistes d’envergure nationale en tête d’affiche. Certaines esthétiques, comme l’électro, ne seront malheureusement pas représentées. Ce sera une autre approche, plus tranquille. Ce que je peux d’ores et déjà annoncer, c’est que le Student Groove Orchestra, en partenariat avec le Crous

Continuer à lire

Cinémas et festivals : en attendant la reprise (et le printemps)

ECRANS | D’habitude, lorsque débutent les vacances d’hiver, l’année cinéma est déjà bien entamée : les premiers festivals ont eu lieu et les suivants annoncent la couleur (ou du moins leur programmation). La fermeture des salles change la donne, mais ne signifie pas l’effacement de la saison : durant cette période d’hibernation forcée, le printemps des écrans se prépare. Panorama*…

Vincent Raymond | Lundi 8 février 2021

Cinémas et festivals : en attendant la reprise (et le printemps)

Jamais, en 125 ans d’histoire cinématographique, les salles n’auront été aussi longtemps fermées. Dimanche 7 février, cela a fait exactement 100 jours depuis le 30 octobre que les cinémas ont été contraints de baisser les rideaux, soit un jour de plus que lors du premier confinement, entre les 14 mars et 22 juin 2020. Si l’on mesure notre rage de spectateur, on imagine la souffrance des exploitants, programmateurs et organisateurs de festivals incapables de se projeter — sans mauvais jeu de mots — dans l’immédiat et forcés de composer au jour le jour. Pour certains, l’attente aura été fatale : le Festival de l’Alpe d’Huez a ainsi jeté l’éponge. Devant initialement se dérouler fin janvier, sa 24e édition avait un temps envisagé se décaler du 23 au 28 mars avant de renoncer, en accordant toutefois un "label" aux films qu’elle avait sélectionnés, comme Cannes l’an passé. Pas de quoi rire pour les rois de la comédie en altitude. En salle ou en ligne ? Suivant dans le calendrier, Voir Ensemble, le rendez-vous à destination du jeune public

Continuer à lire

BD : le festival d’Angoulême s’affiche en gare de Grenoble

ACTUS | Depuis la mi-décembre et pendant deux mois, la sélection officielle du festival international de la BD d’Angoulême s’affiche dans les gares françaises. À Grenoble, l’exposition présentée est consacrée aux deux auteurs italiens Luigi Critone et Gipi.

Sandy Plas | Mardi 19 janvier 2021

BD : le festival d’Angoulême s’affiche en gare de Grenoble

Alors que le Festival international de la bande-dessinée d’Angoulême devrait se tenir dans sa version publique du 24 au 27 juin prochain, l’évènement a décidé d’investir pour quelques semaines une quarantaine de gares en France. Objectif : proposer dans chacune une ou plusieurs expositions qui mettent un coup de projecteur sur le travail des auteurs, sélectionnés dans le cadre de l’édition 2021. Les habitués de la gare de Grenoble et les visiteurs de passage ont donc pu découvrir il y a quelques semaines l’exposition consacrée au dessinateur italien Luigi Critone et au scénariste Gian Alfonso Pacinotti, mieux connu sous le nom de Gipi. Les deux auteurs ont travaillé ensemble sur la bande-dessinée Aldobrando, parue aux éditions Casterman et qui raconte l’histoire d’un orphelin à l’époque médiévale, entre « conte initiatique et fable politique », comme le décrit le festival. Nés de l’autre côté des Alpes, les deux auteurs ont tous deux effectué une partie de leur carrière en France, avec plusi

Continuer à lire

Remobilisation festivalière

ACTUS | Vie culturelle / Les très lourdes conséquences de la crise sanitaire ne laissent pas les organisateurs de festivals indifférents. Aujourd’hui, beaucoup réagissent publiquement et témoignent de leur détermination pour 2021. Explications.

Martin de Kerimel | Mardi 8 décembre 2020

Remobilisation festivalière

Agir pour ne pas connaître une deuxième saison blanche consécutive : c’est la volonté de quelque 200 événements musicaux partout en France, qui viennent de cosigner une tribune. Un texte au titre explicite – « Festivals 2021, Pourquoi on y croit ! » – comme pour mieux secouer le cocotier. Le ton est déterminé. Extraits : « En tant qu’organisateurs de festivals, rien ne nous interdit d’y croire. Optimistes de nature, entrepreneurs de métier, nous sommes engagés pleinement dans la préparation de nos prochaines éditions (…). Nos équipes sont déjà au travail. Les artistes se préparent. Le public nous attend ». « Un message positif » Rémi Perrier, le big boss du festival Musilac, prévu du 8 au 11 juillet prochain à Aix-les-Bains, fait partie des initiateurs de cette démarche. « On avait envie de délivrer un message positif, sans pour autant s’abandonner à la politique de l’autruche, indique-t-il. Petits et grands, on est tous touchés et on sait bien que tous les scénarios restent possibles pour l’an prochain, mais on se dit que le pire n’est jamais certain. » D’où cette intention de s’adresser à tous : artistes, public, parten

Continuer à lire

Viggo Mortensen : « Nos souvenirs imparfaits décident de qui nous sommes »

Rencontre | Le comédien aux mille talents vient de signer "Falling", son premier long métrage en tant que cinéaste. Une histoire de famille où l’attachement et l’oubli se livrent un duel sans ménagement. Nous l'avions rencontré quelques jours avant le reconfinement, en marge de la première française, durant le Festival Lumière à Lyon.

Vincent Raymond | Jeudi 5 novembre 2020

Viggo Mortensen : « Nos souvenirs imparfaits décident de qui nous sommes »

Comment se fait-il que ce soit cette histoire en particulier que vous ayez racontée pour votre premier film, car vous avez écrit plusieurs scénarios avant de réaliser Falling ? Viggo Mortensen : Je suppose que je voulais me souvenir de mes parents (et de ma mère, pour commencer), pour le meilleur et pour le pire comme tout le monde. Même si c’est devenu une histoire père/fils, l’inconscient de leur combat repose sur une différence d’opinion autour de leurs souvenir de leur femme et mère. Elle reste, à mon avis, le centre moral de l’histoire. Et c’est très important pour moi le casting de la mère, Gwen. Hannah Gross était parfaite, géniale : même si elle n’est pas là tout le temps, elle est là. Mais la raison pour laquelle j’ai fait début comme réalisateur et scénariste avec cette histoire, c’est parce que j’ai trouvé l’argent (sourire). J’avais essayé plusieurs fois, il y a 23-24 ans, avec un autre scénario, au Danemark, j’avais 20-30% du budget, mais pas davantage. Au bout du compte, je crois que c’était bien que j’attende, parce que j’ai beaucoup appris des autres réalisa

Continuer à lire

Pour Halloween, ce sera sorcières, robots et chaos avec l'asso grenobloise ARCAN

CONNAITRE | Déjà à l’origine de plusieurs évènements de grande ampleur dédiés à la découverte des arts numériques dans des cadres insolites, la jeune association ARCAN remet le couvert samedi 31 octobre et dimanche 1er novembre avec l’intrigante proposition "Rituels + Machines + Fossiles" au Musée archéologique. On vous en dit plus.

Damien Grimbert | Mardi 20 octobre 2020

Pour Halloween, ce sera sorcières, robots et chaos avec l'asso grenobloise ARCAN

"Arts numériques" : comme beaucoup de termes dans l’air du temps, l’expression peut sembler un peu vague pour le commun des mortels, simple à définir mais nettement plus complexe à décrire et encore plus à circonscrire. Contre toute attente, pourtant, cette dimension un peu floue, un peu flottante, l’Association Ressource pour la Création Artistique Numérique (ARCAN) s’en accommode très bien, comme l’expliquent sans ambages Jérôme Villeneuve, James Leonard et Clara Girousse. « Dans les arts numériques, le pluriel est très important : on a souvent tendance à réduire ça une scénographie mêlant VJ et DJ alors que le terme recouvre des approches artistiques très diverses qui vont de la musique au spectacle vivant en passant par les arts visuels. Et ce qui est intéressant, c’est de confronter des formes qui ne sont justement pas forcément cohérentes entre elles. » Paradoxalement, pourtant, si l’adjonction d’une dimension technologique ouvre de nouvelles perspectives excitantes à chacune de ces disciplines, elle restreint aussi souvent leur portée à un public particulier dans des lieux très spécifiques, créant

Continuer à lire

À Voreppe, fin octobre, c'est festival Ciné-Jeune !

ECRANS | C’est une semaine intense qui donne envie de rajeunir : du 24 au 31 octobre, le Cap de Voreppe propose pas moins de 27 films d’un éclectisme ébouriffant, à (...)

Vincent Raymond | Mardi 20 octobre 2020

À Voreppe, fin octobre, c'est festival Ciné-Jeune !

C’est une semaine intense qui donne envie de rajeunir : du 24 au 31 octobre, le Cap de Voreppe propose pas moins de 27 films d’un éclectisme ébouriffant, à commencer par un ciné-concert du génial et hilarant Sherlock Jr. (photo) de Buster Keaton, ambiancé par le trio The French Bastards. On note des avant-premières pour les tout-petits (Le Quatuor à cornes : là-haut sur la montagne, Les Ours gloutons, Le Noël de Petit Lièvre Brun), les immanquables du moment (Calamity, Lupin III…), les prometteurs Petit Vampire, Le Peuple Loup, Fritzi et 7 jours, ainsi que de grandes reprises. De Miracle en Alabama à Akira en passant par La Jeune Fille à l’écho (curiosité lituanienne), il y a du choix. On conseillera pour finir de jeter un œil au documentaire Petites Danseuses qui en dit aussi long sur les rêves des parents que sur ceux des enfants…

Continuer à lire

Festival Les P'tits Géants : objets inanimés, avez-vous donc une âme ? (réponse : oui !)

Marionnette | Du lundi 19 au vendredi 23 octobre, la marionnette sera à l'honneur au Pont-de-Claix.

Aurélien Martinez | Mardi 20 octobre 2020

Festival Les P'tits Géants : objets inanimés, avez-vous donc une âme ? (réponse : oui !)

Dans cette agglomération grenobloise culturellement très richement dotée, il faut savoir se démarquer, surtout si l’on est une petite salle. L’équipe aux commandes de l’Amphithéâtre du Pont-de-Claix l’a bien compris, elle qui organise depuis quatre ans son festival Les P'tits Géants, centré sur la marionnette jeune public. En essayant de balayer large niveau genres et techniques. C’est à ce moment que l’on rappelle à celles et ceux qui ne le sauraient toujours pas que la marionnette, ce n’est plus, depuis longtemps, uniquement Guignol et ses potes ! Pour cette cinquième édition, cinq équipes artistiques seront ainsi présentes pendant la semaine de festival. Et quelle bonne surprise de retrouver parmi elles (désolé, on connaît moins les autres) la compagnie iséroise La Pendue d’Estelle Charlier et Romuald Collinet, dont on apprécie grandement les propositions visuellement fortes et tout sauf gnangnan. La preuve avec leur spectacle Tria Fata, visible dès 9 ans, qu’ils redonneront une nouvelle fois (la création date de 2015). Un cabaret pour une marionnettiste

Continuer à lire

Festival du film pour enfants : tout pour les plus jeunes !

ECRANS | Villard-Bonnot et Vizille accueillent du 19 au 31 octobre leur traditionnel événement cinéma entièrement tourné vers le jeune public. Que du bonheur !

Vincent Raymond | Mardi 20 octobre 2020

Festival du film pour enfants : tout pour les plus jeunes !

L’emblème choisi pour orner l’affiche de sa 22e édition (la Calamity "jeune" de Rémi Chayé, arborant un air résolu) illustre merveilleusement la combativité du Festival du film pour enfants. S’il a dû revoir sa logistique (adieu, les salles temporaires de Vizille !) et sacrifier quelques-uns de ses rendez-vous conviviaux (bye-bye, les petits en-cas gourmands avant et après certaines séances !) à cause de cette satanée pandémie, l’événement tient fermement ses rênes : plus de vingt-cinq films sont au programme, des animations conservées et la compétition maintenue ! Surtout, la thématique retenue cette année donne foi en le futur : "Rêvons l’avenir". Comme toujours, les films en lice sont divers et récents, dans une acception large du terme : figurent notamment De toutes nos forces de Nils Tavernier, Le Vent se lève de Miyazaki (2014), Lamb de Yared Zeleke, Le Roi des masques de Wu Tian-Ming (2015), Tous en scène d

Continuer à lire

Montagnards et Indiens

Festivals | Deux événements cinéma arrivent sur les écrans de l’agglo ces prochains jours. On tourne d’abord son regard vers le 15e Festival du film international (...)

Martin de Kerimel | Mardi 6 octobre 2020

Montagnards et Indiens

Deux événements cinéma arrivent sur les écrans de l’agglo ces prochains jours. On tourne d’abord son regard vers le 15e Festival du film international Pastoralismes et grands espaces, du 8 au 11 octobre. Au programme du cinéma Le Club : des documentaires sur la vie des éleveurs français, suisses, italiens, argentins ou sénégalais, au format court et long. En outre, des rencontres citoyennes et débats sont organisés, ainsi que des expositions – certaines ont déjà ouvert, à la Maison de la montagne ou à la Crique Sud, par exemple. Le programme complet est en ligne : www.festival-pastoralismes.com. On change d’horizon la semaine suivante, avec la quatrième édition du Grenoble Indian Film Festival. L’événement est programmé du 15 au 18 octobre, avec une large sélection de courts métrages et un long, Made in Bangladesh, présentés à la Vence Scène de Saint-Égrève (samedi 17 à 20h30). Là aussi, de nombreuses animations connexes sont prévues, avec des professionnels du cinéma. L’association organisatrice espère pouvoir compter sur ses hôtes indiens, a monté une page Facebook et devrait publier toutes les infos sur

Continuer à lire

Notes bleues (et autres)

MUSIQUES | Jazz / On vous l’accorde : il a déjà commencé et, parution en décalage oblige, on vous en reparle avec un peu de retard. On s’en serait voulu de manquer le 16e Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival, qui tient cette année la note bleue jusqu’au 17 octobre.

Martin de Kerimel | Mardi 6 octobre 2020

Notes bleues (et autres)

Salvatore Origlio et son équipe ont concocté un programme prometteur, en insistant tant sur la dimension universelle et intemporelle du jazz que sur sa grande diversité. Impossible de citer chaque artiste, alors on vous dévoile l’un de nos coups de cœur : le quatuor Cuareim (photo), accompagné par la percussionniste et chanteuse Natasha Rogers, qui s’adapte aux nouvelles normes sanitaires et va proposer deux sets successifs au public de l’auditorium du Musée de Grenoble, dimanche 11. Le projet, ambitieux, est d’associer des sonorités classiques à d’autres d’inspiration latine : un pari réussi, à en juger par les morceaux que nous avons entendus. Le festival dans son ensemble associera par ailleurs onze autres salles partenaires, à Grenoble, Bernin, Champ-sur-Drac, Crolles, Échirolles, Fontaine, Gières, Meylan, Saint-Égrève et Varces. Son programme complet est disponible en ligne, sur le site du Jazz Club de Grenoble (www.jazzclubdegrenoble.fr).

Continuer à lire

Rémi Perrier : « Aujourd'hui, je ne peux pas dire si Musilac est annulé ou ne l’est pas »

Festival | Du samedi 11 au mardi 14 juillet devrait se tenir à Aix-les-Bains (Savoie) le festival Musilac, avec des têtes d’affiche françaises et internationales comme PNL, Iggy Pop, Lenny Kravitz, Angèle, -M-, Metronomy, Lomepal, Niska… Sauf que Rémi Perrier, le producteur de spectacle basé à Grenoble qui gère l’événement, ne sait pas si cette dix-neuvième édition pourra avoir lieu. On lui a passé un coup de fil pour en savoir plus.

Aurélien Martinez | Vendredi 10 avril 2020

Rémi Perrier : « Aujourd'hui, je ne peux pas dire si Musilac est annulé ou ne l’est pas »

Pouvez-vous nous dire aujourd’hui si la dix-neuvième édition du festival Musilac aura bien lieu mi-juillet ? Rémi Perrier : Non, car on a plusieurs problèmes. Le premier est que ça va commencer à péter du côté des artistes avant même que le gouvernement français et les préfectures ne se prononcent sur des décisions territoriales. Il y a des Américains, des Anglais, des Africains qui nous disent qu’ils ne seront sans doute pas en Europe cet été, ne sachant pas s’ils seront autorisés à bouger ou, si jamais c’est possible, s’il y aura des avions pour les transporter. Des problèmes concrets pour un organisateur de festival ! Un autre problème, c’est la billetterie : en ce moment, on ne vend quasiment plus de place pour Musilac, ce qui est aisément compréhensible. Mais ce qu’on ne vend pas maintenant, on sait que ce sera irrattrapable pour la suite. Si suite il y a… Vous semblez donc vous préparer à une annulation… À mesure que des festivals s’annulent autour de la France – Glastonbury, Bayreuth, Roskilde… –, je ne vois pas comment un préfet ou un gouvernement autoriseraient des rassemblements

Continuer à lire

Bénis soient les Maudits !

Festival | Une excommunication empêche-t-elle une béatification ? Pas forcément, s’il y a un purgatoire entre les deux. À cette question moins théologique que (...)

Vincent Raymond | Mardi 14 janvier 2020

Bénis soient les Maudits !

Une excommunication empêche-t-elle une béatification ? Pas forcément, s’il y a un purgatoire entre les deux. À cette question moins théologique que cinématographique, les films du Maudit Festival répondent régulièrement… La propension du genre humain aux aspirations contradictoires n’a d’égal que son grégarisme. En particulier dans les salles, où le mainstream ne laisse que peu d’interstices à des propositions alternatives. Certains cinéastes savent cependant s’y glisser pour contrer la loi du conformisme avec des films traversant sciemment hors des clous. Des films rebelles, souvent honnis à leur naissance, auxquels le temps rend justice. Des films maudits que le festival ourdi par l'association Terreur Nocturne accueille dans un délicieux œcuménisme, où le souvenir de leur soufre matriciel n’est jamais loin. À travers le temps et l'espace Copieuse édition que ce millésime 2020 convoquant des œuvres inscrites dans l’histoire sombre du 7e art — le tumultueux Aguirre, la colère de Dieu gouverné par la diabolique paire Herzog/Kinski ou l’underground thriller

Continuer à lire

La pellicule sous toutes ses formes avec le festival La Buissonnière

Cinema | Première édition pour le festival "La Buissonnière", qui, du jeudi 28 au samedi 30 novembre, mettra en avant une éclectique sélection de films réalisés au sein de laboratoires argentiques indépendants. Au 102 et sur le campus de l'UGA, une proposition passionnante, loin, très loin de la standardisation à marche forcée auquel le format numérique nous a habitués.

Damien Grimbert | Mercredi 27 novembre 2019

La pellicule sous toutes ses formes avec le festival La Buissonnière

Un peu de contexte pour commencer, comme le propose Colas Gorce, l’un des (nombreux) organisateurs du festival : « Dans les années 90, l’industrie du cinéma est passée massivement au format numérique et s’est débarrassée de toutes sortes d’outils liés au format pellicule. Pour beaucoup de personnes qui travaillaient déjà sur ce format, s’est créée une sorte d’effet d’aubaine, avec la possibilité de récupérer tous ces ustensiles désormais relégués au rang de déchets par l’industrie. Cela a donné naissance à de nombreux laboratoires indépendants, souvent sous une forme associative, comme c’est le cas du laboratoire MTK à Grenoble, qui se sont ensuite mis en réseau pour créer du cinéma expérimental ». Le décalage entre cette approche très artisanale, voire ludique, du cinéma et les fabuleuses possibilités créatives qu’elle ouvre, c’est ce qu’a souhaité mettre en avant l’équipe de La Buissonnière à travers ce festival. Sans négliger pour autant sa dimension très politique : « Parler de ces modes de production, complètement en dehors des circuits industriels, et basés en grande partie sur un imaginaire de récupération des "déchets" de l’industr

Continuer à lire

Comment le Bar-Bars ?

Festival | Le festival Culture Bar-Bars, c'est un peu une fête de la musique des débits de boisson. Réjouissances programmées du 28 au 30 décembre, dans une série de lieux grenoblois.

Stéphane Duchêne | Mercredi 27 novembre 2019

Comment le Bar-Bars ?

Dans 60 villes en France, l'événement a largement essaimé en 18 éditions. Et il conviendra de se pencher sur cette édition grenobloise. Par pur chauvinisme mais aussi parce qu'on y croisera notamment deux vieilles canailles ayant officié au sein des cultes Little Rabbits : Federico Pellegrini aka French Cowboy et son compère Eric Pifeteau dit The One, association qui livrera un nouvel album en 2020. Leur prestation du 29 novembre à la Bobine sera suivie d'un mix électro de Human Pattern. Á suivre également, la belle jeunesse qui ne cesse de monter de la charmeuse folk lyonnaise Tachka (28 novembre) et de l'un de ses pendants masculins, sans doute plus roots dans ses influences, Yannick Owen

Continuer à lire

Droit de regard sur les vacances : notre sélection de propositions jeune public

Jeune public | Pour ce numéro de trois semaines qui couvre l’entièreté des vacances scolaires, la rédaction du Petit Bulletin s’est mise en mode jeune public avec une sélection de propositions culturelles à vivre avec des enfants. Exposition, cinéma, concert et spectacle : suivez-nous !

La rédaction | Mardi 15 octobre 2019

Droit de regard sur les vacances : notre sélection de propositions jeune public

Une exposition pour « sensibiliser les enfants à la montagne » Avec, comme l’écrivait Stendhal (on connaît nos auteurs au PB), « au bout de chaque rue, une montagne », Grenoble semble être la ville idéale pour proposer l’exposition Petits Monts et merveilles, destinée aux 3-6 ans et organisée par la Casemate (le centre de culture scientifique local) dans le cadre de sa "Saison pour la planète". « Nous vivons entourés de montagnes et c’est important de sensibiliser les enfants à ce sujet. Certains vivent en ville, n’ont pas forcément la chance d’y aller, et cette exposition est aussi l’occasion de la leur faire découvrir », explique Armelle Chaléon, médiatrice à la Casemate. Une fois passées les portes du lieu, les enfants se retrouvent immergés dans l’univers montagnard à travers divers jeux et activités, m

Continuer à lire

Toutes les couleurs de l’Inde avec le Grenoble Indian Film Festival

ECRANS | Rendez-vous du jeudi 17 au dimanche 20 octobre à Grenoble, Saint-Martin-d'Hères et Saint-Égrève.

Damien Grimbert | Mardi 15 octobre 2019

Toutes les couleurs de l’Inde avec le Grenoble Indian Film Festival

Troisième édition pour le Grenoble Indian Film Festival, organisé par l’association I.C.E. dans l’objectif de dévoiler toute la diversité du cinéma indien contemporain. Outre une pléiade d’ateliers en tout genre, une exposition de peinture et une soirée « Bollywood Night », la majeure partie de la programmation sera bien sûr dédiée au… cinéma, avec pas moins de sept films projetés. Parmi ces derniers, trois blockbusters très attendus, chacun dans un registre très différent : Chhichhore de Nitesh Tiwari accompagne ainsi au fil des ans et des aléas de la vie un groupe d’amis qui s’est formé à l’université, tandis que Kalank d’Abhishek Varman (photo) joue la carte de la grande fresque historico-romantique flamboyante dans des décors majestueux. Enfin, Mission Mangal de Jagan Shakti s’inspire d’une histoire vraie pour retracer le lancement d’une mission spatiale à destination de Mars. À noter, également, un documentaire de Pan Nalin sur la médecine ayurvédique (Ayurveda), un film anglais de Gurinder Chadha sur un jeune immigré indien passionné par Bruce Springsteen (Music of my life), un intrigant fil

Continuer à lire

Le Festival d'humour et de création de Villard-de-Lans ? « L'histoire d'un groupe de copains » qui dure depuis 30 ans !

Festival | Du mardi 29 octobre au samedi 2 novembre aura lieu la 30e édition du Festival d'humour et de création de Villard-de-Lans. Retour sur les origines de ce « grand petit festival », comme se plaît à le nommer Gilles Balesta, son président.

Adeline Gailly | Mardi 15 octobre 2019

Le Festival d'humour et de création de Villard-de-Lans ? « L'histoire d'un groupe de copains » qui dure depuis 30 ans !

Né il y a 30 ans, le Festival d'humour et de création de Villard-de-Lans est « l'histoire d'un groupe de copains tout simplement » résume Gilles Balesta. Spectateur de la première heure et président de l'événement depuis 20 ans, il se rappelle cette première nuit de café-théâtre, là où tout a commencé, en 1989, avec une petite troupe de théâtre amateur. « Ils avaient invité d'autres troupes qu'ils connaissaient. Puis, au fur et à mesure des années, ils ont pu se produire dans la salle des fêtes de Villard, ont obtenu des moyens de la commune et c'est ainsi que le festival est né. » Aujourd'hui, l'événement rassemble des artistes multidisciplinaires, entre théâtre, chansons, contes, humour et bien d'autres, proposant une quinzaine de spectacles sur cinq jours. Avec un seul leitmotiv : « maintenir le même niveau de qualité et d'exigence ». Exit la vulgarité et « priorité à la création » insiste Gilles Balesta. Des énergies nouvelles Mais les rencontres entre artistes constituent le cœur de l'événement. « Ils sont présents toute la semaine. Ils n'arrivent pas la veille

Continuer à lire

Quand Grenoble se jazzifie toujours plus avec le Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival

Festival | Rendez-vous du vendredi 4 au samedi 19 octobre pour le constater.

Stéphane Duchêne | Mardi 1 octobre 2019

Quand Grenoble se jazzifie toujours plus avec le Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival

Si le Grenoble Alpes Métropole Jazz Festival est un événement, c'est parce que l'événement organisé à l'initiative du Jazz Club de Grenoble est le seul consacré à cette discipline dans l'agglomération. Il est donc on ne peut plus logique qu'à l'image de ce nom à rallonge, le GAMJF étende un peu plus à chaque édition son aire d'activité : Fontaine, Gières, Saint-Égrève, Varces, La Tronche... En tout ce sont pas moins de onze communes de l'agglomération (presque le double de l'an dernier) qui accueilleront la programmation de cette 15e édition et ses différents temps – les traditionnels Midi/Deux, master class, expositions, conférence... On y croisera cette année des figures telles que Raphaël Lemonnier (avec la Trova Project, une exploration de la chanson cubaine), l'étoile montante Agathe Iracema, l'électro-soul de Nojazz (photo), Yaël Rasooly et Ilya Magalnyk pour une plongée dans la musique de la première moitié du XXe siècle, l'explosif Amazing Keysto

Continuer à lire

Un Festival du film court en plein air de Grenoble comme « reflet de la société d’aujourd’hui »

Festival | La 42e édition du Festival du film court en plein air de Grenoble, plus ancien rendez-vous du genre en France, se tiendra du 2 au 6 juillet sur la place Saint-André et dans plusieurs lieux de Grenoble. Avec un programme alléchant que Peggy Zejgman-Lecarme, directrice de la Cinémathèque, nous a minutieusement détaillé.

Alice Colmart | Mardi 18 juin 2019

Un Festival du film court en plein air de Grenoble comme « reflet de la société d’aujourd’hui »

Un écran de cinéma sur la place Saint-André pour y projeter des courts-métrages français et internationaux, ces films d’une durée inférieure à une heure, c’est le pari que se lancent chaque été depuis 42 ans les membres de la Cinémathèque de Grenoble. Et avec 10 000 spectateurs lors des dernières éditions, on peut dire que le festival a fait ses preuves. « C’est le plus ancien rendez-vous du film court en France » expliquait fièrement Peggy Zejgman-Lecarme, directrice de la Cinémathèque depuis 2016, le jour de la conférence de presse de l’événement. « C’est un festival grand public mais exigeant. Par exemple, ce n’est pas parce que c’est en plein air que la diffusion sonore n’est pas optimale. On mise vraiment sur la qualité. Et grâce à ça, c’est plaisant d’entendre dire par certains grenoblois que l’été ne commence pas tant que le festival n’a pas débuté ! » Demandez le programme Au total 59 films, visionnés en amont et sélectionnés par un jury professionnel, seront en compétition pour plusieurs prix. « Nous avons reçu 2 500 courts-métrages qui, globalement, sont le reflet de la société d’aujourd’hui. Il y a

Continuer à lire

Vercors Music Festival : nos quatre coups de cœur

Festival | En dépit de sa jeunesse (c'est sa 5e édition), le Vercors Music Festival sait déjà attirer les grands noms autour d'une ligne qui mêle le populaire et la découverte, l'exploration de la chanson française et l'expression multiculturelle et multigenre. En marge des Zaz, Grand Corps Malade, Sanseverino, Gauvain Sers et Ibrahim Maalouf, petite sélection de (nos) choix à découvrir entre le 4 et le 7 juillet à Autrans.

Stéphane Duchêne | Mercredi 19 juin 2019

Vercors Music Festival : nos quatre coups de cœur

Djazia Satour C'est devenu une tarte à la crème que d'accommoder la ou les musiques des origines à la sauce pop. Tout autant que de faire l'inverse. Le fait est que cela donne souvent un résultat absolument envoûtant. D'où vient que cela est particulièrement vrai avec la musique traditionnelle algérienne (de Rachid Taha à Imarhan) ? On ne sait guère... Mais c'est cette alchimie gracile que la Grenobloise Djazia Satour obtient sur ses disques, à commencer (pour ainsi dire) par le dernier, Aswât, où le blues se mêle au chaâbi, le banjo à l'oud, et l'esprit de conquête western à la mélancolie orientale. Où l'on a parfois l'impression que le Mississippi se jette dans la Méditerranée. Vendredi 5 juillet à 20h The Blue Butter Pot "Dis petit

Continuer à lire

Un Festival Berlioz tout en majesté

Festival | Pour l’acte 2 du 150e anniversaire de la mort du fameux compositeur français, le Festival Berlioz nous annonce "Le roi Hector". L’an passé, l’acte 1 nous avait montré un "sacré Berlioz". In fine, on célèbre chaque année à La Côte-Saint-André un sacré roi Hector Berlioz par toutes ses facettes, dans tout son génie. La preuve une nouvelle fois cet été.

Pascale Clavel | Mercredi 19 juin 2019

Un Festival Berlioz tout en majesté

Hector Berlioz (1803 – 1869), compositeur si singulier dans l’histoire de la musique, est chaque année fêté en grande pompe en Isère, et toujours avec de la démesure, du faste, du grandiose mais aussi beaucoup d’émotions. Car il ne faut jamais oublier que si Berlioz fut un immense compositeur, cela ne peut le résumer entièrement, lui qui était aussi chef d’orchestre, écrivain, journaliste, grand voyageur, amoureux transi, visionnaire fou… Et surtout autodidacte talentueux. Pour cette édition 2019 du Festival Berlioz, clin d’œil appuyé au roi Hector (le compositeur) donc, doublé d’un autre clin d’œil au fameux roi Hector de L’Énéide (la fameuse épopée de Virgile écrite entre 29 et 19 av. J.-C.) tué par Achille au cours de la guerre de Troie. Cette programmation a ainsi été tricotée à partir de cette histoire et de ce que Berlioz en a fait. Ouverture en fanfare De la démesure pour l’ouverture samedi 17 août, puisqu’un village troyen sera installé au cœur même de La Côte-Saint-André (dans lequel on pourra notamment se prendre au jeu du tir à l’arc – encore un clin d’œil, pauvre Achille !) ; de la démesure en

Continuer à lire

Musilac au jour le jour (et avec, comme toujours, du lourd)

Festival | Ailleurs, il y a Rock en Seine, les Eurockéennes, les Vieilles Charrues ou le Main Square. En Auvergne-Rhône-Alpes (à Aix-les-Bains, en Savoie, pour être précis), il y a Musilac, son lac (donc), ses milliers de festivaliers et ses quatre jours de programmation bourrés jusqu'à la gueule. Revue au jour le jour.

Stéphane Duchêne | Mardi 18 juin 2019

Musilac au jour le jour (et avec, comme toujours, du lourd)

11 juillet : Les enfants terribles S'il fallait tenter de donner un semblant de cohérence à cette soirée d'ouverture de Musilac, on la placerait sous le signe des golden boys (and girls), puisque l'on verra se succéder sur les scènes du festival les jeunes stars montantes que sont l'électro-explorateur Thylacine, le collectif de hip-hop rennais Columbine, le rock sans voyelle de la révélation MNNQNS et l'énigmatique météore Boulevard des airs. Ajoutez à cela une double fille de en la personne de Lou Doillon, le sidekick préféré du prince Orelsan qu’est Gringe (dont la carrière musico-cinématographique décolle en flèche), l'acteur le plus punk d'Hollywood (Jared Leto avec son groupe Thirty Seconds to Mars – pluie d'évanouissements à prévoir) et l'idole hip-hop US Macklemore. On peut alors se demander ce que le totem 90's Garbage fait au milieu de ce

Continuer à lire

"Paul Lamploix et les 4 Huberts : chômeurs du futur" : « De vieux dialogues ringards sont devenus des vannes »

Festival | Dans la riche programmation du BD Grenoble festival, notre regard s’est arrêté sur cette drôle et savoureuse bande dessinée qui se lit comme critique acerbe du marché du travail… On a donc posé trois questions à Émile Bertier, l’un de ses deux créateurs grenoblois à retrouver samedi 15 et dimanche 16 juin dans les allées de l’Ancien Palais du Parlement de Grenoble.

Alice Colmart | Mardi 11 juin 2019

Quelle est l’histoire de votre bande dessinée ? Émile Bertier : On est dans le cadre d’une robotisation complète de la Terre qui a entraîné une perte massive d’emplois. Nos héros, qui sont des bons humains, vont devoir émigrer sur des systèmes en dehors de la Terre dans lesquels il y a encore de la main-d'œuvre. Ils sont uberisés et deviennent des machines prêtes à tout pour obtenir du travail. L’originalité du projet est d’avoir entièrement détourné de vieux comics américains des années 1950… Oui. Avec mon ami Yann Girard, nous étions passionnés par La Classe américaine : le grand détournement, un film des années 1990 qui compile des extraits de différents films pour récréer des histoires absurdes. Puis, il y a deux ans, nous avons découvert une base de données de bandes dessinées libres de droits, dans laquelle se trouvaient plusieurs comics sortis entre les années 1940 et 1960 et donc tombés dans le domaine public. Une matière incroyable avec laquelle travailler ! On les a feuilletés, on a sélectionné les planches les plus croustillantes, découpé les vignettes… Un petit coup de

Continuer à lire

Patriarcat hors-jeu avec le festival Foot d’Elles

ECRANS | En parallèle de la Coupe du monde de football féminin est organisé partout en France ce festival de cinéma sous-titré « dribbler la différence ». On s'est penchés sur sa déclinaison grenobloise.

Élise Lemelle | Mardi 11 juin 2019

Patriarcat hors-jeu avec le festival Foot d’Elles

Pour la première fois, les stades français accueillent la Coupe du monde de football féminin (elle a commencé le 7 juin). Et pour l’occasion, le festival Foot d’Elles voit le jour, surprenante alliance entre ballon rond et cinéma. Visant à rappeler à quel point le foot peut agir comme facteur d’insertion sociale et professionnelle pour les femmes, Foot d’Elles parcourt la France entière avec une programmation axée autour de six thématiques allant d’un historique du foot féminin français jusqu’à la déconstruction des représentations sociales en passant par les actions essentielles pour une meilleure parité. Une majorité de documentaires composent la sélection, brossant le portrait d’héroïnes et de héros se battant pour faire évoluer les mentalités. Pour donner un écho à ces projections, une série de débats est prévue, histoire d’approfondir les questions soulevées par les films. Chaque ville-étape bénéficiant d’une sélection différente, la programmation grenobloise comptera six œuvres diffusées dans six lieux différents – des cinémas, des associations ou encore en plein air. Citons notamment Les Filles du stade (mardi 25 juin à

Continuer à lire

Les Nuits en Or : jeudi soir au Club, c'est court-métrage

ECRANS | Parce qu’on accorde trop peu de visibilité au format du court-métrage alors qu’il accompagne souvent les premiers pas des réalisateurs et réalisatrices, Les (...)

Élise Lemelle | Mardi 4 juin 2019

Les Nuits en Or : jeudi soir au Club, c'est court-métrage

Parce qu’on accorde trop peu de visibilité au format du court-métrage alors qu’il accompagne souvent les premiers pas des réalisateurs et réalisatrices, Les Nuits en Or sont là pour réparer cette injustice en mettant en avant les œuvres récemment récompensées en France et ailleurs. Au programme de la déclinaison grenobloise de l'événement prévue jeudi 6 juin au Club, 9 films dont le César 2019 du meilleur court – Les petites mains de Rémi Allier. Classe.

Continuer à lire

Le festival Palestine en vue débarque à Mon Ciné

ECRANS | Dans le cadre du festival régional Palestine en vue, Mon Ciné à Saint-Martin-d’Hères nous a concocté une programmation spéciale : l’avant-première mardi 7 mai (la (...)

Élise Lemelle | Mardi 30 avril 2019

Le festival Palestine en vue débarque à Mon Ciné

Dans le cadre du festival régional Palestine en vue, Mon Ciné à Saint-Martin-d’Hères nous a concocté une programmation spéciale : l’avant-première mardi 7 mai (la sortie est prévue le lendemain) de The Report on Sarah and Saleem de Muayad Alayan, thriller politique se basant sur la relation d’un couple israélo-palestinien ; soirée suivie d’un débat. Et afin de prolonger la thématique et de la rendre accessible à tous, le cinéma proposera les jours suivant Wardi de Mats Grorud, film en stop motion sorti en février et traitant du sort des expatriés.

Continuer à lire

Les trois soirées de la fin avril

MUSIQUES | Direction le Drak-Art, le Black Lilith et la Bobine.

Damien Grimbert | Mardi 23 avril 2019

Les trois soirées de la fin avril

26.04.19 > Drak-Art Bassodrome Outlook Festival Launch Party C’est un rituel désormais bien établi : en amont de sa nouvelle édition, l’Outlook Festival, rendez-vous incontournable de tous les amateurs de bass music organisé chaque mois de septembre en Croatie, fait étape à Grenoble le temps d’une soirée de lancement en collaboration avec l’équipe du Bassodrome. L’occasion d’une grosse fiesta des familles sur fond de UK garage, bassline, jungle et drum’n’bass, où s’entrecroisent au line-up figures de proue (Monty, DJ Blazin’) comme artistes locaux (Seoul 76, Clapsky, Jagerbang). 26.04.19 > Black Lilith Motel Midnight Figures tout juste émergentes de la scène parisienne, OG D. et Basei, jeunes DJs et producteurs originaires respectivement de Montreuil et du sud de la France, font partie de cette nouvelle génération d’artistes qui a décidé de ne pas choisir entre trap d’Atlanta, baile funk du Brésil et afro-house d’Angola. Un cocktail d’influences détonnant et farouchement dansant que les deux artistes viendront présenter à l’occasion de leur soirée Motel Midnight, après

Continuer à lire

Le Brésil à cor et à cri avec la nuit blanche du festival Ojo Loco

ECRANS | Rendez-vous vendredi 5 avril au cinéma Juliet-Berto pour le constater grâce à une programmation ambitieuse.

Damien Grimbert | Mardi 2 avril 2019

Le Brésil à cor et à cri avec la nuit blanche du festival Ojo Loco

Pour la troisième année consécutive, la nuit blanche d'Ojo Loco (festival, on le rappelle, dédié au cinéma ibérique et latino-américain) permettra aux spectateurs les plus curieux de découvrir un vaste panorama de films des années 1960 à nos jours oscillant entre action, horreur et érotisme. Centrée cette année autour du Brésil, la programmation réunira un film d’animation du cru inédit par chez nous (Até que a Sbórnia nos Separe, 2014) ; l’une des aventures originelles du fameux agent OSS 117 (Furia à Bahia pour OSS 117, 1965) à peu près aussi kitsch et datée qu’on pourrait l’imaginer ; un mystérieux film surprise « avec des sabres lasers » projeté à 4h du matin… Mais, surtout, deux œuvres majeures qui méritent amplement le déplacement à elles toutes seules. Succès phénoménal au Brésil et Ours d’Or à Berlin en 2008, Tropa de Elite aborde la lutte contre le trafic de drogue dans les favelas… du point de vue des forces d’él

Continuer à lire

HeroFestival : « L’ambition est que tout le monde s’amuse »

Événement | Troisième édition grenobloise pour le HeroFestival, salon qui se tiendra samedi 6 et dimanche 7 avril à Alpexpo avec, au programme, des conférences, des défilés ou encore des expositions autour de la pop culture, du cosplay, de la bande dessinée... Bienvenue dans des mondes à part !

Alice Colmart | Mardi 2 avril 2019

HeroFestival : « L’ambition est que tout le monde s’amuse »

Plus vrais que nature, l'héroïne de la série d’animation Miraculous, les aventures de Ladybug et Chat Noir et des personnages de Dragon ball Z déambulent devant le cinéma Pathé Chavant, qui accueillait il y a quelques semaines la conférence de presse du HeroFestival. Soit un immense salon prévu sur deux jours à Alpexpo qui fera se côtoyer une foule de héros et d'héroïnes venus d’univers virtuels et proposera diverses animations – des stands, des rencontres, des dédicaces, des conférences… « L’ambition est que tout le monde s’amuse » explique Annabelle Fouques, qui porte l’événement avec Marc Lefèvre depuis sa création en 2014 à Marseille. Un leitmotiv qui semble séduire puisqu’en seulement deux éditions à Grenoble, « ce ne sont pas moins de 35 000 personnes qui ont été accueillies ». We can be heroes, just for two days Cette année encore, les festivaliers seront invités à entrer en immersion totale dans leurs univers préférés : « Krypton » autour des comics, de la science-fiction, du cinéma et des séries, dans lequel ils pourront notamment découvrir une exposition sur les films

Continuer à lire

Quand les étudiants mènent la danse au Festival culturel interuniversitaire Rêve(s)

Festival | Après avoir exploré les confins de l’infini l’an dernier, le Festival culturel interuniversitaire revient cette année du 26 mars au 3 avril, à Grenoble et sur le campus de Saint-Martin-d’Hères, pour une 13e édition avec le(s) rêve(s) comme horizon. Une programmation « insolite et éclectique » dont Julien Vaccari, l’un des responsables de cette aventure, nous parle plus en détail.

Nathalie Gresset | Lundi 25 mars 2019

Quand les étudiants mènent la danse au Festival culturel interuniversitaire Rêve(s)

Albert Camus disait (oui, on a des références classes) : « Il faut savoir se prêter au rêve lorsque le rêve se prête à nous. » C’est à ce voyage dans le monde des songes que nous convie le Festival culturel interuniversitaire, qui rayonne à Grenoble et sur le campus de Saint-Martin-d’Hères du mardi 26 mars au mercredi 3 avril. « Après des thèmes assez sombres comme "Mortel" et "Monstre", on avait envie, pour cette 13e édition, d’un fil rouge plus joyeux, léger, d’où le choix de "Rêve(s)". Et comme on ne voulait pas enfermer le mot dans une définition, on l’a décliné au pluriel » explique Julien Vaccari, chargé de projets à la Communauté d’universités et établissements (Comue) Université Grenoble Alpes, qui organise l’événement et élabore la programmation culturelle Un Tramway nommé culture – qui, pour info, a 30 ans cette année. Expos, soirées, conférences… Pour dépeindre les différentes facettes de ce thème éthéré, la Comue a coordonné, en partenariat

Continuer à lire

Du rab d'Italie avec le Festival du cinéma italien de Voiron

ECRANS | On déroule la programmation de la prochaine édition prévue aux cinémas PASSrL du mercredi 27 mars au mardi 9 avril.

Vincent Raymond | Mardi 26 mars 2019

Du rab d'Italie avec le Festival du cinéma italien de Voiron

L’année cinématographique qui vient de s’écouler fut, qualitativement, brillante pour le cinéma italien. Pour autant – et c’est injuste – les résultats ne furent pas éclatants dans les salles. Heureusement qu’il existe des rendez-vous comme celui concocté par l’association Amitié Voiron Bassano pour rendre justice à ces films en leur offrant une nouvelle occasion de rencontrer le public. Celui du Festival du cinéma italien de Voiron étant connaisseur de la production transalpine, aussi se réjouira-t-il d’emblée que des hommages soient rendus à deux "monstres" récemment disparus : Vittorio Taviani, à travers l’ultime réalisation avec son frère Una questione privata​ (accompagnée par une analyse de Jean Serroy), et Bernardo Bertolucci, en clôture, autour du glaçant Conformiste (1970), l’un des plus beaux rôles de Jean-Louis Trintignant et monument

Continuer à lire

Avec le Voiron Jazz Festival, le jazz est « à la portée de tous »

Festival | Du 14 au 30 mars, le festival organisé par le Conservatoire de musique et de danse de Voiron est de retour dans une vingtaine de communes du Pays voironnais pour une neuvième édition « où il y en aura pour tous les goûts et tous les styles » selon Anne Mahey, directrice artistique de l’événement qui a répondu à nos questions.

Nathalie Gresset | Mardi 12 mars 2019

Avec le Voiron Jazz Festival, le jazz est « à la portée de tous »

Chaque année, à l’orée du printemps, des airs de jazz enivrants résonnent dans les rues d’une vingtaine de communes du Pays voironnais. Concerts, apéros musicaux, tremplins, expositions… Pour cette neuvième édition, pas moins de 70 manifestations rythmeront les seize jours du Voiron Jazz Festival. « Nous désirons organiser un événement populaire et familial, destiné aussi bien aux néophytes qu’aux connaisseurs. Plus de 80% de nos manifestations sont gratuites et ont lieu à des horaires accessibles pour les familles. Nous proposons aussi une programmation très diversifiée qui concilie jazz "classique", africain, latin ou encore inspiré de la chanson française » explique Anne Mahey, directrice artistique du festival et professeure au Conservatoire de Voiron, qui organise l’événement. « Transmettre le jazz aux plus jeunes » Et qui dit festival de musique, pose l’inéluctable question des têtes d’affiche. Cette année, l'événement recevra en résidence le cornettiste, trompettiste et chanteur Médéric Collignon (photo) et son quartet Jus de Bocse. « Leur musique a des influences jazz, funk et

Continuer à lire